Le Parti de Soumaila Cisse aussi s’insurge contre le torchon de pre-accord

Kalifa, merci de rappeler cela.
J’avoue que le principe même d’Alger laisse un peu perplexe. Les Algériens sont dans leur bulle et produise des documents, les uns ressemblant aux autres. On nous dit qu’il y a du progrès mais dès que le document devient publique, les deux parties s’empressent de le rejeter.

Le Mali (par la voix du président) a dit ce qu’il ne voulait pas (ni indépendance ni autonomie ni Azawad); les rebelles ont dit ce qu’ils voulaient (autonomie groupée des 3 régions du Nord plus une partie de Mopti). C’est ça même la définition du mot ‘impasse’. Le gouvernement a fait un communiqué pour remercier les Algériens — sans doute pour ne pas les fâcher — mais il faut qu’on se rende à l’évidence; il faudra un changement de position d’au moins une des deux parties.

Les rebelles ont vendu l’indépendance à leurs militants, promettant des postes juteux dans leur nouvelle république aux uns et des merveilles aux autres. Ce sera difficile de ramener quelque chose qui ne ressemble pas au moins à l’autonomie.

Le gouvernement malien sait que le TOUBABOU KAN BA ne pourra pas les sortir d’affaire — on ne pourra pas dire aux Maliens que l’autonomie a toujours été sur la table; et qu’il fallait seulement lire entre les lignes.

Les Algériens essayent de rendre le projet “vendable” aux rebelles — infrastructures de tout genre à construire au Nord avec de l’argent que le Mali n’a pas. Ou encore réserver la moitié des postes administratifs à de gens peut-être sans diplômes. Les rebelles n’ont pas mordu à l’hameçon. Heureusement.

Peut-être qu’il faut retourner la table; que le Mali dise clairement ce qu’il veut et que les rebelles disent clairement ce qu’ils ne veulent pas. On n’aura pas besoin alors des Algériens pour savoir si on peut se mettre d’accord ou pas.

Je pense aussi que l’occasion est bonne pour qu’un nouveau Mali émerge de ce qui sera un difficile accouchement. De toute évidence l’état central et centralisé avec un chef tout puissant et des redevables autour de sa personne ne conduira nulle part. Au lieu de laisser les Algériens définir ce que ce nouveau Mali doit être il faut que les Maliens eux même décident.

Le danger est que la non-résolution de ce conflit empêchera l’épanouissement de tous et conduira à une radicalisation de tous. Si un petit groupe peut empêcher le pays de tourner alors il faut se rendre aussi à l’évidence que ce pays doit être redéfini. Si on ne se met pas d’accord, je vous assure que nous nous retrouverons un jour avec une résolution des NU qui impose une solution; pourquoi? Parce que notre conflit crée les conditions qui peuvent déstabiliser le reste du monde.

______________________
A. Karim Sylla


On Dec 6, 2014, at 8:03 PM, Kalifa Goita  wrote:

Bonjour
Pour moi les négociations d’Alger ce n’est pas une question de partis politiques. Donc les positions individuelles de tel ou tel parti importent peu. Le Mali doit négocier d’une voix. Le gouvernement doit porter cette voix unique dans les négociations. L’union sacrée autour de cette question est essentielle. Le gouvernement, les partis et la société civile doivent définir ensemble les lignes de conduite tout le long. Ce faisant, ils répondront certainement aux attentes de la grande majorité des maliens.

Kalifa


Le 6 décembre 2014 13:03, ‘Chouaibou MAIGA’ via malilink <malilink@malilink.net> a écrit :
Malobbo et chers tous,

Je pense ne mon âme et conscience que ceux sont les partis politiques qui les premiers qui doivent se saisir des questions qui intéressent la vie de la nation et en débattre. C’est aussi leur rôle d’informer et de former leurs militants qui sont aussi les citoyens du Mali.

À cet effet oui le PARENA est certainement le parti qui est le plus actif (j’ai déjà eu l’occasion de le dire plusieurs fois ici même). J’ai comme le sentiment que ce parti s’est positionné comme avant-gardiste dans le domaine de la formation de ses cadres et de communication en direction de l’opinion ( ceci bien avant le coup d’état de 2012), mais je constate comme tu le dis bien que Tiébilé prend (à pris) énormément de temps pour donner une position sur le pre-raccord de Alger.

Au delà de la déclaration d’opposition ou d’accord, je suggère que le négociateur en chef de Ouaga et que le PARENA porte voix de l’opposition malienne fassent une proposition alternative (ou similaire, je ne sais pas !) à celle des révoltés concernant la réorganisation territoriale du Mali. Il est important que son point de vue sur cette question là (précise) soit connue. Je crois que je l’ai déjà dit ça aussi. Nous critiquerons ou pas.

L’urgence en effet commande à ce qu’on s’attaque à la question du Nord, à l’unisson. Sur cette question Tiébilé disait qu’on ne peux pas faire l’union sacrée sans s’entendre. Je pense qu’il doit être un peu plus clair sur la question. Est ce que cela veut dire qu’il y a des questions ou des préalables qui sont plus urgentes que cette affaire de nord ? Quoi ? Mais L’important c’est que les maliens (je parle ici du gouvernement et de l’opposition) s’entendent sur l’essentiel et que ce soit ce qui est défendue à Alger.

Je donne la priorité des initiatives au pouvoir en place qui a été élu et qui a la responsabilité première de répondre devant les maliens. Il doit s’ouvrir et aller vers l’opposition dans les circonstances graves qui menacent la cohésion nationale comme cette crise du nord. Je pense que “associer” les maliens (et en priorité des partis d’opposition) à l’élaboration d’une réponse à la médiation et aux révoltés est une bonne chose. Pour autant que ces derniers acceptent que c’est bien le gouvernement actuel qui est responsable en premier devant le peuple. Ça me semble évident.

Étant en voyage, je ne pourrais malheureusement pas participé à cette conférence importante. Mais je leur souhaite un bon vent. J’espère seulement que sur “le papier de Ouaga” qu’on ne fera pas encore un rappel de Chouaibou en “mon absence”.

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Le 6 déc. 2014 à 15:52, “malobbo.diag a écrit :

Monsieur Cissé,

je suis de l’ avis qu’ il faut reconnaitre les constats. Là je suis d’ accord avec Chouaibou et les autres. D’ ailleurs Chouaibou a aussi constaté que son parti l’ ADEMA ne dit rien sur Alger. Même si l’ ADEMA a des membres comme Ousmane Sy qui négocient à Alger, ce parti peut dire “Nous sommes d’ accord avec les résultats des négociations et argumenter pour les justifier”. Dire ce que l’ on pense n’ est pas nécessairement la mauvaise chose, mais faire comme si rien ne se passe, c’ est ignorer la réalité. Or ignorer la réalité, c’ est la chose la plus grave qu’ on puisse faire.

Je termine en disant que moi, contrairement à Chouaibou, trouve l’ Accord de Ouagadougou, oeuvre de Tiéblé Dramé globalement en ordre. Ce qui a y manqué sont les critères de contrôle de son application, les risques de faillite y compris  ce qu’ il faut faire pour parer à ces risques ou les sanctions à prendre contre la partie qui ne respecterait l’ Accord. Si ceci était était fait,  peut-être que Chouaibou aurait été d’ accord avec l’ Accord de Ouagadougou. J’ espère que la délégation malienne à Alger en tirera les leçons.

Bien cordialement
M. Diagayété


 

Bonjour Cissé,

Dans mon intervention de ce matin, je n’ai fait aucun procès au PARENA.

Je vous fais observé d’ailleurs que j’ai fait peu mention du “parti” dans mes échanges antérieurs avec Tiébilé Dramé. Je traite des problèmes ; de ce que certains appellent l’actualité.

Je reconnais à chaque malien le droit de se taire ou de s’exprimer sur tel ou tel sujet préoccupant la nation.

L’accord de Ouaga dont Tiébilé a été le négociateur principal est mon principal point de divergence avec lui.

Ceci dit, il est aussi vrai que le PARENA ou Tiébilé ou les deux se sont peu ou pas exprimés sur le sujet des négociations d’Alger. D’autres formations le font. D’autres non. Comme le mien. Cela mérite d’être dit.

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Le 6 déc. 2014 à 12:13, ‘Mahamadou Cissé’ via malilink <malilink@malilink.net> a écrit :

Bonsoir, 
Est-on vraiment sérieux, lorsque le Parena est interpellé pour une réaction de circonstance sur un problème qu’il a porté constamment depuis plus de 10 ans ? Mais on est où là ?
Nous, qui suivons la vie politique malienne, avons en mémoire des foras, des conférences de haut niveau sur ce sujet. Il semble que c’est ce qui a amené le gouvernement de transition à confier la mission de Ouaga à Dramé. Chouaibou, Citoyens…..le Parena ne saurait rougir de ses réussites.  
Décomplexé quoi ce parti !
A ceux qui se réveillent maintenant, ce n’est pas trop tôt,  faites votre devoir en ne faisant pas de procès aux autres;  car le Parena n’a pas attendu les caméras et réseaux sociaux pour s’attaquer à la question cruciale des régions nord. Il est vrai que le sujet n’était pas aussi rentable politiquement.
On peut détester le lièvre, mais reconnaître qu’il a de longues oreilles.
————————-

Mahamadou Cissé

Fmi-Mali : La fin de la brouille–B-

Talatou,

Mara n’a simplement pas l’ambition de changer le Mali comme il le faut. Il préfère travailler dans le système tel qu’il est alors que changer le Mali demande qu’on secoue le cocotier.

L’intention du maître de Toto n’était pas de redonner l’examen (Toto a déjà échoué); l’intention est que Toto corrige son devoir. Toi tu nous demandes de noter la correction de ce corrigé; c’est pour cela que je suis surpris :-)

Mara n’a rien fait ici qui lui fasse honneur; il a simplement fait ce qu’on lui a demandé de faire. Il n’a absolument pas eu aucune initiative ici. Je sais que dans notre réseau nous avons tous à un moment cru en lui, mais il faut qu’on arrête de le traiter avec des gants en velours. Il n’est pas le PR, cela est clair mais il est le chef d’un gouvernement. Si il voulait le bien du Mali dans cette affaire il aurait pu faire partir les ministres en démissionnant tous son gouvernement et laisser le soin au PR de reprendre une fois de plus les voleurs, les escrocs et tous ceux/celles qui sont tachés. Mais les calculs politiciens semblent être plus de son goût que l’honneur (et le bonheur) du Mali. 

Pour moi, le PR du Mali est corrompu; je n’attends absolument rien de positif venant de ce monsieur; mais Mara s’est rendu complice par sa passivité face à ce défi qui interpelle tout le monde. 

Il a simplement fallu que le robinet d’argent soit fermé par le FMI pour que l’administration se remette à faire le travail qu’on lui a demandé. Qu’est que cela suggère? Il faut que nous arrivions à désargenter tout ce beau monde pour que la classe politique devienne plus efficace. Les politiciens (comme Mara) qui veulent changer le système en l’amadouant échoueront et entraîneront le pays dans une chute à l’issue incertaine. C’est tout cela qui nous a amené Ebola. 

C’est l’herbe même qu’il faut couper sous leurs pieds. Ces gens là, qu’ils soient honnêtes ou pas, ne doivent plus avoir la possibilité de se croire en élite à qui on doit tout alors qu’on arrive même pas à acheter des gants dans nos hôpitaux. IBK refuse d’aller à la rencontre des Maliens au fond du pays; vous savez pourquoi? Il ne veut pas être indisposé par la vue de ces indigents; ni emprunter les routes cahoteuses qui sont leur lot au quotidien. Il préfère être dans son Boeing avec la chambre et le lit à 2 places. C’est bien plus commode pour transporte l’élite, comme le PM aime le dire. 

______________________

A. Karim Sylla


On Dec 5, 2014, at 7:16 AM, maiga talatou  wrote:

Karim merci:)

Nous savons tous que ce que tu demandes ici est simplement impossible de par la nature meme de la Primature dans nos pays. Beaucoup de personnes -y compris toi-meme- l’on’t dit ici meme sur Malilink; et cela est un avis que je partage. Qui que le PM soit, il aura pour tache de mettre en marche le programme, les initiatives du Presi. Le PM Mara, de part ses attributions, ne peut pas faire exception a ca. Je pense que le FMI meme reconnait ca:)

Alors question: Pourquoi le maitre de Toto lui-meme lui demanderait de recopier les reponses aux questions si ce n’est de lui donner une chance de passer pour la classe superieure?

Bon, bonne nuit !

Talatou


De : ‘A. Karim Sylla’ via malilink <malilink@malilink.net>

À : maiga talatou 

Cc :malilink@malilink.net” <malilink@malilink.net>

Envoyé le : Jeudi 4 décembre 2014 17h04

Objet : Re: [malilink] Fmi-Mali : La fin de la brouille–B-

Mon cher Talatou, tu as un très bon cœur :-)

Ils n’ont passé aucun test!

Le test a été échoué depuis longtemps; il faut te rappeler que le gouvernement a d’abord contesté les conclusions du FMI; ils ont d’abord écrit des lettres de défense au FMI, menti au parlement, puis trompé les Maliens jusqu’à ce que le FMI finisse par étaler l’affaire au grand jour avec sommation d’enquêter. IBK avait dit au grand jour que tout s’est passé dans les règles de l’art

 C’est comme si le prof te donne zéro, puis te donne la la solution au problème et te demande de recopier mot par mot; même Toto n’échouera pas avec de telles balises devant lui. Et maintenant tu veux qu’on applaudisse? Vraiment tu es trop bon.

Il y a d’autres affaires; par exemple celui de la ZTE où le Mali est entrain de se faire avoir sous la haute bienveillance de son excellence IBK; pourquoi Mara ne porte pas cette affaire devant le VEGAL pour enquête? Je te donne la réponse: Mara préfère s’occuper des choses qui n’indisposent pas le boss et sa mafia. Il fermera les yeux même si le pillage se passe sous sa fenêtre. C’est comme ça qu’on reste élite dans ce pays. 

______________________

A. Karim Sylla


On Dec 4, 2014, at 6:43 PM, maiga talatou  wrote:

Mais Karim !

Malgre tout le gouvernement a au moins passe ce test-ci du FMI- Donc il merite un passing grade, non? So, not a failing one !

Un B- would be good in this case, I think:)

Par rapport aux sanctions, je suis tout a fait d’accord avec toi qu’il faille larguer ASAP tous ceux dont les noms ont ete cites dans ces affaires-Mme la Ministre des Finances en tete.

Bonne journee a tou/te/s !

Talatou


De : ‘A. Karim Sylla’ via malilink <malilink@malilink.net>

À : maiga talatou ; “malilink@malilink.net” <malilink@malilink.net>

Envoyé le : Jeudi 4 décembre 2014 10h13

Objet : Re: [malilink] Fmi-Mali : La fin de la brouille

Le gros problème est qu’il a fallu que le gouvernement de Mara ait le couteau sous la gorge pour qu’il prenne des mesures. Bien avant le FMI, l’opposition avait décrié ces contrats — absolument rien n’a été fait. Donc, je ne vois vraiment pas ce que le gouvernement de Mara a fait de positif ici, si ce n’est executer ce que le FMI a demandé. La note est un ‘F’, pas un ‘C’. 

De plus, les tripatouilleurs sont toujours en poste. Qu’est ce qui a changé? Peut-être que ces même gens sont entrain de nous préparer un autre sale coup. La MinFin a violé la loi, a menti, a tripatouillé, mais est toujours en poste.

On se trouve dans une situation où dans n’importe quel pays, la plupart de ces gens-là auraient démissionné depuis belle lurette. Pas le Mali d’IBK. Et certainement pas le gouvernement de Mara.

 ______________
A. Karim Sylla


On Thursday, December 4, 2014 5:08 AM, ‘maiga talatou’ via malilink <malilink@malilink.net> wrote:

Un article sur lequel je viens de tomber sur Maliweb.net. L’auteur, Issa B. Dembele, nous offre sa lecture de la recente “fin de brouille” entre le FMI et le Gouvernement Malien.

Je felicite le Gouvernement pour l’excellent travail abattu sur le sujet et vivement maintenant les sanctions contre les auteurs des malversations! Bonne nuit !

Talatou

—————————————————————————————–

Fmi-Mali : La fin de la brouille

Le conseil d’administration du fond monétaire international (Fmi) a approuvé, à l’issue de son conseil d’administration, la conclusion de la 1er et 2èm revue de la facilité élargie de crédit. Ainsi, l’institution va débourser dans les jours à venir un montant de 11,7 millions de dollars, soit six (6) milliards de nos francs au titre de l’aide budgétaire pour le Mali. La bonne nouvelle a été donnée par Christian Josz, chef de mission du FMI pour le Mali, le lundi dernier, lors d’une vidéoconférence.

Alger4

Bonjour Malobbo et chers tous,

Je suis en déplacement et très souvent sans possibilité de connexion internet. Je serai encore très peu présent sur malilink pendant quelques jours encore. Je profite de ce petit temps de privilège pour consulter mes mails en provenance de la communauté.

Harouna et d’autres malilinkers qui comprennent très bien les motivations ultimes de cette rébellion sont restés constants dans leurs analyses depuis toujours.

En effet, sur les causes avancées par le MNLA et des devanciers pour justifier leur demande, il n’est pas juste de dire que le Mali a privilégié (sous entendu dans les expressions abandon par le Mali) le sud par rapport au nord.

Je suis d’accord mais vraiment totalement, avec Harouna, que la raison profonde de l’ire de ces messieurs de Kidal n’est pas autre chose que le refus d’abandon du mode de vie (de production) féodal qui leur ai favorable depuis la nuit des temps. Malheureusement il y a un très fort courant de citoyens (touaregs même) qui veulent que les privilèges de ces messieurs s’arrêtent parce que ce mode d’existence les asservit, les exploitent de manière souvent brutale. Pour la plus part, Ils veulent se libérer de ce joug.

Il y a une autre frange de la population de cette zone (de la boucle du Niger) qui comprend et connaît très bien que cette féodalité insatisfaite de la rareté des ressources veut étendre et maintenir son emprise sur une zone plus large.

Contre sa volonté les féodaux veulent créer en leur nom un état unitaire au nord du Mali.

Contre leur volonté (ils n’ont pas besoin de demander en bon féodaux) la féodalité donne un nom à l’espace que les maîtres-seigneurs veulent dominer. Par la conviction de la force. Comme dans tout régime féodal.

Ce qui est donc rejeté par les civilisations depuis des siècles, ce qui  constitue un crime (la chose tant géniteur d’esclaves au service exclusif des seigneurs et aussi des soumis) condamnable ailleurs, ce mode d’existence, certaines puissances veulent quand même nous l’imposer.

Nous maintenir dans l’esclavage ce n’est pas acceptable. Et nous y sommes parce que je considère que si un seul cas est toléré la règle est admise. Malheureusement il ne s’agit même pas d’une exception, par ce que des milliers de maliens noirs pour la plus part sont maintenus dans ces liens de servilité au premier degré.

D’autres sont considérés comme des citoyens à demi-droit par la famille des Ifoghas la seule qui est l’instigateur et la source de cette honte pour notre pays.

Eh bien Harouna a raison si le Mali veut définitivement abattre cette rébellion, il doit lutter à fond contre la féodalité, criminaliser systématiquement la pratique de l’esclavage et appliquer la loi en toute rigueur.

Faire apparaître la lutte contre l’esclavage dans des accords de tous genre avec “la famille” me semble être pas trop difficile puisque les exemples concrets existent.

Merci donc à Harouna Niang et à tous.

Cordialement

____________________

Chouaibou

Twitter : @chbmaiga


Le 4 déc. 2014 à 10:45, “malobbo.diag@ a écrit :

Je pense que ce passage est véridique, même si on reconnait franchement les lourds sacrifices de SERVAL/BARKHANE et de la MINUSMA.

Ce passage c’ est ” Aussi bien le MNLA que la MINUSMA et Barkhane utilisent la menace des armes pour faire pression sur le Gouvernement et lui faire acceptez un accord qui est contraire à notre constitution et aux fondements de la Republique. Que la majorité des Maliens ne soit pas d’accord ne semble pas les deranger. Une solution qui exclut la majorité et donne des privilèges à une minorité ne sera jamais durable.”

 “Menace par les armes”: il estb inutile de rappeler que c’ est le MNLA qui a commencer la guerre et n’ apa encore déposer les armes.

Pour ce qui est de BARKHANE et de la MINUSMA, c’ est le brandissement de la menace jihadiste, celle-là même qui donne du fil à tordre partout dans le monde aux plus grandes puissances militaires du monde.

 Ma conviction est de reconnaitre pleinement les sacrifices des uns et des autres pour le Mali, sans occulter les points obscurs afin d’ élever les chances de résussite de BARKHANE et de la MINUSMA. Il faut d’ autre part tierer les leçons des interventions étrangères en Afghanistan, Irak, Syrie, Libye, etc. donc les difficultés viennent de la confusion à séparer les vrais ennemis des figurants opportunistes “bavards”.

 Ce qu’ il faut de mon avis: BARKHANE (France) et MINUSMA ainsi que l’ Algérie doivent exiger du MNLA, HCUA et consorts de déposer les armes pour que BARKHANE, MINUSMA et FAMA aient seulement une Situation beaucoup moins complexe et un seul ennemi, à savoir les Jihadistes qui sont encore rapidement vincibles au Nord du Mali.

 Je pense aussi qu’ il absolument nécessaire de prendre en compte ces réflexions:

 “Le retard (présumé) de developpement du Nord  (par rapport au Sud) ne repose sur aucune étude serieuse, c’est seulement les affirmations du MNLA et ecolytes qui ont été retenues. Tous les torts sont imputés à l’ Etat, les effets négatifs des rebellions successives sont totalement ignorés. Il est nécessaire qu’une étude sérieuse soit mènée pour constater les écarts entre les régions.

C’est seulement après cette étude que les mesures de discrimination positive pourront être definies ainsi que les indicateurs de suivis correspondants. Cette methode transparente sera mieux acceptée par les Maliens que celle qui consiste à menacer le pays par des armes

 Bien cordialement

M. Diagayété


Le préambule du pré-accord est basé sur des mensonges, il est  en consequence inacceptable dans son contenu actuel.Le retard de developpement du Nord  qui y est avancé ne repose sur aucune étude serieuse, c’est seulement les affirmations du MNLA et ecolytes qui ont été retenues. Tous les torts sont imputés à l’ Etat, les effets négatifs des rebellions successives sont totalement ignorés.

Il est nécessaire qu’une étude sérieuse soit mèné pour constater les écarts entre les régions.
C’est seulement après cette étude que les mesures de discrimination positive pourront être definies ainsi que les indicateurs de suivis correspondants. Cette methode transparente sera mieux acceptée par les Maliens que celle qui consiste à menacer le pays par des armes des rebelles séparatistes ou par une possible invasion des djihadistes. Aussi bien le MNLA que la MINUSMA et Barkhan utilisent la menace des armes pour faire pression sur le Gouvernement et lui faire acceptez un accord qui est contraire à notre constitution et aux fondements de la Republique.Que la majorité des Maliens ne soit pas d’accord ne semble pas les deranger. Une solution qui exclut la majorité et donne des privilèges à une minorité ne sera jamais durable.
Parmi les causes de la crise on ne parle pas du racisme et de l’exclavagisme qui font que certains se croient supérieurs aux noirs et aux touaregs, selon eux, de basses classes. Pour cette raison,ils ne veulent pas être dirigés par des noirs..
Compte tenu de cette réalité , le préambule devrait affirmer avec force l’égalité de tous les citoyens sans distinction de couleur ou d’ethnie ou de residence, comme le stipule du reste, notre constitution. Affirmer l’engagement de tous ceux qui au Nord,sans exception, ont des esclaves à appliquer à la lettre la mesure de l’abolition de l’esclavage au Mali. Apporter un soutien financier à tous les esclaves  qui seront ainsi libérés.
Etant donné que certains pays voisins ont  influencé la crise par leur soutien direct ou indirect aux rebelles(hebergement des leaders rebelles, passage des armes des rebelles par leur pays , non condamnation de la rebellion etc…), l’accord devrait citer ce facteur externe parmi les causes de la crise et inviter les pays voisins à cesser tout soutien aux rebelles.
Harouna Niang

Le PARENA au 3ème congrès de l’URD

Madame Sanogo,
Heureusement que j’ai la même lecture que la presque totalité des malilinkers de vos interventions. Je vous demande simplement de fournir des arguments et des preuves, des actes et des faits; et de grâce préservez nous de vos appréciations sur vos qualités. Personne sur cette toile ne se présente comme patriote à part vous. Laissez les autres vous qualifier de patriotes. Produisez vos analyse et votre vision, et laissez les autres apprécier. Vous vous appréciez vous même sans cesse et vous dénigrez à tord et sans arguments les autres. Posez vous seulement une question: est ce que tous ces malilinkers ont Goita, Ansoumane, etc ne comprennent rien ou alors en votre qualité de pédagogue (Professeur) vous ne pouvez pas faire passer votre message. Si vos capacités de pédagogue sont avérées, alors vos arguments ne sont pas solides.
A ma connaissance Monsieur Dramé ne s’est jamais présenté comme un saint, un patriote, un beau; par contre il a produit des rapports, des arguments, des faits etc, qui ont tous été confirmés par des sources indépendantes. Par ailleurs, quant il a été traité de tous les maux et accusé, il s’est soumis à l’exercice et à apporter des preuves, des rapports, des faits pour se disculper. Vous quant on vous accuse, pour vous défendre vous accuser, et vous vous dites “saints comme Dieu; c’est l’approche des gens en manquent d’arguments.
Quand à vous Goita, Ansoumane et autres merci et grand merci; car sans vos messages, je serais aujourd’hui dans un centre hospitalier pour fou.
Cordialement
Cissé


Le 1 décembre 2014 17:56, ‘Rokia Sanogo’ via malilink <malilink@malilink.net> a écrit :

Bonjour Mr Cissé,
Je vous remercie pour vos réactions et vos questions.
J’ai toujours apporté ma contribution aux échanges et aussi des propositions effectuées par le parti SADI. Nous avons utilisé des déclarations, des conférences de presse, des émissions radios, des manifestations via des meetings et autres activités.
Le Parti SADI n’a jamais caché sa vision politique et le parti SADI s’est toujours prononcé sans ambigüité sur tous les grands dossiers du Mali.
Pour cela nous avons toujours été conscients de nos forces et faiblesses. Nous n’avons jamais pensé d’avoir le monopole de la vérité, nous avons nos convictions et nous luttons pour apporter notre contribution à la construction nationale.
Mr Cissé, je vous invite à une disponibilité et d’écoute des propositions des uns et des autres.
Le contenu de votre message n’apporte rien nous permettant d’avancer dans l’intérêt du Mali.
Je regrette que vous ne soyez pas à mesure de nous comprendre. Nous avons toujours mis l’intérêt du Mali en avant et non les postes ministériels.
C’est certainement cela qui vous dérange et que vous n’êtes à mesure de comprendre.
Ce n’est pas que je ne réponds aux questions, la vérité que je ne réponds pas selon vos souhaits.
Mr Cissé, il ne sert à rien de faire des accusations soutenues par des haines personnelles. Si vous avez des éléments objectifs contre nous vous ferez mieux de les mettre à la disposition de qui de droit dans l’intérêt du Mali. Nous refusons les insinuations et manipulations pour porter atteinte à notre image et à l’image de notre parti.
—————–
Bonjour Mr Maïga Assoumane
Je n’ai jamais été allergique au débat objectif et intellectuel.
Même avec ceux qui m’insultent et me manque de respect, je réponds.
Je suis dans une démarche pédagogique, afin qu’on ramène le débat à une dimension humaine.
Il peut arriver que j’aie beaucoup à faire et que je n’arrive pas à répondre à tous.
Bien merci pour vos questions.
Bien merci et bon courage à nous pour le Mali.
Rokia Sanogo

Le PARENA au 3ème congrès de l’UR

Bonjour à tous,

Je regrette que le Président du PARENA dans recherche survie et d’existence comme acteur politique continue à se servir du Vouvouzela pour crier plus fort et diffuser les mots d’ordre des ennemis du Mali.

Je regrette, pour ceux  qui n’ont pas encore compris les vraies intentions du président du Parena.

Le Président du PARENA, a choisi le camp anti-Mali, il s’est mobilisé et mis tous ses efforts pour faire matérialiser l’humiliation du Mali par la signature des accords préliminaires de Ouagadougou le 18 juin 2013. C’est cet accord qui est à la base de tous les problèmes que nous avons depuis et des difficultés de négociations actuelles.

Le président du Parena doit rendre compte au peuple malien sur :

  • Son soutien à  la CEDEAO et son embargo illégal contre le Mali
  • Son soutien à la lettre du Pr Dioncoudna Traoré qui a non seulement autorisé l’intervention française mais aussi l’interdiction de Kidal à l’armée malienne
  • Son soutien au MNLA contre le Mali et son forcing pour les accords préliminaires de Ouagadougou le 18 juin 2013.
  • Son refus de se soumettre au verdict du peuple pendant les élections présidentielles et législatives de 2013.

Nous, contrairement au président du Parena:

  • Nous avons choisi le camp du Mali contre ceux qui ont pris en otage la démocratie malienne, soutenu l’opportunité du changement  du 22 mars 2012.
  • Nous nous sommes mobilisés pour les concertations nationales souveraines
  • Nous nous sommes mobilisés pour le renforcement de l’armée malienne
  • Nous avons accepté malgré tout de nous soumettre au verdict des urnes aux les élections présidentielles et législatives de 2013.
  • Nous avons choisi de mettre le Mali en avant en appelant à voter IBK au 2ème tour contre le retour en arrière contre les ennemis du Mali.
  • Nous avons la légitimité  de continuer à nous battre pour concrétiser l’espoir de changement du peuple malien.

Bon courage à nous tous pour  un Mali sans Ebola

Rokia Sanogo


Bonjour
Prof. Sanogo, arrêtez les slogans inutiles et mettez vous à travailler pour le Mali comme le font si bien le PARENA et son Président. Par manque de lecture et de vision politique, vous vous êtes coincée, avec votre parti, dans une alliance contre nature appelée Mouvance présidentielle. Ainsi, vous êtes obligée de vous taire sur les mensonges et les malversations au sommet de l’Etat-mafia que nous avons aujourd’hui. Le même aveuglement politique vous avait poussé à soutenir la junte militaire, avec les résultats qu’on connaît. Alors à quand votre prise de conscience ?
Plutôt que de vous préoccuper des intentions du Président du PARENA, je crois que vous devez revoir votre propre copie urgemment. Il y a beaucoup à faire dans ce pays, qui se meurt, pendant que vous faites la courbette auprès du Président le plus incompétent et le plus inutile de notre histoire.
Vous avez crié sur tous les toits le mot changement. La perte de nos positions au nord, les surfacturations, malversations et mensonges résument-ils le changement tant annoncé ? Certainement oui, puisque vous vous taisez la-dessus Prof Sanogo et préférez tirer sur le PARENA et son Président. Le Mali ne reconnait pas ses propres forces et fait tout souvent pour les ignorer ou les détruire. Quoiqu’on dise ou quoiqu’on fasse, le Président du PARENA est l’une de ces forces. Et il ne sert surtout à rien de revenir sur l’Accord de Ouaga. Ce document a mis en place le cadre qu’il faut pour que le Mali continue à exister en tant que nation, et cela dans des conditions extrêmement difficiles. Soyons tout de même reconnaissant! Les dirigeants actuels, dans leur suffisance (disons leur manque de profondeur) ont voulu mettre l’Accord en arrière plan. Nous connaissons tous les résultats catastrophiques. Ce même Accord n’est-il pas devenu leur bible aujourd’hui ?
Kalifa Goïta

Traveling from Mali — Enhanced Airport Entry Screening…

This is an official
CDC HEALTH ADVISORY
 
Distributed via the CDC Health Alert Network
November 24, 2014, 12:15 ET (12:15 PM ET)
CDCHAN-00372
 

Enhanced Airport Entry Screening and Active Post-Arrival Monitoring for People Traveling to the United States from Mali
 

Summary
 
On November 13, 2014, the Centers for Disease Control and Prevention (CDC) released a travel alert (Level 2) for Mali following reports of a cluster of Ebola cases in Bamako, Mali, that were linked to a man who had become sick in Guinea and traveled to Bamako, Mali.  CDC is working with the government of Mali, the World Health Organization (WHO), and other partners to control further spread of Ebola in Mali. In addition, CDC is working with the Department of Homeland Security (DHS) to expand enhanced entry screening at U.S. airports and post-arrival monitoring of people whose travel originates in Mali.  
 
The purpose of this HAN Advisory is to inform public health officials and the public of the following additional precautions taken to reduce the risk of Ebola cases entering the United States from Mali:
 
·         Effective Monday, November 17, people arriving into the United States whose travel began in Mali are subject to the same enhanced entry screening activities, including health and Ebola exposure assessments that are already in place for travelers from Guinea, Liberia, and Sierra Leone.
·         All travelers entering the United States from Mali are subject to the 21-day active post-arrival monitoring and movement protocols now in effect for travelers from Guinea, Liberia, and Sierra Leone, with twice-daily temperature and symptom checks in coordination with state or local public health authorities.
 
Background
 
CDC is working closely with other U.S. government agencies, WHO, ministries of health, and other international partners in a global emergency response to the current epidemic of Ebola in Guinea, Liberia, and Sierra Leone. Beginning in October 2014, a series of actions were taken to reduce the risk of air travelers with Ebola entering the United States undetected, particularly if they are symptomatic. Almost all travelers from Guinea, Liberia, and Sierra Leone to the United States are now routed though one of five airports (New York JFK, Newark, Washington-Dulles, Chicago-O’Hare, and Atlanta Hartsfield-Jackson) where enhanced entry screening is conducted by DHS and CDC. All travelers are evaluated according to their risk level of exposure to Ebola while they had been in Guinea, Liberia, or Sierra Leone. Travelers also undergo active post-arrival monitoring, which means that those without fever or symptoms consistent with Ebola (e.g., muscle pain, fatigue, diarrhea, vomiting), and who are not considered as high risk and allowed to travel to their final destination are followed up daily by state and local health departments for a period lasting 21 days from the date of their departure from West Africa. People who are symptomatic are isolated and medically evaluated. CDC is providing assistance with active post-arrival monitoring to state and local health departments, including information on travelers arriving in their states, and upon request, is providing technical support, consultation, and funding.
 
Since November 10, CDC has been working with WHO and other partners in response to reports of a cluster of Ebola cases in Bamako, Mali. The cluster of cases in Bamako is linked to a man who had traveled to Bamako after becoming sick in Guinea. Public health authorities in Mali and Guinea are actively investigating a number of confirmed cases of Ebola in Mali in recent days. CDC has deployed a team of experts to Mali to assist in the investigation and control efforts. On November 13, CDC released a travel alert (Warning, Level 2) recommending that travelers to Mali protect themselves by avoiding contact with the blood and body fluids of people who are sick because of the possibility such persons may be sick with Ebola.
 
As a further precaution, CDC and the DHS have added Mali to the list of nations (i.e., Guinea, Liberia, Sierra Leone) for which enhanced screening and active post-arrival monitoring measures will be taken.
 
Precautionary Measures Implemented
 
Effective Monday, November 17, people arriving in the United States whose travel began in Mali are subject to the same enhanced entry screening activities, including health and Ebola exposure assessments, which are already in place for travelers from Guinea, Liberia, and Sierra Leone.
 
In addition, all travelers entering the United States from Mali are subject to the 21-day active post-arrival monitoring and movement protocols now in effect for travelers from Guinea, Liberia, and Sierra Leone, with twice-daily temperature and symptom checks in coordination with state or local public health authorities.
 
DHS will work with the airlines to ensure re-routing for the few travelers from Mali not already scheduled to land at one of the five airports in the United States (New York JFK, Newark, Washington-Dulles, Chicago-O’Hare, and Atlanta Jackson-Hartsfield) that are already performing screening on passengers from Guinea, Liberia, and Sierra Leone.
 
For More Information
 
For additional information about the Ebola epidemic in West Africa, visit CDC’s website at http://www.cdc.gov/vhf/ebola/.  
 

The Centers for Disease Control and Prevention (CDC) protects people’s health and safety by preventing and controlling diseases and injuries; enhances health decisions by providing credible information on critical health issues; and promotes healthy living through strong partnerships with local, national, and international organizations.

Malilink Discussion Forum
Where The Malian Intelligentsia Meets
administrator@malilink.net
www.malilink.net
Pour vous désabonner de ce groupe et ne plus recevoir d’e-mails le concernant, envoyez un e-mail à l’adresse malilink+unsubscribe@malilink.net.

Le PARENA au 3ème congrès de l’URD

Mr Dramé,

Je ne comprends pas votre démarche d’accabler le PM des évènements de Mai 2014. Ce n’est pas le PM qui est responsable du 17 Mai. Il a un chef, le Président de la république, qui lui a ordonné d’être à Kidal le 17 Mai et il l’avait fait savoir au monde entier un mois auparavant  (source : interview dans jeune Afrique) que le PM se rendrait à Kidal. Je voulais que le président lui même soit à Kidal au mois de Mai 2014. Il avait foulé les terres de Kidal en 2013 lors des campagnes et je pensais qu’il allait avoir le courage de se rendre à Kidal lorsqu’il a été président. Il a envoyé son PM à sa place après avoir consulté les partenaires techniques, les services de renseignements et les forces de sécurité du Mali. Le PM a failli perdre sa vie et on continue à l’accabler comme le fautif alors que les vrais fautifs se trouvent ailleurs. Les premiers fautifs sont les éléments du MNLA qui ont violé de façon flagrante l’accord de Ouaga. Ils n’ont jamais respecté ce dit Accord. Pour certains Maliens, les éléments du MNLA sont des saints et tout le malheur du Mali sur Kidal vient du PM qui failli perdre sa vie en affirmant courageusement la souveraineté du Mali. Je le dis encore, la question du nord a une dimension plus grande que les calculs politiques et nous devrons nous unir pour affronter le même adversaire.

Barou Sam


Bonjour Monsieur Dramé,
Mais je suis entièrement d’accord avec vous que les groupes étaient à quelques km des grandes villes du nord. Ce que vous aussi vous semblez refuser de reconnaître c’est que ces groupes n’ont été jamais cantonné, comme “l’accord” de Ouaga le demandait. Ils étaient libres et se trouvaient partout où ils voulaient être. Avant mai 2014 et après.
Vous parlez de redéploiement progressif des forces maliennes envisagées après la visite du CEMGA. Donc je note que cela n’a pas eu lieu.
Et que la verite c’est que les autorités maliennes ne pouvaient pas se rendre à Kidal; ils n’étaient pas autorisés. Ni Tatam Ly, ni Mara. Par qui ? Pourquoi ?
Peut-on vraiment parler de maîtrise du terrain par le Mali dans la situation que vous savez de l’époque ?
Les préfets et sous-préfets n’auraient jamais dus être envoyés dans cette zone. C’était une erreur monumentale qui a été commise par les autorités de la transition.
Vous vous souvenez nous débattions ici même de la nécessité coûte que coûte de faire des élections (certains avis le voulais même si le nord ne devait pas y participer). Alors on a trouvé un simulacre de présence de l’administration dans ces zones même sous occupation par les bandits et djihadistes en y envoyant des représentants de l’état qui ne pouvaient nullement assurer quoi que se soit de transparent des élections là-bas.
Mon héro. Vous me comprendrez un jour que je vous souhaite, si vous êtes au pouvoir. Je n’ai pas l’occasion de faire la même chose que vous face au président de la république. Si j’avais l’occasion je lui dirai moi aussi que l’affaire de l’avion et des surfacturations nécessitent qu’il s’adresse à la nation. Qu’il ait traduire en justice toutes les personnes qui y sont mêlées. Mais que je le soutenais, lui et son gouvernement, dans la lutte contre les bandits et les djihadistes.
Si Moussa est sur le réseau et me lit encore, je voudrai qu’il sache qu’il y a quand même des maliens, comme moi, qui soutiennent son action à Kidal. Nous sommes bien d’accord Monsieur Dramé que je revendique cette action du PM MARA.
J’ai échangé un nombre élevé de mails avec Soukouna sur le nord et la crise multiforme. Des plus intenses jusqu’aux plus terre à terre comme on dirai. L’impression que j’en ai tiré est bien ce que je disais dans mon précédent email.
Des échanges j’ai compris ceci :
1. Pour Soukouna (et pour Ndack Kane) le problème des “touaregs” est un problème réel auquel le Mali doit trouver une solution, le plus vite serait le mieux. Sinon les puissances ne nous attendrons pas éternellement.
2. Lui propose et souhaite ardemment une fédération ou autonomie(?) poussée pour résoudre le problème.
J’ai lu aussi que vous proposez que les gouverneurs de régions soient élus désormais. Mais vous n’allez pas plus loin.
Peut être que la solution Soukouna pourrait satisfaire les rebelles. À-t-on questionné les autres pour savoir ce qu’ils veulent ? Ca, ça manque à la solution Soukouna pour qu’elle puisse intéressée une majorité des gens du nord et des maliens qui ont manifesté bruyamment pour faire savoir leur opposition à la proposition des rebelles.
La leur vous la connaissez. Pour moi, à défaut d’avoir une indépendance, elle se résume à diviser le Mali en deux entités : une au nord, une autre au sud.
Qu’en est-il de ce que veulent les autres ? Quel est votre avis sur cette proposition des rebelles ? Cela m’intéresse, mais peut être aussi les autres malilinkers.
Pour revenir à la guerre mon point de vue est clair : nous ne pouvons pas nous asseoir et continuer éternellement à dire et débattre que nous n’avons pas les moyens de faire la guerre contre nos ennemis. C’est insensé et incompréhensible. D’autres moins armés que nous la font et réussissent à protéger les leurs. Ils perdent quelques batailles aussi.
Il en vas autrement si nous sommes convaincus que ce nord là ne vaut pas la peine que l’on y perde des hommes. “Il n’y a que du sable et la désolation là-bas”. Et des choses de ce genre. Aperceviez-vous même s’ils vous plait.
Cordialement

____________________
Chouaibou

Avant mai 2014, on avait organisé à Kidal l’élection présidentielle et les législatives.
Avant mai 2014, il y avait à Kidal  un gouverneur, des préfets, des sous-préfets.
Avant la visite du Premier ministre, les bâtiments officiels, le Gouvernorat en particulier avaient été récupérés, puisqu’il y a tenu la fameuse réunion du 17 mai, le drapeau malien flottait sur Kidal. L’antenne de l’ORTM était redevenue sous le contrôle de l’État.
Nous y avons (malheureusement cantonné au départ) un contingent des FAMAS qui avait reçu des renforts les 15  et 16 mai.
Quelques jours avant la visite du Premier ministre, le chef d’État-major général des armées venait de boucler une visite de toutes les localités de la région de Kidal avec le projet d’y redéployer progressivement des unités des FAMAS.
Le Projet FIDA de Kidal qui avait repris ses activités, restauré ses bâtiments, redéployé ses agents avait organisé une visite des chefs des services techniques ( Élevage, Agriculture, Santé, Hydraulique…) dans toute la région en vue d’une reprise des activités.Monsieur Maïga, je n’insinue  pas que la situation avant mai 2014 était meilleure qu’aujourd’hui, je l’AFFIRME.
Soutenir le contraire, comme vous le faites, procède d’une cécité et d’une mauvaise foi incompréhensibles.
Vous connaissez la région, puisque vous vous proposez de la faire visiter à Soukhouna, voulant utiliser sa “méconnaissance” de la région comme un argument  pour l’exclure du débat.
Alors, puisque vous connaissez la région, où se situe Djebock?  A 40 kms de Gao. Et bien, au lendemain du 21 mai, les groupes étaient à Djebock.
Les camionneurs de Gao, payaient, à Djebock,  des droits aux miliciens des groupes pour aller en Algérie.
Peut-on comparer une telle réalité avec celle qui prévalait entre juin 2013 ( date de la signature du ” papier” de Ouagadougou (!) et la visite de votre de votre héros, le 17 mai 2014 à Kidal.
Nous n’avons pas fini de mesurer les conséquences militaires, politiques et morales de cette aventure irresponsable, comme je l’ai dit , de vive voix , au Chef de l’État, en présence du Premier ministre, le 22 novembre.
Bonne journée à toutes et à tous,
Tiébilé Dramé.

Ebola: Situation à la date du lundi 24 Nov 2014

Je suis à Bamako et n’ai vraiment pas ressenti une telle attitude l’opposition, face à Ebola.
Le sujet pour moi est et demeure Kouremalé qui est le plus gros foyer de la maladie.
Cela est du à la proximité de la Guinée, pays fortement infesté et la mollesse de la réaction des autorités politiques de ce pays à prendre en main les choses.
 Aucun effort significatif ne peut avoir de suite positive au Mali si rien n’est fait en Guinée.
Secondement, il est important qu’en matière de chiffre, les choses soient concordantes, tout comme pour les normes.
Il ne devrait pas y avoir de chiffres Mali et de chiffres OMS, tout comme un individu mort de Ebola est un individu qui a été de son vivant prélevé et  dit positif.
J’ai été assez troublé par le cas du « patient guinéen » dont on m’a dit que l’on ne peut dire selon les spécialistes, qu’il est mort d’Ebola de façon nette, sauf à dire que la cause de sa mort est  liée à Ebola de façon « hautement probable ». Bien évidemment, au regard de la propagation qui s’en est suivie.
Je souhaite vivement que les enquêtes en cours pour connaître les conditions et modalités exactes de l’introduction de cette personne malade de Guinée au Mali soient connues, portées à la connaissance de tous de sorte que le sanctions soient effectivement prises. Cette personne a traversé une frontière où se troue positionnée une brigade de police, de gendarmerie, de douane, la sécurité d’Etat, a séjourné dans une clinique, est arrivée à Bamako et toue la suite.
Karim, voici une belle occasion là également de mettre en œuvre l’idée d’installer  une « Commission Indépendante d’Investigation » conduite par des personnes compétentes, engagées, volontaires et totalement non conflictées.
Meilleures salutations
Mamadou Ismaela Konate

Le cas sans rapport avec la clinique privée de Bamako est certainement celui de Koutiala.

Une personne ressource de là-bas, jusqu’à présent très fiable, m’ a dit que la personne en question est arrivée saignant du nez dans un centre sanitaire et y est décédée dans quelques instants. La dépouille n’a pas été restituée à sa famille. Un prélévement de sang a eu lieu et fut envoyé à Bamako. C’ est après l’ arrivée des résultats négatifs de l’ analyse que la dépouille a été restituée à la famille, puis enterrée.

La source m’a dit que le dispositif, le comportement du corps médical et la sensibilisation dans les écoles et “même” dans les familles donnent confiance.

Cette source déplore qu’ une partie de l’ opposition veuille utiliser la situation dûe à l’ Ebola pour leurs buts politiques. Il a aussi déplorer l’ attitude de certains bana-banas vulgaires (minuscules commerçants ambulants), la plupart ignorants, qui sèment la panique avec des rumeurs et de faux produits anti-ebola.

Je dirais alors attention à l’ opposition politique de ne pas confondre leur rôle d’ opposition avec la critique d’ une situation sanitaire et hygiènique totalement insuffisante bien et très bien avant Ebola.

Bien cordialement

M. Diagayété

 

Pourparlers a Alger

Mr Ba,

Je supporte entierement et religieusement cette idee. Si les positions ne sont conciliables, nous devons prendre nos responsabiltes. Nous ne pouvons pas continuer
a se faire humulier comme ca par un groupuscule d’individus.

Nous sommes fatigues d’etre les seules victimes. Ces irredentistes sont les seuls a prendre des armes contre tout le monde, contre tout le pays a chaque fois qu’ils sont en penurie.

Si le gouvernement et l’armee malienne ne peuvent assurer la securite des peuples, ils seront obliges de prendre des armes. Cela est normal.  Et, nous verrons les resultats si tout le monde prenait les armes contre eux.

Tout ca n’est que le resultat du fait qu’on a caresse cette histoire de trop. Nous avions tous ete victimes de la mauvaise gouvernance. Cependant, les autres fils du pays sont entrain de faire des choses extraordinaires chez eux dans leurs villages et regions. A titre d’exemple, il y a ( si je ne me trompe pas ) 26 centres de sante communautaire a Kayes et 24 de ces centres ont ete construits et finances par des fils de Kayes.

Etant de Kayes, je pense que c’est injuste de la part du gouvernement et de ses faux partenaires de faire calmer ces irredentistes, mais en abusant les autres fils du pays. Cela ne peut continuer eternellement.

Je profite donc de ce site pour informer tout le monde du lancement prochain d’un mouvement kayesien pour les interets de la region de Kayes. L’idee a ete initieeee e par des kayesiens de la Diaspora.

Merci
Sidy Danioko

2014-11-24 9:14 GMT-08:00 Mamudu BA :

Bonsoir chers amis du Mali!

Nous supportons notre équipe du Mali.
Le Mali ne pourra jamais céder un centimètre de son sol encore moins
de son territoire aux terroristes et bandits armés associés ou non!
S’ils ne veulent pas céder pour la PAIX tant attendue pour tous:
Je suggère au Gouvernement de donner quartier libre aux Mouvements
GandKoye, Ganda Iso, et tous les patriotes convaincus de faire valoir
leurs appartenances et propriétés des différentes zones d’ou ils sont!
Je suggère que le Gouvernement donne et favorise le port d’armes à
tout ceux qui le désirent!
Je suggère et je conseille vivement que le Nation ferme la frontière
d’avec la Mauritanie afin que nous voyions plus clair dans le reste!
Le Mali ne sera jamais diviser, ni morceler Incha-Allah!

BA Mamadou


Selon RFI les negociations butent sur un refus de Bamako de ceder du terrain sur la gestion des regions et l appellation Azawad, tandis que les rebelles ne veulent pas lacher l idee de forme federale de l etat. Le Secretaire d Etat adjoint americain aux affaires africaines etait attendu a Alger (http://www.rfi.fr/afrique/20141123-algerie-nord-mali-negociations-terrorisme-bamako-minusma/).

Je suis pour un demembrement ordonne de l Etat malien pour une nouvelle recomposition sur un modele federal et je pense qu Alger reprensente la maniere la plus systematique d y arriver, une forte autonomie qui force a une revision constitutionnelle et menera eventuellement a une belle mort du Mali comme on le connait mais je vais prendre du recul et juger la situation.

La position malienne est plus intenable que celle des rebelles. Non seulement le gouvernement negocie en position de faiblesse sur le terrain, on peut remercier IBK et Mara pour cela, mais avec l intensification djihadiste, la pression va en s accroissant pour une solution politique rapide. Mais surtout a qui profitera le statu quo en cas d echec des negociations? Une reprise de la guerre est du domaine des fantasmes, si il y avait une ardeur au niveau de la hierarchie, cela s est rapidement dissipe après le fiasco de Kidal, et je vois mal la Minusma ou la France cautionner une autre charge fantasque qui risquera d approcher les mouvements rebelles, lire la MUJAO, encore plus pres de leurs bases au Nord. Une guerre par proxies, comme c est deja le cas, peut continuer a embeter le MNLA and co mais sans grand changement strategique et surtout aux frais des populations locales qui verront un retour a la paix s eloigner avec chaque “derapage”.

Donc les grands gagnants d un echec d Alger seront le pouvoir d IBK d un cote et les groupes armes de l autre. IBK parce qu il n aura pas a s inquieter a terme d une reorganisation de l etat malien qui pourra echapper a son controle et finira logiquement par limiter son pouvoir et lui reclamer des comptes, et les mouvements armes, de tout bord, qui continueront a profiter du vide du pouvoir dans le septentrion. Le plus grand gagnant sera probablement l Azawad epure. Le MNLA and Co continueront a s implanter dans une zone ou une independance de facto existe deja, et avec la crise economique et securitaire et la depopulation que cela encourage, avec chaque depart d un habitant de la region, c est un element vivant d une societe multiethnique et multiraciale qui disparait, donc moins de Mali potentiel a chaque depart. Ceci ne se limite pas necessairement aux non touaregs, nous savons tous a quel point l equation ethnique est compliquee dans chaque region malienne, pas seulement au nord, mais il est fort probable que le MNLA radical se fera un plaisir d encourager le depart de tout ceux qu ils voient comme un lien avec le Mali.

Un demembrement du Mali est ineluctable, j en ai l intime conviction. Une telle situation ou la predation au sommet de l etat ne se gene meme plus de l apparence d honnetete dans une atmosphere de crise securitaire existentielle a tout les ingredients d une faillite d etat qui se dirige vers d autres crises encore plus destabilisantes. Mais il n y pas de bon coup d etat, c est generalement le produit d un echec qui n offre que des raccourcis, en tout cas, une transition reussie exige un minimum de vivier de vertus qui puisse servir de tampon aux derives du genre IBK. Une classe moyenne impreignee de valeurs universelles d education, de tolerance et du respect des droits est un exemple de vivier, ce qui est encore tres restraint au Mali.

Notre plus grand espoir d un changement radical sans bouleversement majeur des grands equilibres de la societe est donc un processus ineluctable initie par une reussite d Alger. Ironiquement, les exigences du MNLA dans le cadre de l Accord de Ouagadougou sont devenues le vecteur du changement au Mali. Exiger une solution dans le cadre republicain ne peut que beneficier le pays dans son ensemble, sinon, comme on dit, meme si le MNLA perd, il gagne, seulement si il perd a Alger, c est le pays dans son ensemble qui perd aussi.

Souleymane Soukouna