Le PARENA au 3ème congrès de l’UR

Bonjour à tous,

Je regrette que le Président du PARENA dans recherche survie et d’existence comme acteur politique continue à se servir du Vouvouzela pour crier plus fort et diffuser les mots d’ordre des ennemis du Mali.

Je regrette, pour ceux  qui n’ont pas encore compris les vraies intentions du président du Parena.

Le Président du PARENA, a choisi le camp anti-Mali, il s’est mobilisé et mis tous ses efforts pour faire matérialiser l’humiliation du Mali par la signature des accords préliminaires de Ouagadougou le 18 juin 2013. C’est cet accord qui est à la base de tous les problèmes que nous avons depuis et des difficultés de négociations actuelles.

Le président du Parena doit rendre compte au peuple malien sur :

  • Son soutien à  la CEDEAO et son embargo illégal contre le Mali
  • Son soutien à la lettre du Pr Dioncoudna Traoré qui a non seulement autorisé l’intervention française mais aussi l’interdiction de Kidal à l’armée malienne
  • Son soutien au MNLA contre le Mali et son forcing pour les accords préliminaires de Ouagadougou le 18 juin 2013.
  • Son refus de se soumettre au verdict du peuple pendant les élections présidentielles et législatives de 2013.

Nous, contrairement au président du Parena:

  • Nous avons choisi le camp du Mali contre ceux qui ont pris en otage la démocratie malienne, soutenu l’opportunité du changement  du 22 mars 2012.
  • Nous nous sommes mobilisés pour les concertations nationales souveraines
  • Nous nous sommes mobilisés pour le renforcement de l’armée malienne
  • Nous avons accepté malgré tout de nous soumettre au verdict des urnes aux les élections présidentielles et législatives de 2013.
  • Nous avons choisi de mettre le Mali en avant en appelant à voter IBK au 2ème tour contre le retour en arrière contre les ennemis du Mali.
  • Nous avons la légitimité  de continuer à nous battre pour concrétiser l’espoir de changement du peuple malien.

Bon courage à nous tous pour  un Mali sans Ebola

Rokia Sanogo

Traveling from Mali — Enhanced Airport Entry Screening…

This is an official
CDC HEALTH ADVISORY
 
Distributed via the CDC Health Alert Network
November 24, 2014, 12:15 ET (12:15 PM ET)
CDCHAN-00372
 

Enhanced Airport Entry Screening and Active Post-Arrival Monitoring for People Traveling to the United States from Mali
 

Summary
 
On November 13, 2014, the Centers for Disease Control and Prevention (CDC) released a travel alert (Level 2) for Mali following reports of a cluster of Ebola cases in Bamako, Mali, that were linked to a man who had become sick in Guinea and traveled to Bamako, Mali.  CDC is working with the government of Mali, the World Health Organization (WHO), and other partners to control further spread of Ebola in Mali. In addition, CDC is working with the Department of Homeland Security (DHS) to expand enhanced entry screening at U.S. airports and post-arrival monitoring of people whose travel originates in Mali.  
 
The purpose of this HAN Advisory is to inform public health officials and the public of the following additional precautions taken to reduce the risk of Ebola cases entering the United States from Mali:
 
·         Effective Monday, November 17, people arriving into the United States whose travel began in Mali are subject to the same enhanced entry screening activities, including health and Ebola exposure assessments that are already in place for travelers from Guinea, Liberia, and Sierra Leone.
·         All travelers entering the United States from Mali are subject to the 21-day active post-arrival monitoring and movement protocols now in effect for travelers from Guinea, Liberia, and Sierra Leone, with twice-daily temperature and symptom checks in coordination with state or local public health authorities.
 
Background
 
CDC is working closely with other U.S. government agencies, WHO, ministries of health, and other international partners in a global emergency response to the current epidemic of Ebola in Guinea, Liberia, and Sierra Leone. Beginning in October 2014, a series of actions were taken to reduce the risk of air travelers with Ebola entering the United States undetected, particularly if they are symptomatic. Almost all travelers from Guinea, Liberia, and Sierra Leone to the United States are now routed though one of five airports (New York JFK, Newark, Washington-Dulles, Chicago-O’Hare, and Atlanta Hartsfield-Jackson) where enhanced entry screening is conducted by DHS and CDC. All travelers are evaluated according to their risk level of exposure to Ebola while they had been in Guinea, Liberia, or Sierra Leone. Travelers also undergo active post-arrival monitoring, which means that those without fever or symptoms consistent with Ebola (e.g., muscle pain, fatigue, diarrhea, vomiting), and who are not considered as high risk and allowed to travel to their final destination are followed up daily by state and local health departments for a period lasting 21 days from the date of their departure from West Africa. People who are symptomatic are isolated and medically evaluated. CDC is providing assistance with active post-arrival monitoring to state and local health departments, including information on travelers arriving in their states, and upon request, is providing technical support, consultation, and funding.
 
Since November 10, CDC has been working with WHO and other partners in response to reports of a cluster of Ebola cases in Bamako, Mali. The cluster of cases in Bamako is linked to a man who had traveled to Bamako after becoming sick in Guinea. Public health authorities in Mali and Guinea are actively investigating a number of confirmed cases of Ebola in Mali in recent days. CDC has deployed a team of experts to Mali to assist in the investigation and control efforts. On November 13, CDC released a travel alert (Warning, Level 2) recommending that travelers to Mali protect themselves by avoiding contact with the blood and body fluids of people who are sick because of the possibility such persons may be sick with Ebola.
 
As a further precaution, CDC and the DHS have added Mali to the list of nations (i.e., Guinea, Liberia, Sierra Leone) for which enhanced screening and active post-arrival monitoring measures will be taken.
 
Precautionary Measures Implemented
 
Effective Monday, November 17, people arriving in the United States whose travel began in Mali are subject to the same enhanced entry screening activities, including health and Ebola exposure assessments, which are already in place for travelers from Guinea, Liberia, and Sierra Leone.
 
In addition, all travelers entering the United States from Mali are subject to the 21-day active post-arrival monitoring and movement protocols now in effect for travelers from Guinea, Liberia, and Sierra Leone, with twice-daily temperature and symptom checks in coordination with state or local public health authorities.
 
DHS will work with the airlines to ensure re-routing for the few travelers from Mali not already scheduled to land at one of the five airports in the United States (New York JFK, Newark, Washington-Dulles, Chicago-O’Hare, and Atlanta Jackson-Hartsfield) that are already performing screening on passengers from Guinea, Liberia, and Sierra Leone.
 
For More Information
 
For additional information about the Ebola epidemic in West Africa, visit CDC’s website at http://www.cdc.gov/vhf/ebola/.  
 

The Centers for Disease Control and Prevention (CDC) protects people’s health and safety by preventing and controlling diseases and injuries; enhances health decisions by providing credible information on critical health issues; and promotes healthy living through strong partnerships with local, national, and international organizations.

Malilink Discussion Forum
Where The Malian Intelligentsia Meets
administrator@malilink.net
www.malilink.net
Pour vous désabonner de ce groupe et ne plus recevoir d’e-mails le concernant, envoyez un e-mail à l’adresse malilink+unsubscribe@malilink.net.

Le PARENA au 3ème congrès de l’URD

Mr Dramé,

Je ne comprends pas votre démarche d’accabler le PM des évènements de Mai 2014. Ce n’est pas le PM qui est responsable du 17 Mai. Il a un chef, le Président de la république, qui lui a ordonné d’être à Kidal le 17 Mai et il l’avait fait savoir au monde entier un mois auparavant  (source : interview dans jeune Afrique) que le PM se rendrait à Kidal. Je voulais que le président lui même soit à Kidal au mois de Mai 2014. Il avait foulé les terres de Kidal en 2013 lors des campagnes et je pensais qu’il allait avoir le courage de se rendre à Kidal lorsqu’il a été président. Il a envoyé son PM à sa place après avoir consulté les partenaires techniques, les services de renseignements et les forces de sécurité du Mali. Le PM a failli perdre sa vie et on continue à l’accabler comme le fautif alors que les vrais fautifs se trouvent ailleurs. Les premiers fautifs sont les éléments du MNLA qui ont violé de façon flagrante l’accord de Ouaga. Ils n’ont jamais respecté ce dit Accord. Pour certains Maliens, les éléments du MNLA sont des saints et tout le malheur du Mali sur Kidal vient du PM qui failli perdre sa vie en affirmant courageusement la souveraineté du Mali. Je le dis encore, la question du nord a une dimension plus grande que les calculs politiques et nous devrons nous unir pour affronter le même adversaire.

Barou Sam


Bonjour Monsieur Dramé,
Mais je suis entièrement d’accord avec vous que les groupes étaient à quelques km des grandes villes du nord. Ce que vous aussi vous semblez refuser de reconnaître c’est que ces groupes n’ont été jamais cantonné, comme “l’accord” de Ouaga le demandait. Ils étaient libres et se trouvaient partout où ils voulaient être. Avant mai 2014 et après.
Vous parlez de redéploiement progressif des forces maliennes envisagées après la visite du CEMGA. Donc je note que cela n’a pas eu lieu.
Et que la verite c’est que les autorités maliennes ne pouvaient pas se rendre à Kidal; ils n’étaient pas autorisés. Ni Tatam Ly, ni Mara. Par qui ? Pourquoi ?
Peut-on vraiment parler de maîtrise du terrain par le Mali dans la situation que vous savez de l’époque ?
Les préfets et sous-préfets n’auraient jamais dus être envoyés dans cette zone. C’était une erreur monumentale qui a été commise par les autorités de la transition.
Vous vous souvenez nous débattions ici même de la nécessité coûte que coûte de faire des élections (certains avis le voulais même si le nord ne devait pas y participer). Alors on a trouvé un simulacre de présence de l’administration dans ces zones même sous occupation par les bandits et djihadistes en y envoyant des représentants de l’état qui ne pouvaient nullement assurer quoi que se soit de transparent des élections là-bas.
Mon héro. Vous me comprendrez un jour que je vous souhaite, si vous êtes au pouvoir. Je n’ai pas l’occasion de faire la même chose que vous face au président de la république. Si j’avais l’occasion je lui dirai moi aussi que l’affaire de l’avion et des surfacturations nécessitent qu’il s’adresse à la nation. Qu’il ait traduire en justice toutes les personnes qui y sont mêlées. Mais que je le soutenais, lui et son gouvernement, dans la lutte contre les bandits et les djihadistes.
Si Moussa est sur le réseau et me lit encore, je voudrai qu’il sache qu’il y a quand même des maliens, comme moi, qui soutiennent son action à Kidal. Nous sommes bien d’accord Monsieur Dramé que je revendique cette action du PM MARA.
J’ai échangé un nombre élevé de mails avec Soukouna sur le nord et la crise multiforme. Des plus intenses jusqu’aux plus terre à terre comme on dirai. L’impression que j’en ai tiré est bien ce que je disais dans mon précédent email.
Des échanges j’ai compris ceci :
1. Pour Soukouna (et pour Ndack Kane) le problème des “touaregs” est un problème réel auquel le Mali doit trouver une solution, le plus vite serait le mieux. Sinon les puissances ne nous attendrons pas éternellement.
2. Lui propose et souhaite ardemment une fédération ou autonomie(?) poussée pour résoudre le problème.
J’ai lu aussi que vous proposez que les gouverneurs de régions soient élus désormais. Mais vous n’allez pas plus loin.
Peut être que la solution Soukouna pourrait satisfaire les rebelles. À-t-on questionné les autres pour savoir ce qu’ils veulent ? Ca, ça manque à la solution Soukouna pour qu’elle puisse intéressée une majorité des gens du nord et des maliens qui ont manifesté bruyamment pour faire savoir leur opposition à la proposition des rebelles.
La leur vous la connaissez. Pour moi, à défaut d’avoir une indépendance, elle se résume à diviser le Mali en deux entités : une au nord, une autre au sud.
Qu’en est-il de ce que veulent les autres ? Quel est votre avis sur cette proposition des rebelles ? Cela m’intéresse, mais peut être aussi les autres malilinkers.
Pour revenir à la guerre mon point de vue est clair : nous ne pouvons pas nous asseoir et continuer éternellement à dire et débattre que nous n’avons pas les moyens de faire la guerre contre nos ennemis. C’est insensé et incompréhensible. D’autres moins armés que nous la font et réussissent à protéger les leurs. Ils perdent quelques batailles aussi.
Il en vas autrement si nous sommes convaincus que ce nord là ne vaut pas la peine que l’on y perde des hommes. “Il n’y a que du sable et la désolation là-bas”. Et des choses de ce genre. Aperceviez-vous même s’ils vous plait.
Cordialement

____________________
Chouaibou

Avant mai 2014, on avait organisé à Kidal l’élection présidentielle et les législatives.
Avant mai 2014, il y avait à Kidal  un gouverneur, des préfets, des sous-préfets.
Avant la visite du Premier ministre, les bâtiments officiels, le Gouvernorat en particulier avaient été récupérés, puisqu’il y a tenu la fameuse réunion du 17 mai, le drapeau malien flottait sur Kidal. L’antenne de l’ORTM était redevenue sous le contrôle de l’État.
Nous y avons (malheureusement cantonné au départ) un contingent des FAMAS qui avait reçu des renforts les 15  et 16 mai.
Quelques jours avant la visite du Premier ministre, le chef d’État-major général des armées venait de boucler une visite de toutes les localités de la région de Kidal avec le projet d’y redéployer progressivement des unités des FAMAS.
Le Projet FIDA de Kidal qui avait repris ses activités, restauré ses bâtiments, redéployé ses agents avait organisé une visite des chefs des services techniques ( Élevage, Agriculture, Santé, Hydraulique…) dans toute la région en vue d’une reprise des activités.Monsieur Maïga, je n’insinue  pas que la situation avant mai 2014 était meilleure qu’aujourd’hui, je l’AFFIRME.
Soutenir le contraire, comme vous le faites, procède d’une cécité et d’une mauvaise foi incompréhensibles.
Vous connaissez la région, puisque vous vous proposez de la faire visiter à Soukhouna, voulant utiliser sa “méconnaissance” de la région comme un argument  pour l’exclure du débat.
Alors, puisque vous connaissez la région, où se situe Djebock?  A 40 kms de Gao. Et bien, au lendemain du 21 mai, les groupes étaient à Djebock.
Les camionneurs de Gao, payaient, à Djebock,  des droits aux miliciens des groupes pour aller en Algérie.
Peut-on comparer une telle réalité avec celle qui prévalait entre juin 2013 ( date de la signature du ” papier” de Ouagadougou (!) et la visite de votre de votre héros, le 17 mai 2014 à Kidal.
Nous n’avons pas fini de mesurer les conséquences militaires, politiques et morales de cette aventure irresponsable, comme je l’ai dit , de vive voix , au Chef de l’État, en présence du Premier ministre, le 22 novembre.
Bonne journée à toutes et à tous,
Tiébilé Dramé.

Ebola: Situation à la date du lundi 24 Nov 2014

Je suis à Bamako et n’ai vraiment pas ressenti une telle attitude l’opposition, face à Ebola.
Le sujet pour moi est et demeure Kouremalé qui est le plus gros foyer de la maladie.
Cela est du à la proximité de la Guinée, pays fortement infesté et la mollesse de la réaction des autorités politiques de ce pays à prendre en main les choses.
 Aucun effort significatif ne peut avoir de suite positive au Mali si rien n’est fait en Guinée.
Secondement, il est important qu’en matière de chiffre, les choses soient concordantes, tout comme pour les normes.
Il ne devrait pas y avoir de chiffres Mali et de chiffres OMS, tout comme un individu mort de Ebola est un individu qui a été de son vivant prélevé et  dit positif.
J’ai été assez troublé par le cas du « patient guinéen » dont on m’a dit que l’on ne peut dire selon les spécialistes, qu’il est mort d’Ebola de façon nette, sauf à dire que la cause de sa mort est  liée à Ebola de façon « hautement probable ». Bien évidemment, au regard de la propagation qui s’en est suivie.
Je souhaite vivement que les enquêtes en cours pour connaître les conditions et modalités exactes de l’introduction de cette personne malade de Guinée au Mali soient connues, portées à la connaissance de tous de sorte que le sanctions soient effectivement prises. Cette personne a traversé une frontière où se troue positionnée une brigade de police, de gendarmerie, de douane, la sécurité d’Etat, a séjourné dans une clinique, est arrivée à Bamako et toue la suite.
Karim, voici une belle occasion là également de mettre en œuvre l’idée d’installer  une « Commission Indépendante d’Investigation » conduite par des personnes compétentes, engagées, volontaires et totalement non conflictées.
Meilleures salutations
Mamadou Ismaela Konate

Le cas sans rapport avec la clinique privée de Bamako est certainement celui de Koutiala.

Une personne ressource de là-bas, jusqu’à présent très fiable, m’ a dit que la personne en question est arrivée saignant du nez dans un centre sanitaire et y est décédée dans quelques instants. La dépouille n’a pas été restituée à sa famille. Un prélévement de sang a eu lieu et fut envoyé à Bamako. C’ est après l’ arrivée des résultats négatifs de l’ analyse que la dépouille a été restituée à la famille, puis enterrée.

La source m’a dit que le dispositif, le comportement du corps médical et la sensibilisation dans les écoles et “même” dans les familles donnent confiance.

Cette source déplore qu’ une partie de l’ opposition veuille utiliser la situation dûe à l’ Ebola pour leurs buts politiques. Il a aussi déplorer l’ attitude de certains bana-banas vulgaires (minuscules commerçants ambulants), la plupart ignorants, qui sèment la panique avec des rumeurs et de faux produits anti-ebola.

Je dirais alors attention à l’ opposition politique de ne pas confondre leur rôle d’ opposition avec la critique d’ une situation sanitaire et hygiènique totalement insuffisante bien et très bien avant Ebola.

Bien cordialement

M. Diagayété

 

Pourparlers a Alger

Mr Ba,

Je supporte entierement et religieusement cette idee. Si les positions ne sont conciliables, nous devons prendre nos responsabiltes. Nous ne pouvons pas continuer
a se faire humulier comme ca par un groupuscule d’individus.

Nous sommes fatigues d’etre les seules victimes. Ces irredentistes sont les seuls a prendre des armes contre tout le monde, contre tout le pays a chaque fois qu’ils sont en penurie.

Si le gouvernement et l’armee malienne ne peuvent assurer la securite des peuples, ils seront obliges de prendre des armes. Cela est normal.  Et, nous verrons les resultats si tout le monde prenait les armes contre eux.

Tout ca n’est que le resultat du fait qu’on a caresse cette histoire de trop. Nous avions tous ete victimes de la mauvaise gouvernance. Cependant, les autres fils du pays sont entrain de faire des choses extraordinaires chez eux dans leurs villages et regions. A titre d’exemple, il y a ( si je ne me trompe pas ) 26 centres de sante communautaire a Kayes et 24 de ces centres ont ete construits et finances par des fils de Kayes.

Etant de Kayes, je pense que c’est injuste de la part du gouvernement et de ses faux partenaires de faire calmer ces irredentistes, mais en abusant les autres fils du pays. Cela ne peut continuer eternellement.

Je profite donc de ce site pour informer tout le monde du lancement prochain d’un mouvement kayesien pour les interets de la region de Kayes. L’idee a ete initieeee e par des kayesiens de la Diaspora.

Merci
Sidy Danioko

2014-11-24 9:14 GMT-08:00 Mamudu BA :

Bonsoir chers amis du Mali!

Nous supportons notre équipe du Mali.
Le Mali ne pourra jamais céder un centimètre de son sol encore moins
de son territoire aux terroristes et bandits armés associés ou non!
S’ils ne veulent pas céder pour la PAIX tant attendue pour tous:
Je suggère au Gouvernement de donner quartier libre aux Mouvements
GandKoye, Ganda Iso, et tous les patriotes convaincus de faire valoir
leurs appartenances et propriétés des différentes zones d’ou ils sont!
Je suggère que le Gouvernement donne et favorise le port d’armes à
tout ceux qui le désirent!
Je suggère et je conseille vivement que le Nation ferme la frontière
d’avec la Mauritanie afin que nous voyions plus clair dans le reste!
Le Mali ne sera jamais diviser, ni morceler Incha-Allah!

BA Mamadou


Selon RFI les negociations butent sur un refus de Bamako de ceder du terrain sur la gestion des regions et l appellation Azawad, tandis que les rebelles ne veulent pas lacher l idee de forme federale de l etat. Le Secretaire d Etat adjoint americain aux affaires africaines etait attendu a Alger (http://www.rfi.fr/afrique/20141123-algerie-nord-mali-negociations-terrorisme-bamako-minusma/).

Je suis pour un demembrement ordonne de l Etat malien pour une nouvelle recomposition sur un modele federal et je pense qu Alger reprensente la maniere la plus systematique d y arriver, une forte autonomie qui force a une revision constitutionnelle et menera eventuellement a une belle mort du Mali comme on le connait mais je vais prendre du recul et juger la situation.

La position malienne est plus intenable que celle des rebelles. Non seulement le gouvernement negocie en position de faiblesse sur le terrain, on peut remercier IBK et Mara pour cela, mais avec l intensification djihadiste, la pression va en s accroissant pour une solution politique rapide. Mais surtout a qui profitera le statu quo en cas d echec des negociations? Une reprise de la guerre est du domaine des fantasmes, si il y avait une ardeur au niveau de la hierarchie, cela s est rapidement dissipe après le fiasco de Kidal, et je vois mal la Minusma ou la France cautionner une autre charge fantasque qui risquera d approcher les mouvements rebelles, lire la MUJAO, encore plus pres de leurs bases au Nord. Une guerre par proxies, comme c est deja le cas, peut continuer a embeter le MNLA and co mais sans grand changement strategique et surtout aux frais des populations locales qui verront un retour a la paix s eloigner avec chaque “derapage”.

Donc les grands gagnants d un echec d Alger seront le pouvoir d IBK d un cote et les groupes armes de l autre. IBK parce qu il n aura pas a s inquieter a terme d une reorganisation de l etat malien qui pourra echapper a son controle et finira logiquement par limiter son pouvoir et lui reclamer des comptes, et les mouvements armes, de tout bord, qui continueront a profiter du vide du pouvoir dans le septentrion. Le plus grand gagnant sera probablement l Azawad epure. Le MNLA and Co continueront a s implanter dans une zone ou une independance de facto existe deja, et avec la crise economique et securitaire et la depopulation que cela encourage, avec chaque depart d un habitant de la region, c est un element vivant d une societe multiethnique et multiraciale qui disparait, donc moins de Mali potentiel a chaque depart. Ceci ne se limite pas necessairement aux non touaregs, nous savons tous a quel point l equation ethnique est compliquee dans chaque region malienne, pas seulement au nord, mais il est fort probable que le MNLA radical se fera un plaisir d encourager le depart de tout ceux qu ils voient comme un lien avec le Mali.

Un demembrement du Mali est ineluctable, j en ai l intime conviction. Une telle situation ou la predation au sommet de l etat ne se gene meme plus de l apparence d honnetete dans une atmosphere de crise securitaire existentielle a tout les ingredients d une faillite d etat qui se dirige vers d autres crises encore plus destabilisantes. Mais il n y pas de bon coup d etat, c est generalement le produit d un echec qui n offre que des raccourcis, en tout cas, une transition reussie exige un minimum de vivier de vertus qui puisse servir de tampon aux derives du genre IBK. Une classe moyenne impreignee de valeurs universelles d education, de tolerance et du respect des droits est un exemple de vivier, ce qui est encore tres restraint au Mali.

Notre plus grand espoir d un changement radical sans bouleversement majeur des grands equilibres de la societe est donc un processus ineluctable initie par une reussite d Alger. Ironiquement, les exigences du MNLA dans le cadre de l Accord de Ouagadougou sont devenues le vecteur du changement au Mali. Exiger une solution dans le cadre republicain ne peut que beneficier le pays dans son ensemble, sinon, comme on dit, meme si le MNLA perd, il gagne, seulement si il perd a Alger, c est le pays dans son ensemble qui perd aussi.

Souleymane Soukouna

Ebola: “Situation à la date du dimanche 23 novembre 2014″

Pour la 1ère question: le foyer est toujours celui du Guinéen (foyer Pasteur); mais celui-là étant mort (et enterré) il y a plus de 3 semaines, le nouveau cas suspect est sûrement dû à une contamination par le canal d’autres victimes  (comme l’infirmier ou le médecin de Pasteur).
Pour la 2ème question: il s’agit de 2 personnes différentes — la personne de Koutiala a été testée le 22 Novembre. L’autre cas suspect a été détecté “ce jour”, donc le 23 Novembre.
C’est vrai que c’est un peut confus. Je pense qu’un tableau comme celui de Wane qui liste les victimes décédées et malades (ainsi que celles qui seront guéries) en plus des cas suspects serait plus facile à comprendre. Cet effort de communication doit quand même être salué.

Il est bien de voir aussi que le nombre de personne-contacts est en diminution — nous sommes désormais à 271. Et chaque jour qui passe sans cas avéré est une aubaine. D’après mes calculs les dates butoirs (fin de la période d’incubation) arrivent dans une ou deux semaines:

# l’infirmier et le médecin ont été hospitalisés le 8 Novembre, la date butoir sera le 29 Novembre;
# pour les autres victimes (famille hôte de l’imam), les décès ont eu lieu entre le 10 et 14 Novembre — la date butoir sera entre le 1er et le 5 Décembre.
______________________

A. Karim Sylla

Un nouveau cas d’Ebola détecté

Les autorités maliennes ont délibérément ignoré le cas d’Issa Keita (l’ami de vieux Guinéen) pour réduire le nombre de cas.  Selon les décomptes de l’OMS, c’est un cas probable (très suspect) parce qu’il a été en contact avec un malade atteint du virus Ebola et deux autres personnes ayant eu contact avec lui ont contracté la maladie et en sont décédés.  On n’a pas pu conduire des prélèvements sur le corps de Mr Keita parce qu’on l’avait déjà enterré à l’arrivée de l’équipe d’intervention. N’empêche, des éléments épidémiologiques suggèrent fortement que Mr Keita serait atteint de la maladie à virus Ebola ; par conséquent,  on doit le comptabiliser selon les normes de l’OMS.

Barou Sam


Fad,

Les individus qui ont été en contact avec les différents malades ou cas suspects sont des sujets à contact. Le temps d’incubation qui est 21 jours au maximum est le temps requis pour la surveillance médicale de chaque sujet à contact. Le vieux Guinéen est décédé le 25 Octobre et son corps a été enterré le 28 de manière non sécuritaire selon les règles sanitaires.  Le dernier sujet à contact en relation avec le vieux Guinéen serait suivi du 28 Octobre au 18 Novembre. Par conséquent, aucun sujet à contact relation avec le vieux Guinéen n’est surveillé actuellement dans le cadre du suivi de la maladie à virus Ebola.  La diminution de sujets à contact est lié au non suivi de ces individus.

Barou


2014-11-24 21:53 GMT-06:00 Fad Seydou :
Merci Barou pour l’explication,
Je voudrais savoir la raison de passer de 310 a 271 personnes sous surveillance alors qu’elles sont toutes liees au cas de l’Imam venu de la Guinee.
Cdmt. Fad

How Much Bleach With Water For Ebola Virus Disinfection

How Much Bleach With Water For Ebola Virus Disinfection

Add 1 part bleach to 9 parts water (1:10 dilution factor)

From the Public Health Agency of Canada:

EBOLA VIRUS SUSCEPTIBILITY TO DISINFECTANTS:
Ebolavirus is susceptible to 3% acetic acid, 1% glutaraldehyde, alcohol-based products,

and dilutions (1:10 – 1:100 for ≥10 minutes) of 5.25% household bleach (sodium hypochlorite), and calcium hypochlorite (bleach powder).

The WHO recommendations for cleaning up spills of blood or body fluids suggest flooding the area with a 1:10 dilutions of 5.25% household bleach for 10 minutes for surfaces that can tolerate stronger bleach solutions (e.g., cement, metal).

For surfaces that may corrode or discolor, they recommend careful cleaning to remove visible stains followed by contact with a 1:100 dilution of 5.25% household bleach for more than 10 minutes.

www.publichealth.gc.ca

Note: While the Ebola virus disinfection advice given above references 5.25% bleach, today’s newer regular bleach is typically 8.25% concentration (of sodium hypochlorite) and therefore a bit stronger (implying a slightly less required bleach-to-water ratio). However, given the use-case scenario (Ebola virus) I would still follow the same recommendation of 1 part regular bleach to 10 parts water (a slightly stronger solution will only help matters while using 8.25% regular bleach).

Example: To make a bit more than half a gallon of Ebola virus disinfectant, simply use a 1-cup measuring cup and dump 1 cup of regular bleach into a bucket, and then add 9 cups of water.

If anyone finds more specific information from the CDC or WHO, regarding bleach-to-water ratio for disinfecting Ebola virus, let us know…

For those of you in health care, hospital workers, etc., what are you being told regarding Ebola virus disinfection (if anything)?

Source:http://modernsurvivalblog.com/pandemic/ebola-virus-disinfection-with-bleach/

Le Gouvernement organise une campagne d’information et de sensibilisation sur les pourparlers d’Alger

Mohamed mon cher compatriote,
Vous avez abordé deux choses dans votre intervention.
a. Le gouvernement malien qui organise [finalement] une campagne d’information et de sensibilisation au sujet des pourparlers inclusifs à Alger.
b.  La question “Comment recoudre le tissu social déchiré au nord du Mali?”
Je sais que vous êtes à l’avant garde de la lutte contre les fossoyeurs de notre pays. Et c’est la raison pour laquelle je voudrai tenter de répondre à votre deuxième question.
À la différence des groupes armés qui semble t il sont allés au contact des réfugiés et des Kidalois, je trouve que le gouvernement a fait une très piètre prestation de communication et de sensibilisation. Leur tentative d’explication se sont arrêté au niveau des chefs lieu de région. Ils avaient une volonté de ne pas diffusé le document (confus) produit par la médiation. Avaient ils réellement l’intention de sensibiliser les citoyens ? J’en doute.
Ceci dit, j’aborde maintenant cette question de recoudre le tissu social.
Tout d’abord, moi j’utilise les mots “nord du Mali” au lieu de nord Mali. D’ailleurs, j’aurai voulu que ce  soit le Mali tout court avec ses régions, cercles, communes, villages, fractions, hameaux, etc.
Parce que ma perception de ce mot qui figure parmi les éléments de langage de certaines personnes, est qu’il est utilisé par ceux qui l’utilisent pour désigner une entité territoriale qu’ils idéalisent comme étant acceptée comme telle; entité dans laquelle la communauté (l’unique communauté) vit harmonieusement; et bien sûre qu’ils opposent au sud du Mali. Plus clairement des gens “bien intentionnés” le conçoivent comme un état.
Or nous savons qu’il sera difficile sinon impossible de coexister dans une telle entité pour les gens du nord mêmes. Autrement Alger n’aura pas lieu. Autrement il n’y aurait pas de refoulés de Kidal. Autrement vous ne verrez pas des gens qui accueillent avec le sourire l’armée française lorsqu’elle se fait accompagner par les FAMA (alors qu’elle était regardée d’un œil accusateur quand elle partait en campagne sans les FAMA – les gens ayant ancré l’idée que ceux sont les parrains de leurs ennemis) et d’un autre côté d’autres (une minorité) qui manifestent contre la présence des FAMA.
Le nœud gordien de cette histoire de Azachose c’est que des gens “du nord” ne sont pas d’accord de concevoir cette identité ou ce désir d’affirmation d’identité comme l’unique existante au nord de ce pays. Ce que nous savons tous. Il y a des multitudes de cultures dans ce nord du Mali.
Comment réconcilier ?
Je vais encore parler de moi, parce que ce serait prétentieux de ma part de penser à la place des autres lorsqu’il s’agit de communautés. Mais nous sommes d’accord qu’il y a eu un terrible et profond fossé qui a été creusé entre elles par la faute des “revendiqueurs” qui ont pris les armes soit disant contre l’état et son gouvernement, mais qui dans les faits  se sont retrouver à terroriser et humilier les gens aux noms desquels ils “disent” se battre. Ils ont commis des crimes à Kidal contre les populations, à Gao, à Tombouctou et partout où ils ont passé.
Qu’ont fait ces pauvres gens pour mériter le sort qui a été le leur ?
Il y a eu une haine qui a été propagée par ces conquérants de nouveau genre; haine qu’ils ont déversé en tuant des innocents, en commettant des crimes impardonnables.
Donc je reviens à moi. Je n’ai pas de gène à vivre avec le bédouin de Arawane, ni le berger de Kidal, ni le commerçant de Léré. Au contraire je le revendique. Je veux vivre en paix avec eux. Eux : ce sont ceux qui n’ont pas commis des crimes. Il ne s’agit pas des bandits. Et j’imagine que tout autre humain a la même aspiration que moi. Donc les paisibles citoyens du nord de ce pays aussi; tous. Et ceux de l’ensemble du Mali d’ailleurs.
Pour vivre en paix et ensemble que faut-il faire ?
1. Je suggère que les gens du nord qui vivent sur les mêmes terroirs s’acceptent mutuellement.

 

2. Que ce point 1 signifie aussi d’accepter ce à quoi chacun aspire; parce que si il y a des intérêts contradictoires qui existeraient il n’y aura rien à faire, les guerres continueront. Le vaincu d’Aujourd’hui se soulèvera demain contre le vainqueur et peut être de manière encore plus bestiale que les premiers.

 

3. Que cela signifie qu’il faut s’asseoir et s’entendre de manière à ce que les “intérêts” ou les préoccupations des uns et des autres soient pris en compte.

 

4. Que cela voudrai dire que la propension du vainqueur d’aujourd’hui de vouloir annexer le vaincu ou l’anéantir n’est pas une base acceptable parce qu’elle ne tient pas compte de la préoccupation du vaincu.

 

5. Concrètement, il faut renoncer et cela définitivement à la notion même d’Azchose qui happerai toutes les autres cultures qui aspirent à une affirmation de leurs identités également.

 
6. Sur la base d’une acceptation/consultation des citoyens (et non d’une contrainte) que les communautés et les citoyens qui nomment leur zone par exemple Azachose. Qu’une fois cela fait que ce soit accepté par les autres communautés même si elles n’acceptent pas que ce nom soit celui de leur communauté.

 

7. Sur la même base que les communautés qui souhaitent nommer leur communauté par un autre nom le fasse et que ce soit accepté par les autres du point 6.

 

8. Que les citoyens comprennent que les bandits (ceux qui sont des héros pour certains) n’ont pas de place dans la recherche de la paix.

 

9. Qu’il va falloir accepter des principes et des règles valables pour tous et qui régissent la justice entre les citoyens sur une base éthique acceptable pour la majorité.

 

10. Qu’il faut respecter ces règles qui imposeront le châtiment pour tout contrevenant à l’ordre ainsi établi pour le bien de la communauté. C’est à dire aussi d’une majorité.

 

11. Que cette loi soit appliquée aux déviances futures mais pour que la paix s’installe résolument et se renforce, il est absolument indispensable que les coupables de crimes soient jugés et punis pour rendre justice aux faibles aussi. J’inclus dans cette catégorie les crimes commis de toute part, dans distinction aucune.

 

12. Que les communautés ou des membres de communautés qui s’aviseraient à rompre ces dispositions soient considérée comme hors la loi par les autres communautés. Mais ça s’est pour le très grand futur lorsque les citoyens et les communautés auront compris que leur salut et la paix ne peuvent exister que dans leur solidarité mutuelle l’une vis à vis de l’autre. Lorsqu’elles auront compris et accepté que la liberté individuelle garantie par tous et par l’état est la meilleure chose qui puisse assurer la paix et le développement humain.

 

En attendant il faudrait que la nation malienne se donne les moyens de pouvoir faire régner l’ordre et la quiétude, si elle comprend et accepte que le nord de ce pays est une partie intégrante du Mali. Parce que ça aussi, c’est un combat qu’il va falloir gagner à mon avis. Un combat qui mérite qu’on le fasse. Pour moi c’est un idéal que je défendrais toute ma vie et pour lequel j’éduque les miens.

Cordialement

____________________
Chouaibou