Le MLNA se tourne vers le Maroc / Mes craintes et idées pęle męle

Merci Diagayété , pour la réaction et les commentaires.

Tout à fait d’accord.
Pour essayer de préciser, nous dirons que tous les Amazighs d’Algérie ne sont pas Kabyles (de la région dite Kabylie), et tous les Kabyles ne sont pas nécessairement berbérophones ou d’origine de la Kabylie.

Pour finir sur une note plus “gaie”, nous pouvons laisser la parole à Fellag, grand humoriste Algérien, qui l’explique a peu près dans l’humour qui est le sien. Il est excellent, Fellag !

http://www.youtube.com/watch?v=LSVt0M4gVKI

A la prochaine !

Abdoul


Absoulument un debat tres enrichissant, avec plaisir voici mon pele mele 🙂
A partir du moment ou:
1-La France est deja presente,
2-Etant donne que notre armee n’est pas totalement prete a faire face a tous les defis qui existent au Nord,
3-Vu que les CEDEAO/ UA et autres (dont je ne doute pas de la bonne foi) on montre leurs limites mortelles dans la gestion des crises securitaires,
Je pense que notre pays devrait signer un accord avec la France. L’accord devra cependant etre tres bien (et prudemment) negocie. Il devra etre d’une duree courte ou moyenne (par exemple 5 a 10 ans d’abord) le temps pour le Mali de s’organiser (d’equiper, de reorganiser et de former son armee). L’accord devra prevoir une possibilite d’extension de 5 a 10 autres annees si toutes les 2 parties se trouvent satisfaites de ce qui aura ete fait pendant les 5 ou 10 premieres annees.
Avantages: Un accord de ce genre (avec la France) n’est pas tellement du gout de l’Algerie, ce qui limitera forcement l’influence de ce pays dans nos affaires, a condition que nous aussi ne continuions a croiser les bras. Aussi longtemps que l’influence de l’Algerie est limitee chez nous, nos inquietudes naissantes par rapport au Royaume Cherifien seront faciles a gerer.

Un autre avantage dans des accords (prudents bien sur) avec la France est que l’alternative avec les USA semblerait plus se baser sur ‘l’intelligence’ Algerienne qui semble a son tour faire plus du mal au Mali ces derniers temps. Nous avons vu les USA crier haut et fort la “force militaire, etc” de l’Algerie jusqu’a ce que ce que ce qui devait arriver arriva (malheureusement) a In Amenas (le site petrolier Algerien).
Enfin, je voudrais aussi ajouter que: Presentement, il n’est strategiquement meme pas possible de signer des accords avec une autre puissance que la France: Cela est peut etre du au fait que toute l’opinion internationale croit avec fermete (et a juste titre !) que c’est la France qui a chasse les terroristes au Mali. A force de dire ca, on a meme souvent tendance a mettre sous silence les autres forces des autres pays qui consacrent (au)tant de sacrifices pour debarasser le Mali de ce mal terroriste…Aucune puissance presentement en dehors de la France (ni strategiquement, ni diplomatiquement) ne souhaiterait s’y “meler” plus forte raison s’engager a signer des accords militaires d’une grande envergure avec le Mali presentement apres ce qui est percu comme une ‘grande reussite’ de la France.

Il faudrait que la donne change sur le terrain pour qu’une autre puissance puisse considerer/ou envisager une telle demarche. Ce qui pourra changer la donne pourrait etre par exemple: une grande stabilite de la zone nord, un etat fort au Mali, une armee bien organisee, bien formee et bien equipee qui aura retablie la confiance (en son sein et au sein de l’ensemble des malien/ne/s et ami/e/s du Mali).

A mon avis, de bons accords temporaires avec la France nous permettront non seulement de garder toutes nos bonnes cartes en main, mais aussi aideront notre pays a maintenir sa securite, son unite et son integrite vis a vis d’une menace qui semble etre devenue plutot dispersee qu’eliminee; dans un contexte ou tous les voisins (je m’excuse, toutes les parties) semblent ne pas jouer franc jeu !

Par rapport a certains voisins (les leaders et non la societe civile) et a certaines parties, voila que me vient a l’esprit cet adage que le pretre catholique affichait (a l’endroit des lecteurs qui ‘dissimulaient’ les livres) dans sa bibliotheque de Dioulabougou Prive, pendant mes annees de lyceen a Gao: “Quand le doigt montre la lune, l’imbecile regarde le doigt”. Bonne soiree a tou/te/s et a bientot !

Talatou A. Maiga
University of Utah


@Abdoulaye: policy = stratégies/régles and politics = politique, si je ne me trompe pas.

@Abdoul: en effet le CMA, principalement les Amazighs de l’ Algérie (Kabyles) sont effectiviment contre l’ arabisation de l’ Algérie. Ce n’ est que tout dernièrement que la langue Amazigh est admise comme langue nationale en Algérie, pas très longtemps au Maroc; tous en retard sur le Mali (depuis 1960; le Tamacheq passait en certain moment d’ ailleurs avant le Peul à la radio).

@Chouaibou: as du Mali par rapport au Burkina ce sont l’ article 18  de l’ accord de Ouagadougou qui précise cantonnement et désarmement des groupes armés et où l’ intégrité territoriale, l’ unité nationale du Mali et tous les autres caractéristiques essentielles de la République du Mali sont fixées et signées par tous; ensuite il y a le diaglogue inclusif qui signifie que toutes les communautés du Nord doivent être inclues dans le dialogue, pas comme les accords passés où le gouvernement du Mali traitait seulement avec les dirigeants de la rébellion, pas même avec la communauté touarègue. Le seul point un peu flou de l’ accord de Ouagadougou c’ est “discussion du statut des régions du Nord que certains appellent Azawad”. Ce point contredit clairement les passages sur l’ intégrité territoriale et l’ unité ationale du Mali qui sont d’ ailleurs dans le Préambule et les différentes “considérations”.

Il faut ajouter à cet accord de Ouagadougou la  dernière Communication de la Présidence du Conseil de Sécurité de l’ ONU qui est absolument positive par rapport au Mali et aussi par rapport à la stratégie de IBK.

De là voilà voilà à mon avis ce que IBK doit poursuivre:

– exiger le cantonnement et le désarement effectifs des groupes armés. Il ne faut même pas mentionner expressement le MNLA. Aucun président élu/gouvernement ne négocie avec des groupes armés qui mettent son état en question.

– négociations à Bamako à cause de la position ambigue de Blaise Compaoré par rapport à l’ intégrité territoriale, l’ unité nationale du Mali et tous les autres caractéristiques essentielles de la République du Mali sont fixées et signées par tous. Il y a aussi le fait que Blaise Compaoré est en ballotage fifty-fity dans son propre pays. Il ne faut qpas u’ il utilise ce rôle de médiateur pour changer son article 37 en sa faveur. Étant un président en difficultés au sort incertain, il n’ est pas adapté à servir de médiateur.

– médiateur idéal pour le Mali, notre médiateur national, puisque tout le monde dit que les Maliens doivent trouver une solution durable à leur problème. Notre médiateur national doit être assisté par tous les autres qui sont impliqués, de la CEDEAO au Maroc, en passant par l’ Algérie, la MINUSMA, la France, l’ EU … Processus de Ouagadougou sera poursuivi et fermé correctement.

– Avec ces deux derniers points: la solution sera bien fondée y compris lessons learned, flanquée de tous les soutiens nécessaires et ne saurait être désavantageuse au Mali, qui doit en profiter pour faire un vrai boosting au Nord, surtout cette route vers Kidal/Tinzaouatène et cet aéroport qui ne finissent pas d’ être planifiés.

– IBK et son gouvernement doivent communiquer pour que les rumeurs très néfastes cessent.

Moi je pense que demander aux populations leur avis (référendum) serait un pas en arrière par rapport à la derniére communication de la présidence du Conseil de Sécurité de l’ ONU et beaucoup de pas en arrière par rapport à l’ ávantage politique et diplomatique de IBK, même si ce dernier semble tâtonner. L’ impression de tâtonner est donnée par le manque de communication. Je ne suis pas par principe contre un Référendum au Nord. Ce temps est passé, ça aurait dû être avant le 17.01.2012 lorsque le MNLA se diasait représentant des régions du Nord. Je dois repétitivement encore mentionner kidal.info. On y avait discuté à son temps. Mais personne des supporteurs du MNLA n’en voulait paradoxalement, sachant bien qu’ ils allaient perdre avec fracas.

Pardon pour la longueur !

Bien cordialement

M. Diagayété


Bonjour Abdoulaye et chers tous,

Merci pour les informations claires (le passage de temoin de la France au Maroc). Ce qui me reconforte dans ma position.

” Il faut reconnaitre aux dirigeants du MNLA une tenacite reelle. Le gouvernement doit simplement s’ assurer que tout accord sera soumis a un referendum au Nord ; un processus democratique que nul ne saurait opposer. C’ est le processus qui fait justice et soumet les eventuelles decisions au jugement ‎des populations concernees”_Abdoulaye Keita.

“Un referendum au Nord” : je crois que nous sommes d’accord que la scission du Soudan a commencé par un referendum. C’est l’idée même qui révolte. Elle suppose que le pays est divisé en deux entités. Accepter le referendum dans une partie c’est accepté cette partition. Mais si le destin du Mali passe par cela et que c’est la volonté de la majorité des maliens, alors pourquoi pas finalement ? Ce devrait être le choix des maliens et non un diktat de quelqu’un d’autre. Même pas la France, à plus forte raison le Maroc qui n’accepte pas de reconnaitre le Sahara.

“Populations concernées” : à mon sens (peut dois je dire mon souhait) il s’agit de tous les maliens. Pas seulement ceux du nord.
Mais j’accepte que tout est possible si c’est le choix que les maliens auront fait.

Cordialement
____________________
Chouaibou


Beaucoup d’ efforts analytiques. Rappellons-nous que c’ est le Maroc en sa position de President du Conseil de Sécurité de l’ ONU ‎qui a aide le Mali a faire passer la Resolution 2100 je crois. Cette resolution soutient la demarche de la CDEAO et l’ UA pour maintenir l’ unite territoriale du Mali dans le cadre d’ un processus de retour dans l’ ordre constitutionnel et la lutte contre l’ occupation Jihadiste et le processus de dialogue avec toutes les forces nationalistes. Nous connaissons la suite.

Tout recemment, la France ayant ete mise sur la defensive quant a son soutien evident au MNLA, a simplement passe le relais au Maroc de l’ effort de pousser le gouvernement ‎a negocier avec le MNLA. Je doute qu’ a ce stade, le gouvernement n’ ait d’ autre choix que de trouver le mecanisme approprie pour engager ces negociations.

Il faut reconnaitre aux dirigeants du MNLA une tenacite reelle. Le gouvernement doit simplement s’ assurer que tout accord sera soumis a un referendum au Nord ; un processus democratique que nul ne saurait opposer. C’ est le processus qui fait justice et soumet les eventuelles decisions au jugement ‎des populations concernees.

Remarquons que dans les pays occidentaux, le changement de president ou de gouvernement n’ equivaut pas necessairement a un changement de politique exterieure. ‎La continuite est assuree par les agents hors du circuit politique. En Afrique c’ est tout a fait different. On confond “policy” a “politique”. C’ est l’ aspect strategique qui constitue la continuite. Pour cette continuite, quelques mesures prises par le Prof. Dioncounda devraient etre preservees en continuant a travailler avec le Burkina – l’ as pour le gouvernement est l’ usage du processus democratique pour mettre tous les acteurs a leur place: negocier mais passer par le vote populaire pour clore le debat.

A bientot
Keita


Bonjour,

Merci à tous pour vos analyses. Excellentes approches et bases de cadrage.

Pour ma part, c’est un sujet assez sensible, mais je voudrai juste faire un commentaire sur  la référence de “L’autonomie de la Kabylie” en Algérie dans les analyses autant généreuses que reflétant un grand engagement constant et sans faille, à saluer de Chouaibou.

Sur la Kabylie:

J’avais regardé une video de Kateb Yacine partagée ici par Ndack , et dans laquelle il expliquait l’origine de “Kabyle”. Ce que je ne savais pas. Il expliquait que le mot vient de l’arabe et signifie “Tribu”, et que c’est l’appellation donnée aux tributs  par les arabes au moment des contacts.

Par ce fait, en réalité, qu’ils soient Kabyles, Chaoui, Chenoui, Mzabites, etc….,  ils seront tous ‘Kabyles’.

Mais effectivement, ceux qui ont porté les luttes de la question sont principalement des Kabyles de la Kabylie. Kateb Yacine donnait également l’historique du printemps berbère en Algérie en 1980, suite à une conférence interdite de Mouloud Mammeri  dans l’enceinte de l’université qui portera son nom plus tard, et qui s’intensifiera par la suite.

Il y a aussi ce qui fut appelé “Rébellion Kabyle” suite aux évènements de l’été 1962, année d’indépendance, conduite principalement par Hocine Ait Ahmed et Krim Belkacem (signataire des accords d’Évian consacrant cette indépendance ).

Je n’essaye pas de résumer la résistance Kabyle ou ses formes , mais je pense qu’elle porte essentiellement sur une affirmation identitaire et culturelle.

En contraste, au Mali, je ne pense pas que la question d’affirmation identitaire soit vraiment le grand enjeu. C’est le lieu de dire que la DNFLA ( bien que l’institution changea de nom plusieurs fois) et ses animateurs ont abattu de grands et formidables travaux dans ce sens, indépendamment des réticences ou rhétoriques formulées ici et là pour  ou contre qui n’ont absolument aucune incidence sur leurs engagement et dévouement pour cette cause.

Mais il est à noter des fois un double standard incompréhensible chez les amis Kabyles dont je m’estime un sympathisant , précisément ceux animant le CMA qui auront on dirait plus de ‘francité’ que de ‘berbérité’.

Abdoul


From: Diadie Alpha
Sent: 01 February 2014 03:26
To: Chouaibou MAIGA; Chouaibou MAIGA
Cc: A. Karim Sylla; Mali Link; A. Karim Sylla; Mali Link
Subject: Re: [malilink] Le MLNA se tourne vers le Maroc / Mes craintes et idées pêle mêle

Merci de votre généreuse analyse. J’en prends juste un bout. Chez les peuls et sonrais et sans doute chez d’autres, un proverbe dit que le respect des limites du champ (pâturages) d’un homme tient à sa réputation. De même, de toutes les acrobaties et positionnements diplomatiques que le Mali pourrait adopter pour se sécuriser, son comportement dans sa gouvernance et dans sa gestion publique sera le plus sûr gage de ses amitiés solides aussi bien auprès de ses populations qu’auprès de ses voisins. Nous avons commencé à sacrifier notre sécurité le jour où nous laissions piller les deniers publics au mépris de la vie des nôtres. Une chance inouïe nous était venue d’être aidés à chasser les criminels et bandits jihadistes et Mnla. Espérons que nous parachevions de faire déguerpir les uns et les autres. Une chance encore plus inouïe nous est désormais offerte de nous ressaisir et de démontrer que nous représentons une proposition sérieuse. Espérons que notre parole puisse refléter notre passé lointain et qu’elle puisse garantir des accords d’amitié voire militaires.

Diadié Alpha