Un carnage se profile à l’horizon

de voir ce que personne n’a jamais vu, mais de penser
comme personne n’a jamais pensé au sujet de quelque chose
que tous voient
 »” (ta dévise)

 

Ahmadou
Sambel, j’ élargis “quelque chose que tous voient” à quelque
chose dont tous parlent.

En ces moments les paradigmes sont: réconcialiation et
réinsertion (enfin de processus).

Dans mon message précédent j’ ai essayé de définir qui sont sont à
réconcilier. Voilà encore mon avis en commencçant par la
deuxième partie de mon statement: ce sont les “pauvres masses”
enduites dans l’ erreur qu’ il faut concilier entre elles pour
rétablir le bon vivre-ensemble. C’ est donc le tissu social
qu’ il faut rétablir.

Tu as eu, à mon avis, le mérite  de préciser ce en quoi la
réconciliation pouvait être vis-à-vis des dirigeants du MNLA
et de leurs militaires; ou bien autrement dit,  ce que la
réconciliation ne devrait pas contenir pour cette catégorie de
gens: “
Moi ma (toi ta)  proposition serait qu’on leur
refuse toute intégration ou réinsertion dans l’appareil
politique et adminstrative au Mali pour les crimes commis contre
l’Etat. Il en sera de même pour les acteurs du putsch du
22/03/12 ayant du sang sur leur main.”. C’ est en fait le
finishing de la réconciliation.

Je suis parfaitement d’ accord avec toi et je pense que l’
écrasante majorité des Maliens est aussi de cet avis.

Maintenant espérons que ceux qui ont à décider, le Mali officiel,  auront
les moyens = le pouvoir et le courage de décision, de le
faire. Ce pouvoir et ce courage sont en train de se manifester
au niveau des acteurs du putsch du 22/03/12. Il faut qu’ ils
se manifestent aussi au niveau des acteurs de la rébellion. Il
n’ y a aucune raison de traiter ces derniers autrement que
Amadou Haya Sanogo et autres Yamoussa Camara, Amadou Konaré,
etc. surtout que le putsch est une conséquence directe de la
rébellion.

Il faut qu’ on se dise ce que “tous voient” ou auquel tous ont
aspiration: un Targgui n’ a rien de plus valable qu’ une autre
personne appartenant à une autre communauté éthno-culturelle
et vis versa. Donc la justice doit sévir de la même manière,
pas plus pas moins !!!

Bien
cordialement

M.
Diagayété