Le corps du Col Youssouf Traoré retrouvé

Cher frère Sylla,

Souvent nous faisons tous un usage abusif du mot intellectuel. Entre savoir lire, écrire, faire un discours pompeux, mais peu constructif, déverser son vénin sur les autres, et être intellectuel, il y a vraiment un fossé.Mais, je vous comprends. C’est par respect pour autrui que vous utilisez le terme flatteur ‘grands intellectuels”. En réalité, l’intellectue c’est celuiqui détient le savoir, et sait l’uitliser au service du dévelopement.
Bonne soirée.

Pr Abdrahamane SANOGO
Faculté des Sciences
Economiques et de Gestion ( FSEG)
Université de Bamako
Bamako, Mali  Tél: 00 223 20 23 70 47
Cél: 00 223 66 96 34 66

——————————————–
En date de : Dim 2.3.14, A. Karim Sylla a écrit :

Objet: [malilink] Le corps du Col Youssouf Traoré retrouvé
À: “Malilink Liste” <malilink@malilink.net>
Date: Dimanche 2 mars 2014, 22h17

Le corps se trouvait dans un puits; le lieu en question aurait été indiqué par un des hommes du capitaine Sanogo. Le colonel avait disparu en Septembre dernier lors du
“nettoyage” opéré par Sanogo. C’est bien cette racaille que de grands intellectuels continuent de défendre.
Communiqué de presse du gouvernement relatif à l’exhumation à Malibougou de Kati Le Gouvernement du Mali informe l’opinion publique nationale et internationale que dans la nuit du samedi 1er mars 2013, le Juge d’Instruction du 2ème Cabinet du Tribunal de Première Instance de la Commune III du District de Bamako, a fait procéder avec l’aide de la Police scientifique du Service d’Investigation Judiciaire de la Gendarmerie Nationale, en présence du Procureur de Kati et des responsables de la Police et de la Gendarmerie nationales, à l’exhumation d’un corps enfoui dans un puits dans l’enceinte d’une concession sise au quartier Malibougou de Kati qui appartiendrait à un haut responsable de l’ex-CNDRE. Le puits avait été obstrué à l’aide de cailloux après l’ensevelissement du corps.

L’exhumation a été ordonnée dans le cadre du dossier Ministère public contre « x »,
Issa TANGARA, Amadou Haya SANOGO et autres pour enlèvement de personnes et complicité consécutif aux évènements du 30 avril 2012 survenus à Bamako.

Elle intervient après la découverte du charnier situé dans la Commune rurale de Diago, dans la nuit du 03 au 04 décembre 2013; de celle du cimetière de Hamdallaye, le 16 décembre 2014 et de celle faite derrière le Daral de Kati sur la route de Bemasso le 24 février 2014 où cinq (5) corps avaient également été exhumés.

L’information judiciaire se poursuit en vue d’identifier ces corps et de situer les
responsabilités. L’opinion sera informée en temps utile des développements ultérieurs de ce dossier.

Bamako, le 02 mars 2014