Les Maliens se font-ils confiance ?

tou/te/s !
Oui, les maliens se font confiance. Ils ont aussi confiance en
eux-memes, en leur(s) culture(s) et en leur force. Cela est, il
me semble, aussi vrai pour presque tous les pays du monde. En
attendant de lire Collier (je ne l’ai pas encore lu) et en me
basant sur le ‘synopsis’ que tu offres dans ton message, je ne
suis pas surpris qu’il (Mr Collier) fasse une telle conclusion
erronee. D’abord, il dichotomise le monde en ‘pays riches’ et en
‘pays pauvres’ (en un mot les bons et les mauvais) pour pouvoir
asseoir son analyse. A peine s’il ne dit pas ‘Nous-Mr Collier
inclu ici’ et ‘Eux’. A pousser l’analyse, il se pourrait qu’a
l’image du fameux Bell Curve de Murray, son etude renferme
quelques connotations racistes,”racial undertones or some code
words”. Je reviendrai avec plaisir sur cet aspect apres l’avoir
lu.
Entretemps: Mr Collier est certainement au courant des premiers
immigrants d’Europe de l’Ouest arrives aux USA apres C. Colombe:
Peut-il nous dire, juste parcequ’ils ont quitte l’Europe de
l’ouest pour venir aux USA, que ces “citoyens cherchent à les
[ces pays-la] quitter, parce que ces pays sont accablés par des
“modèles sociaux dysfonctionnels”. Non, il ne peut pas car dans
son analyse actuelle il considere beaucoup de ces pays d’Europe
de l’ouest comme etant des pays developes. Dans la logique de Mr
Collier, les vastes migrations des citoyens de l’Europe de
l’Ouest (pour des raisons valables que je respecte) semblent ne
rien avoir avec la culture de ces pays, meme si ces memes
migrations restent le facteur le plus determinant pour condamner
les migrations et les cultures des pays dits pauvres. La logique
de Mr Collier me rend perplexe pour le moins !
En attendant de lire Mr Collier, je peux quand meme dire qu’il
est tres frequent de voir des chercheurs utiliser la theorie de
la “culture de la pauvrete” pour expliquer certains defis
auquels beaucoup de communautes font face en occident. Ainsi,
par exemple, au lieu d’examiner les pratiques scolaires (a
l’interieur de l’ecole) nefastes/defavorisantes a certains
ecoliers, des chercheurs s’aventurent toujours a faire porter le
blame aux parents de ces ecoliers, leurs familles ou leurs
communautes, etc…Je ne sais pas dans quel contexte le malien en question t’a dit ce qu’il
t’a dit en reponse, mais il est important aussi de se poser la
question de savoir s’il aurait donne la meme reponse a un
autre chercheur d’une autre nationalite. Les
ethnographes/chercheurs ou touristes parlent souvent de gens
qui leur disent souvent ce qu’il veulent entendre. Nous avons
meme entendu sur ce reseau, par rapport a des reportages sur
le Nord Mali, des journalistes etrangers qui payent des locaux
pour qu’ils leur disent ce qu’ils veulent entendre.

Au passage, je pense aussi que le fait que beaucoup de
malien/ne/s maintiennent presque les memes habitudes
de vie, les memes pratiques communautaires (regimes
alimentaires, le fakoye de Ndack Coulibaly, le sirime
d’ Amadou Wane et le link des recettes de Fad Seydou:)
etc) dans leurs lieux de migrations signalent que la
chose est beaucoup plus complexe qu’un manque de
confiance des uns et des autres ou de le leur culture.
Cela peut aussi signaler cette fierte et cette
confiance en leur culture comme je le disais tantot.

Ceci dit, il est tres bien possible que certain/e/s
malien/ne/s n’aient pas confiance en d’autres
malien/ne/s quelque soit leur lieu de residence. Cela
existe dans toutes les societies, dans tou/te/s les
pays, dans toutes les cultures comme je le disais
avant. Il serait peut-etre plus logique de situer la
cause d’un eventuel manque de confiance dans les
relations particulieres, a un moment precis, entre une
personne X et une autre Y; ou meme entre des groupes
d’individus, de regimes politiques ou meme dans
certains des communautes (eleveurs vs. sedentaires
dans certaines parties de nos pays). Ce manque de
confiance dans ces cas peut etre du par exemple a
une/des experience/s vecue/s, un bias personnel (a
l’image Tea Party vs. POTUS Obama) et ne peut (ni ne
doit) en aucun cas etre generalisable quelque soit le
pays. Et certainement pas generalisable au Mali.
Un exemple qui me vient en tete pendant que j’ecris ce
message: Ici aux USA rares sont les parents qui ne
disent pas a leurs enfants: “do not talk to a
stranger.” En contextualisant ca, on comprend
tres bien le bien fonde, car un tel comportement
eviterait aux enfants de courir des risques reels. God
knows there are so many risks for kids around here
(but also so many opportunities) ! Peut-on conclure
par la que les Americains ne se font pas confiance? Je
pense que non ! Mais je dirais aussi qu’il y a quelque
chose a lire dans un tel message et que la conclusion
pourrait bien dependre du lecteur !
Demandons un peu a un Navajo s’il a confiance a un
“Anglo”; ou a un militant du Tea party s’il a
confiance au POTUS, Obama.
Demandons un peu a AgMai ou a Chouaibou (ou a
moi-meme, ou a beaucoup d’autres d’entre nous tou/te/s
ici) s’il ont confiance au MNLA. Demandons au conseil
municipal de toronto s’ils on confiance a Rob Ford.
Demandons un peu aux familles ayant des parents sur le
tragique vol Malaysian Airlines (mes prieres) s’ils
ont confiance aux autorites de la Malaisie, etc. Je
cite seulement ces exemples pour dire que les
reactions de ce genre sont creees par et limitees aux
circonstances specifiques d’un moment M. Elles sont
par contre difficilement generalisables. Enfin, leur
generalisation (comme semble le faire M. Collier) est
pour le moins partisane, a defaut d’etre dangereuse.
En un mot, ‘La confiance se merite’ comme le disait
AgMai.
Souleymane:
Je suis d’accord avec toi en ce qui concerne, le
nombre des cadres du Senegal dans les organisations
internationales; la force de l’ecole senegalaise est
certainement a reconnaitre; mais il y’a aussi une part
de volonte politique de promotion des cadres qui a du
y contribuer. Dans beaucoup de ces organisations
internationales, en plus des CVs, on parle de quotas
par pays et il n’est pas rare de voir de grandes
campagnes/alliances conduites officiellement par les
hautes autorites des pays pour placer les candidat/e/s
de leurs pays dans ces organisations. En ce qui
concerne le soutien politique de leurs candidat/e/s
dans les organisations internationales, le Senegal et
l’Algerie sont vraiment a feliciter ! Le Mali a
beaucoup de cadres, mais je ne suis pas sur que les
autorites politiques du Mali aient beaucoup fait (de
l’independance a nos jours) dans le sens de leur
promotion au sein des organisations internationales.
Il serait strategique de commencer a le faire pour la
posterite !
Talatou A. Maiga
University of Utah