Lettre du Mali n°6 : ” La route avance “

Lettre du Mali n°6 : ” La route avance ”

Par Mohomodou Houssouba

Plusieurs mois auparavant, quand j’avais du mal à croire le projet de
construction de routes bitumées à Gao, c’était une boutade qui m’avait
persuadé de la réalité de la chose. Un jeune ressortissant de la ville
rapportait avec humour que leur ” ancien ” et ses copains maintenant
sortaient se promener chaque matin. Quelques minutes seulement pour
retourner et faire la même observation : ” La route avance. ” En
fait, il s’agit du mot d’ordre de la compagnie des travaux publics Colas
ainsi peint à la porte: ” avec colas / la route avance. ” Et la route
fut le sujet le plus captivant pendant plusieurs mois. La route est
finie depuis mai et elle ressemble aussitôt à un vestige de la période
coloniale. Elle doit avoir quarante ans me dit une étrangère sans
intention ironique. La route continue d’alimenter les conversations à
travers la Cité des Askias. Pour certains, c’est un début ; pour
d’autres un affront, la continuation d’une longue histoire de
prévarication… ou comme mot à mot , du ” je-m’en-foutisme ” qui
caractérise le rapport entre l’Etat et ces contrées lointaines. Qui
évalue ou fait l’audit de tels gâchis de ressources, y compris les
espérances de toute une population? La route va laisser les plus
cléments philosophiques ou résignés, mais surtout elle irrite et indigne
les usagers et même les visiteurs de la ville.