Mali : quand le président passe….

En RDC, a 7h et 19h pile le temps s arretait et quelque soit l occupation du moment, il fallait s immobiliser et se mettre au garde-a-vous pour saluer le drapeau du Congo, meme les “expats”, ces vaches sacrees de l afrique, devaient sortir de leurs vehicules climatises en plein milieu des boulevards, pour observer dans le silence le drapeau, au risque de se faire tabasser par les policiers-soldats et les loubards “jeunes patriotes” du jour, pour “manque de respect”. Mon ami Baby de Goundam plaisantait que meme ceux qui faisaient leurs besoins devaient se mettre au garde a vous par peur de represaille. Pour une ville si bruyante et animee que Kinshasa, c etait tout simplement extraordinaire de la voir se transformer en tableau fige et muet le temps d honorer une des lubies d un regime fort. Le bon sens revint apres quelques mois et les gens retournerent a leurs habitudes. L africain a incorpore dans sa routine les extravagances de ces ephemeres, ils
sont les chameaux qui passent avant de retourner a l anonymat des poubelles de l Histoire. Du moment qu ils le laissent tranquille dans les joies et peines de sa misere, il s accomodera de tout.

Soukouna