Meeting MP22

Cher Abdoulaye,

Les gens de Gao disent:
Hala n’ ga nee foono ga hima
boro, ma nee foono ga hima agay.
(Au lieu de dire “le singe ressemble à l’homme”, il vaut mieux dire “le singe me ressemble.”)

Ces gens de Gao ne sont pas plus sages que les autres, faut-il ajouter au passage. Mais,
ils comprennent une chose qui est applicable ici aussi.

C’est-à-dire, que c’est bien “généreux” de M. Mariko de se soucier de la réputation des
sieurs Karembé et Maïga. Cependant, il serait plus crédible à tirer au clair sa propre sollicitude envers les auteurs du putsch. Dans l’un des cas, j’étais récemment dans la ville
natale de M. Maïga et je peux lui confirmer que même là-bas beaucoup de citoyens ont des représentations divergentes et parfois très polarisées du personnage. Ils se feront leur propre religion avec une aisance remarquable. Mais, si, par hasard, M. Mariko se soucie de sa propre réputation, il ne manquerait pas de “petites pierres” à
poser ci et là. Pour dire le moindre, lui et ses différences coalitions se sont pas portés dans le cœur de beaucoup… Je ne suis pas le statisticien malien lambda avec des pourcentages toutes prêtes. Il aura du pain sur la planche et ce serait plus qu’amande honorable que de faire l’état des lieux par rapport à sa propre intégrité écornée –
ou pire dans l’opinion nationale, et particulièrement dans le nord du pays. Nous parlons de la perception de l’incontesté maestro – dévergondé et ultra-mafieux – de
l’opportunisme politique dans l’histoire mémorable de notre pays.

Ne dit-on pas charité bien désordonnée commence chez le voisin. Donc, qu’il se soucie de nous livrer ses propres confessions, qui tardent à venir.
Au grand dam de beaucoup de ses concitoyens qui ont longtemps attendu et attendent encore. Hélas!

Mohomodou Houssouba