Message à la Nation

Sur la commission vérité, justice et réconciliation et la
décentralisation-dévolution.

1. Dédentralisation / processus revu et corrigé:
…, le gouvernement adoptera-t-il, dans les jours à venir, la stratégie de mise en œuvre de ce processus repensé qui, au-delà de la décentralisation, vise la dévolution.

2. Représentation des toutes les légitimités, traditionnelles comme modernes seront représentées dans les instances de gouvernement local bénéficiant d’une large capacité de décision.

3. L’état centralisateur est mirt, il fera place “à un Etat dispensateur de justice impartiale et souveraine, digne et respectée, avec des citoyens égaux
devant les opportunités et une armée véritablement outillée et motivée pour veiller la République et défendre l’intégrité du territoire national”.

Mes Commentaires :
On parle ici clairement d’un état fédéral avec des “gouvernements locaux” dotés d’une large capacité de décision. Qu’importe l’appellation qu’on leur donnera, il s’agira des états. Les légitimités traditionnelles seront représentées : c’est à dire les chefs traditionnels.

Le chef de l’état vient donc de décider de satisfaire aux revendications du MNLA : large autonomie versus gouvernements locaux avec large capacité de décision, prise en compte des spécificités culturelles versus légitimités traditionnelles.

Sur le schéma, il me semble (à quelques nuances prêt) que nous tombons pile sur les propositions d’un certain moment (2012 je pense), de Souleymane Soukouna.

Il reste que cette décision est celle du président de la république. Ce n’est pas celui des maliens, pas pour l’instant. L’acceptation ou l’adhésion des citoyens sera fonction de la manière dont le découpage territorial aura lieu. Peut-être que là aussi on choisira de faire “confiance au MNLA” et de nous contenter de la proposition que ce mouvement fera, pour avoir moins de problèmes avec la “communauté internationale”.
Après tout, la décentralisation des années 90 pour l’ensemble du Mali est intervenue après l’insurrection des groupes armés ; la décentralisation-dévolution de ce nouveau cru également intervient après la guerre et la crise que nous connaissons et avons subies. Alors, …

Il est bon aussi de ne pas céder à toutes les pressions et de questionner les maliens sur cette proposition et les aspects liés à sa mise en oeuvre pratique, surtout le découpage territorial. Il ne faut surtout se hâter tout doucement pour ne pas rater cette décentralisation-dévolution également, comme on l’a vécu pour notre modèle passé.

Cordialement
____________________
Chouaibou