Que l’on arrête avec la provocation !

Mohomodou,

Je n’ai qu’un mot à dire sur ton texte ci-dessous:
MERCI.
Vraiment, merci pour ces paroles.
Je recommande ce texte d’un jeune sénégalais:
Et à tous ceux qui s’insurgent contre les ingérences occidentales, oui c’est terrible mais, du point de vue africain, voici ce que Ibrahima Thioub en dit:
« Tant que certaines élites continueront à tourner le dos aux populations, à leur enlever le pain de la bouche, à ne plus exiger de l’Etat qu’il retrouve ses légitimités par la mise en place d’un environnement favorable à l’exercice de ses fonctions nourricière et sécuritaire, n’importe quelle force extérieure pourra intervenir et détruire n’importe quel Etat en Afrique et le peuple croisera les bras et parfois, dans certaines circonstances, applaudira l’intervention étrangère. Aucune société n’est vaincue exclusivement par la supériorité technologique. La technique n’explique pas une défaite d’une nation ou d’un Etat. Si l’avantage technologique pouvait suffire pour vaincre, les Etats Unis n’auraient pas plié jusqu’à rompre en Irak, en Afghanistan aujourd’hui, ou au Vietnam hier. L’Union soviétique avant eux !
C’est une défaite politique que nous avons subie au XIXe siècle. Et elle n’a pas été lue politiquement mais technologiquement, avec l’évocation exclusive de la supériorité militaire des armées coloniales, du reste majoritairement composées d’Africains. Cette manière d’interpréter la défaite dédouane les élites politiques et intellectuelles de l’époque qui passaient leur temps à organiser la rapine, le pillage et la destruction des capacités de défense sociétés. La fable nationaliste nous a vendu les leaders politiques de cette époque comme les héros de nos nations issues des territoires coloniaux. Et cet héritage nous continuons à l’entretenir. »
Il s’agit d’un extrait de cette interview:
Et par élites, il faut entendre élites religieuses également.
Cordialement,
Ndack