Rejet d’un rapport sur l’égalité hommes-femmes

Bonjour Ndack,

Pour commencer, la polygamie existe dans plusieures sociétés- ‎au Vietnam, aux Etats Unis. Au Congo parmi certains chretiens. Cela ne l’ a rend pas juste. Dans l’ Islam, oui le Coran  la permet. Mais il faut lire le passage connaissant le contexte et le point que si l’ homme ne peut pas traiter les femmes avec equite et rendre justice aux orphelins, de ne marier qu’ une seule femme. C’ est la cle de ce passage.
Mon pere n’ a pas pratique la polygamie malgres ses moyens. L’ aspect fondamental de ce sujet est de savoir si on peut traiter 4 femmes ou meme deux epouses au meme pied d’ egalite? Nous vivions tous au pays et connaissons la situation – les gens dans le milieu urbain pratiquent generallement la poligamie pour des raisons douteuses.
Le debat autour de l’ Islam a commence seulement quelques annees apres le deces du Prophete. Ce qui en a suivi et qui continue est de savoir si les contextes dans‎ lesquels les revelations des versets doivent etre pris en compte dans les contextes socio-politiques. Une tendance puriste a emerge en Arabie Saoudite au 19 eme siecle. D’ Egypte au Maroc en passant par l’ Afrique de L’ Ouest, en Turquie, la tolerance pour les valeurs culturelles locales ne fait pas defaut. En Iran, c’ est unique. J’ ai la version complete sur DVD edu documentaire d’ Omaar de la BBC. La question du contexte actuelle reste dans les mains du juge islamique qui permet la transexualite. Voila donc pourquoi on ne peut donner un visage uniforme a L’ Islam. Cela ne nous mene pas loin.

Souleymane,

Don t throw in the towel. This is an intellectual debate. You held fort during some very difficults exchanges. There is no reason to quit. The majority on our forum does not speak but it reads most posts.‎ You have much to contribute. Hang in there.
Keita
Sent from my BlackBerry 10 smartphone.
From: Ndack KANE
Sent: Tuesday, March 18, 2014 6:08 AM
To: Malilink
Subject: RE: [malilink] Rejet d’un rapport sur l’égalité hommes-femmes

Bonjour Sabu,

Justement, vous parlez de butin de guerre et c’était il y a plusieurs siècles. Cela signifie quoi ? Que déjà, le Prophète avait une armée et qu’il gagnait ses guerres. Aujourd’hui au Mali où est l’armée ? Quelles guerres le Mali ou ses voisins peuplés de musulmans sont-ils capables de gagner ? Le Prophète était une élite politique, militaire, intellectuelle et religieuse. Il était tout cela à la fois. Donc s’il est la référence et le modèle, je demande à Mahmoud Dicko où est son équipement de soldat et pourquoi n’était-il pas au Nord en 2012 ?

L’Afrique a des problèmes extrêmement graves et nous ne sommes plus au Moyen Âge comme le Prophète, non nous sommes en 2014. Et la violence dans nos pays est inouïe. Il y a des femmes qui vivent dans les rues de nos capitales, même à Bamako, mais c’est le bas peuple donc qui s’en soucie ? D’autres se prostituent d’elles-mêmes pour survivre et dans ce milieu se font exploiter, parfois torturer par des sadiques. D’autres sont dans des camps de réfugiés avec leurs enfants pendus à leurs seins vides. Je peux continuer longtemps, la liste est longue…

Mon point est qu’il est possible de critiquer les moeurs de l’Occident, je suis aussi une femme occidentale et je pense que l’avoir même déjà fait sur ce forum. Les Occidentaux aussi sont faux, ils vivent eux également une crise de valeurs morales, on s’entend, aucune société n’est parfaite. Cependant, nous n’avons absolument aucune légitimité lorsque nous comparons la RÉALITÉ de la grande majorité des femmes d’ici à celle de la grande majorité des femmes en Afrique aujourd’hui en 2014. Les taux de mortalité maternelle par exemple sont là. On me dira oui mais en Afrique on est solidaire, on partage, etc. Ok, mais on partage avec les vivants. Il faut déjà arriver à rester en vie !
Pareil avec les comparaisons avec les épouses du Prophète au Moyen Âge. Il y a des époques de l’Histoire humaine où les femmes étaient brûlées sur la place publique dans certaines régions de ce monde simplement parce que lorsqu’elles ouvraient la bouche, il en sortait des choses intelligentes. Bon, ces sociétés n’étaient pas assez évoluées, on peut dire cela. Mais aujourd’hui, en 2014, est-ce normal ce qui se passe en ce moment même au Congo ?
Donc le problème ce n’est ni le Prophète, ni la religion. Tout cela ne sont que des prétextes. Ce qu’il y a actuellement sur notre continent, ce sont des discours, mais ensuite derrière, il y a un individualisme que je ne trouve même pas en Occident. Alors cher Sabu crois-moi, quand je réagis par rapport au texte de Mahmoud Dicko, c’est clair que je pèse mes mots.

Ndack


Date: Tue, 18 Mar 2014 01:16:05 -0700
From: sabu_nyuman@yahoo.com
Subject: Re: [malilink] Rejet d’un rapport sur l’égalité hommes-femmes
To: ndack@hotmail.com; malilink@malilink.net

Bonjour Ndack,
Quand Mahmoud Dicko saura comment protéger les

femmes de son pays comme son Prophète le lui recommande,…”

Son prophète avait ONZE(!!!)
femmes dont une( la préférée, Aïsha, talking about equal treatment ) fut marriée à l’âge de 9 ans!!!
Mieux, il en prenait d’autres comme butin(!!!) de guerre et le signe s’il voulait les garder pour plus d’une nuit, c’était si elles portaient le voile le lendemain, autrement elles étaient libres de partir. Voir les Hadiths.
Jésus qui vécut 600 ans avant Mohammed eut 12 disciples, Mohammed eut 12 femmes, en comptant Khadidia. Je ne raconte que les faits documentés dans les livres saints de l’Islam.
Sabu Nyuman

From: Ndack KANE <ndack@hotmail.com>
To: Malilink <malilink@malilink.net>
Sent: Monday, March 17, 2014 11:58 PM
Subject: RE: [malilink] Rejet d’un rapport sur l’égalité hommes-femmes

Chers tous,

Les références d’Abdoulaye sont très pertinentes, les questions de Mohamed le sont tout autant et Amadou a bien raison d’ailleurs de le préciser.
Mais ces questions de Mohamed et leurs réponses éventuelles ne sont pertinentes qu’à titre privé. C’est-à-dire nous pouvons y réfléchir individuellement ou collectivement, en débattre, Mahmoud Dicko peut donner son avis ou son opinion, mais cela restera sont avis PERSONNEL. Tant que les principaux concernés, à savoir les populations maliennes elles-mêmes, notamment les femmes, n’auront pas toutes lues le Coran et ne sauront pas entièrement tout ce qui s’institutionnalise en leur nom, ce sont opinions personnelles qui sont érigées en loi. Et des opinions personnelles ne devraient faire l’objet d’une loi dans un État de droit, dans une République. Autrement, il faut déclarer un État islamique et puis
voilà.
Ce qui sera fait concrètement ne regarde que l’homme et la femme concernés dans leur union, que celle-ci soit monogame ou polygame – et quand je dis polygame, j’inclus les hommes monogames qui ont d’autres compagnes non officielles. Mais en termes de législation, de lois, ce qu’il faut privilégier, ou en tout cas là où il faut tendre, c’est vers l’égalité des droits entre les hommes et les femmes. C’est-à-dire mettre à la disponibilité de chaque malien, qu’il soit un homme ou une femme, la possibilité de subvenir librement à ses propres besoins – le principe même de non discrimination. Ensuite ceux qui veulent vivre en union polygame officielle ou non, libres à eux. Ceux qui veulent vivre en union monogame, libres à eux. Ceux qui veulent rester célibataires, libres à eux.
La moins pire des sociétés que nous avons pu construire pour le moment est celle qui garantit
au mieux les droits humains. Une société basée sur l’idéologie avec la couverture de la morale est vulnérable car il suffit que les gardiens de la morale soient absents ou transgressent leur propre moralité pour que tout s’effondre. C’est l’histoire de notre Afrique, remplie de populations chrétiennes, musulmanes et de spiritualités anciennes hautement morales, mais complètement désarmée quand n’importe qui décide d’agresser et de violer ses femmes. Souvenons-nous en longtemps.
Quand Mahmoud Dicko saura comment protéger les femmes de son pays comme son Prophète le lui recommande, je pourrai en tant que femme le laisser expliquer que la France doit s’occuper de ses affaires. Mais comme c’est l’armée française qui protège mes soeurs et mères…
Cordialement,
Ndack

Date: Mon, 17 Mar 2014 23:13:09 -0400
From:
amadou@amadouwane.com
To: malilink@malilink.net
Subject: Re: Re : Re: [malilink] Rejet d’un rapport sur l’égalité hommes-femmes

Very interesting questions Mohamed worth pondering
on.
Amadou O. Wane
Wanium Consulting LLC
Information Technology & Decision Sciences

On 3/17/14 11:00 PM, Mohamed Ag Acharom wrote:

” La sourate An-Nisa “Women” est claire sur
la question de la polygamie. Les gens la lisent de facon a se
donner le droit de faire ce qu’ils veulent des femmes.”Quelle est l’interprétation des gens?  Quelle est votre
interprétation?
Quelle est la vrai interprétation?
La polygamie est elle autorisée en Islam?
Un homme polygame est il moins juste qu’un homme monogame?
Un homme monogame est il plus intelligent ou respectueux des
“droits” de la femme qu’un homme polygame?……………………………………………….
Mohamed Ag Acharom
Mobile: + 223 76424773 ou +221 772050798
“Échouer c’est avoir la possibilité de recommencer de manière
plus intelligente” Henry Ford.— Message initial —De : “Abdoulaye Keita” <abdoulaye.keita@gmail.com>
Envoyé : 18 mars 2014 01:01
A : “Ndack KANE” <ndack@hotmail.com>
Cc: “Malilink” <malilink@malilink.net>
Objet : Re: [malilink] Rejet d’un rapport sur l’égalité
hommes-femmes

Ndack,

Je n’ai malheureusement pas pu localiser l’etude faite
par une dame professeur marocaine pour les series de
causeries tenues pendant le Ramadan du temps du Roi Hassan
II. Je ne me decourage pas. Je vais la retrouver.
Le Hadith dont j’ai fait reference est en page 310 de la
publication arabo/anglaise titree “A Manual of Hadith” et
compilee par Maulana Muhammad Ali, une edition pakistanaise
sans date de publication.Je cite:” Abu Hurairah said. A man
came to the Messager of Allah and said, O Messenger of
Allah! Who has the greatest right that I should keep company
with him with goodness? He said, “Thy mother”. He said, Who
then? He said, “Thy mother”. He said, Who then? He said,
“Thy mother”. He said “Who then? He said, “Then thy father.
(B.78:2)” . This section is part of the chapter called
“Ethics” (Adab en arabe) where it clearly states that
:”Paradise is said to be beneath the mother’s feet. It
further states that “Wives have their rights over their
husbands and they must be kept in good fellowship… their
blood , property and honour being inviolable. (p. 309-310).
Pour ceux qui ont lu l’histoire africaine, nos societes
etaient matriarcales. Je me rappelle bien de ce que mon pere
m’a dit sur role que tenait notre grand-mere dans la famille
quand ils etaient petits.
La sourate An-Nisa “Women” est claire sur la question de
la polygamie. Les gens la lisent de facon a se donner le
droit de faire ce qu’ils veulent des femmes.
Le livre, Speaking in God’s Name: Islamic Law,
Authority and Women
” qui prend une dimension
contextuelle de la question de la femme est de Khaled Abou
El Fadl (2001).  ISBN 1-85168-262-7 . Published in Oxford,
England.
www.oneworld-publications.com.
J’ai retrouve un article en attache sur l’Islam tel qu’on
l’a pratique chez nous depuis longtemps – jusqu’aux recentes
annees ou nous avons ete pulverises par la marque (brand)
Wahabite.
Bonne nuit,
Abdoulaye
2014-03-17 11:31 GMT-04:00 Ndack
KANE
<ndack@hotmail.com>
:

Mon cher Abdoulaye,

Merci, les références seront les bienvenues.
L’islam tel que pratiqué chez nous (car c’est ce que
je connais) est une belle religion et le restera si
seulement nous respectons les valeurs morales dont
nous avons héritées, les vraies, celles qui ont
résisté aux soubresauts de l’Histoire.Bien des choses,

Ndack


Date: Mon, 17 Mar 2014 08:23:35 -0400

Subject: Re: [malilink] Rejet d’un rapport sur
l’égalité hommes-femmes

From: abdoulaye.keita@gmail.com
To: ndack@hotmail.com;

malilink@malilink.net

Ma soeur Ndack,
Au risque de cauaer du bruit sur nos foras,
je vais m aventurer a pousser le debat
concernant les femmes chez nous en Afrique
de L’ Ouest, surtout au Mali.
Je partage ta position sur le droit des
femmes. Tiens, mon pere etait medecin et
mukhadam dans la confrerie du Malikite (la
tidjiania). Il n’ etait pas polygamme.
disait a mes soeurs de prendre l’ ecole au
serieux pour que si par malchance elles se
mariaient a un idiot, elles pourraient se
debrouiller
La question de la femme surtout en ce qui
concerne la polygamie est devenue un moyen
de revanche que bcp de maliens utilisent
pour faire mal a leur premiere femme en
faisant usage du couvert de l’ Islam.
Souvent, l’ excuse est que la femme ne lui a
pas concu un enfant ou un garcon, etc… En
lisant le Coran dune  maniere discernée, la
veuve et les orphelins sont la proccupation
majeure avec comme aleas que l’ on traite
chacune des femmes au meme pieds d’ egalite
que les autres; pas simplement que la
polygamie est permise. Reconnaissons que
cette version du Coran a ete mal interpretee
et certains s’ y accrochent pour des fins
plutot egoistes. Il y a beaucoup d’
orphelins qui ont besoin de figure de pere.
Si quelqu un n’ a pas d’ enfants pour des
raisons variees ( l’ homme peut etre limite
biologiquement ou la femme pourrait etre
victime d’ une malformation physiologique),
un des orphelins de la poupeniere serait
sources de beaucoup de benediction si on l’
adoptait plutot que de marier une autre
femme avec des moyens financiers limites qui
ne permettent pas le traitement egalitaire
tel qu’ ecrit dans le Coran.
Le droit des femmes – leur respect est un
droit sacre: ” Dans un Hadith, le Prophete
repond a la question d’ un de ses disciples,
qu’ apres Allah c’ est ta mere- meme pas Lui
(Peace be upon Him).
Dans nos milieux urbains c’ est la ou les
femmes sont les plus maltraitees. L’ homme
generallement ne contribue en rien dans l’
education et le maintien des enfants. C’ est
la femme qui se leve et s’ occupe de tout.
Il ne faut pas oublier l’ abus physique de
la femme dans certains milieux. Il y a
cependant beaucoup d’ hommes qui se
comportent correctement.
Je vais chercher les references d’ un prof
de droits, un egyptien qui a bien traite ce
sujet. J’ ai une copie de son livre a la
maison.
Le feu Roi Hassan Ii organisait des
conferences animees par des professeurs
pendant chaque mois de Carem. Je crois avoir
quelques textes sur la question de la femme
dans l’ Islam. Je ne manquerais pas de les
partager.
Bonne journee,
Keita
Sent from my BlackBerry 10 smartphone.
From: Ndack KANE
Sent: Monday, March 17,
2014 7:19 AM
To: Malilink
Subject: RE: [malilink] Rejet d’un rapport sur l’égalité
hommes-femmes

 

Bonjour Sabu,

Si c’est pour être Le Chef, il n’y a
pas de problème, moi-même je vais être
Coulibaly !!
Bien des choses 🙂

Ndack


Date: Mon, 17 Mar 2014 01:12:55 -0700
From: sabu_nyuman@yahoo.com
Subject: Re: [malilink] Rejet d’un
rapport sur l’égalité hommes-femmes
To: ndack@hotmail.com;

malilink@malilink.net

Bonjour Ndack,
En fait, les Coulibaly
font exception à la
nouvelle législation
sénégalaise. Tous les
descendants de Biton
Coulibaly ont une place
unique dans la grande
famille Coulibaly et quand
vient le tour pour être
chef de famille, on les
envoie chercher où qu’ils
se trouvent pour occuper
le siège qui ne revient
qu’à eux. S’ils ne
reviennent pas de
d’eux-mêmes, on envoie
l’esprit des ancêtres les
chercher et alors ils
débarquent en plein midi,
tout naturellement comme
si de chez le voisin 🙂
Bon, j’espère vous
avoir un peu amusée 🙂
Sabu Nyuman

From: Ndack KANE <ndack@hotmail.com>
To:
Malilink <malilink@malilink.net>

Sent:
Sunday, March 16,
2014 8:00 PM
Subject:
RE: [malilink] Rejet
d’un rapport sur
l’égalité
hommes-femmes

Bonjour,

Je viens de
me rendre
compte que
c’est tout
récemment que
la femme
sénégalaise a
le droit de
donner sa
nationalité à
son enfant !
Auparavant,
l’enfant ne
pouvait avoir
que la
nationalité de
son père. Eh
ben… donc si
tu es
Coulibaly, tu
étais malien
et rien
d’autre ?? Je
refuse :)))
Sinon cet
article ne me
choque pas.
Par contre le
texte de
Mahmoud Dicko
me choque
encore
aujourd’hui.
L’égalité
des droits
sera non
négociable. On
ne retournera
pas en
arrière. En
tout cas moi
je me battrai
toujours pour
ces droits là.
Bien sûr, avec
mes moyens et
à mon niveau,
mais je me
battrai. Et si
un Européen ou
un Nord
Américain
m’aide dans
cette lutte,
j’accepte
volontiers. Je
n’accepterai
jamais qu’une
idéologie
supplante ma
vie ou mes
droits
humains.
C’est bien
d’être un
Africain et
d’expliquer
que les
Occidentaux ne
doivent pas
prendre des
décisions
concernant
l’Afrique.
Mais ce serait
bien également
que, en dehors
de l’évidence
de l’égalité
des droits,
que les Hommes
cessent de
penser savoir
ce qui est bon
ou non pour
les Femmes à
leur place.
Juste pour la
cohérence.
Thanks
again
Mohomodou !
Cordialement,

Ndack


From: mh@songhay.org
Subject: Re:
[malilink] Rejet d’un
rapport sur
l’égalité
hommes-femmes
Date: Sun, 16
Mar 2014
21:51:44 +0100
To: malilink@malilink.netSur
le gros plan,
l’article
illustre le
fait qu’on ne
peut pas
parler de
l’Occident
comme un
monolithe. (Ce
qui est
également vrai
de l’Afrique.)
Même l’Union
européenne
rassemble de
sociétés et
cultures
diverses, et
au sein de
chaque société
les forces
conservatrices
et libérales
s’affrontent
continuellement.
L’indignation
de l’avocate
des droits des
femmes est
compréhensible,
mais la
remarque de la
députée
luxembourgeoise
de droite
l’est tout
aussi. Une
doyenne des
batailles
idéologiques
au Parlement
européen.


Quant
au médium,
pour ceux qui
connaissent
“20 minutes”,
ce n’est pas
le genre de
publication à
s’enliser dans
les nuances.
Il s’agit d’un
journal
gratuit fixé
sur la une du
jour qu’il
faut résumer
le mieux pour
les lecteurs
qui prennent
le papier à la
sauvette, à la
gare ou aux
arrêts de
bus. 


Donc,
s’il s’agit de
l’égalité
homme-femme,
l’article ne
dit surtout
pas que le
principe est
remis en cause
dans la
législation
communautaire
(UE). C’est la
méthode qui
est décriée.
Un rapport
n’est pas une
loi et je ne
sais même pas
si le vocable
“rétoqué” est
vraiment
approprié ici.
Le rapport va
être relu,
adopté ou pas,
mais ce n’est
pas une loi –
plutôt un
chapelet de
propositions,
le genre que
les
gouvernements
nationaux et
les instances
internationales
produisent à
longueur de
journée, et
pourquoi pas à
l’occasion du
8 mars. Dans
ce cas, un
rapport de
plus, dont le
fonctionnement
individuel du
Danemark ou du
Portugal ne
dépend pas
strictement.
La réalité du
terrain
commande dans
le domaine de
l’égalité
homme-femme.
Là, si on
prend des
éléments
spécifiques,
les disparités
en salaire et
pension
restent
énormes et
variables
selon les pays
de l’EU
(Bruxelles).
On ne parle
même pas du
Conseil
européen – du
Portugal à la
Russie –
(Strasbourg).
La réduction
de ces écarts
a une
dimension
idéologique,
mais pas
seulement. Il
y a aussi le
coût financier
de réformes
éventuelles
que les partis
de droite
opposent parce
qu’ils
redoutent les
implications
en termes de
dépenses
publiques,
c’est-à-dire
la crainte de
nouvelles
hausses
d’impôts pour
payer des
congés
maternité et
racheter des
trous de
carrière dus à
la grossesse
et aux charges
familiales
après
accouchement. 

En
fin de compte,
les lois ne
règlent jamais
tous les
problèmes. Au
mieux elles
montrent un
horizon idéal
vers lequel
les efforts
des uns et des
autres, d’une
génération à
l’autre,
pourront les
porter. Ce qui
ne légitime
pas un autre
sophisme: les
lois ne
servent à
rien. Si
c’était le
cas, il n’y
aurait pas de
batailles si
acharnées
autour de
propositions
de lois. Ou
même de lois
en voie d’être
promulguées
comme le Code
malien en août
2009. 

En
quoi donc nous
importe cet
épisode
européen?
Est-il
comparable à
l’expérience
du débat sur
le Code de la
personne et de
famille en
2009?
Porte-t-il les
mêmes enjeux
et
implications?
Ce
sont là pour
moi les
questions
fondamentales
dans une telle
discussion.
Beaucoup plus
que le côté
évènementiel
du report du
rapport en
question. Dans
le cas malien,
il s’agit de
la remise en
cause du
principe même
de certains
droits
élémentaires
des femmes et
des enfants et
plus, par
rapport au
mariage et
l’héritage.
Donc, des
droits
fondamentaux
qui
déterminent
l’accès aux
ressources,
aux
opportunités
pour accéder à
une vie
autonome. Je
comprends si
quelqu’un est
convaincu que
les femmes
n’ont aucun
business à
être majeures,
professionnellement
accomplies et
financièrement
autonomes.
Mais, je crois
que c’est
exactement ce
que les femmes
– surtout les
femmes
maliennes et
africaines –
doivent être
et que c’est
plus que mon
business que
me battre pour
cela et de
supporter ceux
ou celles qui
se battent
pour le même
idéal. Et de
combattre et
battre en
brèche les
arguments et
opinions qui
veulent faire
prévaloir le
contraire ou
même la
négation pure
et simple de
ces droits
pour une
catégorie de
citoyens.  

La
différence est
aussi qu’en
Europe on
accepte qu’il
existe des
valeurs de
gauche et des
valeurs de
droite qui
s’affrontent
depuis des
siècles, se
défont à tour
de rôle et
maintiennent
ainsi, tant
bien que mal,
un certain
équilibre
social et une
sécurité
juridique pour
les membres de
différentes
catégories. Au
Mali, on veut
coûte que
coûte faire de
valeurs
ultra-conservatrices,
souvent
importées de
pays
d’adoption
intellectuelle
et idéologique
comme la
société
wahhabite
d’Arabie
Saoudite, des
valeurs
autochtones et
exclusives des
Maliens. D’où
toutes les
injures
auxquelles on
se soumet en
critiquant
l’imposition
d’un système
de valeurs qui
n’a pas grand
chose à avoir
avec nos
sociétés
maliennes dans
leur
profondeur
historique et
culturelle. Et
là je dirai
qu’il est plus
aisé pour le
Malien
occidentalisé
de tenir un
discours
critique
envers le
soit-disant
“Occident” que
pour le Malien
orientaliste
d’observer la
moindre
distance
critique
vis-à-vis de
son idéal
oriental/arabo-musulam.
C’est ce que
je trouve
déplorable et
insupportable
pour une
classe
intellectuelle.
Le Malien et
l’Africain
doivent se
surmener pour
mettre en
question tous
les substrats
culturels et
idéologiques
qui risquent
de les
assujettir ou
de minorer ou
réduire une
partie de la
société à
l’inégalité et
la servitude.
Ils en ont
subi les plus
graves affres
au fil de
l’histoire. Et
rien ne
justifie au
21è cet
immense
appétit pour
toutes formes
de servitudes
volontaires.

Ce
que je trouve
déprimant par
déduction,
c’est qu’on
nous donne à
célébrer la
défaite (même
imaginaire) du
principe de
l’égalité
entre les
composantes
d’une société.
Les théories
racistes du
18-19è
siècles,
fascistes et
autrement
totalitaires
du 20è siècle
ont ce socle
commun. Dès
qu’on arrive à
justifier
l’inégalité
intrinsèque
entre des
catégories
sociales
(ethnies /
castes,
sexes), on
libère le
champ pour
toutes sortes
de desseins
macabres. Les
sociétés qui,
par truchement
ou
complaisance,
sont amenées à
accepter de
telles
théories, ont
fini par
s’auto-détruire,
ou du moins
s’infliger de
blessures
profondes, aux
conséquences
pratiquement
irréparables. 

Pour
répondre
partiellement
à ma question,
l’enjeu de ce
rapport
européen n’est
pas le
principe de
l’égalité
(même si
celui-ci reste
partout un
idéal à
atteindre)
mais
l’approche et
la méthode des
auteurs du
texte. 


Mohomodou
Houssouba
––

Am
14.03.2014 um
13:49 schrieb
Mohamed Ag
Acharom <agacharome@hotmail.com>:

 

 «Consternant,
«honteux»… Le
rejet par les
eurodéputés
d’un rapport
sur l’égalité
hommes-femmes
fait du bruit

EUROPE –
Mardi, le
Parlement
européen a
retoqué un
rapport sur
l’égalité
homme-femme,
car le texte a
clairement
divisé les
eurodéputés…

Cela devait
être un
rapport
consensuel,
mais il a
finalement mis
le feu aux
poudres au
Parlement
européen.
Les
eurodéputés ont  rejeté mardi à l’issue d’un vote serré un rapport
sur l’égalité
 entre

les hommes et
les femmes. Il
a été rejeté
par 298 voix
contre,
essentiellement
dans le camp
conservateur.
Il a récolté
289 pour
(majoritairement
la gauche et
les libéraux)
et 87
abstentions,
dont un nombre
important de
députés
écologistes,
en tête
desquels
Daniel
Cohn-Bendit et
José Bové.
Ce texte très
dense, de 80
propositions,
demandait aux
Etats de
l’Union
Européenne
de «garantir
le respect du
principe
fondamental de
l’égalité de
rémunération à
travail égal
entre les
femmes et les
hommes»,
d’interdire
les démissions
forcées en cas
de maternité,
et prônait la
lutte contre
les
stéréotypes
sexistes.

Un
texte
jugé « fourre
tout » par
certains

Des thèmes qui
ne suscitent
pas a priori
le débat, mais
certains
eurodéputés
ont estimé que
le texte était
trop «fourre
tout» pour
être adopté.
Contactée par 20
Minutes
, leurodéputée conservatrice luxembourgeoise du Groupe
du Parti
Populaire
Européen
(Démocrates-Chrétiens) Astrid Lulling, qui a voté contre, estime ainsi
que «rapport
était trop
surchargé et
abordait des
thématiques
hors sujet
comme
l’avortement».
Cette dernière
juge également
inutile un
énième texte
sur l’égalité
hommes-femmes. «Depuis
1975, 12
directives ont
été adoptées
sur le sujet
et ont abordé
beaucoup de
thème : l’égalité
salariale, le
congé
maternité, le
congé
parental,
l’accès à la
sécurité
sociale pour
les femmes…
C’est un
arsenal
formidable
mais il n’est
pas
suffisamment
utilisé, car
ces directives
sont très
inégalement
appliquées »,
souligne-t-elle. «Nous
n’avons donc
pas besoin de
nouveaux
textes, mais
bien que ceux
qui existent
fassent leurs
preuves sur le
terrain»,
insiste-t-elle.

Un
rejet «consternant» par
Najat
Vallaud-Belkacem

Une position
loin d’être
partagée par
tous les
députés. La
députée
socialiste
belge
Véronique De
Keyser a ainsi
dénoncé «une
marche arrière
incroyable au
lendemain de
la Journée des
Femmes». «Aujourd’hui,
par ce vote,
c’est non
seulement les
femmes qui
sont insultées
et agressées,
mais
l’ensemble de
la société,
nos valeurs et
le coeur de
notre
humanité», a
dénoncé aussi
la délégation
française du
groupe
socialiste.
C’est un
vote « désinvolte
et honteux», a
ajouté la
socialiste
française
Sylvie
Guillaume qui
y voit
l’expression
d’une certaine
lassitude de
nombreux
eurodéputés
face à un
énième rapport
sur les droits
des femmes.
La ministre
des Droits des
femmes, Najat Vallaud-Belkacem a qualifié
de «consternant» le
rejet de ce texte: «Cela montre à quel point rien n’est jamais
acquis en ce
qui concerne
les droits des
femmes, y
compris pour
des positions
qui semblent
consensuelles.
Nous devons
être sans
cesse sur nos
gardes»,
a-t-elle
déclaré

Delphine
Bancaud

Source: http://www.20minutes.fr/monde/1322658-consternant-honteux-le-rejet-par-les-eurodeputes-d-un-rapport-sur-l-egalite-hommes-femmes-fait-du-bruit

 

…………………………………………………………
Mohamed Ag Acharom



<