Rejet d’un rapport sur l’égalité hommes-femmes – Afrique traditionnelle

Chère Ndack,

Je crois bien qu’à cette allure, il
nous faudrait bien penser à dresser une anthologie
de ce qui “est un luxe ici” – ici, là-bas et
ailleurs. Je crois que c’était dans un récent
magazine de la Neue Zürcher Zeitung, un
reportage très touchant sur une résidence pour
personnes âgées en Tanzanie, l’une des rares en
Afrique. La première idée qui vient en tête, bien
sûr – en Afrique aussi! Où est passée la célèbre et
fameuse grande famille africaine?  Mais, au-delà, on
se rend vite compte qu’on se voile la face. Depuis
longtemps, vieillir est devenu un voyage dans le
néant social et matériel pour la majorité des
Africains. Les récits de ces résidents aux
biographies toutes singulières révèlent la réalité
de l’abandon et de la dépression que vivent beaucoup
de personnes âgées sur le continent. Dont certaines
qui ont finalement choisi de quitter leurs familles
pour échapper aux brimades et abus très graves. La
maison institutionnelle ne résout pas tous les
problèmes, mais elle atténue le calvaire pour
certaines personnes. Trouver un petit espace privé,
du calme, une autre forme de compagnie que celle de
la famille biologique.

La présence de l’autre se raréfie en
Afrique aussi, sous d’autres formes, parfois
davantage violentes. Raison pour laquelle il est
vraiment urgent de continuer ce genre d’échange,
pour mettre à jour notre image souvent datée du vécu
(social) dans notre univers africain. Toujours
“traditionnel” bien sûr, même lorsqu’il a longtemps
cessé de l’être, pour le meilleur et le pire. Ce
déni met directement en danger beaucoup de migrants
africains qui refusent même l’idée de souffrir de
dépression, d’être vulnérables aux pensées
suicidaires et autres pathologies pourtant répandues
dans la société de séjour. Souvent quand il s’agit
de trouver de l’aide, ils sont ceux qui s’y prennent
le plus tardivement, parfois lorsqu’aucune
assistance médicale ou psychologique ne leur est
plus possible. Ce qui nous ramène au récit de
départ.
Mohomodou
––