Choix du Premier Ministre

Bonsoir chers tous,

On a toujours envie de suivre la direction dans laquelle engage la majorité. Je pense la même chose pour le choix de notre jeune frère Moussa MARA.

De l’autre côté quelque chose me retient. Je lui souhaite bien sûre tout le bien que le pays peut tirer de sa nomination. Et très bonne chance.
Malgré mes appréhensions que je vais finalement exposer, je le soutiendrai ; pour la même raison que celle qui m’a amené à le faire pour Amadou Aya avant que je ne m’avise très tôt, la même qui m’a fait soutenir le PM CMD, le PR Dioncounda et dernièrement le PR IBK malgré son départ difficile. Dans ma petite tête lorsqu’il y a plusieurs problèmes qui sont difficilement gérables ensemble, il me faut prioriser les choses.

Je pense que la sécurité des hommes et de leurs biens, la restauration de l’intégrité territoriale de notre pays prime sur toute autre chose.
Il faut bien sûre admettre la nécessité d’assurer à manger et à boire pour tous (grondement pour le moment lointain mais qu’on entend venir en fond sonore).

Je soutiendrai donc le PM Moussa MARA et comme tous veillerons à ce que notre soutien se traduise aussi en avis utile pour Moussa et pour notre pays. L’homme est intelligent, habile, patient et courageux. Je n’oublierais pas son tour du pays et surtout celui de Gao qu’il a osé faire alors que tous les autres politiques hésitaient à aller à la rencontre de ces populations qui avaient besoin de se sentir considérer comme citoyen malien après ce long moment de séparation.

Mais je pense aussi qu’il faut se préparer à le soutenir. Parce que encore une fois le doyen IBRIM à fait une erreur.

Ibrim à été élu à plus de 77%. Son parti le RPM a le plus grand nombre de députés à l’assemblée. Il a lui même contribuer à donner cette force à son parti. La logique démocratique commande qu’il choisisse le PM parmi ceux du RPM. Parce que tout le monde sait que les partis luttent pour le pouvoir.

Il ne l’a pas fait. Peut être que c’est parce qu’il pense réellement que ce n’est pas le RPM seul qui l’a élu. Ce qui est vrai.

Mais voilà en ne prenant pas de premier ministre parmi ceux qui s’y attendent “légitimement” il crée une situation qu’il va falloir gérer si le RPM et d’autres partis alliées décident de torpiller l’action gouvernemental.

IBK va-t-il s’opposer à ce mouvement de son propre parti en créant ou aidant à créer un environnement favorable pour lui et le nouveau gouvernement. Le pourra-t-il ? C’est surtout cela la question.

Si c’est non, nous imaginons tous les difficultés que pourra engendrer cette situation. On peut imaginer qu’en politicien expérimenté IBK sait que ce risque existe avant de choisir Moussa. Et par conséquent qu’il a déjà pris les dispositions et négocié les arrangements nécessaires avec les différents groupes. Il restera tout de même à s’assurer que ce truc marche et accompagne Moussa tout le long de son mandat.

J’ai entendu Ibrim dire un moment que “ce ne sera pas un partage de gâteau”. Mais voyons nous sommes en démocratie (constitutionnellement je veux dire). Les règles bien appliquées devraient aboutir au choix de celui qui est le plus populaire. Sans doute Moussa l’est, mais les urnes ont parlé (à ma défaveur d’ailleurs) et il aurait fallu en tenir compte.

Il s’agira donc pour tous celles et tous ceux qui viennent de féliciter Moussa de savoir l’existence de ce risque et de le soutenir pour que l’espoir né de son choix puisse se concrétiser.

Je ferai partie de ceux là qui mèneront le combat.

Cordialement
____________________
Chouaibou