Oumar Tatam Ly : la vraie raison d’une démission ?

Au-delà de Oumar Tatam LY, qui n’aura malheureusement pas eu le temps de mettre sa méthode en place, une telle procédure devrait inspirer tout lemonde pour choisir les dirigeants dans notre pays. Simplement, encore faut-il que les uns et les autres se mettent en symbiose pour une telle démarche et la mise en oeuvre d’une telle procédure.

C’est vrai que le challenge serait que le nouveau PM, plutôt généralement bien inspiré reprenne cette procédure qui a cours encore et lamette en œuvre pour la généraliser.

Le plus dans une telle démarche, c’est qu’il s’agit de choisir des dirigeants à la tête de structures politiques, mais plutôt de structures dont la vocation est de rentabiliser et de fructifier la mise de départ, dans les mêmes conditions que sur le marché.

J’ai lu quelques sorties sur la qualité des prestations de services de certaines EPIC, EPA et autres au nombre desquelles le CHU Gabriel TOURE,l’Office de radiodiffusion et Télévision du Mali, les Aéroports Du Mali, toutes les directions nationales, régionales comme cette dernière qui a adressé uncourrier de réprimande à un Client qui exploite une établissement hôtelier de premier plan, contraint de faire marcher un groupe électrogène en raison des coupures intempestives de EDM, société unique et exclusive d’énergie (à l’exception des petites rurales), incapable de fournir convenablement le courant électrique, produit à des couts exorbitants, devenu une denréerare et extrêmement rare au Mali. Contre une telle défaillance, presque la moitié des cadres de EDM se sont déjà relayées à la tête de cette entreprise, sans jamais arriver à régler le souci énergétique des maliens…Imaginons un appel à candidature à la tête de cette structure, peut-être que le courant va toujours manquer, mais sans doute moins lorsque l’on sait qu’au bout on estévalué sur ses capacités à manager et surtout sur les engagements que l’on a soit même pris.

Tous  les jours des gens crèvent dans nos hôpitaux pour des actes mal administrés, jamais évalués ni avant encore moins après puisque l’exhumation ou l’autopsie est « haram » absolu dans ce pays. La mort est causée par dieu même à l’occasion d’une grave accident rendu possible àcause du mauvais état des freins du camion pourtant contrôlé et bien contrôlé à l’entrée de la ville par des policiers en faction, plus intéressés par le gain indûment prélevé que par le contrôle des documents de véhicules pour la plupart volés et en circulation au Mali.

Allez faire un tour dans les toilettes des Aéroports du Mali, même pour une minute, vous suffoquez et pour les plus enclins aux maladies du cœur et ceux exposés à l’asthme risquent la mort.

Le  choix des hommes au mali se fait sur des critères qui n’ont absolument rien à voir avec la règle et sur des bases objectives.

Moussa MARA est conscient que la justice passe par là. Cette justice est aujourd’hui malmenée à tout va et il se trouve aussi bien des brebis galeuses dans les juges que parmi les principaux animateurs de la maison justice qui s’adonnent à un triste spectacle de vindicte et de grand déballage de choses et d’autres qui ne grandissent personne parmi eux. Cela devrait s’arrêter de la même manière et avec les mêmes remèdes que l’autre grand malade, l’éducation nationale qui est en soins intensifs à la suite de diagnostics rapides et je crois efficace.

Moussa MARA n’a pas commencé encore que les méthodes qu’il préconise sont de nature à penser qu’il sait d’où il part pour se frayer le chemin, pour arriver à régler ces nombreuses attentes de gens dans le besoin qui s’expriment, et s’expriment même violemment.

Le pouvoir n’a pas d’autre choix que de les entendre, de les écouter et, en l’absence de réponses immédiates, d’être capable de créer, voire de susciter l’espoir.

A  quoi peut servir un forum comme le nôtre dans une dynamique ou tout le monde considère Moussa MARA comme un des nôtres au même titre que DIOP, nouveau ministre des AE et Ousmane SY, de la décentralisation.

Le droit de critiquer est absolu. Simplement, une critique, même acerbe devrait commencer par les points de la critique, les raisons de la critique et les solutions que l’on préconise plutôt que d’autres. De cette manière, les nombreuses idées qui sont avancées ici peuvent être facilement être exploitables pour des gouvernants de bonne foi et qui sont prêts à nous entendre et à nous écouter. Ils sont rares en situation de responsabilité d’accepter de venir à la confrontation toujours.

Malgré tout, quelque soit notre sympathie à Moussa MARA dont la côte de popularité est très hight sur ce forum, nous devons être à même de tirer la sonnette d’alarme et d’attirer l’attention des dirigeants du jour des dérives possibles et potentielles.

Moussa MARA ne devrait pas s’imaginer PM il y a quelques semaines et l’évolution politique a fait que c’est lui qui est en place. Les défis devant lui sont aussi nombreux que les obstacles d’ailleurs. Un PM, quelque soit sa loyauté, rentre en compétition avec l’auteur du décret le nommant le lendemain de sa nomination. Ensuite, la jeunesse qui devrait être un atout, va sans doute constituer une difficulté pour le PM Moussa MARA qui devrait arriver à imprimer son style, sa marque et sa méthode dans une structure gouvernementale, incompréhensiblement large, composée de gens qui étaient aux affaires alors que Moussa était adolescent.

Je suis de ceux qui pensent que l’âge n’attend point le nombre des années.

Bon courage Moussa, tiens bon, donne le meilleur de toi même en ne te posant pas beaucoup d’autres questions que celles qui consistent à évaluer le chemin entre l’acte de gouvernement et le bonheur des maliens.

Ce n’est jamais trop demandé, mais ce peut être trop payé et c’est l’option que tu as fait, que le tout puissant veille sur toi et t’accompagne…

Mamadou Ismaila KONATE