Une excellente analyse de Sekou K Diallo

J’avais note aussi que la
Premiere Republique n’avait qu’une quizaine de diplomes d’etudes
superieures au moment de l’independance. La capacite en resources
humaines etait faible donc la bonne execution de sa politique
manquait quelques fois; mais ces gens-la etaient de vrais
patriotes._A. Keita

Apparemment c etait le cas dans la plupart des pays africains.  Et
justement, votre derniere phrase me rappelle que je me suis
souvent pose la question sur le patriotisme de nos peres
fondateurs, ou bien c etait une question de maturite ou de
suivisme pour ce qui passait pour l esprit du temps.  Comment
pouvait on reellement envisage un futur avec si peu de
resources??

Quand j etais en service au Timor de l Est, je ne pouvais m
empecher de penser aux independances africaines.  La plupart des
hommes timorais etaient convaincus qu ils fallaient seulement que
les internationaux partent pour qu arrive leur tour de conduire
nos vehicules et recevoir ce qu ils percevaient comme les
avantages qui venaient avec nos positions.  La capacite de releve
etait non existente, tout etait gere par les indonesiens avant
leur depart, meme trouver des mecaniciens qualifies etait le
chemin de la croix.  La corruption et le favoritisme parmis ceux
qu on preparait aux hautes fonctions publiques etaient deja
averees.  Certains timorais s inquietaient en prive de notre
depart avec tout ce qu on pouvait deja entrevoir.  Moins de 5 ans
apres l independance officielle, il y a eu au moins deux
tentatives de coup d etat, le 2me president du pays a du ete
evacue en Australie avec une balle dans le ventre et il a fallu
une autre intervention
internationale pour tenir le tout ensemble.  L armee est en voie
d une nouvelle reorganisation et meme le “pere fondateur” Xanana
Gusmao traine une reputation de corruption.

Donc, je me demande ce que devait penser les cadres qui n etaient
pas etrangers aux defis que pouvaient poser de telles
independances en 1960.  Comment devons nous les juger face a ces
africains dont on s est longtemps moque comme Leon Mba qui, dit
on, a ete contraint d accepter l independance, ou meme d’Houphouet
qu on accusait d etre un suppot de l imperialisme, parce qu il
encourageait des relations proches avec la France, car regardez ou
nous en sommes…?  La RCI, malgre sa propre descente en enfer,
reste la reference pour l Afrique francophone, les ivoiriens sont
parmis les plus competents de la sous region et leurs capacites ne
pouvaient pas etre absorbees par toute la sous region reunie
pendant la guerre.  Si ils ont fait de leur mieux, je ne suis pas
sur que c etait la situation dans laquelle ils nous ont mene
etaient les seules options pour des gens qui comprennent vraiment
leur pays.  Et si c et vrai qu une socio democratie peut produire
des
resultats de facon admirable quand les resources sont limitees,
mais je pense que quelque soit la forme democratique choisie, il
faut un leadership pragmatique et motive pour assurer le succes a
long terme.

Soukouna