Accords de Kidal

L’accord conclu sous l’égide du président Mauritanien comprendrait

sur 5 points – selon les recoupes de presse:

# Cessation des hostilités sur toute l’étendue du territoire national
# L’acceptation de l’accord politique de Ouagadougou
# Le retour immédiat à la table des négociations
# La libération des prisonniers et la facilitation des opérations humanitaires
# La mise en place d’une commission internationale d’enquête sur les événements de Kidal
Si vous trouvez la version officielle du texte, veuillez nous
l’envoyer. Ce que j’y comprend c’est que l’administration même
à l’état embryonnaire qui existait à Kidal et dans sa région
avant le 17 Mai a disparu à jamais. Les rebelles ne
permettront pas son retour jusqu’à la conclusion d’un accord
définitif — à moins qu’elle ne soit assujettie à son
autorité. D’ailleurs, quel fonctionnaire voudrait aller dans
ce chaudron? Il y va de même pour la présence de l’armée –
elle est désormais bridée et n’osera plus même patrouiller
dans la zone pour éviter un “malentendu” quelconque.
Nous sommes tous témoins de l’histoire – ce qu’on a appelé
décentralisation “renforcée” sera bien une autonomie en ce qui
concerne Kidal (au minimum); elle l’est déjà de facto; les
futures négociations ne feront qu’entériner la réalité sur le
terrain. ATT a laissé les jihadistes s’installer, IBK a perdu
le nord.
Il y a aussi un fait que j’ai trouvé troublant. L’accord a été signé par le
président Abdelaziz (mandaté par IBK) pas par un officiel
Malien – une façon pour les rebelles de refuser une présence
officielle afin d’humilier encore le Mali!! Où pensez vous que
ces négociations se tiendront? Le négociateur Modibo Keita
pourrait être traîné à Kidal pour y tenir les pourparlers que
le Mali est désormais OBLIGÉ de tenir.
____________
Karim Sylla