La visite a Kidal du PM Mara

Bonjour Malilinkers,
Ma réflexion va à contrecourant des multiples réactions d’appréciation que je lis par rapport à la visite médiatisée du PM à Kidal qui a malheureusement résulté à la mort d’un autre soldat des forces armées maliennes. Paix à son âme et mes condoléances à sa famille et prompt rétablissement aux blessés. J’espère qu’on nous communiquera le nom du défunt afin qu’il ne reste pas anonyme et que sera le cas dorénavant pour tous nos soldats qui donnent de leurs vies à la nation afin que leurs mémoires soient honorés à la valeur de leur sacrifice.
Souleymane Soukouna a déjà évoqué une stratégie confuse manquant de cohérence dans la gestion de ce dossier de Kidal que je partage tout à fait. Je pense que cette visite a été très malheureuse (qu’on ne dise pas le contraire à la famille du soldat tué!) et j’ose espérer me tromper en soutenant qu’elle procède d’un acte politicien maladroit et incohérent avec les déclarations et actes posés récemment aussi bien par le PR que le PM. En effet, le PR venait de nommer l’ancien PM Mr Modibo Kéita comme son Haut représentant pour conduire le dialogue inter-malien et avec les groupes armés. L’acte avait été bien salué aussi bien dans l’opinion publique nationale que par les partenaires internationaux du Mali eu égard à l’espoir qu’a suscité cet acte politique qui présageait d’une volonté politique de diligenter enfin des négociations sérieuses. Du moins c’était ce qu’avait laissé entendre le PR et il semblait avoir compris qu’on se lassait du status quo. Des semaines plus tard, lors de sa déclaration de politique générale de son gouvernement, le PM laissait entendre lui aussi que la résolution de la crise allait prendre du temps et qu’« il ne saurait y avoir de solution militaire aux problèmes de rébellion au Mali » incarnée aujourd’hui par le MNLA à Kidal et que « le gouvernement préfère le dialogue et la négociation à la guerre ». Tout ceci était très bien dit et conforme à la réalité géopolitique du conflit et de la situation actuelle de Kidal. La présente visite à Kidal et dans le reste du nord pour autant qu’elle soit de droit pour une autorité ou n’importe quel citoyen malien s’est toutefois déroulée dans des conditions non-conformes à l’option de dialogue et de réconciliation prônée par le PR et soutenue par le PR. D’où l’incohérence dans la stratégie de gestion de la situation de Kidal qui ajoute à une confusion sur une feuille de route inconnue ou incomprise par bien de monde. Il aurait fallu donner d’abord le temps au dialogue et à la médiation surtout lorsque qu’on reconnaît soit même que la résolution de la crise prendrait du temps. À mon humble avis le motif de la visite avancée par le PM lui-même en ces termes d’après la presse « je vais, et à Kidal, et à Tombouctou mais aussi à Gao pour m’assurer que l’administration fonctionne autant dans ces localités qu’à Bamako » n’en valait pas la mort du soldat tué et de tous les blessés et dégâts enregistrés. Tout le monde sait que l’administration ne fonctionne pas à Kidal comme à Bamako et que cette visite ne changera pas demain le fonctionnement de l’administration à Kidal. Bien au contraire, elle ne fera que polariser davantage les positions au su de la façon dont elle s’est déroulée et je ne suis pas sure de l’interprétation quelle suscitera auprès des nombreux partenaires sollicites pour nous aider. Il faut souvent faire attention à la crédibilité de son État sur le plan international en fonction de ses agissements.
Je ne vais pas faire un lien entre cette visite et le contexte des remous internes; il aurait été tout de même été mieux apprécié que le PM utilisât le nouveau Falcon B737-700 du Mali ne serait-ce que jusqu’à Gao si le tarmac à Kidal ne le permet pas. Cependant, le timing de la visite me parait troublant au moment où une rencontre se déroulait à Paris pour un sommet de l’Elysée pour un “plan global régional” contre Boko Haram sans la présence de notre PR. On me dira peut-être que le Mali n’est pas concerné par Boko Haram et son champ d’action. Mais sincèrement, la présence à ce sommet de quel président mieux que celui du Mali pouvait mieux incarner l’efficacité de l’aide française pour lutter contre ces bandes terroristes criminelles dont la faillite de leadership de nos États en sont pour une grande part responsable de leur naissance et renforcement? Ce que j’essaye de dire ici c’est l’illustration des rapports froids emprunts de méfiance qui existe entre notre gouvernement et la France du PR Hollande notre sauveur (aussi détestable que ce qualificatif parait pour des nationalistes!). J’espère que l’évolution des évènements post-visite à Kidal de notre PM appellera à une plus grande realpolitik plutôt qu’à un confinement sur une voie nationaliste stérile et préjudiciable aux populations affectées. Parce que dans tous les cas ceux qui ont aujourd’hui le pouvoir des choix ne seront pas les victimes éprouvées d’un enlisement de la situation.
Je ne perçois pas la visite du PM comme une provocation ou une déclaration de guerre tout autant que je ne vois pas non plus en quoi elle est productive. L’utilité de l’acte se trouve peut-être ailleurs! Et c’est ma vision modeste de l’évènement/acte aussi 🙂
Bien cordialement,
Sidy Ba