L’opposition demande la démission du PM

Bonjour Rose,
Bonjour ASSADEK,
Bonjour à tous!
Je suis heureux que mon premier contradicteur soit cette militante du coup d État le plus stupide du monde perpétré dans notre cher pays le 21 mars 2012. Le 22 mars est une date usurpée pour faire impression et amalgame. Le 22 mars 1991 le peuple malien était dans la rue pour faire chuter le dictateur général que je me garde de nommer sur cette page noble.
Rokya Sanogo, putschiste jusqu’au bout des ongles, est cette activiste des SANOGO et consorts, qui a toujours été sous la protection de Kati dans des véhicules sécurisés avec gardes de corps, qui partait de radio à radio vilipender le FDR et tous ceux résistaient au coup d’état. En réalité elle n’a même sa place sur Malilink qui est d’essence démocratique, parce que c’est une putschiste non repentie.
Ayant soutenu le plus vil coup d État du monde et continuant à magnifier son auteur, heureusement incarcéré à Selingue aujourd’hui pour ses nombreux crimes tant de sang que de deniers publics, Pr Rokia Sanogo ose parler de notre responsabilité dans les 20 ans de gabegie etc qui ont plongé le pays dans cette crise. Merci ASSADEK d’avoir rappelé la responsabilité d’Ibk dans cette gestion ” catastrophique” Ce que Assadek ne dit pas mais que j’ajoute, c’est que le parti Sadi dont elle est un haut cadre, a géré pendant cinq (5) longues années sous le règne d’ATT, 5 ans inclus dans ces 20 ans de gabegie! Ce qu’elle ne dit, pas c’est toutes ces largesses dont son parti, à travers ses responsables, a bénéficié sous le régime ATT. Mais….passons!

Ce qui vient de se passer à KIDAL, c’est la résultante de la duplicité contre le peuple malien, montée par les putschistes de mars 2012, leur allié IBK et la communauté internationale le 10 juillet 2013, concernant la situation à Kidal. En effet, c’est CE JOUR qu’ils ont créé de toutes pièces les listes électorales de Kidal laissant croire que l’Administration malienne est dans cette région et que des élections acceptables peuvent y être organisées le 28 juillet. C’est CE JOUR qu’ils se sont pliés à l’injonction de la Délégation Générale aux Élections (DGE) de produire des listes de Kidal au plus tard le 11 juillet, faute de quoi les élections ne pourront avoir lieu dans cette région. C’est CE JOUR que le Parena, informé de cette forfaiture, a décidé que son candidat n’ira plus aux élections parce que Kidal échappe à la souveraineté du Mali, décision qui sera rendue publique le 16 juillet.
Ce qui vient de se passer, c’est :
– la rançon de l’amateurisme,
– la rançon de la légèreté et de la politique du tape à l œil,
– la rançon du mensonge d’Etat,
– la rançon du pilotage à vue et de l’arrogance,
– la rançon de l’orgueil mal placé,
– bref, la rançon du manque de leadership qui sait s’assumer et prendre des décisions responsables fussent-elles impopulaires.
La chute de Kidal, c’est l’étalage, en plein soleil, de l’incapacité du régime, que le Pr soutient , à gérer la situation, parce que le President élu n’avait aucun plan conçu pour le Nord en général, et Kidal en particulier. De l’accord de Ouaga, il n’a vu de positif que son élection et après, il s’est assis dessus, ne voulant plus ni s’en servir, ni y faire référence parce qu’il a été négocié par quelqu’un qui n’est pas de la majorité présidentielle. L’Histoire le rattrape, et le recours de tous maintenant c’est cet ACCORD.
Grâce à la Cedeao, à l’UE, à l’Onu, à Serval et à la Minusma, on parle encore du Mali. Si on avait écouté les putschistes qui disaient avoir des armes en Guinée et qui, une fois arrivées, ont servi à renforcer la sécurité de KATI, le Mali serait sous le joug des jihadistes aujourd’hui.
À cette phase de la crise, que faire?
Le Président démet le PM et s’adresse à la Nation et suit les sages conseils que les patriotes de l’Opposition viennent de lui donner.
Comme Moussa MARA le disait devant l’Assemblée Nationale, au sujet de “l’avion -épave” d’ ATT…… aucun “État sérieux” ne garde son PM après une telle débâcle, DANS LES CONDITIONS QUE L’ON SAIT.
PPR