Affaire Tomi

Dans ces affaires (de l’avion/des avions, des contrats militaires, de ce
contrat avec l’ex GIGN) je ne voudrai pas apparaître comme un défenseur
du Président de la république.

Pour l’avion la dernière fois que j’ai fait une intervention c’était
pour dire que (i) le gouvernement doit une explication aux maliens et
(ii) que mon souhait serait que le gouvernement cherche plutôt à
rassurer le bailleur.

Pour le cas de la “révélation” partagee par la doyen je ne crois pas
qu’il soit encore établi que le Président de la république ait été
accusé par l’ex GIGN. L’intéressé dit au contraire que son contrat a été
signé en bonne et due forme.

1. La fraude dont parle la justice française concerne (peut être que je
me trompe) les transactions de la société de l’ex GIGN en France la-bas.
Y a t il des soupçons sur IBK lui même d’avoir frauder sur le dos de la
France ? Pas de précision.
2. La corruption de politiciens étrangers : de qui parle t on ? pas de
précision encore.
3. Signer un contrat pour sa sécurité personnelle : en soit ce n’est pas
exclu; pas interdit. De plus ce spécialiste GIGN précise que c’est
vraiment nécessaire (peut être que c’est faux, je n’en sais rien).
4. Défaillance de paiement du Mali et règlement par des services
étrangers en liaison avec le Mali : Suis d’accord que dans le principe
c’est un problème SI la transaction a eu lieu avec des gens peu
fréquentables. Mais voyons un peu; Et si c’était vraiment nécessaire de
s’allier au “diable” pour assurer la sécurité du président de la
république ?

Comme Abdoulaye, je sais que nous voulons tous que le président de la
république réussisse sa mission pour le bonheur de tous. Que nous
voulons tous l’accompagner. Dans le respect bien sur de la loi et de
l’étique.

Me concernant et depuis 2012, je me suis toujours battu pour que les
dirigeants maliens ne soient pas affaiblis à cause des gué guerres
politiciennes. J’ai toujours pensé qu’il fallait que nos politiques
oublient leurs égos et fassent une union sacrée pour la reconquête du
pays. Ça ne peut pas se faire sans un soutien ferme et solide de
l’ensemble des forces du pays.

Mais nous nous sommes tous rendu compte que cela n’était pas, n’a jamais
été la tasse de thé de la majorité de nos politiques. Quelle confiance
peut-on avoir des déclarations de ces politiques dans ces conditions ?

Il y a une question que je me pose tout le temps. Lorsqu’il s’est agit
d’aller aux élections sans Kidal ( conséquences du papier de
Ouagadougou), plusieurs personnes que ce réseau même étaient pour. Je
n’en fait pas parti.
Nous avons fait ces élections et avons eu un président de la république
que nous avons souhaite avoir comme priorité la réunification de notre
pays. Élu à presque 80%.
Ce président là sera le notre jusqu’à la fin de son mandat de 5 ans. Y a
t il un problème aussi grand que cette priorité 1 pour laquelle nous
aurions dû l’aider à réussir ? Non je pense.

Alors oui nous devons constituer un certain rempart contre les excès du
pouvoir. Mais n’oublions pas qu’à vouloir pousser le bouchon à fond on
s’affaiblit nous même. Je le crois sincèrement. Je répète c’était le cas
de 2012 à maintenant.

Cordialement
____________________
Chouaibou