Gestion du Parc Automobile de l’Etat

Monsieur le PM,

Bravo pour ce geste pour appréhender les véhicules de services et de
fonction, hors le service et la fonction. Ceci a quelques allures de «
spectacle » mais dans ce domaine, il faut toujours un peu plus de
spectacle pour marquer les esprits.

1- Sur ce plan toujours et tenant bon compte des critiques souvent
acerbes et fort justement formulées çà et là sur ce réseau, le
gouvernement devrait aller au-delà, en matière de constations de
violation et de déviances.

1-1 Par exemple, la mise en fourrière des véhicules de service et de
fonction appréhendés hors cadre est une chose, une autre est de porter à
la connaissance des citoyens toutes les sanctions qui auront été prises
à l’encontre des contrevenants. Une personne indiquait qu’une telle
mesure devrait être élargie aux hauts fonctionnaires de l’Etat, je pense
notamment aux ministres eux-mêmes qui disposent de plus d’un véhicule de
service et/ou de fonction dont un pour eux-mêmes et un autre pour la
famille et/ou l’épouse si ce n’est deux, sans jamais savoir l’intérêt ou
l’usage des véhicules si ce n’est pour embourgeoiser une personne dont
le statut social vient à changer subitement parce que ministre un moment.

1-2 Ce n’est pas tout Monsieur le PM, les locaux de la cité
administrative de Bamako qui abritent le plus gros des ministères sont
plutôt sales, mal entretenus et à quelques endroits dégagent quelque
odeur indigne d’un lieu public, a fortiori un ministère. Les personnes
affectées à la maintenance des locaux semblent visiblement s’être
trompées de métier. Elles manquent des serpillères et le bout de
serpillère qui leur reste est plongée dans une eau boueuse, coulant dans
un seau plein de trous.

1-3 La circulation des véhicules dans l’enceinte de la cité est une
grosse difficulté tout le long des allées et le risque d’accident est
croissant. La signalétique est un désastre, on passe d’un ministère à un
autre sans crier gare et comme les dénominations des départements
changent au gré des gouvernements, les plantons prompts à guider n’étant
pas toujours au courant du dernier remaniement, ne retiennent que le
dernier nom du dernier ministère, la veille du remaniement. Je ne sais
pas toujours s’ils retiennent toujours le nom du dernier ministre du
département, maintenu ou parti.

1-4 Les sceaux de la république prennent quelques coups alors même que
ceux-là restent réglementés par la loi. Ils sont aussi bien massacrés
sur les papiers à en tête mais aussi sur les panneaux d’indication et
les cachets qui changent de couleur, entre le bleu et le rouge en
attendant que certains s’essayent au vert, puis au rouge.

1-5 Je n’ai pas le souvenir que le drapeau national soit hissé dans
cette grosse représentation administrative du gouvernement ; sans doute
qu’il existe et que je ne l’ai pas remarqué, mais alors, c’est peut être
qu’il n’y a pas de montée et de descente des couleurs dans ce haut lieu…

1-6 Monsieur le PM, les ministres du gouvernement comme leurs
prédécesseurs, ne répondent toujours pas suffisamment aux nombreux
courriers qui leur sont adressés. Ceci est inadmissible dans la mesure
où un ministre est bien au service du public et qu’il devrait s’efforcer
de répondre ou de faire répondre à toutes les sollicitations. Il y’a
lieu de s’y pencher pour en tirer une conséquence pour les administrés
qui devraient tirer profit de ce refus de réponse des autorités
ministérielles comme étant une réponse…

1-7 Le texte des comptes rendus du Conseil des ministres qui paraît dans
la presse comporte souvent des fautes assez graves, Karim m’en a fait
voir la dernière fois. Mais le pire, c’est que l’on a du mal à en
percevoir le sens véritable puisque le site du secrétariat général du
gouvernement n’est pas à jour depuis très longtemps et cela est d’autant
plus curieux que l’on ne sait où se procurer les textes de nature
législative, règlementaire voire administrative, et ceci constitue une
grosse source d’incertitude et de précarité….

1-8 L’architecture des ministères est assez floue et il exite un risque
évident de chevauchement qui n’est pas sans liens sur les droits des
administrés.

1-9 Le dispositif de grande transparence pourrait être complété par
l’ouverture d’un registre des plaintes citoyennes, directement acheminé
au médiateur par exemple pour interpellation du ministre ou du
responsable du service.

2- Monsieur le PM, la télévision nationale, même au top de sa forme a du
mal à satisfaire les téléspectateurs que nous sommes. Bien évidemment
que des gens y trouvent leurs comptes, mais il y a lieur de réfléchir et
de reviser de nombreuses choses notamment au niveau du service de
l’information et de la capacité des gens dans ce service à fournir des
prestations attendues.

Je vous parlerais la prochaine fois de l’état de la circulation à
Bamako, autour de la cité administrative à partir d’une certaine heure
en direction de Badala, de l’hygiène à Bamako et des carrefours devenus
comme en Commune IV, des dépotoirs des têtes de coq égorgés la veille,
d’un ballot de telle plante, de divers objets destinés à gagner un cœur
par-ci, un ministère par là et un peu de pognon à la loterie ou au PMU,
mais alors, que font les mairies pour nous débarrasser de tout cela…des
trottoirs encombrés, des panneaux de signalisation enlevés et posés le
long de la route, des gens qui dorment sur les parpaings de séparation
des routes, de la mendicité le long des feux de signalisation, des
vendeurs ambulants le long des routes, des agents de police dédiés à
réguler la circulation mais qui l’obstruent avec leurs propres engins…

Mamadou Ismaela Konate