Le Mali d abord

Voila un beau slogan, sauf que désormais chacun doit dire ce qu’il
comprend par le Mali, et peut être prendre une carte pour nous montrer
ses limites…

Maintenant que des voix se lèvent, pour nous demander pourquoi lutter
pour Kidal ? Est ce que le mali ne peut pas s en passer, et ce ne sont
pas les moindres voix, on a le droit de se demander si nous avons tous
le même mali en tête…

Le Policier qui préfère prendre 500 FCFA que d écrire une contravention
a sans doute son mali dans sa poche…

Et le chauffeur qui préfère ne pas être en règle, et payer 1000 FCFA,
chaque fois qu’on l arrête, a sans doute son Mali dans son wallet.

Le militaire qui de tactique en tactique, quitte Kidal, pour Gao, puis
Gao pour Sevare, va sans doute laisser sevare pour Ségou, et même cette
dernière ville pour Bamako, n aura aucun problème de laisser sa propre
famille quand sa chauffe, on a le droit de se demander ou se trouve son
mali à lui…

Le fonctionnaire qui préfère un dessous de table, à un desktop, voit
bien sur un mali à table rase

Tout celui qui pense qu’il est inutile de défendre un centimètre carré
du mali, par ce que c est loin, par ce que c est du désert ne défendra
même pas sa famille when the time will come.

Un président qui s achète un avion brand new à 18 Miles, pour le meubler
à deux Miles, soit disant qu’il y’a des gris gris dans l ancien, ou
qu’il n a pas vu la carte grise, doit nous dire à quel mali il pense.

Même quand le PM brave vent, cartouche, et risque la mort pour se rendre
à Kidal, cette ville scandale, sans dalle ou tout le monde pédale, sauf
l AMA qui a quitte ville de kabako à sandale, on trouve à dire que le PM
ne pense pas au Mali, mais à des dividendes, hey asti sabali , votre
Mali se limite à Facebook ou au virtuel et vous découragez ceux qui
défendent le Maliba !!! ;

Alors God forbid, le jour où nous perdrons ce Maliba, tous ces petits
mali of your’s vont disparaitre.

AgMai-xxxx