Le PM Moussa Mara dans l’oeil du Cyclone.

Mr Keita,

Vous n’avez pas besoin d’être invités par le pouvoir pour présenter des solutions à la crise de Kidal . Vous devrez présenter des solutions au peuple et non au pouvoir. Vous devrez convaincre le peuple que vous êtes une meilleure alternative. Ce que je constate est que l’opposition n’a pas de solutions aux maux des Maliens, plus précisément le problème de Kidal. Si l’opposition veut être plus crédible, elle doit faire des propositions.

J’aimerai que l’opposition critique les terroristes et leurs partenaires pour violation de votre cher accord de Ouaga. Je vous fais part de certains points de violation. Mes commentaires sont en rouge.

Violations de l’accord de Ouaga

Article 4 Afin de créer les conditions sécuritaires…, les parties s’engagent à arrêter définitivement toute forme d’hostilité et à observer un cessez-le-feu. (violation de cet article par les groupes armés)

Article 5 Le cessez-le-feu entrera en vigueur à compter de la date de signature du présent accord. (violation de cet article par les groupes armés)

Article 6 Les parties conviennent de mettre en place …. une Commission Technique Mixte de Sécurité, présidée par le commandant de la MISMA/MINUSMA., …est chargée de :

observer le cessez-le-feu ;

élaborer, dans les 10 jours suivant la signature du présent

Accord les modalités du cessez-le-feu incluant les arrangements sécuritaires, le cantonnement et le désarmement des groupes armés du nord du Mali ainsi que le redéploiement effectif des forces de défense et de sécurité du Mali ;

enquêter sur les violations du cessez-le-feu …. ;

entreprendre le processus de vérification et de contrôle des arrangements sécuritaires. (violation de cet article par les groupes armés)

Article 9 Dans l’attente de l’élaboration des modalités du cessez-le-feu, les parties s’accordent notamment sur les mesures suivantes :

l’arrêt de toutes les opérations militaires, les attaques terrestres et aériennes, les activités de renseignement et de recrutement ;

l’arrêt de toute tentative d’occuper de nouvelles positions sur le terrain ;

le déploiement de la MISMA à Anéfis et dans la région de Kidal ;

la protection des populations civiles ;

l’arrêt de tous les actes de violence, des arrestations arbitraires, des actes de torture et de harcèlement, de la détention et des exécutions sommaires des civiles, de l’utilisation des enfants soldats, de la violence sexuelle, de l’armement des civiles, de la détention des prisonniers du fait du conflit, ainsi que de la formation et l’utilisation de terroristes ;…. (violation de cet article par les groupes armés)

Article 10 En application du cessez-le-feu, les parties s’engagent à mettre en œuvre les mesures suivantes :

le cantonnement des groupes armés sous la supervision et le contrôle de la MISMA/MINUSMA dans des endroits définis conjointement avec la MISMA/MINUSMA. Le désarmement se déroulera après la signature de l’accord de paix global et définitif ;

le déploiement des forces de défense et de sécurité maliennes et de l’administration dans la région de Kidal se fera avant les élections présidentielles prévues pour le 28 juillet 2013 de la manière suivante :

déploiement d’éléments de la gendarmerie et de la police nationale dans la région de Kidal, y compris à Kidal ;

déploiement progressif de l’Armée malienne à Kidal, en étroite coopération avec la MISMA/MINUSMA et opération Serval. (violation de cet article par les groupes armés)

Article 11 Les parties s’engagent à faciliter le déploiement de l’administration générale et des services sociaux de base au nord du Mali. (violation de cet article par les groupes armés)

Article 12 Les parties s’engagent à faciliter le déploiement de l’assistance humanitaire dans le nord du Mali et à favoriser le retour volontaire des personnes déplacées et des réfugiés du fait du conflit armé avec l’appui des partenaires du Mali. (violation de cet article par les groupes armées)

Article 13 Les parties s’engagent à assurer la libre circulation des personnes et des biens et le respect des libertés fondamentales. (violation de cet article par les groupes armées)

Article 17 Dans un souci d’apaisement et de confiance, le gouvernement du Mali prendra toutes les dispositions nécessaires pour suspendre les poursuites engagées par la justice malienne du fait du conflit armé contre les membres des groupes armés signataires du présent accord….Les parties s’engagent à libérer les personnes détenues du fait du conflit armé dès l’entrée en vigueur du cessez-le-feu. (article dénoncé par PPR alors qu’il tient à tout prix l’accord de Ouaga).

Barou Sam


2014-06-17 16:00 GMT-05:00 Keita:

Salut Barou!
Concédons que l’Opposition a posé cette question à Monsieur le premier Ministre. Est- ce que sérieusement cela suggère qu’il prenne ses affaires pour aller à Kidal comme on va en villégiature? La répétition est pédagogique: encore une fois, vouloir aller à Kidal en belligérance avec le Mali sans prendre les dispositions adéquates de sécurité relève ou de l’insouciance ou de l’irresponsabilité. Le résultat c’est quoi? Un pays humilié, un Président qui n’a plus de voix. Bref, no comment! Même le Pr YOUNOUSS Hameye DICKO avoue, sur le tard (mais par honnêteté intellectuelle, denrée rare au Mali) que la visite de KIDAL n’était pas opportune ( ce que le PARENA a dit des le 17 mai et a essuyé pour cela tous les qualificatifs. On nous a traités même d’apatrides!)
Quant aux propositions de l’Opposition, nous disons que l’Accord de OUAGA que vous dites caduc est le premier maillon de la solution que nous proposons. Le reste viendra quand nous serons conviés à donner nos solutions. Pour le moment, l’Opposition n’a pas encore commencé à discuter avec le Pouvoir. Et ce n’est ici ni le lieu, ni le moment de développer les étapes que nous suggérons pour la sortie de crise. Aujourd’hui que ceux qui avaient donné dos à l’Accord de OUAGA reviennent sur leur pas, même si ce n’est pas l’avis de Barou et des putschistes du 21 mars, on va avancer un peu, après avoir perdu 9 longs mois, perdu un peu plus d’honneur et de dignité, perdu un peu plus de crédibilité, en position de faiblesse face aux irrédentistes. Nous revenons à l’ACCORD DE OUAGA ( dont c’est l’anniversaire demain), avec un Président de la République qui faisait pâle figure devant ses pairs (qu’il avait méprisés 9 mois durant) au dernier sommet de la CEDEAO.
Le Mali a du chemin à faire, mais nous avons assez de ressources pour nous relever, entendu qu’il n’y a pas d’indispensables!
PPR


Le 17 juin 2014 à 18:31, Barou Sam  a écrit :

Mr Keita,

L’opposition a demandé à Mara d’aller à Kidal lorsqu’il présentait de sa politique générale devant l’assemblée. La question était la suivante : quand est-ce que le premier ministre compte partir à Kidal ? Cette question a été posée par un député de l’opposition. Mara a répondu par l’affirmatif qu’il ira à Kidal prochainement et nous n’avons pas entendu de protestation venant de l’opposition. Vous pourriez vérifier au niveau des archives de l’Assemblée nationale.

Revenons aux propositions de l’opposition. Mr Keita, Mr Diagayeté vous a demandé à plusieurs reprises de nous présenter la plateforme de négociation de l’opposition. Vous avez toujours regardé dans le miroir en parlant de l’accord de Ouaga. Cet accord était un accord préliminaire et non une plateforme de négociation. Regardons devant au lieu de nous référer toujours à l’accord de Ouaga. Cet accord est devenu caduc depuis longtemps parce que les terroristes ont toujours refusé le cantonnement. Nous savons tous que les terroristes sont maitres de Kidal et ils font même des patrouilles ( avant la visite du PM) avec le Serval et les forces de l’ONU alors que ces deux entités devraient veiller à l’application de l’accord de Ouaga. Est-ce que l’opposition a protesté contre cette violation flagrante de l’accord de Ouaga? Ce n’est pas l’administration IBK qui doit veiller à l’application de l’accord. Au contraire, l’État malien a été considéré comme un groupe armé par l’accord de Ouaga parce que l’armée malienne doit être aussi cantonnée comme des terroristes.

Barou Sam


2014-06-17 12:49 GMT-05:00 Keita :

Salut !
Quand est- ce que l’Opposition avait demandé au PM d’aller à Kidal?
Si j’ai bonne souvenance l ‘opposition disait que le président voyageait beaucoup trop et qu il ferait mieux de rester un peu plus au pays pour gérer nos problèmes, en occurrence celui de Kidal. Même si d’aventure l’Opposition avait dit au PM d’aller à Kidal, elle ne lui avait pas dit d’y aller le 17 mai, à l’improviste, et dans tout cas dans l’improvisation la plus inattendue! Plus d’une fois, nous avons dénoncé que le Président ait donné dos à l’Accord de OUAGA sans avoir une solution de rechange autres que l’indécision, le manque de cap, la multiplication des intervenants allant jusque ‘à la bourde diplomatico- géostratégique consistant à avoir l’Algérie et le Maroc sur le même dossier! Oui, l’Opposition a estimé que la solution à la disposition du Mali aujourd’hui, est l’accord de OUAGA. On y revient après avoir perdu 9 précieux mois, en position de faiblesse, et sans beaucoup de considération de la part de nos partenaires (surtout de la Cedeao) qu’on a voulu snober.
À plus!
PPR


Le 17 juin 2014 à 16:18, Barou Sam a écrit :

Wane,

Vous avez résumé le problème actuel de notre système de gouvernance. Un premier venant du camp présidentiel est un pur exécutant et s’il vient du camp opposé du président, on se trouverait dans une crise institutionnelle.

Par ailleurs, l’opposition gagnerait plus de crédibilité si elle propose des voies alternatives et claires de gestion de l’état au lieu de s’acharner sur le PM.

Par exemple, je n’ai jamais vu ou entendu les propositions de l’opposition sur Kidal. Quelle est sa plateforme de négociation? L’opposition avait demandé que le PM se rende a Kidal et lorsqu’il s’était rendu là bas parti en faillant perdre sa vie, l’opposition a trouvé le moyen de le critiquer.

Nous avons besoin d’une opposition constructive et non d’une opposition qui ne fait que critiquer sans proposer de solution. Lorsqu’elle aurait le pouvoir, elle risquerait de faire pareil ou même pire que le pouvoir actuel parce que la gestion du pouvoir se prépare. C’est dans l’opposition qu’on prépare la gestion de l’état.

Barou Sam


Y a vraiment lieu de réfléchir à une réforme constitutionnelle:

– H1: Chef d’ état représentatif et premier ministre élu par le parlement ?

– H2: Président élu directement au scruting général et pas de “middle
man” (meta data :-))?

– H0: Président élu directement et premier ministre inconditionnel au
président (régime présidentiel actuel á la française)?

Mais avant tout ça il faut sortir de la crise ou tout au moins achever
rapidement le processus de Ouagadougou: cantonnement, désarmement,
parallèlement conclusion du “dialogue” en cours. Et alors aussitôt
mettre H1 ou H2 en application. En même temps mettre une barre quant à
l’ accès au parlement par un parti, comme en Allemagne pour éviter le
splitting exagéré (micro fraction). En Allemagne la barre c’ est 5% du
suffrage exprimé.

Pour ce qui est de la barre, je pense que c’ est nécessaire surtout que
pratiquement aucun parti n’ a une vision sociétale cohérente. On lutte
pour être élu sur la base “de programmes” aussi éphémères que la
campagne électorale.

Bien cordialement

M. Diagayété


Mon frère,
Les “révolutionnaires” qui ont gère le Mali depuis 1992 ont commis plus de degats que le PM Mara. L’ argent du contribuable qui aurait sauve des vies, eduque nos enfants, construit des routes, et soigne nos malades qui ont fini par mourir -la population qui en a été victime se chiffre a des milliers.

Certes Mr Mara a commis des fautes. Il a du pain sur la planche et en tant que Maliens, a la conjoncture actuelle, nous devons vouloir la stabilité et l’ unite pour tackler les énormes defits qui confrontent le Mali ‎ sans coloration. Dans les pays de l’ Ouest, quand un danger catastrophique frappe un des pays, tout le monde s’ aligne derriere les dirigeants pour relever le defit. Helas en bons amateurs politiques, en Afrique cette notion n’ existe pas. Nous sommes devenus plus individualistes que Keynes!

Qu’ elle est votre réponse au MNLA par la voie de Djeri qui a annonce qu’ ils veulent deux états federes- le Sud et le Nord avec une structure gouvernementale geree a tour de role par un représentant des deux états? Il dit aussi qu’ ils veulent assurer la defense de L’ Azawad puisque l’ AMA s’ est montree incapable d’ assurer la sécurité des populations de son Azawad. Il faut y apporter des réponses adéquates puisque le Mali va négocier avec ces gens la sur la base des accords de Ouaga. C’ est un moment crucial pour l’ existence meme du Mali ‎. Ils auront comme témoins et actifs participants l’ ONU, et les puissances occidentales et les gouvernements africains qui préfèrent maintenir les degats loin de leurs frontières. Quand on négocie, ce n’ est pas pour gagner les megociations; c’ est pour donner et recevoir des propositions en sa faveur. Le plus malin arrive a gagner le plus gros morceau. Le MNLA prepare les négociations depuis au moins 3 ans. Le Malien – ses politiciens et militaires grades s’ enrichissaient au lieu de penser au pays. Nous nous devons de réfléchir a ces négociations et faire des propositions concretes pour aider la cause- pas de nous attaquer a un gouvernement issu d’ un acte présidentiel; president que les maliens ont élu pour cinq ans. En ces moments critiques, laissons de cote ce qui nous divise et labourions la resistance a une manipulation destinées a briser l’ unite nationale.
Abdoulaye Keita


From: ‘Keita’ via malilink
Sent: Tuesday, June 17, 2014 1:33 PM
To: Amadou O. Wane
Reply To: Keita
Cc: malilink@malilink.net
Subject: Re: [malilink] Le PM Moussa Mara dans l’oeil du Cyclone.

Amadou, à lire ce que vous écrivez, l’Opposition ne commet donc aucune erreur stratégique, elle est plutôt pleinement dans son rôle. Et dans quel pays sérieux, franchement, on aurait attendu tant de temps pour débarquer un PM qui a entraîné tant de dégâts en si peu de temps??
PPR


Betreff: Re: [malilink] Le PM Moussa Mara dans l’oeil du Cyclone.

Datum: Tue, 17 Jun 2014 17:48:41 +0200
Von: “Amadou O. Wane”

Je crois que ce serait une erreur stratégique de la part de l’opposition
s’ils s’acharnent sur le depart du PM. They are barking at the wrong
tree. Ce sera le meme problème avec le prochain PM.
Le Mali doit éliminer le système de premier ministre et permettre au
president de gouverner directement et prendre la responsabilité totale
de ses actions.

Le système qu’on a en se moment, is a farce. Nous savons tous qu’en
réalité, le PM a les mains liees, but as a good soldier, he takes the
blame for the President. Eliminons “the middle man” et laissons le
president mettre sa main dans la patte et montrer ses capacités.
Peut-etre que ca lui laissera moins de temps pour son globetrotting.

Amadou O. Wane