M Camara :”le Mali gagnera” en tout cas nous l’espérons

Bonjour
C ‘est un débat qui est loin d’être clos.
PREALABLE: pas d’excuse pour les assassins et égorgeurs d Aguel Hoc et
de Kidal, ils doivent être jugés et châties proprement. Ensuite, on ne
se laissera inhibés par personne parce qu’on a dit que Gouverner, c’est
Prévoir! Ceci dit, on ne peut pas vouloir une chose et son contraire.
Tout le problème étant Kidal, comment voulez vous vous évertuer à
vouloir aller en visite la bas sans prendre des précautions de sécurité
qui s’imposent, comme si vraiment tout le problème n’était pas Kidal? Le
Mali reconnaissait qu’il y avait une situation exceptionnelle à KIdal C
est pourquoi il y a eu l accord préliminaire de OUAGA? Eh bien c’est
parce qu’on a voulu aller à l’élection coûte que coûte même sans la
mise en œuvre de cet Accord, que le négociateur (pour être justement
COHÉRENT avec lui même et ne pas renier ce qu il a négocié) a dit qu’il
n’ira pas à cette élection parce que Kidal échappait totalement à la
souveraineté du Mali! Comme nous l’avons déjà écrit sur ce réseau, la
volonté d’aller ” ici et maintenant” à cette présidentielle était telle,
que, de connivence, la Communauté internationale, les putschistes et IBK
ont accepté la supercherie du siècle, un montage grossier, consistant à
élaborer dans la journée du 10 juillet 2013 les listes électorales de la
région de Kidal, dans les locaux du Gouvernorat…..En effet, la
Délégation Générale aux Élections (DGE) maître d’oeuvre des listes
électorales, avait sommé le Pouvoir de lui remettre les listes de Kidal
au plus tard le 11 juillet, faute de quoi, les élections ne se feront
pas ou se feront à l exclusion de KIDAL…

Donc, revenant sur la responsabilité du PM dans l’humiliation nationale
subie à Kidal, ELLE EST TOTALE. Aujourd’hui nous savons que tout ce qui
est autorités en matière de sécurité et de renseignement avait dit au
jeune PM inexpérimenté et amateur de ne pas aller à Kidal. Et il n’y
avait aucune urgence à aller à Kidal. Résultat : un pays à terre,
humilié partout, qui va sur tous les terrains en position de faiblesse,
un président forcément diminué face à ses pairs dont certains avaient
été méprisés par notre grand égo national et à qui on fait recours
aujourd’hui.

Non! L’imprudence de Moussa MARA a causé trop de tort au pays pour qu’il
continue à diriger son Gouvernement. Trop de demi vérités et trop de
mensonges au sommet de l’Etat tuent la confiance aux gouvernants et au
pays, et chez les partenaires.De sorte que les demi mesures du genre
“Présenter ses excuses” ne sont qu’une fuite en avant. À penser même
qu’il a osé se faire accueillir en héros ( un héros qui se fait ex
filtrer par des forces étrangères et abandonne ses troupes) après avoir
laissé derrière lui des otages et des innocents assassinés, il devrait
être démis pour insouciance et irresponsabilité.

DJIGUIBA KEITA/PPR