Quels Systemes pour le Mali

Ndack,

Tout a fait d’accord avec toi qu’il faut innover, et c’est cette volonté
d’innover que je retiens du texte de Soul. Je suis néanmoins très
optimiste quant au destin du continent, meme si je reconnais qu’il y a
beaucoup de wishful thinking de ma part 🙂

Recapitulons : développer l’Afrique et la doter d’institutions fortes va
nécessiter des milliards de dollars d’investissement qui n’ont aucune
mesure avec les clopinettes de “l’aide au développement” actuelle.
Construire des routes, des aéroports, des centrales électriques, des
universités, un réseau ferroviaire a l’échelle du continent, des
administrations compétentes et motivées.. etc, tout ceci va nécessiter
des milliards, que dis-je des trillions des dollars sur plusieurs
décennies !

D’ou pourrait venir cet argent ? Nous n’avons pas un radis. La
“communauté internationale” ? LOL. Dans les années 60-70, on parlait
beaucoup d’un “Plan Marshall” pour l’Afrique, c’est-a-dire d’un afflux
massif de capitaux pour construire les infrastructures nécessaires au
developpment. Ca n’a jamais été pris au sérieux par les “bailleurs de
fonds” qui préfèrent une aide politique leur permettant de manipuler des
gouvernements.

Les seules sources de revenus considérables ne peuvent être que la mise
en valeur de notre potentiel agricole (l’Afrique pourrait nourrir toute
la planète) ainsi que notre potentiel minier (la aussi, l’Afrique est un
scandale géologique) d’autant plus que d’autres acteurs géopolitiques
émergent, l’Asie notamment.

Je ne vois pas d’autres sources de revenus massifs. Le problème c’est
que la mise en valeur de ce potentiel va a l’encontre des intérêts de
ceux qui l’expoitent aujourd’hui et qui préfèrent disposer de ces
ressources a vil prix…

Aussi longtemps que ce potentiel sera sous-exploité comme c’est le cas a
l’heure actuelle, nous aurons des gouvernements et administrations
faibles gangrenées par la corruption ainsi que la prédation des élites
que tu dénonces. Nos faibles économies ne générant pas assez de
richesses, du coup, tout le monde se rue sur l’Etat qui devient de facto
le premier acteur économique.

Dans le cas du Mali, comment espérer de fortes institutions dotées d’un
personnel compétent et motivé quand on sait que les cadres supérieurs de
l’Administration sont payés 150 000 F.CFA… et encore. Du coup, la
plupart se sert dans la caisse. La corruption Malienne n’est pas le fait
de quelques individus isolés, mais d’un système que nous connaissons
tous et que nous tolérons… quand nous n’en profitons pas. Nous sommes
au plein milieu d’un cercle vicieux qui éloigne le talent et la
compétence et qui cristallise la médiocrité et la malhonnêteté.

Toute personne convaincue de son talent et de ses compétences s’oriente
soit vers le privé, les organisations internationales, ou pire,
s’expatrie. La plupart des intervenants de MaliLink ne font d’ailleurs
pas exception a cette règle… 🙂

Lorsque l’élite s’efface, le système s’effondre sur lui-même et
s’organise autour de réseaux de cooptation mafieux ou violents comme
l’illustre l’effondrement du pays en 2012.

Tout est lié : il n’ya des détournements de plusieurs milliards au
sommet de l’Etat que parce qu’a la base de l’administration on peut
obtenir des passe-droits avec 500 F.CFA. Dans les 2 cas, les cadres ne
vivent pas de leurs salaires dérisoires. Avant de leur jeter la pierre,
demandons-nous si nous faisons mieux qu’eux. CQFD… En effet, nous
aurions peut-être fait pareil que tous ces cades démotivés et désabusés
qui doivent nourrir et soigner leur famille avec 100 000 F.CFA par
mois… c’est-a-dire que nous aurions peut-être nous aussi pioché dans
la caisse plutôt que de regarder nos enfants malades et le ventre vide…

Dans ces conditions, comment espérer que les choses s’améliorent
d’elles-mêmes ? A mon humble avis, tant que nous ne dotons pas nos pays
d’institutions solides, nous serons a la merci de l’étranger. Plus que
jamais, la priorité au Mali et dans de nombreux pays Africains est a la
réforme administrative pour créer services et institutions fonctionnels.
Tout ceci doit être pensé par les Africains et mis en place par
eux-mêmes. C’est l’aspect positif que j’ai vu dans le texte de Soul meme
si je ne suis pas d’accord avec tout.

Stephane Kader Bombote