Affaire du Boeing (suite)-Boeing à part

Kalifa et Karim,

Le feu Professeur Dialla Konate a écrit ceci sur Malilink, le
23 Septembre 2008:”Toute notre réflexion et
notre indignation ne peuvent avoir de sens que si nous
finissons par nous demander a nous même: “maintenant que faire?”. Ce que faire
ne vise pas les autres mais nous mêmes. Que faire pour nous mêmes et
par nous mêmes? C’est en ce sens que je crois que les
politiciens des anciens pays de l’Europe de l’Est et ceux de
l’Afrique sont les plus médiocres du monde. Cela parce qu’ils n’écoutent pas
leurs peuples, ne cherchent pas à répondre aux questions de leurs peuples. Ils écoutent
leurs propres voix intérieures pétries de médiocrité et d’admiration béate
devant des projets qui ne sont pas ceux de leurs peuples.” Dialla était un vrai
penseur. Vraiment “que faire?”.

A mon avis, nous avons vu ce qu’est arrive avec une non-armee dans le CNDRE. C’est notre soeur Coumba qui allait les nourrir a Sevare! Je crois que les
pressions extérieures, la persistence de nos valeureux amis sur
notre réseau comme vous deux et d’autres doivent chercher a
résoudre cette equation. L’alternative qui arrive souvent c’est
un coup d’état qui ne fait que nous faire reculer encore plus.
Je crois Soukouna ou Sabu aurait écrit que le peuple élit ce
qu’il mérite. Peut être qu’ultimement la pression que l’on met
sur le pouvoir en place nous permettra de faire élire dans 4 ans
quelqu’un d’autre plus responsable.

Je l’ai écrit sur notre réseau. En Amerique Latine, les progressistes se sont mobilises en alliance et se sont mis au travail en cultivant de bons rapports avec les associations locales dans chaque localité de leur pays et ont fini par se faire élire: En Equateur, en Bolivie, au Nicaragua, au Perou, au Chile, au Bresil, etc…leurs résultats sont très
probants. Ils ne se sont pas dissocies de l’Occident pour autant. Ils ont compris comme Dialla l’a écrit dans le texte cite plus haut que:”De Gaule nous l’a souvent dit: “les états n’ont pas d’amis.  Ils n’ont que des intérêts.”

Du reste, cela est vrai même au niveau des individus lorsqu’on vient a parler
de l’Afrique. (Dialla, 2008)”

Keita