COMMUNIQUE

Bonjour Chaïbou
Pour moi, l’Accord de Ouaga était la meilleure option qui se présentait
au Mali. Nous étions en position de faiblesse – ne l’oublions pas. Nous
le sommes toujours et nous le serons pour longtemps encore. Un pays
assisté à la fois militairement et financièrement ne peut jouer à
l’arrogant. Notre égo ou fierté n’a plus grande signification. Je crois
que nous devons être réalistes maintenant et apprendre désormais à
utiliser adéquatement les armes de la diplomatie et de la communication.
D’ailleurs n’est-ce pas avec ces armes que le MNLA nous fait mal
paraître depuis ? Les mésaventures récentes à Kidal sont là pour nous
rappeler les dures réalités. Nous avons totalement reculé par rapport
aux acquis de l’Accord de Ouaga. Même le PM qui pensait que les autres
étaient des plaisantins ne jure aujourd’hui que par cet accord.

Moi je rends hommage à nos négociateurs de l’Accord de Ouaga (M. Dramé
en tête). Ils ont fait un excellent travail. L’erreur fondamentale a été
de ne pas les laisser continuer dans ce dossier. En lieu et place, nous
avons été divertis avec toute sorte de commissions de réconciliation
bidons, qui n’ont produit aucun résultat. Plein d’apprentis sorciers ont
été engagés dans le dossier par les nouvelles autorités avec comme
résultats des fanfaronnades, des mensonges, de la désinformation et un
carnage à Kidal.

Que ceux qui maîtrisent les dossiers en soient les porteurs.

Meilleures salutations.

Kalifa Goïta

——-
Le 6 juillet 2014 09:19, ‘Chouaibou Maiga’ via malilink
a écrit :

Bonjour chers tous,

“Moi je pense que tout le processus de la crise malienne est
international, tant pis pour nous”_Mamadou Diarra.

C’est bien cela qu’il fallait éviter au moment où on pouvait
encore. L’acceptation par Dioncounda de signer ce papier pour faire
juste des élections a mis le Mali dans cette situation que nous
regrettons et allons regreter amèrement (pour celles et ceux que le Mali
dans sa dimension géographique actuelle intéresse encore comme moi moi).

Vraiment dommage que nous nous n’avions pas pu remarqué qu’en
signant ce papier sous la supervision de ces puissances étrangères nous
avions dès cet instant donné au MNLA et autres groupes exactement ce
qu’ils recherchaient. Et ça pour juste aller à des élections auxquelles
on savait d’avance que Kidal ne pouvait participer comme il se doit, que
les réfugiés et une très bonne partie des maliens ne pouvaient y participer.

Comme disais l’autre, souvent on se demande franchement si nous
parlons et pensons au même pays.

Cordialement
____________________
Chouaibou