Comment Sortir de l’Impasse?

Réaction au document du PARENA
Bonjour Mr le Président de PARENA, M Tiébilé Dramé,
Si vous voulez faire un bon choix pour le Mali, cesser de vous faire
utiliser:
Vous avez été utilisés pour combattre les propositions des
concertations nationales pour instituer une vraie transition autour des
priorités des priorités qui se résumaient à la gestion de la crise du
Nord et à l’organisation des élections dans des conditions permettant un
nouveau départ.

On n’a pas besoin d’être un grand expert pour comprendre que des
concertations nationales étaient nécessaires après le 22 mars 2012.
Mêmes vos alliés de circonstances le FDR, la CEDEAO, l’UA, UE et les NU
avaient proposé et souhaité le dialogue politique réel comme point de
départ à la sortie de la crise.
J’aimerai bien vous inviter à relire les différents documents dans ce
sens à partir du 22 mars 2012.
Je vous invite également d’analyser le comportement de double jeu de vos
alliés du FDR, qui pour une question de survie politique, ont utilisé
l’anti-putschisme de principe, pour mobiliser la CEDEAO et alliés pour
punir, criminaliser et empêcher toute concertation réelle et toute
possibilité de changement qui allait découler du sursaut patriotique et
populaire du 22 mars 2012.

Un parti de la Renaissance Nationale (PARENA) pour une société
démocratique et solidaire, devait avoir la lucidité politique et
l’opportunité historique de faire une analyse objective de la situation
que le Mali vivait, de s’interroger sur comment et pourquoi 20 ans de
démocratie ont abouti à une rébellion et à un coup d’état.

Un parti de la Renaissance Nationale, devait réellement, pour l’intérêt
de la nation, comme vous le prétendez maintenant, régulièrement
interpeller vos alliés internes sur l’absence de démocratie, la mauvaise
gouvernance, la corruption, la délinquance financière, les marchés de
gré à gré, les marchés juteux attribués par népotisme, les nominations
au détriment des compétences et au profit parents et/ou d’alliés politiques.

Un parti de la Renaissance Nationale, devait aussi interpeller les
partenaires techniques et financiers qui malgré toutes les mauvaises
pratiques financières, de manque de transparence, ont continué à faire
l’appui budgétaire au Mali.
J’aimerai bien vous rappeler que des milliards du fond mondial de lutte
contre le VIH SIDA, la tuberculose et le paludisme (qui tue chaque 30
secondes un enfant au Mali), ont été détournés avec des conséquences
très graves avec perte de nombreuses vies humaines, non accès de
nombreux malades aux traitements et le manque de confiance au Mali pour
un secteur aussi vital. Qu’a fait le parti de la Renaissance Nationale
en son temps?

Je regrette que depuis le 22 mars 2012, toutes les prises de position du
Président du PARENA soient contre les intérêts du Mali et malgré les
échecs, il continue d’insister, entre autre:
· Anti-putschisme de principe et l’adhésion au FDR,
· Soutien du 30 avril 2012
· Campagne de dénigrement des forces armées et de sécurité et
blocage des armes
· Soutien de l’intervention française en janvier 2013
· Accord préliminaire de Ouagadougou (accord de la honte) qui a
renforcé le MNLA et alliés contre le Mali.
· Refus d’aller aux élections présidentielles en juillet 2013,
la participation aux élections législatives avec une approche qui a été
au détriment de certains bons candidats du PARENA et le choix du groupe
parlementaire.
· Mr le président du PARENA, il serait intéressant d’analyser le
comportement d’un de vos alliés clés du FDR, l’ADEMA qui se trouve
aujourd’hui dans la majorité présidentielle. Le PARENA n’a-t-il pas été
utilisé et jeté? Rappelez-vous, l’ADEMA est le champion des doubles jeux
et depuis 2002, l’ADEMA est toujours avec le vainqueur (ATT de 2002 à
2012, le CNRDRE de 2012 à 2013). C’est depuis 2002, que l’ADEMA a
abandonné Soumaïla Cissé, donc rien de surprenant pour ce qui s’est
passé en 2013. Ce qui est surprenant pour moi, c’est que vous vous
trouvez à être le soutien inconditionnel de Soumailla Cissé et l’allié
de l’URD.
· Soutien du 30 septembre 2013
France –Afrique et FMI/BM ?
Depuis le 22 mars 2012, vous avez occupé les espaces d’échanges, de
conférences, des réseaux sociaux pour diffuser des informations en
faveur de la France -Afrique, FMI/BM et alliés.
Je regrette, ce qui s’est passé à Kidal au mois de mai 2014 n’est autre
que le résultat de vos mauvaises prises de position et c’est un échec
pour vous et pour vos alliés sur toute la ligne :
· Echec de Serval,
· Echec de l’accord de Ouaga,
· Echec de la MINUSMA.

SERVAL et MINUSMA n’ont pas pu sécuriser Kidal pour la visite des
autorités maliennes le 17 mai 2014 à Kidal ;
Serval et MINUSMA ont assisté aux assassinats des préfets et sous-
préfets sans aucune raison objective.
Il y’a lieu encore de situer les responsabilités des forces françaises
dans la défaite des forces armées et de sécurité maliennes le 21 mai
2014. Nous espérons bien que les langues vont se délier sur les
complicités des forces françaises et Le MNLA.
Le comportement de SERVAL lors des évènements de Kidal en mai 2014, a
permis à un grand nombre de maliens de comprendre les vraies raisons de
l’opération Serval et la présence française à Kidal sans le Mali depuis
février 2013. Il est aujourd’hui évident à tous que la France a choisi
le camp du MNLA contre le Mali.
C’est à cause de cela que nous nous maintenons notre position et nous
disons non à tout accord de défense avec la France. C’est pour cela que
nous invitons tous les patriotes sincères à la mobilisation et à la
résistance pour sauver le Mali des différents complots.

Dans ce tel contexte, je ne comprends pas que vous soyez en faveur d’un
accord de défense avec la France. Je vous rappelle que que votre mission
spéciale pour France – Afrique, a pris fin avec le départ de ATT.
Nous sommes actuellement sous IBK vainqueur des élections contre votre
candidat.
Les prochaines élections présidentielles sont pour 2018, vous pouvez
vous y préparer à moins que vous ne comptiez pas sur des pratiques
putschistes contre les autorités actuelles.

Sachez que nous restons mobilisés contre vos pratiques putschistes
contre les autorités actuelles et contre le Mali.
Il suffit de faire une analyse de votre parcours depuis le 22 mars 2012,
pour comprendre que contrairement à ce que vous voulez nous faire
croire, de vous voulez être associés non pas l’intérêt du Mali, mais
plutôt pour des raisons alimentaires.
Contrairement à vous, nous nous choisissons le Mali, c’est pour cela que
nous sommes mobilisés afin que les élus du peuple, IBK en tête
utilisent leur légitimité tout en écoutant des patriotes sincères et
d’utiliser la force du peuple pour résister aux différentes formes
d’actions impérialistes internes et externes.
Assises nationales?

M, le Président du PARENA, chaque chose a son temps, vous avez raté
l’occasion des assisses nationales pour une vraie sortie de la crise en
2012. On ne peut pas faire des assises nationales uniquement pour vous.
Nous sommes en 2014 avec des élus du peuple (Président et Assemblée
nationale) à qui vous pouvez soumettre vos doléances de reformes
institutionnelles.

Pour ce que vous proposez comme mode d’élection du président, je vous
invite à relire le camarade tonton Amadou Djicoroni Traoré, qui avait
fait des propositions dans ce sens sur le Malilink et dans une de ses
récentes publications.
Nous disons oui à l’exemple de Modibo Keita en 1961, pour dire non à
Serval et ses nouvelles évolutions Barkhane et dire non à tout accord de
défense avec la France.

A cette phase critique de notre existence, le seul votre silence est
grand tout le reste est faiblesse.
Il n’y a pas un pays fort sans une armée forte (Hollande, message du 14
juillet 2014).
Nous disons oui à une armée renforcée en nombre de soldat et une armée
bien équipée pour la sécuriser le Mali dans ces quatre coins.

Pour cela nous restons mobilités avant et après le 17 avril 2014.

Bon courage à nous tous.

Pr Rokia SANOGO