Reponse à Karim/ Réinsertion des rebelles

Barou,
Il y a 2 aspects dans ta réponse.

Pour la question d’indépendance, je pense que tout simplement que le
Mali peut écarter cela en permettant une gestion administrative séparée
des 3 régions du Nord – Les régions de Gao, Tombouctou et Kidal doivent
s’affirmer chacun de son côté, mais pas dans un ensemble que des
indépendantistes chercheront à homogénéiser.

Pour la lutte contre le terrorisme, la France et/ou le Mali n’a pas
besoin du MNLA intégré dans une armée. La France a été aidée sur le
terrain par les forces Tchadiennes, pas le MLNA. D’ailleurs la France
avait avec elle des soldats de l’AMA comme éclaireurs. Le MLNA a donné
des informations, mais ne s’est pas engagé dans des combats. Soyons
clairs; être un informateur ne nécessite pas l’intégration dans l’armée.

Donc ne disons pas “intégrer est un impératif”. Il y a des hommes en
arme pour qui il faut trouver une solution. Cette histoire de police
municipale ou d’intégration dans l’AMA conduira automatiquement à des
problèmes aux conséquences incontrôlables; peux-tu imaginer des
gendarmes MLNA dans la ville de Gao ou Tombouctou? Ou encore ces même
gens partager le même gîte que les hommes de Gamou?

Le Mali contrôle très bien son destin; il y a certes des difficultés
ici-et-là que les autorités elles-même créent tous les jours pour
affaiblir ce pays. Il y a aussi plusieurs paramètres dont il faut tenir
compte, mais cette idée de négocier 2 jours et signer n’importe quoi à
tout prix n’est pas une solution. Pourquoi le PM parle même de
re-insertion??!?!!? C’est aberrant!! Et ça ne va pas marcher.

Prends un mec comme le Hassan Fagaga – Quelqu’un qui mériterait un grade
de sergent-chef a été intégré en 1996 comme colonel; il s’est rebellé en
2006, 2007, 2009 et 2012. Il s’est même rebellé contre les rebelles en
2013. Quelle insertion peut-on avoir avec des mecs pareils? Les
insertions dans les années 90 ont été très difficiles et dans beaucoup
de cas très mal vécues – au point où certains n’ont jamais rejoint leur
point d’affectation, se contentant simplement de toucher leur solde.

Soyons beaucoup plus imaginatif dans la recherche de solutions. Ne
revenons pas aux reflexes du passé qui ne marchent simplement pas.

______________
A. Karim Sylla