Éliminer les véhicules de service

Koné a sûrement des raisons et idées qui font que l’exemple du Rwanda ne
marcherait pas au Mali; je pense quand même qu’il doit nous informer.

Comparaison n’est pas raison; le Mali n’est pas le Rwanda, mais le
Rwanda a prouvé que ce n’est pas impossible qu’un État fonctionne
normalement sans un parc automobile énorme. Au Mali, nous devrions
trouver ce qui pourrait marcher chez nous.

Mais il est difficile de justifier le statu quo : est-il normal qu’un
fond bleu amène les enfants d’un cadre à l’école alors que son voisin se
débrouille? Est-il normal que l’état paye pour les déplacements de la
famille d’un haut cadre? Ou encore la question fondamentale: pourquoi
l’état doit payer pour que quelqu’un aille au travail?

Une petite anecdote: une fois on était assis devant la maison de mon
oncle sur l’avenue de l’OUA — une grande artère de Bamako. Une jeune
fille (sur une Jakarta) a percuté le trottoir et s’est cassé la jambe.
On a appelé l’ambulance et indiqué le lieu; 5 minutes plus tard on voit
l’ambulance venir de loin; j’avoue que j’étais agréablement surpris. Les
gens ont commencé à faire de grands signes à l’ambulancier pour qu’il
s’arrête; il a ralenti et nous a dit qu’il transportait déjà deux
blessés et qu’au retour il allait prendre cette nouvelle blessée. La
jeune fille a gémit pendant encore 30 minutes avant que l’ambulance
n’arrive à nouveau.

Clairement il n’y a pas assez d’ambulance en ville. Et cela pendant que
des voitures sont garés au domicile des cadres.

Au Rwanda, le programme a été réajusté et réaménagé depuis son
lancement. Parce qu’il y a eu des abus et que certaines dispositions ont
été relaxées. Au Mali de trouver sa voie. Moi je pense qu’il faut
dresser une liste des véhicules indispensables, et une liste des
services où il faut des véhicules (et combien). Pour le reste, du
ministre jusqu’au chef de service, il faut tout éliminer.

Et cela ne doit pas s’arrêter seulement aux voitures; les factures
d’EDM, SOMAGEP, etc., doivent être à la charge de celui qui est
propriétaire du compteur; pas l’état. Pourquoi les enfants d’un cadre
doivent dormir sous climatiseurs aux frais du contribuable quand ce
dernier n’a même pas de courant chez lui?

C’est tout ça la rationalisation des dépenses publiques. Il faut que le
sens de l’équité existe. Et tout ne doit pas être bâton; il faut aussi
user de la carotte.

Par exemple, il faut encourager les services à réduire leur consommation
de courant, d’eau et de téléphone. Les services qui arrivent à réduire
leur factures de X% recevront des bonus (en nature, argent ou autres).
Souvent les fonctionnaires allument la climatisation alors que les
volets sont ouverts!!!

Le Mali peut et doit augmenter le ratio des investissements. Au lieu de
penser à augmenter taxes et impôts pour enrichir l’état au détriment du
contribuable, il faut réduire les dépenses. Ou à défaut complètement
désargenter l’administration pour la forcer à changer – si la
constitution ne donne pas au peuple le droit d’appeler directement à un
référendum pour statuer sur des questions aussi importantes, elle nous
donne le droit à la désobéissance civile pour forcer la main à ceux-là
même qui profitent du système tel quel. Le gouvernement vient de
reculer devant les importateurs; et si tout le monde s’y mettait la
reculade serait plus importante.

______________________
A. Karim Sylla