Le Budget Malien III: Combien coutent les bons d’essence?

La 3eme livraison dans la petite série sur le budget 2014.

Bulletin 03:  Combien coutent les bons d’essence?

On dit que le carburant fait tourner l’économie moderne. Dans le
temps les gens passaient de services en services pour bénéficier de
la générosité d’un parent ou ami qui avait une place importante au
sein de l’administration – ceux/celles qui avaient droit au carnet
de bons d’essence. C’était comme un chéquier avec des sommes
d’argent pré-imprimées; 2500, 5000 ou même 10000 F. Je ne sais pas
comment ça fonctionne maintenant. Mais ce qui est sûr c’est que
l’état malien utilise beaucoup de carburant.

Le budget Malien contient plusieurs lignes pour les dotations en
carburant – en fait il s’agit de 4 rubriques: 3-621-40, 3-621-41,
3-621-42 et aussi 3-628-20.

Le 3-621-40 est intitulé “Carburants et Lubrifiants” – il s’agit des
dépenses liées à l’achat de carburants (gasoil, essence) et de
lubrifiants (huile, graisse) pour les véhicules et les motos de
service, ainsi que les groupes électrogènes qui font tourner les
climatiseurs quand les coupures de courant empêchent le reste de
l’économie urbaine du pays de fonctionner convenablement.

Le 3-621-41 est intitulé “Carburant et Lubrifiants Patrouille” – il
s’agit de dépenses en carburant spécifiques aux patrouilles de la
Police Nationale en zones urbaines, des Groupements Mobiles de la
Gendarmerie, de la Garde Nationale et autres services de sécurité.

Le 3-621-42 est intitulé “Transport Fonds” – il s’agit de dépenses
en carburant liés au transfert de fonds publics par les services du
Trésor.

Le Mali n’étant pas très riche, le Trésor n’a pas beaucoup de fonds
à convoyer – Cette rubrique (3-621-42) englobe à peine 12 millions
CFA. Le volet Patrouille (3-621-41) lui consomme environ 246
millions CFA.
La dernière rubrique est le 3-628-20; elle est intitulée “Frais de
transport” – il s’agit de dépenses en carburant et lubrifiants mais
aussi de dépenses liées à l’entretien, la réparation des véhicules
et l’achat de pièces détachées. Il est impossible de savoir la
portion dédiées au carburant. Certains départements y mettent aussi
des frais de mission et même de billet d’avion (dans le cas de
l’Assemblée Nationale).

En total, le Mali dépense environ entre 14 et 18,5 Milliards CFA en
carburant – la fourchette tenant en compte les départements qui
prévoient des libellés supplémentaires (e.g., frais de mission ou de
mutation). Bien entendu, la defense et la sécurité consomment
beaucoup de carburant; mais Koulouba et la Primature ne sont pas en
reste. Et il y a aussi une ligne dans les charges communes du
budget: 2,8 milliard CFA. Cette ligne est pour “tout le monde”.
Quelles courses font ces administrateurs pour bruler autant de
carburant?

ENTITÉ     BUDGET
Chg Comm    2 868 316 000
Défense   2 355 997 000
Assemblée    1 877 696 000
Sécurité    1 078 981 000
Koulouba    992 715 000
Aff Etrg 848 746 000
Primature    760 519 000
Santé   500 900 000
Adm Terr    471 098 000
Education    343 354 000
Pourquoi Koulouba a besoin de 992 millions CFA de carburant est une
question à laquelle je ne saurai répondre. Un calcul rapide montre
qu’il s’agit de 1 412 112 litres de carburant (le litre d’essence
fait 755 F et celui du gasoil fait 677 F – le ratio d’importation au
Mali étant de 1/3 d’essence pour 2/3 de gasoil, on arrive à un prix
moyen de 703 F). Cela donne une consommation journalière de 3900
litres pour Koulouba (ou 5600 litres/jour si Koulouba suit les
injonctions du PM de ne pas faire circuler les véhicules le
weekend).

On pourait poser la même question pour la primature – c’est entre
3000 et 4300 litres par jour. Pour l’ensemble de l’appareil
étatique, on arrive à une consommation annuelle de 26,3 millions de
litres de carburant – entre 72000 et 105000 litres journaliers, soit
l’équivalent de 2 à 3 gros camions citerne par jour.

On ne peut certes pas éviter de consommer du carburant. Mais a-t-on
les meilleurs prix possibles? Quand l’état consomme autant de
carburant fait-il un appel d’offre pour aller vers le mieux disant?
Je pose la question parce que (selon une étude du FMI – voir
http://www.imf.org/external/french/pubs/ft/scr/2014/cr1431f.pdf) les
pétroliers font une marge brute de distribution entre 40 et 55F sur
le carburant acheté au détail. Un appel d’offre offrirait le plus de
flexibilité sur les prix payés.

______________
A. Karim Sylla