Vos critiques

Alpha, tu sembles avoir beaucoup de chats à fouetter 🙂

Des “chats” qui remontent beaucoup plus loin que cette question
d’invitation au forum sur les questions du Nord. Tu dis que Dramé a tout
fait pour se faire inviter; il s’en défend et dit avoir été démarché
puis invité par les organisateurs eux-même. Il dit ne pas avoir été au
courant du cas “Bourgeot/Simonis”; tu dis que c’est pas vrai. Tu dois
avoir tes raisons; a moins que Dramé ne fusse partie du comité
d’organisation ou celui qui a demandé l’exclusion de ces messieurs, il
est difficile de voir clair. Éclaires-nous, please.

Je suis perplexe et j’ai comme l’impression que tu sais beaucoup plus
que tu ne dis — surtout quand tu dis “Je sais que c’est difficile de
respecter des gens que vous pensez inférieurs à cause de vos privilèges
indûs et contingents”; ou encore “J’aurais mieux aimé que les gens de
Nioro du Sahel vous aient donné leur suffrage comme preuve de leur
attachement et de votre droiture plutôt que d’essayer de nous les forcer
dans la tête avec vos quolibets”

Dramé participe sur ce réseau depuis un certain temps, je ne me rappelle
pas avoir senti une supériorité quelconque de sa part. Ni de “quolibet”
(j’ai dû chercher dans Larousse — le mot veut dire ‘moquerie’).

Et cela est vrai pour les autres politiciens sur ce réseau — dont le PM
Mara et la Prof Sanogo, (et bien d’autres) qui se sont toujours montrés
courtois bien qu’ayant reçus des flèches (souvent très) empoisonnés.
Notre ami Wane ne se soucierait pas d’apporter justice en cas d’infraction.

Pour ma part si je savais que Dramé était un opposant au régime GMT
(comme beaucoup d’autres), j’ignorais qu’il avait goûté à la prison de
GMT ou le fait qu’il était fonctionnaire au Nord.

______________________
A. Karim Sylla


On Jul 31, 2014, at 1:54 PM, Diadie Alpha wrote:

> ———- Forwarded message ———-
> From: Diadie Alpha
> Date: 2014-07-31 13:53 GMT-04:00
> Subject: Re: Vos critiques
> To: Tiébilé Dramé

Merci Tiébilé pour votre réaction que j’apprécie dans son principe car
il nous éclaire un peu plus et aussi car vous faites preuve de décence
en répondant dès que vous voyez que la situation décrite vous incrimine.
Nombre de gens auraient préféré regarder de l’autre côté comptant sur
leur silence pour cacher leur inadéquation et même curieusement y
trouver un refuge moral dnt personne n’est duale. Tel l’ancien président
Konaré qui se tait quand son pays est en flammes. Ou d’autres qui se
réjouiraient en silence que quelqu’un osât affronter un déranger des
habitudes acquises.

Quant au contenu de votre message, vous vous doutez bien qu’il est loin
de faire l’affaire. D’un, les attaques contre moi je les comprends car
vous êtes mal à l’aise, ce que je regrette, mais je n’ai pas d’autre
choix car vous prétendez agir pour mon bien. Je dénonce des pratiques
qui ont mis mon pays à terre sans penser à quelqu’un de spécifique, ou
plutôt en pensant à la majorité de nos concitoyens. Ainsi, vos remarques
que je trouve vraiment pauvres pour dévier le sujet en réalité ne
n’intéressent pas. Je réponds à votre amabilité bien que courte et
intéressée. Pour le reste, je préfère laisser le soin à nos compatriotes
qui nous lisent le soin de juger ce qu’ils voient. Sans offense pour
vous ou quiconque, je reste donc imperturbable dans ma courtoisie mais
sans concession sur le contenu de ce que j’écris. Je remarque que vous
ne relevez pas mes attaques très pointues sur le gouvernement, cela
aurait objectivé votre revendication d’être de l’opposition. Elles sont
principalement dirigées contre lui car c’est lui qui agit. Son
opposition pour le moment est vraiment de la même facture, ne fait
qu’esquiver, avancer des propositions simplistes ou crier d’Audrey
fadaises. En fait, vous faites mieux que celui qui se revendique votre
chef, mais vous êtes encore à ce jour du même plumage. Tel que nous
découvrons tous le manque de savoir-faire de ce gouvernement, il est bon
de le dénoncer, mais vous voulez trop de gloire à tuer une mouche avec
un marteau (en fait mouche même pas morte). Remettez-vous en cause en
disant que vous êtes avec nous le peuple, et nous dirons que c’est un
grand acte.

J’essaie d’être précis dans mon propos, n’en prenez pas offense, c’est
le mieux que je puisse caractériser vos silences quand un défi important
vous est opposé. Ainsi, il y a quelques jours Seydina Oumar Diarra, Sod,
a fait une analyse très critique, de vos soit disant propositions. Je le
cite uniquement pour ce qui me parait l’objectivité de son propos, que
j’ai apprécié ici un certain nombre de fois, et ne sais honnêtement pas
s’il est d’un parti quelconque. S’il l’était, je n’en suis pas. Nous
attendions de vous une réponse point par point pour nous éclairer, et
nous attendons encore. Peut-être que maintenant que vous avez fait ce
qui était important à vos yeux, apparaître défendre votre image écornée,
ce qui est de bonne guerre mais instructif, vous songerez maintenant que
je vous y accule, à nous respecter avec une réponse digne de foi. Ce
serait un meilleur usage des priorités.

Vous prétendez n’avoir su qu’ici que Bourgeot et Simonis avaient été
écartés de la conférence. J’en doute, mais vous fait bénéficier du
doute. Qu’avez vous fait alors depuis? Avez-vous protesté et dénoncé la
conférence dès que vous avez su? Vous savez bien par le genre de gens
qui vous démarchent, quel type de conférence ce serait. Écoutez, ne nous
prenez pas pour ce à quoi vous êtes habitués. Je sais que c’est
difficile de respecter des gens que vous pensez inférieurs à cause de
vos privilèges indûs et contingents. Ne faites pas insulte à notre
intelligence à parader un passé d’étudiant militant incarcéré pour vous
disculper de votre parcours de collaborateur impénitent. Je suis
solidaire avec vous de cette période et j’aurais voulu que cela
continuât. À la période 1980 que vous indiquez, j’étais assimilé à chef
d’arrondissement et avait dénoncé les dérives de ce temps quand Moussa
Traoré faisait ses consultations régionales. Vous vous rappelez
peut-être Yamoussa Coulibaly, c’était un ami, et il en avait aussi fait.
Aujourd’hui c’est la même chose il faut descendre dans l’arène et sauver
notre pays. Nous aurions eu besoin de votre passé si vous aviez tenu les
mêmes principes d’être défenseur des intérêts non égoïstes. Où sont vos
remarques mémorables de désaccord quand vous étiez ministre, que
dites-vous des rumeurs de malversations quand vous organisiez une
conférence de chefs d’Etat, que dites-vous des remarques persistantes
d’opportunisme à vous allier n’importe comment aux princes du jour sans
souci du mal qu’ils font à leur pays? À priori, je ne crois pas à ces
choses, mais je suis vivement intéressé à entendre vos réponses, pour
finir par les croire ou pas. C’est ainsi que les gens honnêtes se font
une conviction et vous apportent une adhésion sans faille. Je serai
heureux que vous vous ressaisissiez car nous voulons la politique
autrement et nous sommes déterminés. prenez la peine de continuer à me
débattre seulement si vous vous estimez digne de cela, sinon je n’en ai
vraiment pas de temps à perdre.

Ce que je soutiens c’est le changement réel, ne pas faire la politique
comme avant entre initiés qui pillent et viennent nous blablater, car
aujourd’hui nous savons tous où cela conduit: l’occupation de notre pays
par des aventuriers et notre mise sous tutelle étrangère et, à la clé,
des dirigeants incompétents voire inconscients, avec les mensonges
récents. Je ne suis pas impressionné par vos énumérations de repères
vous rattachant au nord (vous citez la naissance mais pas le mariage),
il y a des millions qui y vivent sans problème et sans en attendre une
quelconque reconnaissance. Tout ce qu’ils veulent, c’est que des
politiciens conséquents et sincères les aident à éviter que des
aventuriers ne viennent condamner tout le monde avec eux. J’aurais mieux
aimé que les gens de Nioro du Sahel vous aient donné leur suffrage comme
preuve de leur attachement et de votre droiture plutôt que d’essayer de
nous les forcer dans la tête avec vos quolibets. Je ne désespère pas de
vous ni des autres politiciens qui avez vu paresseusement le Mali
sombrer (vos opposants les partisans disent traitreusement). Je souhaite
simplement qu’ils se ravisent. Je souhaite vivement que vous vous
retrouviez parmi les gens que je soutiens.

Diadié Alpha