Cas d’Ebola non-déclarés

Cela fait déjà plusieurs semaines que la région des mines d’or de la Guinée vers la frontière malienne est atteinte d’Ebola avec beaucoup de cas de contamination. Est-il possible que plusieurs cas aient été gérés sans que les autorités n’en soient informées?

L’attitude de la Clinique Pasteur est-elle unique? Les cliniques privées sont toutes des entreprises commerciales qui constituent bien souvent le seul gagne-pain des promoteurs. Est-il possible que les même réflexes y existent?

Il y a un travail de policier qui doit être effectué auprès de ces cliniques — sans contraintes. Il faudrait parcourir leurs cahiers pour:
1) recenser les maladies de ces dernières semaines (6 à 8 semaines)
2) interviewer les infirmiers sur les cas symptomatiques
3) retrouver les malades dans les cas suspects

Il y a de folles rumeurs sur des cas ici et là; mais comme la machine des autorités n’entre en jeu que dans les cas déclarés ou médicalisés, il y a de forts risques qu’Ebola soit entrain de se propager en catimini. Il y a toujours des gens qui ne croient pas en l’existence même de la maladie ou bien que “la chaleur/soleil du Mali ne permet pas à Ebola de survivre”.

Je pense que rester sur la défensive comme le Mali le fait aujourd’hui ne doit plus être la seule approche. Le Mali doit passer à l’offensive pour arrêter ce fléau.

______________________
A. Karim Sylla