Le Gouvernement organise une campagne d’information et de sensibilisation sur les pourparlers d’Alger

Mohamed mon cher compatriote,
Vous avez abordé deux choses dans votre intervention.
a. Le gouvernement malien qui organise [finalement] une campagne d’information et de sensibilisation au sujet des pourparlers inclusifs à Alger.
b.  La question “Comment recoudre le tissu social déchiré au nord du Mali?”
Je sais que vous êtes à l’avant garde de la lutte contre les fossoyeurs de notre pays. Et c’est la raison pour laquelle je voudrai tenter de répondre à votre deuxième question.
À la différence des groupes armés qui semble t il sont allés au contact des réfugiés et des Kidalois, je trouve que le gouvernement a fait une très piètre prestation de communication et de sensibilisation. Leur tentative d’explication se sont arrêté au niveau des chefs lieu de région. Ils avaient une volonté de ne pas diffusé le document (confus) produit par la médiation. Avaient ils réellement l’intention de sensibiliser les citoyens ? J’en doute.
Ceci dit, j’aborde maintenant cette question de recoudre le tissu social.
Tout d’abord, moi j’utilise les mots “nord du Mali” au lieu de nord Mali. D’ailleurs, j’aurai voulu que ce  soit le Mali tout court avec ses régions, cercles, communes, villages, fractions, hameaux, etc.
Parce que ma perception de ce mot qui figure parmi les éléments de langage de certaines personnes, est qu’il est utilisé par ceux qui l’utilisent pour désigner une entité territoriale qu’ils idéalisent comme étant acceptée comme telle; entité dans laquelle la communauté (l’unique communauté) vit harmonieusement; et bien sûre qu’ils opposent au sud du Mali. Plus clairement des gens “bien intentionnés” le conçoivent comme un état.
Or nous savons qu’il sera difficile sinon impossible de coexister dans une telle entité pour les gens du nord mêmes. Autrement Alger n’aura pas lieu. Autrement il n’y aurait pas de refoulés de Kidal. Autrement vous ne verrez pas des gens qui accueillent avec le sourire l’armée française lorsqu’elle se fait accompagner par les FAMA (alors qu’elle était regardée d’un œil accusateur quand elle partait en campagne sans les FAMA – les gens ayant ancré l’idée que ceux sont les parrains de leurs ennemis) et d’un autre côté d’autres (une minorité) qui manifestent contre la présence des FAMA.
Le nœud gordien de cette histoire de Azachose c’est que des gens “du nord” ne sont pas d’accord de concevoir cette identité ou ce désir d’affirmation d’identité comme l’unique existante au nord de ce pays. Ce que nous savons tous. Il y a des multitudes de cultures dans ce nord du Mali.
Comment réconcilier ?
Je vais encore parler de moi, parce que ce serait prétentieux de ma part de penser à la place des autres lorsqu’il s’agit de communautés. Mais nous sommes d’accord qu’il y a eu un terrible et profond fossé qui a été creusé entre elles par la faute des “revendiqueurs” qui ont pris les armes soit disant contre l’état et son gouvernement, mais qui dans les faits  se sont retrouver à terroriser et humilier les gens aux noms desquels ils “disent” se battre. Ils ont commis des crimes à Kidal contre les populations, à Gao, à Tombouctou et partout où ils ont passé.
Qu’ont fait ces pauvres gens pour mériter le sort qui a été le leur ?
Il y a eu une haine qui a été propagée par ces conquérants de nouveau genre; haine qu’ils ont déversé en tuant des innocents, en commettant des crimes impardonnables.
Donc je reviens à moi. Je n’ai pas de gène à vivre avec le bédouin de Arawane, ni le berger de Kidal, ni le commerçant de Léré. Au contraire je le revendique. Je veux vivre en paix avec eux. Eux : ce sont ceux qui n’ont pas commis des crimes. Il ne s’agit pas des bandits. Et j’imagine que tout autre humain a la même aspiration que moi. Donc les paisibles citoyens du nord de ce pays aussi; tous. Et ceux de l’ensemble du Mali d’ailleurs.
Pour vivre en paix et ensemble que faut-il faire ?
1. Je suggère que les gens du nord qui vivent sur les mêmes terroirs s’acceptent mutuellement.

 

2. Que ce point 1 signifie aussi d’accepter ce à quoi chacun aspire; parce que si il y a des intérêts contradictoires qui existeraient il n’y aura rien à faire, les guerres continueront. Le vaincu d’Aujourd’hui se soulèvera demain contre le vainqueur et peut être de manière encore plus bestiale que les premiers.

 

3. Que cela signifie qu’il faut s’asseoir et s’entendre de manière à ce que les “intérêts” ou les préoccupations des uns et des autres soient pris en compte.

 

4. Que cela voudrai dire que la propension du vainqueur d’aujourd’hui de vouloir annexer le vaincu ou l’anéantir n’est pas une base acceptable parce qu’elle ne tient pas compte de la préoccupation du vaincu.

 

5. Concrètement, il faut renoncer et cela définitivement à la notion même d’Azchose qui happerai toutes les autres cultures qui aspirent à une affirmation de leurs identités également.

 
6. Sur la base d’une acceptation/consultation des citoyens (et non d’une contrainte) que les communautés et les citoyens qui nomment leur zone par exemple Azachose. Qu’une fois cela fait que ce soit accepté par les autres communautés même si elles n’acceptent pas que ce nom soit celui de leur communauté.

 

7. Sur la même base que les communautés qui souhaitent nommer leur communauté par un autre nom le fasse et que ce soit accepté par les autres du point 6.

 

8. Que les citoyens comprennent que les bandits (ceux qui sont des héros pour certains) n’ont pas de place dans la recherche de la paix.

 

9. Qu’il va falloir accepter des principes et des règles valables pour tous et qui régissent la justice entre les citoyens sur une base éthique acceptable pour la majorité.

 

10. Qu’il faut respecter ces règles qui imposeront le châtiment pour tout contrevenant à l’ordre ainsi établi pour le bien de la communauté. C’est à dire aussi d’une majorité.

 

11. Que cette loi soit appliquée aux déviances futures mais pour que la paix s’installe résolument et se renforce, il est absolument indispensable que les coupables de crimes soient jugés et punis pour rendre justice aux faibles aussi. J’inclus dans cette catégorie les crimes commis de toute part, dans distinction aucune.

 

12. Que les communautés ou des membres de communautés qui s’aviseraient à rompre ces dispositions soient considérée comme hors la loi par les autres communautés. Mais ça s’est pour le très grand futur lorsque les citoyens et les communautés auront compris que leur salut et la paix ne peuvent exister que dans leur solidarité mutuelle l’une vis à vis de l’autre. Lorsqu’elles auront compris et accepté que la liberté individuelle garantie par tous et par l’état est la meilleure chose qui puisse assurer la paix et le développement humain.

 

En attendant il faudrait que la nation malienne se donne les moyens de pouvoir faire régner l’ordre et la quiétude, si elle comprend et accepte que le nord de ce pays est une partie intégrante du Mali. Parce que ça aussi, c’est un combat qu’il va falloir gagner à mon avis. Un combat qui mérite qu’on le fasse. Pour moi c’est un idéal que je défendrais toute ma vie et pour lequel j’éduque les miens.

Cordialement

____________________
Chouaibou