Manifestation contre Alger à Kidal

La question suivante s’impose: “quand les Ichoumars, ces mercenaires
débandés de Lybie en fin 2011, ont décidé de déclencher la guerre de
Libération de l’Azawad (3ième épisode), ont-ils demandé l’assentiment
des populations des 3 régions du Nord du Mali qu’ils disent
aujourd’hui devoir consulter avant d’endosser l’Accord d’Alger du 1ier
Mars 2015?”

En tout état de cause, la CMA ne représente que la partie mafieuse et
ultra terroriste des mouvements armés (non politiques) qui s’en
foutent de la paix, le banditisme et le narcotrafic étant la tasse de
thé de ces gangsters sahariens sans foi, ni loi.

La CMA, la coalition des Chefs autoproclamés de la rébellion (cuvée
2011-2015) ne paraphe pas l’Accord d’Alger du 1ier Mars 2015 pour les
deux raisons principales suivantes :

1. les Coalisés de la « HONTE DES TOUAREGS ET DES MAURES MALIENS »,
n’ayant rien gagné dans cet accord, font preuve d’amertume de n’avoir
pu (ou su) amener la lutte pour la Libération de l’Azawad à son terme
;

2. les Chefs autoproclamés de la rébellion (cuvée 2011-2015), ainsi
battus militairement et politiquement, tentent de tromper la vigilance
de la médiation en arguant que ceux qui les ont mandaté – les enfants
et les femmes pris en otages dans la seule ville de Kidal vidée de ses
habitants autochtones (Timchagh, en Tamacheq) – crient fort leur
sentiment d’être floués par ceux qui les ont
embrigadé/encanaillé/instrumentalisé.

Il est à craindre que les hordes de combattants essaimés dans le
Sahara, ces mercenaires battus et débandés de la Lybie post Kadhafi
(leur gourou), lâchés par leurs thuriféraires de la peu glorieuse CMA,
abandonneront la révolution azawadienne pour se mettre, immédiatement,
au service des terroristes jihadistes Aqmi/Anaçar-Eddine, Daech et
Boko-Haram qui, eux, les payeront bien en dollar et en euro ; les
capos de la CMA ne les payant que par des produits pillés à Bamba,
Zerho, Gathi, Kanno et autres villages terrorisés et volés.

Sincèrement,

Mohamed AG HAMATY