Mon Message au Professeur Assadek

Monsieur Assadek,

J’admire votre engagement et votre optimisme. Vous êtes d’un courage indéniable vu les incompréhensions auxquelles vous avez sans doute dû faire face dans une société où l’autocritique n’est pas au premier rang dans la hiérarchie des valeurs.

Mais je dois vous dire que vous faites fausse route en accusant l’Etat malien des crimes commis par le MNLA. Ce groupement refait sa peau à chaque tournant. Il est coupable et seul bénéficiaire du narcotrafic dans le désert, suite à la quasi-autonomie que les gouvernements successifs ont été contraints d’attribuer à sa zone d’influence. Il s’est associé à la racaille islamiste inqualifiable d’aqmi, du mujao etc. Mais aujourd’hui il clame être leur victime par la faute du gouvernement malien.

Le MNLA cherche aujourd’hui à associer de bonnes gens comme vous et vos proches à leur cause et profite de votre séjour en France pour corrompre votre opinion. J’ai écouté vos réponses sur Afrikan et je crains que vous ne vous noyiez dans le discours sécessionniste de ce groupement dont la seule cause semble désormais être sa simple existence, ne vivant que de son statut.

Vous avez assez investi dans le Mali à travers l’Education pour vous en détourner. C’est vrai que le Mali ne peut pas continuer de diaboliser le MNLA. Après tout, les Rwandais ne continuent-ils pas de vivre ensemble malgré le génocide ? Dans ce sens, la rhétorique à Bamako et surtout dans la presse devrait bien changer vers un ton conciliatoire si nous devons faire des progrès. Mais basculer dans l’autre camp est une autre chose.

Bref, j’aurais souhaité qu’à la différence de Zakaitou Oualett, vous fassiez le pont tant recherché par le gouvernement malien avec le MNLA. Que vous soyez celui qui expliquerait au MNLA que le Mali souffre dans son ensemble, et que depuis les indépendances, et malgré les moyens très limités de l’Etat, malgré la corruption et les sécheresses, mais aussi malgré l’insécurité quasi permanente imposée par les rebelles sécessionnistes dans la région,  beaucoup d’effort a été fait pour développer le Nord.

J’ai personnellement vécu au Nord le traitement préférentiel ajusté au mode de vie des tribus touareg en vue de l’intégration nationale.  Mais j’ai aussi vécu le détournement de l’aide aux populations sinistrées, victimes de la sécheresse.

Sans autocritique nous ne sortirons pas du cercle vicieux et nous tomberons bientôt dans le model israélo-palestinien.

Que votre séjour tanquille en France vous porte conseil.

Sabu Nyuman