Instituteur Des Sables

Je suis tombé sur ce livre en fouillant le rayon Afrique d’une FNAC

Bocar Cissé, instituteur des sables – Témoin du Mali au XXe siècle
Bocar Cissé, Bernard Salvaing, Albakaye Ousmane Kounta
Editions Granvaux, 2014

Le livre est une biographie de Bocar Cissé — il raconte une partie de son enfance, sa vie dans les écoles coloniales, son engagement pendant la deuxième guerre mondiale, sa vie d’enseignant des colonies puis de l’école malienne, et de sa retraite.

Le livre de Cissé n’est pas sans rappeler les deux livres de Hampaté Ba (Amkoulel et Oui! Mon commandant) pas nécessairement dans le style, mais dans les observations que Cissé fait de la vie de tous les jours; c’est un vrai travail d’anthropologie (et d’histoire) qui commence par les populations de la boucle du Niger puis se termine sur les changements au Mali. De longs chapitres sur son parcours parsemés d’anecdotes qui révèlent beaucoup sur la méthode des colons mais aussi celui de la première république; l’organisation de l’école.

Sa carrière d’enseignant il l’a surtout fait dans la région de la boucle du Niger (les sables) — et c’est là qu’on comprend le mieux son naturel pour l’anthropologie et la sociologie. Cissé a été aussi syndicaliste et politicien — les joutes pré-indépendance (RDA v. PSP) et post-1960 y sont également discutés.

Le livre est basé sur les notes méticuleuses qu’il a écrit tout le long de sa carrière; comme un journal quotidien. Au crépuscule de sa vie il dit ceci à ses enfants: “Je ne possède rien du tout, je n’ai pas de troupeau, je n’ai pas de berger, je n’ai pas de compte en banque, toute la richesse que je possède réside dans ces papiers”. Cissé s’est éteint en 2004, 10 ans avant la parution de son livre avec lequel il a collaboré avec Bernard Salvaing et Albakaye Kounta.

Le livre est simplement excellent, avec beaucoup de notes explicatives. Le “tout vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle” prend tout son sens et sa dimension avec Cissé.

PS: C’est au cours de la lecture que j’ai appris aussi que Cissé était le père de Soumeila Cissé, le chef de l’opposition.

______________________
A. Karim Sylla


Sylla, merci pour ce descriptif du livre de feu Bocar Cissé, qui est sorti chez mon éditeur, Grandvaux. Cet ouvrage mérite d’être lu pour la mine d’informations qu’il contient. M. Soumaïla Cissé a eu à dédicacer le livre pendant la Foire du livre à Paris. C’est formidable quand les aînés laissent de tels témoignages à la postérité. Alors, avis aux aînés présents et futurs!
Chérif Keita


Merci Jeune frère inusable,
J’ai effectivement lu le livre dont une bonne partie traite des écoles nomades de Ménaka. Etant de Ménaka moi même, j’ai vu avec quelle précision les situations ont été décrites. Sans même les nommer je reconnais déjà certaines des personnes que l’auteur cite en raison de la description qui est faite des actes et des lieux. Une lecture fine permet aussi d’entrevoir les prémisses aux évènements que nous vivons actuellement dans le septentrion de notre pays.
Je n’aurais jamais pu résumer cette œuvre grandiose, d’un père de l’indépendance du Mali avec aussi de brio que toi. Je te tire mon chapeau, mais cela ne me surprend pas de ta part.
Cordialement

Bretaudeau


Bonjour Sylla, Bonjour à tous,
Un livre remarquable et le rapprochement-comparaison avec des écrits de Hampaté Ba est tout à fait juste.

Je l’ai connu pendant mes années de lycée à Bko (lycée de Badalabougou par l’intermédiaire de sa fille Oury Cissé promotionnaire) et quel plaisir lorsque après le 1er verre de thé il était disponible pour raconter des épisodes de cette vie d’enseignant, surtout l’approche pédagogique, les relations avec les élèves, les parents d’élèves et aussi la hiérarchie coloniale. J’ai noté son attachement au respect, à la dignité, sa foi en la formation pour un pays…. Les anecdotes et récits très instructifs.

Je l’ai encore revu quelques années plus tard pour ma thèse et il m ‘apporta une mine d’or pour comprendre des énigmes que j’avais du mal à élucider avec mes outils classiques de science politique.

En effet, détaché mais pas désintéressé des activités politiques (à nuancer d’ailleurs), il expliquait les choses avec une liberté de ton, une acuité d’analyse et une clairvoyance remarquables.

Merci Sylla pour attirer l’attention sur ce petit trésor.
Bonne lecture à tous

Issa Diawara


Je me joins a Cherif pour dire que nos aines qui vivent toujours doivent tout faire pour nous laisser leur memoire comme l’a fait Mr Cisse. Excellents temoignages.

Abdoulaye Keita


Je pense que c’est ce livre que Mossa ag-Assaghid, le fameux/fumant représentant du MNLA en France a plagié dans son livre “Écoles des Sables” qui a fait un tabac en 2010!

Je vais commander le livre de feu le vénérable Bocar CISSE, le logeur de mes parents touaregs du Faguibine à Niafunke.

Sincèrement
Mohamed Ag Hamaty


Soumaila Cissé fils d’instituteur !
Voilà qui augmente son crédit de sympathie à mon niveau.

J’ai un penchant très fort pour les instituteurs parce que j’en ai eu des merveilleux à mon jeune âge. Ils sont restés des modèles pour moi.

Ma première institutrice Madame Sall Awa Maiga, ensuite Idrissa Timbely, Abdou Konaré, Agone Dama, Abdou Maiga, Agone Dama, Noumounitié Dembélé, Alassane Samba Sidibé, …

De vrais éducateurs desquels je suis resté nostalgique. J’ai pu gardé le contact permanent avec Agone Dama qui a été pour nous le modèle. Il est resté attaché à notre promotion et nous lui rendons périodiquement les honneurs, très très satisfait de ce qu’il a été pour nous.

Des souvenirs …

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga