Aida Diagne Repond au Professeur Assadeck

« Bravos à mon ami(e) Aida Diagne! Mais tant que les maliens sont dans le déni du génocide contre les touaregs, il n’y aura pas de paix. Les touaregs qui nient cela sont atteints du syndrome de Stockholm ou ne pensent qu’à leur ventre et bas ventre. ». C’est le commentaire laissé par le Pr Aboubacrine ASSADECK suite au dernier billet publié sur un site internet, « IBK, symbole de l’échec de la politique africaine de Hollande ». J’ai tenu à lui répondre car les mots qu’il a employés me semblaient importants.

Bonne soirée.


Le Reseau de Citoyens Actifs-Mali


Assadek a glissé completement dans le cas camp de ceux qui appellenent plus tôt au genocide que d’éviter a tout prix qu’ il y ait une guerre civile au Mali, qu’ on évite l’amalgame et que la reconciliation revienne.

Peut-être qu’ il devrait réfléchir sur la situation salutaire que voice et qui est tres simple: le visage de l’écrasante majorité des criminels au Mali est tres facile a distinguer. C’est celui de ceux qui se considerenrt comme “Blancs au Mali”. Le visage de l’ éecrasante majorité des victimes est aussi tres facile a distinguer. Il est noir. Et pourtant, et pourtant il n’ y a pas d’amalgame entre les vrais criminels et la majorité innocente des “Blancs” du Mali. Bien, Bien au contraire ! La Platefrorme en est une demonstration éclatante et lui-même Assadek en est un exemple qui n’ a subi aucun discrimination. C’est lui qui s’ est mis a l’écart. Il doit savoir que la vie n’ est pas limitée a quelques mois…..

Bien cordialement

M. Diagayété


Bonjour Aida,
Et Merci Citoyen d’avoir partagé cette contribution de Aida.
Je ne voulais sincèrement pas intervenir sur un sujet aussi sensible qu’une qualification de génocide, encore plus dans mon pays et dans une région qui est mienne, à une époque que j’ai presque vécue.

Je voudrais tout d’abord, féliciter chaleureusement notre sœur Aida, pour son argumentaire de qualité sans violence contre les affirmations que je considère gratuites et fortuites de mon frère Assadeck. Je voudrais dire par la même occasion qu’il perd le capital d’estime, de sympathie et de considération que personnellement je lui portais, tellement il me surprend par son positionnement nouveau. A ses propres propos “……. Mais tant que les maliens sont dans le déni du génocide contre les touaregs, il n’y aura pas de paix. Les touaregs qui nient cela sont atteints du syndrome de Stockholm ou ne pensent qu’à leur ventre et bas ventre”. Je voudrais dire à mon frère Assadeck, sans détour que c’est plutôt lui qui est atteint “du syndrome de Stockholm ou qui ne pense qu’à son ventre et bas ventre”, et non ses parents Touaregs qu’il accuse.

Du reste je suis d’accord que notre pays souffre de maux, de plusieurs maux, dont le mal central est l’injustice dont sont victimes toutes les couches sociales du Mali, tous les individus appartenant à toutes les ethnies, mais aucune ethnie n’est particulièrement visée ou ciblée. Je suis aussi d’accord qu’il y a eu des abus, des exactions, des effets collatéraux, ayant causé des victimes innocentes de part et d’autres des belligérants que je déplore, mais jamais de génocide ou une intention de génocide à l’endroit de qui que ce soit. Ne faisons pas l’amalgame que vous avez toujours dénoncé.
Fraternellement.

Bretaudeau


Merci Prof.
Merci aussi de ne pas te départir de ta mesure qui est connue de tous.
Cette mesure est nécessaire à tous pour une démarche pédagogique dans reconstruction de la gouvernabilité républicaine.
Cordialement.

******************
Amb. Ret. Mamadou Traoré


Bonjour à vous tous,

Je voudrais rappeler ici les échanges passionnés que j’avais eus avec le Pr. Assadeck juste après l’occupation des régions nord de notre chère patrie. A l’époque il affirmait depuis son exil que dans mon quartier à Sirkoro Meguetan on tuait les Touaregs. Je lui avais demander d’apporter la preuve car au même moment les enfants d’un de mes voisins qui est aussi blanc que lui étaient chez moi tous les jours pour jouer avec les miens. En outre je lui avait rappelé qu’étant de Bougouni, du sang touareg de Tombouctou coulait dans mes veines. Il avait refusé mes observations et continué à raconter des contre vérités. Je veux être sincère avec vous, il ne m’a jamais inspiré confiance. Ses appels à l’aide pour sa santé ne m’ont jamais ému personnellement.

Merci
Drissa Ballo


Bonsoir Grand frère Bretaudeau
Désolé de revenir sur un sujet qui semble mettre mal a l’aise beaucoup de forumistes, y compris moi même.
Je me refuse a croire que mon ami Assadeck puisse erre l’auteur du passage ayant soulevé le débat.
Pas que je mets en doute qui que ce soir, mais simplement je pense qu ‘Assadeck est victime d’un petit hacker qui utiliserait son nom pour écrire des choses horrribles.
S’il ne réagit pas je me ferai le devoir de l’appeler de vive voix pour en avoir le cœur net , car je refuse encore a croire que de tes propos soient tenus par Assadeck.
Bonne fin de journee

Yachim Y. Maiga


Tu as raison, Yachim. Assedek est “victime,” tout comme il l’ etait quand il se pavanait derniere le drapeau des ennemis du Mali juste par “curiosite.” Encore une fois, ne perdons pas notre temps. On dit que meme l’enfer a peur des ingrats.

Amadou Niang


Homo,
I am amazed at time by human ability to disregard facts and reason and follow their own disillusion, especially in Mali.
But, as they say, facts are stubborn. They always come banging at the door.

Amadou O. Wane


Homo,

I understand your bewilderment, but here reactions of disbelief, far from being some kind of naivete, simply commensurate the level of disappointment.

Amadou Niang


Bonsoir chers tous,

Je ne voulais pas réagir par rapport à ce message envoyé par Aida, tellement elle en avait déjà si bien répondu.

A la lecture du mail de mon frère Yachim plutôt perplexe par rapport à la teneur du message de celui qui pourrait selon lui être i hacker. Je voudrai donc m’adresser à ce hacker qui a bien voulu s’exprimer de cette manière.

Je lui dit que le racisme est par essence du génocide pure. Ceux minoritaires des touaregs (en fait des chefs touaregs) qui revendiquent un territoire pour eux seuls l’ont fait depuis 1958 avant la naissance de le république du Mali. Ils l’avaient fait pour disaient-ils “ne pas être gouvernés par des noirs”. C’est très explicitement du racisme.

Dans la vie de tous les jours ils ont mis en pratique ce racisme et génocide en exploitant en esclavage cruel souvent des hommes noirs pour la très grande majorité et en gardant vassalisant d’autres comme ils disent.

A travers les rébellions successives surtout à partir des années 1990 ils ont mené des razzias contre les populations sédentaires civiles noirs pour la plupart qui n’avaient (avant la création des mouvements d’autodéfense) à priori rien à voir avec leur thèses de revendication et qui ne les combattaient pas. C’était par pure envie génocidaire parce qu’il y avait le besoin d’exterminer une communauté plus nombreuse qu’eux et qui ne partageait pas leur folle idée raciale, pour les chasser de la vallée du delta intérieur du fleuve Niger leur lieu séculaire d’habitation afin de pouvoir en profiter à souhait.

Dans un certain milieu sédentaire on raconte que le mari de Zakiatou Walett Halatine se serait exprimé en face de certaines connaissances à lui, des sédentaires, pour dire que la zone du fleuve devrait revenir à sa communauté. C’est à dire que les propriétaires actuels s’ils ne sont pas de sa communauté devraient en être expropriés à terme. C’était un couple défendu bec et ongle par mon jeune frère en 2012. Que les gens de Gourma Rharouss et ailleurs se tiennent bien dans leurs bottes alors.

Je voudrai aussi rappeler les malilinkers que mon jeune frère Aboubacrine (pas le hacker) parle de génocide des touaregs depuis 2012. Ce n’est pas la première fois qu’il en parle. A l’époque je me souviens avec le soutien intelligent de Ag Lahierou (peut être que je me trompe de nom) il défendait cette thèse. Naturellement il était très fortement combattu par les malilinkers.

Donc il est fort probable que Aboubacrine qui certainement sous influence en France, ait passé cette thèse au hacker qui a juste réchauffé son plat pour nous le resservir.

Génocide ? Il faut en être en plus capable militairement parlant. Or selon le mentor français du MNLA (ex ministre français des affaires Etrangères de Sarkozi) l’armée malienne procédait à la technique de l’évitement en 2012; autrement elle se cherchait. Elle n’avait pas ce temps de s’occuper d’autre chose que de se chercher une façon de partir.

Par contre les mouvements puissamment armés par l’argent du narco trafic et des armes en provenance des stocks Libyens ont commis des crimes et des exactions sur les populations civiles noires de la zone.

C’est une situation qui ne pouvait durer que lorsque les plus faibles restent faibles. Dès qu’ils se sentiront capables de se défendre ils feront autant que les premiers.

Je salue Aboubacrine mon jeune frère qui avait quitter le réseau pour donner disait-il la chance aux négociations de pouvoir se tenir dans les bonnes conditions. Je voulais lui dire finalement que l’accord est signé par une partie des protagonistes. Il est donc envisageable pour lui de reprendre.

Pour le hacker je lui demanderai de prendre des renseignements complémentaires encore chez notre frère avant de publier ce genre de déclaration qui pourrait avoir une influence négative sur les pourparlers finis mais pas finis encore.

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


voici ma réponse que je viens d’envoyer à mon amie Aida:
“Le génocide peut revêtir plusieurs formes.

Ces multiples formes ne sont pas cumulatives, la constatation d’une de ses formes est constitutive du crime de génocide !!!
Quand dans les années 63 l’armée du mali massacrent les mâles à Kidal et fait épouser par la force aux femmes touarègues leurs bourreaux maliens… voilà un acte constitutif de crime de génocide.(extinction d’une communauté),
Quand les troupes maliennes déciment à l’arme lourde des troupeaux, brûlent des pâturages, empoisonnement des puits, brûlent des greniers, des voitures et des boutiques après les avoir pillé, cela est un crime de génocide en neutralisant les moyens d’existence d’un peuple, d’une communauté spécifique..
ex : quand les militaires et les badauds s’attaquent, pillent, brûlent la polyclinique Allama de la Famille Hamahady le 2 février 2012, la résidence de Zakietou, ministre de son état, deux familles touarègues qui sont un exemple parfait, presqu’unique de réussite économique à la force du poignet, ne devant rien à personne, ni à aucun parti politique… parce qu’ils sont simplement touaregs, de peau ”blanche”, parce qu’ils constituent un soutien à leur communauté abandonné par l’Etat, c’est cela le génocide…
Lorsqu’un état par une politique volontarisme accepte sur une partie de son territoire, curieusement, là où spécifiquement vit une communauté des groupes terroristes, encourage le narco trafic pour pourrir ce territoire, cela relevé d’une politique génocidaire…

Lorsqu’un Etat décide d’un embargo céréalier contre une partie de son territoire, comment cela peut il s’appeler.. en effet dans les années 60, Modibo a décidé que les céréales ne devaient plus aller au delà de Niono en direction de la région de Tombouctou…

Lorsque l’administration fait chanter des chansons populaires dans une autre langue, comment cela s’appelle?

Mais… arguments contre arguments, allons y devant la CPI (à partir de 2002) ou un tribunal spécial pour le Mali (avant 2002)

disponible pour un cours complet et une plaidoirie bien achalandée opposant l’Azawad au Mali


Dr ASSADEK aboubacrine
Maître Assistant au département de mathématiques et informatique
à la Faculté de Sciences et Techniques de l’Université de Bamako.


Et toc! Voici la reponse qui prouve que nul hacker n’a pris possession du compte du monsieur et d’ailleurs qu’il est complètement dans la vindicte touareg avec utilisation de leur mot fétiche pour une futur république.
Je me demande comment ils appellent les agissements du mnla &co contre les populations noires du même territoire qui doit accueillir la fameuse republique qui en sera les travailleurs et surtout que devriendront ces pilleurs professionels ?

Fatouma Harber


Chers Malilinkers,
J’ai lu la réponse de Assadeck, et je crois que le dicton bambara de Monsieur Touré a certes sa place ici, mais j’ajouterais, que la liste des “Grands Intellectuels” qui ont utilisé leur intelligence pour détruire consciemment ou inconsciemment la société et même l’humanité est très longue. D’autres intellectuels brillants, célèbres et plus modestes, considèrent les premiers comme des “handicapés intellectuels”.
Pour revenir à notre frère, les dés sont pipés. Il a son agenda caché et est otage de ses maîtres. Que Dieu le protège contre lui même.
Cordialement
Bretaudeau


Chers amis du Mali bonjour!

La question de mon ami Assadeck est critique voire pernicieuse!

J’ai connu Assadeck en 1983 dans les boxs de l’internat de l’ENSec de Badala. Je faisais la 3 ème année Chimie-Biologie, et lui il faisait la 1 ère année ENSup. Nous étions dans la même chambre et durant nos deux années d’internat j’ai connu de lui un engagement studieux car il était le major de sa promotion, et comme preuve au premier devoir lorsqu’il avait 20/20 son second avait 18/20!
Sa promotion pourra me confirmer ou m’infirmer!
Je m’occupais de notre thé et biens d’aspects connaissant son handicap!
Vraiment, je ne peux accepter qu’il ai osé écrire ces peines à sa lignée Tamachèque!
Si c’est le cas je vais lui demander de présenter immédiatement ses excuses à sa famille et à toute la communauté touaregs du Mali!
Encore une fois faisons face à la CMA qui nous rend la vie difficile et oublions Assadeck car notre objet est plus important, c’est la Nation du Mali!
Que Dieu Soit Satisfait de nous à cause de Son amour pour notre bien aimé Prophète Mohamed (SAW)!

Cordialement!
Mamudu BA


Le pr Assadeck est libre de ses positions.
Il est cependant sain qu’il juge plus objectivement plusieurs de ses concitoyens qui avaient cru en lui et s’étaient solidarisés a sa demande autour du traitement de son handicap malgré le contexte économique difficile. Peut être que ses “nouveaux” neveux ont montré plus d’engagement à examiner sa demande.

Le pr Assadeck doit reconnaître avec nous que c’est le Mali et les impôts de ses fils qui lui ont permis de se former et de devenir enseignant. C’est un privilège pour beaucoup d’autres à travers le monde. Il le sait bien.

Comme ce fut un privilège pour la dame zakiatou d’avoir été incognito nommée à de hautes responsabilités sans le mériter plus que d’autres maliens, et ensuite de se servir de ce titre pour faire le tour quotidien des services publics dans le cadre de ses activités privées de décoratrice attitrée de luxe jusqu’au palais présidentiel et de diverses prestations lucratives. La dame zakiatou a t’elle l’honnêteté de confesser à ses amis l’immense service que le Mali lui a rendu a elle et a plusieurs de ses proches en tant que touaregs ?

Aujourd’hui combien doit-elle aux institutions financières du Mali pour d’autres types d’activités qu’elle a facilement réussi auprès d’une structure chargée de l’emploi ?

Quant aux récits qu’il égrène a Kati et ailleurs, il est nuisible pour notre histoire commune de confondre dans plusieurs cas les actes isolés d’une politique conçue et mise en œuvre par les pouvoirs publics. Combien de foyers, de simples citoyens, d’entreprises et de services publics ont été affectés, saccagés, incendiés ou pillés en 2012 ?

Sur le fait, l’Etat malien n’a jamais commis de génocide que l’on sache à moins que le pr tente de lui denier tout pouvoir régalien face aux velléités de toutes natures qui perturberaient la quiétude sociale au sud comme au nord. Pour que ce pays soit, c’est tout le monde qui en a payé le prix pr Assadeck.

Quand le temps du rationnel viendra comme nous le souhaitons, nous nous retrouverons parce que nous sommes majoritairement un peuple de tolérance et de pardon.

Casimir Sangala,
Journaliste


Bonjour M. Ba ce n’est pas pour vous manquez du respect encore moins M. Assadeck d’ailleurs je lui respecte beaucoup car il a été mon prof à la fac mais quelqu’un peut être brillant à l’école et moins brillant dans la vie sociale et politique comme on dit en bambara #kalan ni KO don te kelen ye # si les mots sont de lui apparament qui est vrai il a insulté tout le monde pas les touareg seulement car on soit un parent ou un ami qui est touareg ou qui vient d’un touareg

Lassana Toure


Mes chers amis,
Le professeur Assadeck nous a dit il y a longtemps que les leaders du MNLA sont ses neveux – il n’ a reellement jamais cache ses liens de sang ni de sympathie pour eux.

A mon avis, je suis bouleverse par le choix qu’ il a fait. Je ne peux qu’ etre tres loyal a l’ individu Assadeck pour son integrite quand il eut a gerer une petite somme que je lui ai envoyee pour s’ occuper d’ un projet il y a plus de 5 ans de cela.

Au fond de mon coeur, comme feu Prof Dialla me l’ a dit, Assadeck retournera et nous serons prets a l’ accueillir dans sa famille malienne membre de laquelle il demeurera.

Je crois que c’ est l’ affaire de la pharmacie de Kati qui a finalement fait basculer Assadeck et bien d’ autres membres de sa famille. Ici il faut reconnaitre que s’ il y avait un bon leadership pour faire reigner la justice, Assadeck et meme Zakiatou et son mari auraient eu du mal a s’ en aller. Je connais bien mon grand frere mari de Zakiatou. Il a fait le College Technique dans les annees 60 et nous avons garde nos liens de fraternite depuis. A travers Assadeck j’ ai pu le joindre en Mauritanie pour comprendre le pourquoi de sa fuite. J’ ai compris que ce fut par peur d’ amalgame et il m a confie que le Mali manquait simplement d’ un leadership pour tackler les epineux problemes. ‎Il m a dit que la rebellion n’ irait pas loin si la situation est bien geree. Nous parlons de fin 2011.

Bon, je m excuse si je fais offense a ceux qui voient tout ca en mal, je comprends leurs sentiments, mais je suis tout d’ abord un etre humain, donc mes pensees sont le resultat de mon vecu.
Bonne journee,

Abdoulaye Keita


En bon malien on ne peux pas ne pas être sensible à l’arbitraire d’où qu’il vienne.

Mais comme vous dites cher frère, nous sommes tous les hommes avec leurs sensibilités par rapport à cette question.
Le problème de Aboubacrine et des autres c’est de ne pas comprendre aussi la réaction des hommes peut être aussi violente que celle de ceux qui l’ont commencé.

On ne peux pas cesser de le dire : Pour ce qui concerne 2012 si c’est réellement le cas de clinique Allama et la maison de Zakiatou qui ont déterminé le virage de mon jeune frère vers le MNLA, il se passe que ceux sont les touaregs que défend actuellement mon jeune frère Aboubacrine qui ont été les premiers à commettre des actes de génocides contre d’autres maliens.

Pourquoi ne voit-il que le cas de Kati duquel il se plaint pour demander à ce que le Mali reconnaisse cela. Lorsque les militaires maliens ont été égorgés à Aguelhok la coalition de bandits a été la force qui s’est arrogée la paternité de la prise de cette ville et de la défaite de l’armée malienne. Bien sûre qu’aujourd’hui ils s’en défendent d’avoir commis les crimes. Je n’avais pas entendu Aboubacrine a cette époque, ni même Zakiatou, ni son mari s’émouvoir comme ils le font.

Je ne les ai pas entendu s’émouvoir également lorsque le MNLA et ses alliés a commis des crimes à GAO et dans les autres villes autres que celles de la région de Kidal.
Au contraire nous avons tous vu la nommee Zakiatou Walett Halatine devenir ministre du fantomatique gouvernement de la chose. Elle était solidaire de ce mouvement. Elle a partagé, comme d’autres moins connus, les idéaux racistes de ce mouvement. Il y avait d’autres touaregs qui ont choisi de ne pas soutenir les thèses raciales et communautaristes du MNLA, non des moindres. Dans son post ceux sont ces gens honnêtes que mon jeune frère insulte, a tord.

Pour elle, le fait est là qu’elle a choisi d’y aller. Malheureusement les privations, spoliations, extorsions de bien, les exécutions sur base raciales qui ont eu lieu ne peuvent être qualifié autrement que comme des crimes à tendances génocidaires. Zakiatou fait parti des responsables de l’organisation au nom de laquelle tout ça s’est fait.
Elle n’a jamais compati publiquement même a la douleur incommensurable de ses consœurs maltraitées au Mali, bien au contraire elle est allée de plateau de télé en plateau de télé pour soutenir pas la cause de sa maison brûlée, mais les thèses du MNLA.

Sur le fond disais je donc cher frère Abdoulaye ce n’est pas le fait que des maisons d’individus soient brûlées qui est contesté par moi, c’est un fait; mais je m’insurge contre l’exploitation qui en est faite par les victimes ou proches pour justifier d’un génocide qu’ils disent. Ce n’est pas honnête.

Ce (l’honnêteté) qu’on ne peux imposer à personne de devenir. On peut avoir son objectif et tracer sa route pour y parvenir, y compris par des arguments des plus faux; ce qui a toujours été le propre de ceux du MNLA.

Le fait que les accusations de Aboubacrine soient à sens unique enlève tout crédit à son argumentaire. Il donne plutôt l’impression de défendre une cause, celle d’une organisation bien connue le MNLA. En tout cas dans cette affaire, le point de vue de Aboubacrine de 2012 et depuis qu’il est en France est identique à celui du MNLA.

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Chouaibou,
Negocier ou pas, c’ est le gouvernement qui ne s’ est pas mis dans une condition optimale des 2011 pour maitriser la situation. Ensuite le De Gaule malien a decide de tout abandonner au lieu de se battre. Je suis tout a fait d’ accord que la solution viendra par des moyens autres que la negociation. Ce qui se passe est transitoire. Le gouvernement doit se preparer a l’ ultime bataille.

L’ histoire de genocide en reference a Diby Syllas Diarra ‎et le regime de Modibo n’ a rien de comparable a ce qui s’ est passe entre les Touaregs et l’ armee coloniale francaise. S’ il y avait eu genocide comme cela s’ est opere au Rwanda, il n’ y aurait meme pas eu de querelle sur sa veracite.

L’ objectif du MNLA est de dire a la communaute internationale que le Mali n’ assurera jamais sa securite. Il fait des attaques ciblees sous couvert et les attribuent a l’ AMA. Malheureusement, les maliens tous confondus ne font rien pour montrer au monde les attaques et crimes qui continuent de s’ operer par les malfrats au Nord.

J’ ai toujours maintenu d’ autre part que les gens ont le droit de dire ce qu’ ils pensent sur ce forum. Les differents ne sont que dans les details‎. Nous voulons tous le bien du Mali. Je sais que moi j’ ai beneficie d’ une scolarite payee par le contribuable malien et j’ oeuvre pour sa cause. C’ est dans cette optique que nous nous debattons. En tout cas c’ est mon avis.

Note que je ne suis rien au Mali. J’ y ai un heritage, le fait d’ etre malien. Neanmoins, ‎apres tout, ce que je dis n’ a aucune portee sur qui que ce soit. Je travaille cependant hors reseau pour servir le mieux que possible; pas par quid pro quos. Cela est verifiable.

Abdoulaye Keita


Personnelement je vois le rechauffement de ce sujet par Assadek sous deux angles déja mentionnés:

1. Abdoulaye Kéita: “Je puis dire qu’en terme de tactique de negociation, ca revelle leur desarroi.” Ils tirent les derniers régistres pour s’accorder la faveur de la communauté international. C’est un argument qui a déja échoué pendant la rebellion des années 1990. En ce moment ils semblent tout perdre sur le terrain.

2. Chouaibou: “Le fait que les accusations de Aboubacrine soient à sens unique enlève tout crédit à son argumentaire.” En effet ce reproche est absolument véridique pour ce qui concerne les réebellions des années 1990 a 2012. Dans ces deux périodes il ne fait aucun doute que ce sont les exactions des rebellions qui ont entrainé la creation et la riposte des groups d’autodéfense. Je ne veux pas nier que pendant la rebellion de 1963 il n’ y a pas eu d’exactions. Ma proposition de “Commission de vérités, de dialogue et de reconciliation” s’étend d’ailleurs a cette période aussi afin d’élucider tout ce qui s’est passé au Nord depuis l’indépendance.

Le fait est que tous ceux qui parlent de genocide commis par le Mali réfusent catégoriquement d’abandonner la vue dans un sens unique. Cette mauvaise foi ne peut-être vaincue quelques soient les faits réels et la sincérité de ceux qui veulent aller dans une discussion constructive.

Je souligne avant de terminer que ne veux mettre en équilibre rien contre rien. Toute exaction y compris l’esclavagisme ou ses séquelles persitstants (voir la definition de l’ONU) de quelque bord doit être examinée et jugée pour soi. De mon avis on peut même confier ce travail aux instances de l’ ONU. Mais faudra-t-il que la guerre finisse pour qu’ il y ait un travail en sérénité. La relance de cette polémique a clairement comme intention de prolonger l’ insécurité dans laquelle aucun travail sérieux ne peut être fait.

Je remets ici: la réponse de Assadek et les definitions de l’ONU, tout en remarquant que les crimes de guerre ne sont pas pris en compte par les définitioins de l’ONU.

J’invite Assadek et chacun a abadonner la vue monodirectionnelle et de prendre appui sur ces passages sur le génocide.

Ces deux textes peuvent server de discussionen comparant les faits exacts connus sur le terrain malien et les indications de génocide livrées par l’ONU. Ces textes pourraient aussi contribuer a ce souhait de Abdoulaye Kéita:

“Je pense que nous devrons y porter des reflexions et y donner des réponses qui nous permettent de redresser notre trajectoire au lieu de se lancer dans des discours qui ne font que faire la mauvaise publicite contre le Mali.”

Bien cordialement

M. Diagayété

———————————————————————————————–

http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9nocide

Définitions et sanctions

Même si le statut juridique des nombreux faits historiques ayant entraîné des mortalités de masse, est sujet à discussions parmi les historiens et les juristes (les recherches et l’ouverture d’archives ne cessant d’apporter des éléments nouveaux, surtout depuis la mondialisation des moyens de communication), ces faits sont néanmoins perçus comme des « génocides historiques » par les descendants des survivants, par les groupes qui s’en revendiquent culturellement et par tous ceux qui s’en émeuvent : il faut donc distinguer le « génocide juridique » reconnu comme tel par les historiens et les juristes, qui ne comprend qu’un nombre limité de mortalités de masse, du « génocide perçu comme tel » par l’opinion publique de tel ou tel pays ou groupe culturel, de définition beaucoup plus large[7]. Le statut juridique des différentes mortalités de masse historiques est un enjeu identitaire et politique qui, dans un contexte polémique, peut parfois dégénérer en « concurrence mémorielle »[8].

Délit pénal

L’ONU, en même temps qu’elle définissait la charte universelle des droits de l’homme, a décidé de mettre en place une organisation visant à empêcher pour l’avenir l’occurrence de génocide en espérant que le risque de sanction internationale réfrénerait les ardeurs. L’article 2 de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide[9] adoptée par l’assemblée générale des Nations unies, le 9 décembre 1948, affirme :

« Dans la présente Convention, le génocide s’entend de l’un quelconque des actes ci-après commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel :

a) Meurtre de membres du groupe ;
b) Atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe ;
c) Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ;
d) Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ;
e) Transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe. »

Cette définition a été reprise dans l’article 6[10] du Statut de Rome le 17 juillet 1998, l’acte fondateur de la Cour pénale internationale[11]. Elle précise qu’il s’agit d’un crime se distinguant par[12]

l’intention d’extermination totale ou partielle d’une population[13] ;
la mise en œuvre systématique de cette volonté.


Abdoulaye bonjour,

Ce qui nous arrive à nous maliens est décrit on ne peux plus clairement dans le message de Dialla Konaté que vous avez partagé avec nous hier soir.

Nos intellectuels, nos politiciens, nos religieux, notre société civile tout ce monde était muet comme des carpes. Ils le sont toujours d’ailleurs. Lorsqu’ils s’expriment c’est par calcul d’intérêts personnels ; rares sont ceux qui s’intéressent réellement au sort du Mali.

Mon frère c’est ça le problème de ce pays. On ne sent concerné que quand la chose touche directement notre personne ou des proches. Je parle surtout des intellectuels et des politiques ; de ceux qui de part leur leadership peuvent faire bouger les choses et ne le font que dans un but de mieux sucer les pauvres maliens; qui souffrent terriblement de misère depuis trop longtemps maintenant.

Alors se taire ! Pour que qui parle ?

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Pr Bretaudeau,

Ceux la qui utilisent leur intelligence pour detruire consciemment ou inconsciemment la société,….. ne meritent pas d’etre appeles des intellectuels a plus forte raison des grands intellectuels. Ils ne sont que des diplomes sans valeurs, des neo-analphabetes, des intellectuels de pacotille, des intellectuels ruineux. des intellectuels de la honte, des intellectuels charismatiques de la bassesse. Des diplomes de ce genre ne meritent que des traitements dignes des chiens du roi,

En ce qui concerne Pr Assadeck, quelqu’un que j ai toujours respecte et defendu; je suis vraiment surpris par ses arguments de niveau bas etage. Je prefere lui repondre face a face; les yeux dans les yeux. Une chose est sure, les faits sont la et vivent toujours dans nos memoires. En tous les cas, a ce que je sache, aucun groupe ethnique n’ait en premier lieu pris les armes contre les tarqui. Ce sont certains d’etre eux qui ont commence et qui continuent de prendre les armes contre les autres pour les violer, voler,…. Ils sont les seuls a prendre les armes contre tout le monde comme s’ils ont des droits de vie et de mort sur leurs confreres NOIRS qu’ils ont toujours vus et traites moins que des humains

Sans hesiter meme une fois, je le dis et je le supporte, les autres ont le droit de se defendre. Et ils doivent se defendre contre leurs propres bourreaux. Tot ou tard les autres se defendront. Nous saurons donc qui sont les plus forts.!!!

A voir les analyses de certains de nos professeurs d’universites et enseignants d’ecoles, je suis arrive a la conclusion que le naufrage de l’ecole malienne ne pouvait etre evite en aucunement maniere.

Sidy Danioko


Chouaibou,
Merci de la remarque. La description faite des intellectuels dont je fais partie est que la petite bourgeoisie – n’est pas toujours fiable. Cela dit, tu ne l’as pas dit ou insinue mais je le prefere le dire pour que les gens ne pensent pas que je defends le regime d’IBK – pas du tout et je ne suis ni de loin ni de pret collaborateur d’un quelconque regime politique du Mali depuis 1968. J’ai ete president de l’association des jeunes africains aux Etats-Unis dans les annees 70s. C’etait un grand ensemble de tous les groupes d’etudiants africains: Senegal, Guinee, Ethiopie, Nigeria, Ghana, Mali, Tanzanie, Algerie, Maroc, Zimbabwe, Congo, Zaire, Angola, Mozambique, Afrique du Sud (les noirs), Namibie. J’ai appris ainsi a faire travailler ensemble un groupe aussi diverse que ca pour supporter la cause des independances des pays sous la colonisation portugaise et de l’Apartheid. Tu comprendras facilement pourquoi j’ai la propensite de vouloir equilibrer les tendances des gens.

Je n’ai jamais suggere que les gens se retiennent de parler ou de denoncer. Il faut noter qu’a partir de notre forum, on n’a qu’une influence marginale. C’est ce que Dialla avait compris et en 2011, un plan de relance du RDA fut mis a table. Selon Dialla, comme generallement tous les maliens depuis quelques annees, aucun des grands joueurs ne voulait ceder la tete du nouveau regroupement, C’est le seul moment ou j’etais presque au point de retourner au bercail. J’y ai tout cependant; mes biens acquis aux Etats-Unis et par heritage et n’aurais aucun besoin de toucher a l’argent du contribuable. Je t’avoue que depuis, j’ai ecarte le retour au Mali.

Notons que le pulse du Mali tel que mesure sur notre forum est generallement tout autre que la realite sur le terrain a Bko. Tu pourras me dire le contraire selon ton entourage. Par exemples, j’etais a Bko en Mai 2012. Pendant que Malilink etait dans la foulee des critiques de Aya, les gens etaient derriere lui – je ne parle pas des politiciens – nous avons tous des parents et amis de tout genre a Bko. C’etait incroyable. Par le meme angle, il y’a quelques semaines ou on ne pouvait pas parler de bon d’IBK sans que les gens s’eloignent de toi. Aujourd’hui malgres ce qui se dit ailleurs, il a une adhesion populaire a Bko depuis son discours du 15 Mai 2015. Le retour du Professeur Cherif Keita nous enseignera ce qu’il a pu observer. Je dis tout ca pour souligner que la politique en general est pleine de surprises. On ne peut predire ou tournera le vent.

Bonne journee,

Abdoulaye Keita


Chouaibou

Les premiers ennemis de la nation Mali ne sont d’autres que ses intellectuels. En grande majorite, depuis des decennies, les intellectuels maliens se sont bien ajuster au vol, mensonge, a la corruption, ….Ils ont reve au succes qu a la grandeur. Ils ont accepte d’etre des echos au lieu d’etre des voix.

Au lieu d’etre la voix des sans voix, le protecteur des plus faibles et des plus vulnerables, nos intellos en grande majorite ont choisi d’etre de l’autre cote c’est a dire celui de l’indifference, de la satisfaction materielle, du status, de l’argent, de la carriere,..

De toute évidence, nous pouvons souligner la responsabilité définitive d’Elites intellectuelles maliennes dans la production des citoyens moins bons et moins éclaires politiquement, et le maintien de la population malienne dans les conditions de misères patriotiques les plus imaginables.

Qu’ ont t-ils reellement infuse a cette jeunesse qui ne cesse de critiquer?

Apres ces intellos, viennent nos chefs religieux receleurs et amis des brigands de la nation. Ils sont responsables de la decadence spirituelle de notre societe car ils n’ont plus de lecon a qui que ce soit car ils n’incarnent plus ces notions de sincerite, d’integrite, de respect, ….

Prions pour le Mali

CM


Chers freres Yachim et Amadou,

Par rapport a’ mon grand frere Assadeck, je ne suis pas du tout surpris de son attitude. En fait je m’attendais a’ ce qu’il suive les traces de sa soeur “refugiee” en Mauritanie qui apres avoir ete Ministre s’est tournee contre son pays et intervient meme aupres des organisations humanitaires afin de ne pas aider les pauvres populations.

Je commence aussi a’ croire aux propos d’un frere du reseau dont je me garde de devoiler le nom par mesure de securite quand il me disait qu’Assadeck par ces postings montre des signes qu’il est entrain de chercher l’asile politique en France. De ce fait il lui faut batir un “paper trail” qu’il va presenter aux autorites francaises en guise de preuve que sa vie est menacee. Le moyen le plus facile pour lui d’arriver a’ ses fins c’est de faire des postings provocateurs qu’il souhaite vont pousser les gens a’ lui proferer des menaces de mort.

J’ai vraiment pitie de ce monsieur qui malgre tout ce qu’il a beneficie de ce pays est visiblement entrain de lui montrer une ingratitude sans pareille. Merci

Mohomodou Boncana, Ph.D.
Assistant Professor
Program Coordinator Ed.S., M.Ed. in Educational Leadership
Georgia Southern University


Bonjour
Je suis totalement d’accord avec Abdoulaye Keita quand il écrit  “Notons que le pulse du Mali tel que mesure sur notre forum est generallement tout autre que la realite sur le terrain a Bko. Tu pourras me dire le contraire selon ton entourage. Par exemples, j’etais a Bko en Mai 2012. Pendant que Malilink etait dans la foulee des critiques de Aya, les gens etaient derriere lui – je ne parle pas des politiciens – nous avons tous des parents et amis de tout genre a Bko. C’etait incroyable. Par le meme angle, il y’a quelques semaines ou on ne pouvait pas parler de bon d’IBK sans que les gens s’eloignent de toi. Aujourd’hui malgres ce qui se dit ailleurs, il a une adhesion populaire a Bko depuis son discours du 15 Mai 2015. “.

Je suis très fréquent à BKO. C’est également mon constat. Malilink c’est une chose. La réalité du terrain c’est autre chose.

Je ne suis pas nécessairement d’accord avec l’idée que les “intellectuels” qui interviennent pour la plupart sur le forum le font par calcul. La majorité intervient de bonne foi pour donner une opinion ou des idées, mais pas pour des faveurs. Et d’ailleurs quelles faveurs ? Beaucoup s’effacent des débats parce qu’ils comprennent qu’ils ont très peu d’impacts en procédant ainsi. Ils préfèrent travailler dans l’ombre sur des cibles plus concrètes. Donc dans ce débats sur les “intellectuels” il faudra éviter les généralisations.

Kalifa Goita


Bonsoir Kalifa, Abdoulaye et chers tous,

J’ai clarifié dans mon mail précédent adressé à Amadou ce que je voulais dire s’agissant des intellectuels et des autres.

Le 15 mai 2015, Ibrim a dit à Hervé Latsou ce que les citoyens ressentent ou voulaient entendre. Qu’est ce qu’on attend de mieux d’un dirigeant que de se préoccuper de son peuple. J’y étais moi-même au CICB. Et j’étais content, je l’avoue. Je me suis exprimé sur ce forum là-dessus.

Qu’est ce que je retiens de cela : les maliens sont préoccupés par la situation au nord du pays. Le chef de l’état a pu, à cette occasion, les convaincre qu’il se soucie autant que eux de cette crise en recadrant le discours de son interlocuteur onusien. Je peux vous assurer (a l’image de mon entourage) que tous ceux qui se réclament du Mali ont soufflé ce jour. Il y a eu une sorte de petite agitation dans la salle même, d’approbations satisfaisantes des citoyens invités. Et je peux vous dire aussi que même mon entourage proche de ceux de la Plateforme était satisfait.

Concernant 2012 et Aya, là nous devons faire vraiment très attention.
Parce que mon entourage à moi était très divisé par rapport à la question des Aya.

Je peux convenir avec vous que Bamako en majorité était pro-Aya. Mais avez questionné le reste du pays ? Surtout la partie sous occupation ?
Mon impression de 2012 était que le pays Mali était complètement divisé : nous avons des gens a Bamako relativement en sécurité dont la majorité se préoccupait plus de top-étoile que de crise ailleurs. Par contre nous avons des gens au nord qui pensaient que le Mali les a abandonné (celui de Aya et après celui de Dioncounda).

Les positions par rapport à Aya dépendent fortement de la situation des gens à l’époque. Ce fut pour moi personnellement une période incroyablement traumatisante.

Si vous voulez parler relativement, la majorité des maliens étant à Bamako et dans la partie non occupée, on peux convenir que Aya était aimé par les maliens.

Mais mes frères mon sentiments est que nous avons failli dès l’époque perdre totalement le Mali dans sa configuration géographique que nous avons connue.

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Mon frère Abdoulaye,

Votre affinité avec Ibrim n’a pas eu, à mon avis, d’influence négative sur vos analyses et points de vue sur ce forum. Je n’en ai pas connaissance. Je ne doute pas de vous un seul instant. Je n’insinue pas quelque chose vous concernant. Sans doute que ma façon de m’exprimer sur ce sujet avec vous porte à équivoque; j’essayerai de me corriger tant que je peux.

Je ne parle même pas (seulement) des intellectuels qui débattent sur malilink. Eux d’ailleurs ils s’expriment et donnent leur avis sur les questions. Et c’est bien et souhaitable que cela continue.

De plus si c’est pour aider le pouvoir en place à mieux faire pour que le Mali soit mieux gérer, ce qui est le cas vous concernant, je ne vois aucun problème.

Peut-être que moi aussi j’ai des affinités avec le pouvoir en place : Politiquement, le parti dans lequel je milite est membre de la majorité présidentielle. À ce titre et pour bien d’autres choses, mon souhait le plus ardent est que tout aille bien pour le gouvernement, pour le pays.

Lorsque je parle de ceux qui ne parlent pas il s’agit des autres, des politiques, des intellectuels en général, de nous tous : en fait tel que Dialla Konaté le décrit.

Vous vous souviendrez que je fais partie justement de ceux comme Dialla qui avaient soutenu que le coup d’état était nécessaire. Je me suis depuis ravisé à cause du comportement et l’attitude des CNDRE à l’époque; en mars-avril 2012.

Oui il y avait un engouement certain ici pour les gars du CNDRE parce que la population avait marre de la situation et voulait un changement pour lequel des gens croyait le CNDRE capable.

Il est certain que vous trouverez des gens aujourd’hui au Mali qui vous dirons que l’accord est bon; mais les a t on bien dit de quoi il s’agit ?

Je ne sais pas si dans notre pays l’enthousiasme des citoyens pour le politique peux signifier quelque chose au Mali. Parce que comme vous dites tout peux changer du jour au lendemain.

Pour le problème qui m’occupe prioritairement je note ce que Malobbo à déjà dit : nous (le Mali) a déjà signé l’accord. Et cela nous engage tous.

Vous connaissez ma position sur la question. Nous sommes devant le fait accompli. Si je devais accepter votre proposition de leadership intellectuel au niveau de malilink je dirai qu’il est alors temps de commencer à penser/réfléchir au comment mettre en œuvre cet accord. C’est d’autant nécessaire que je vois que la classe politique SE TAIT, les leaders religieux ne feront que réagir aux situations par ce que ce n’est pas leur vocation de faire de la politique, la société civile traditionnelle (hors religieux) SE TAIT; les intellectuels en parlent peux.

Je pense que là aussi le gouvernement nous doit de la transparence.
La grosse question me semble t il doit être : comment faire cette chose pour que la paix recherchée soit une paix durable mais avant tout traduire concrètement le concept (maintenant très flou) de sauvegarde de l’intégrité du territoire malien (que moi je pense déjà largement compromis) dans ses limites actuelles pour longtemps (combien de temps ?).

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Mon frère Abdoulaye,

Votre affinité avec Ibrim n’a pas eu, à mon avis, d’influence négative sur vos analyses et points de vue sur ce forum. Je n’en ai pas connaissance. Je ne doute pas de vous un seul instant. Je n’insinue pas quelque chose vous concernant. Sans doute que ma façon de m’exprimer sur ce sujet avec vous porte à équivoque; j’essayerai de me corriger tant que je peux.

Je ne parle même pas (seulement) des intellectuels qui débattent sur malilink. Eux d’ailleurs ils s’expriment et donnent leur avis sur les questions. Et c’est bien et souhaitable que cela continue.

De plus si c’est pour aider le pouvoir en place à mieux faire pour que le Mali soit mieux gérer, ce qui est le cas vous concernant, je ne vois aucun problème.

Peut-être que moi aussi j’ai des affinités avec le pouvoir en place : Politiquement, le parti dans lequel je milite est membre de la majorité présidentielle. À ce titre et pour bien d’autres choses, mon souhait le plus ardent est que tout aille bien pour le gouvernement, pour le pays.

Lorsque je parle de ceux qui ne parlent pas il s’agit des autres, des politiques, des intellectuels en général, de nous tous : en fait tel que Dialla Konaté le décrit.

Vous vous souviendrez que je fais partie justement de ceux comme Dialla qui avaient soutenu que le coup d’état était nécessaire. Je me suis depuis ravisé à cause du comportement et l’attitude des CNDRE à l’époque; en mars-avril 2012.

Oui il y avait un engouement certain ici pour les gars du CNDRE parce que la population avait marre de la situation et voulait un changement pour lequel des gens croyait le CNDRE capable.

Il est certain que vous trouverez des gens aujourd’hui au Mali qui vous dirons que l’accord est bon; mais les a t on bien dit de quoi il s’agit ?

Je ne sais pas si dans notre pays l’enthousiasme des citoyens pour le politique peux signifier quelque chose au Mali. Parce que comme vous dites tout peux changer du jour au lendemain.

Pour le problème qui m’occupe prioritairement je note ce que Malobbo à déjà dit : nous (le Mali) a déjà signé l’accord. Et cela nous engage tous.

Vous connaissez ma position sur la question. Nous sommes devant le fait accompli. Si je devais accepter votre proposition de leadership intellectuel au niveau de malilink je dirai qu’il est alors temps de commencer à penser/réfléchir au comment mettre en œuvre cet accord. C’est d’autant nécessaire que je vois que la classe politique SE TAIT, les leaders religieux ne feront que réagir aux situations par ce que ce n’est pas leur vocation de faire de la politique, la société civile traditionnelle (hors religieux) SE TAIT; les intellectuels en parlent peux.

Je pense que là aussi le gouvernement nous doit de la transparence.
La grosse question me semble t il doit être : comment faire cette chose pour que la paix recherchée soit une paix durable mais avant tout traduire concrètement le concept (maintenant très flou) de sauvegarde de l’intégrité du territoire malien (que moi je pense déjà largement compromis) dans ses limites actuelles pour longtemps (combien de temps ?).

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Bonjour/bonsoir chers membres du réseau
Je suis sincèrement désolé d’avoir recouvert le débat sur le sujet qui était presque clos quand je m’étais fait une tête de “justicier” en quête de vérité pour laver l’affront fait a mon ami et ferre de toujours Assadeck. Mal m’en avait pris, puisque la réponse. disons la riposte fut foudroyante pour moi.
Je vous disais que je reviens très vite vers vous pour vous dire ce que j’avais échangé avec lui, mais je vous fuyais , puisque je n’avais pas la force et le courage pour vous dire ce qu’il m’a dit.
Voila , il m’a libéré en vous expliquant lui même ce qu’il mettait dans génocide.
Ses mots m’ont bouleversé et m’ont ramené a ma juste condition d’homme qui doit apprendre que la confiance aboutit a deux choses dans la vie:
Ou bien vous avez l’amitié pour la vie , ou une leçon pour la vie.
Je ne suis qu’un homme et je n’ai nullement l’intention de juger mon ami Assadeck pour cette prise de position extrême.
C’est a lui et a lui seulement de faire son auto jugement et de voir s’il a agi avec raison ou avec le cœur.
Lui comme moi sommes de la génération qui avions toit bénéficié de l’État malien. Jusqu’en 1990, le fils de pauvre comme le fils de riche est récompensé selon son mérite. Lui et moi comme tant d’autres de fils a paysans , avions bénéficié du Mali, et je ne suis pas sur qu’on finira un jour de rembourser l’état malien.
C’est pourquoi je dirai a mon ami et frère Djaladjo, de demander pardon au Mali et a tous ses amis des réseaux de débats qui sont sans voix après sa prise de position sur le génocide.
Bonne semaine a toutes et a tous.

Yachim Y. Maiga