Épitre à la signature de l’Accord

Ould Sidati a signé pour la reconnaissance de son territoire libre
pour le narcotrafic dénommé Azawad-Assahra ; Mohamed Djeri Maiga a
prêté sa bouche à Alghabas qui a lâché son Adagh qui reste sous le
joug du Mali et à Bilal le libyen qui est reparti à Sebha; Toureh a
parlé pour ressusciter le Songhoï, le Ghana et le Mali, le tout
contracté en Azawad; IBK leur a dit: “on est ensemble” comme un copain
à ses complices!

Vive le Maliba avec son Assahra-Songhoï (le territoire des 3 régions
du Nord du Mali) déclaré une entité politique du genre GRANDE RÉGION
autonome dont le premier gouverneur élu au suffrage universel serait
un Songhoy (Toureh ou Djeri), le chef de l’armée régionale un maure
(Ould Sidati) et le trésorier régional un touareg (Fahad AG
ALMAHMOUD).

Les Ichoumars rebelles mercenaires touaregs libyens de Kadhafi et de
Sarko, amenés par Bilal AG ACHERIF et le Colonel Mohamed AG NAGIM,
désenchantés du projet Azawad qui ne fut, décidément, qu’un rêve
emporté par le harmattan desséchant du vrai Azaoua, se sont retournés,
la queue entre les jambes, tels des lévriers pisteurs mourant de faim
et de soif, dans le djebel Nafoussa et au Fezzan libyens ; ainsi, les
damnés de la terre azawadienne rejoignent, dans l’oubli, leurs
antiques ancêtres les Numides (Anamaditen, en Tamacheq).

De toutes façons, il ne peut y avoir d’autres possibilités pour la «
Coalition des Mafieux Apatrides » (la bonne signification de la «
Coalition des Mouvements de l’Azawad) que de disparaitre comme ils
sont venus ; en effet, les bandits armés touaregs maliens, ces
mercenaires de Kadhafi dont il ne voulait plus depuis qu’ils ne lui
ont pas permis de prendre la bande d’Aozou au Tchad, dans les années
1980, ont vadrouillé, au compte de Sarkozy, au Nord du Mali, pour
coloniser cette région, en épisodes successives 1990, 2006 et 2011 –
comme des invasions cycliques de criquet migrateurs au Sahel – et se
sont rendus compte, comme ceux qui ont voulu monter au ciel et,
n’ayant pas réussi , reviennent sur terre qui s’est escamotée – ont
signer finalement l’Accord qui remet le Mali dont ses droits , tout en
profitant aux gens du Nord.

Comme on dit “à quelque chose , malheur est bon “!

Sincèrement,

Mohamed AG HAMATY


Bonjour à tous,
En ce mois Saint de Ramadan, pardonnons-nous entre frères du sud et du nord.
C’est cette haine, cette colère, ces rancunes, ces désirs de vengeances qui attisent le conflit.
Il faut reconnaître les massacres commis par les rébellions à dominance touarègue depuis les années d’indépendance. Il faut reconnaître également les bavures et répressions injustifiées sur des rebelles et surtout sur des civils de la part de nos forces armées. Nier l’un ou l’autre ne peut que creuser la division et donner raison à monsieur Le-Drian.
La France a stoppé les djihadistes qui avaient gagné la guerre sur nous, c’est un fait. Les dirigeants français défendent les intérêts de la France en priorité; à nous de défendre les nôtres.

SVP Mme Rokia Sanogo, ne venez pas dire ici que vous avez prévenu. Certaines déclarations des leaders de votre organisation politique sèment encore plus la division (comme le fait de dire que c’est grâce aux populations de Gao que les rebelles ont pu s’infiltrer dans ladite ville). Les rencontres avec Iyad, le peuple n’a jamais eu un compte-rendu, hors vous dites ne rendre compte qu’au peuple. Il est facile de diaboliser la France, tous les pays du monde sont diabolisables. J’ai toujours dit que le mal absolu n’existe pas, tout est question d’intérêt.
Vous avez contribué à affaiblir les autorités de transition. Croyez-vous qu’une autorité affaiblie peut forger une armée forte? Le problème de votre organisation politique est que vous donnez le visage du diable à certains (DT, TD, ATT, etc) et le visage de l’ange à d’autres (AHS, CMD, etc). Vivre ensemble nécessite la compréhension de l’autre, le dialogue, tout en bannissant des préjugés…

Iyad qui a attaqué Konna n’allait pas préserver l’intégrité territoriale s’il était arrivé à ses fins. Il faut qu’on se le dise. Et ce n’aurait pas été la fin de l’esclavagisme non plus.
La conclusion que j’ai tiré dans tout cela est que nous devons tous nous remettre en cause encore davantage.
Qu’Allah bénisse le Mali du nord au sud.

Moussa Aliou