Resultats du BAC Malien 2015

Chers amis du Mali bonjour!

Nous avons en partie les résultats de nos investissements.
Dans le pourcentage global les sciences sont elles primées?
Je pense que non, car les formateurs en sciences ne sont plus formés dans les écoles de formation et aux maternelles!.
Je donne l’exemple par lequel l’exercice du gout à la science n’est plus pratique à la base:
1- la réalisation à la primaire de la ligne brisée en carton, en feuille, et même sur l’ardoise?
2- la réalisation de la sphère, du cercle, du triangle, du polygone en matières n’est pas faite au primaire?
3- la leçon de choses, ou celle sur la chose n’est plus enseignée car les maîtres ne connaissent pas?
4- la pratique en enseignement ménagé n’est plus faite car ces enseignants dans le domaine sont finis et n’ont pas souvent des candidats dans les classes?
C’est l’ensemble des ces petites pratiques qui donne le gout à la science aux enfants.
Malheureusement ces pratiques ne se font plus chers amis du Mali dans nos classes d’initiation!
C’est ainsi qu’au secondaire les laboratoires sont abandonnés et les ateliers pratiques de même!
Voilà comment la science a disparue petit à petit sous la vigilance de nos responsables et acteurs que nous sommes!
Donc c’est une corollaire que nous obtenions tant de baceliers dans les séries littéraires et autant dans les universités!

Que faire pour corriger? lorsque nous prenions avec les bras et les pieds les divers projets éducations I, II, III, IV, et peut être V?
Nous avons du coup laisser tomber nos bons livres de Mamadou et Binéta, J. Auriaul, Calcul quotidient, j’en passe!
Alors chers amis du Mali, il est grand temps que nous fassions un retour acrobatique forcé sur nos vrais programmes dans tous les domaines de la maternelle au supérieur!

L’enseignant de formation que je suis, est frustré de faire ces remarques réelles vécues sur le terrain avec au moins 31 années d’activités dans les divers domaines des ordres de notre Education et Enseignement au Mali.
Combien seriez vous à aider à ce retour sans que cela ne soit dans vos écoles dites privées? Je dis bien dites privées car celles qui ont des maîtres permanents n’existent pas au Mali!
Combien seriez vous à aider à la relecture des programmes voire leurs harmonisations avec un accent tout particulier sur la formation des formateurs?
A l’enseignement supérieur le désordre a atteint ses limites car le Code d’éthique et de déontologie de l’enseignant du supérieur est écrit! c’est une pure vexation pour nous enseignants de formation ayant été formé à la LMP!
L’argent, la course pour l’argent est devenue monnaie courante car même la simple surveillance des examens et ou des évaluations n’est plus pédagogique pour sa valeur d’évaluation, mais plutôt la figuration pour le sous!!!
Allahou Akbarou! les enseignants vrais sont morts!

Quels types de cadres allons nous former chers amis du Mali, pour le Mali, aujourd’hui et demain?

C’est un cri de cœur que je lance ici à travers ces quelques lignes afin que mon Gouvernement prenne conscience que nous avons tout perdu!
Mon cri de coeur mérite soutien et engagement du Gouvernement pour les solutions immédiates, moyennes et au long court!

Cordialement l’enseignant cobaye des systèmes
BA Mamadou, DER des Sciences Fondamentales à la
FMOS-FAPH-USTTB au Point G


Vraiment alarmant !

Non, le Mali en particulier et certainement la plupart des pays francophones d’ Afrique sont sur le bon chemin de Haiti: 0,1% avec tous les avantages, 99,9% délabrés sans perspectives. Et la mendicité continue de plus bel jusuq’ à ne pouvoir rien faire de soi-même.

Bien malheureusement
M. Diagayété


Il est vrai que ce taux de reussite/d’echec au Bac 2015 est une interpellation profonde et alarmante de l’ensemble des acteurs dans le domaine scolaire, le departement de l’Education en tete.
Par ailleurs, les causes de la deconfiture etant connues et discutees pour la plupart, et vu meme que de bonnes solutions ont ete proposees ca et la a travers plusieurs fora, ateliers et debats, il reste a nous poser la question de savoir a quand la naissance de cette volonte politique incontournable pour redresser la trajectoire des choses.
Sinon, au lieu d’avoir un taux de reussite d’au moins 80% (mesure que preconise toute bonne approche pedagogique), nous nous retrouvons au Mali avec une (approche) qui produit au moins 80% d’echec, donc juste le contraire.
Une volonte politique affichee, comme je le disais tantot, accompagnee d’une approche mettant les Directeurs de CAP (DCAP), les Proviseurs, les Directeurs d’Academies (DAE)au centre (avec obligation de resultats/ verifiables sans triche) serait, a mon avis, une demarche utile pour les enseignements fondamental et secondaire. Une telle demarche devra aussi s’assurer d’une part de l’adhesion des enseignants et des parents d’eleves, et d’autre part de la dislocation de l’AEEM dans les 2 ordres d’enseignement cites ci-haut.Je sais que l’AEEM n’existe plus dans le Fondamental.
Bonne journee a tout le monde !

Talatou