Accusations Contre l’Armée Malienne

Selon cet article,a lire plus bas, le Front de Liberation du Macina, le mouvement s identifiant avec AmadourKoufa est devenu la plus grande source d inquietude des experts en securite. L incapacite de l Etat malien de repondre aux besoins des jeunes associee a l exces de force, et autres abus commis par l armee malienne et restes impunis, poussent de nombreux jeunes peuls a joindre le mouvement, et les observateurs s inquietent pour la stabilite de toute l Afrique de l Ouest etant donner la donne ethnique, les populations peules ou halpulaar etant au moins une 20taine de millions dans la region. Koufa aurait encourage au Jihad contre les bambarras, et des ailliances avec les Touaregs et autres mouvements djihadistes compliquent l equation securitaire pour la region. On suspecte que le mouvement est finance par les traffics de toute sorte.

1. C est dans l evolution naturelle de l Etat malien que les populations les plus actives et les moins patientes, c.a.d. les jeunes, finissent par prendre les armes, surtout apres que les faiblesses de cet Etat avaient ete exposees au monde entier par le MNLA et co. Ce n etait qu une question de temps. C est une creature qui se devore elle meme et nous entraine tous dans sa decheance, tout en etant conscient du sacrifice de bien nombre de soldats et autres agents de l etat, et ceci souvent dans la plus grande anonymite, je considere l Etat Malien et ses bras armes comme les facteurss les plus destabilateurs de notre pays, la dysfonction qui est constatee dans la capitale meme est certainement plus accentuee dans les regions et amplifiee par les armes, je pense que ceci est un etat des faits qu on peut facilement deduire.

2. Je trouve malheureux cette obsession sur Kidal et le MNLA alors que les murs de l edifice s ecroulent autour de nous. Que Kidal soit occupe ou pas n est que symbolique, la consequence la plus evidente est le dispersement rapide de la nebuleuse rebelle d ou l intervention du Minusma, il faut un interlocuteur credibilise sinon on negocie avec qui et pour quoi? Ca complique excessivement les mechanismes de reglements internationaux, surtout quand on connait la capacite de l AMA a controle le Nord. Le Gatia/Plateforme est tout aussi sujette a l eclatement et aux alliances de tout bord.

3. Les peuls du Mali comme de la sous region ne sont pas plus susceptibles de rallier le MLM que les Touaregs envers le MNLA, la realite est bien plus compliquee que le danger ethnique brandit dans l article mais il existe un veritable risque d effet d entrainement. Les talibans maliens que j avais croise dans le temps dans le vol d Air Maroc venaient de toutes les ethnies principales du pays et ils etaient adeptes a exploiter le mulitculturalisme ou l identite ethnique tout en conservant l ideologie comme le noeud principal, et le Mali est historiquement gere par des telles alliances. Je n ai aucun mal a voir des alliances entre l Ansar Dine, le MLM et les AD -Sud, sans oublier le Mujao qui semble avoir une connotation plus sonrai, d autres mouvements ethno-religieuses sont a anticiper evidemment. L ethnie continue a jouer son role dans la socialisation de bien de maliens.

4. L urgence de reconnaitre la complexite de ces defis et d identifier des solutions dans la meme realite socio-culturelle qui a permis a ces mouvements de prendre de l essor est plus d actualite que jamais. Je reste plus que jamais convaince qu une reorganisation du territoire qui s appuie sur cette dynamique est la seule maniere de prevenir une descente rapide du pays dans la violence generalisee. J aimerais voir un debat sur chaque volet des defis qui nous attendent, anticipant en quelque sorte des assises nationales qui apparaissent de plus en plus incontournable.

Soukouna

http://www.ibtimes.com/malian-militarys-excessive-force-lures-young-recruits-new-terrorist-group-2060808

Malian Military’s Excessive Force Lures Young Recruits Into New Terrorist Group
By Erin Banco

Government soldiers in Konna, a town in central Mali, gathered outside a
local station, stopping groups of men as they stepped off a bus. Working
quickly, the solders detained those they suspected of affiliating with
Islamic rebel groups, leading the accused to a nearby field where they shot
thembefore dumping their bodies in a well. Almost all
of the men were members of the Peuhl ethnic group, also known as the
Fulani, who are mostly nomadic herders and one of the largest
ethnolinguistic groups in Africa.
That was in 2013. Two years later, ethnic Peuhl say the situation for them
in Mali is even worse

The longstanding abuse and
discrimination they’ve faced is prompting a younger generation, buoyed
with anger, to join an extremist rebel group known as the Massina
Liberation Front (MLF). The MLF militants have claimed responsibility for
several terrorist attacks in Mali in recent months and have successfully
prevented the government and the U.N. peacekeeping force in the country
from maintaining order.

As the group continues to grow, analysts fear the group could create a
massive security issue for the entire region. Corinne Dufka, the West Africa
director at Human Rights Watch who is researching the subject, says, “I
have been told by few people on the ground in this group that they feel
between a rock and a hard place ­­ and that is fueling support for this
movement.”

Members of the Fulani youth are joining the Massina Liberation Front in
Mali because they feel they have no other means of protecting themselves
against the government in Bamako, Dufka says. Other members come from
the ranks of other extremist groups that seized swaths of land in the north
of Mali in 2012. The new, growing movement has put locals near Mopti on
edge and has forced numerous officials to flee.
In a country already crowded with rebels, if the Massina Liberation Front
continues to grow as rapidly as it has since the beginning of the year, it
could soon become the standout extremist group in Mali. There remains a
greater fear that the MLF will become the leading extremist group
across West and Central Africa ­­ the Peuhl number 20 million people
across the region, in countries such as Guinea Bissau, Ghana, Niger, South
Sudan, Liberia and Burkina Faso.

Analysts say the growing force behind the group is disconcerting because
no one knows for certain where the rebels receive their funding. Some say
the militants operate independently from any other group in the country.
Others say the rebels could be linked to Ansar Dine, another extremist
group active in the southern part of the country with links to al Qaeda in
the Islamic Maghreb (AQIM). Ansar Dine’s leader Iyad Ag Ghali fought
with Koufa during the nothern occupation in Mali.

“The most likely scenario is that the new movement is connected to a
rapidly growing illicit trade network in Mali,
” said Hilary Matfess, a
researcher with the Johns Hopkins University School of Advanced
International Studies.
Matfess said the group could be linked to Mokhtar Belmokhtar, the
infamous one­eyed Algerian leader of AQIM, best known for setting up a
lucrative cigarette smuggling network in the Sahara, although it is unclear
whether Belmokhtar is still alive as his supporters claim, or, as some
reports suggest, died fighting in Libya.

The MLF group, although some experts debate its origins, is loyal to
Amadou Koufa, a radical preacher from the city of Mopti, where the
majority of Fulani people in Mali live. Koufa calls on the Fulanis to wage
jihad against the rival Bambara ethnic group, the dominant ethnic group in
Mali, and to re­establish the Massina Empire which used to encompass a
mass of land across Mali, Senegal and Nigeria. Its capital Hamdallaye, near
present day Mopti, now lies in ruins.

“A very important yet ignored phenomenon is the fusion of ethnic and
Islamists group in Malian conflict,
” said Usama Butt, the director of
the Institute for Islamic Strategic Affairs, a global think tank based in the
United Kingdom. “MLF represents that very mix. It is becoming
increasingly difficult to distinguish between ethnic and Jihadist militants.
Regardless of where the allegiances of the MLF leadership lie, Dufka said,
the lower­level, young members are desperate to break the cycle of neglect
from the Malian government.

“There has been mistreatment by the army like excessive force and often
torture,
” Dufka said. “They feel neglected by the government and
frustrated that the state has failed to respond to their security needs and to
investigate killings in their community.”

And frequently, the response of the young Fulani has been one of violence ­
­ since January, the MLF has carried out at least six attacks, according to
military statements. In one of the most recent attacks, the group attacked a
hotel in Sevare and killed 12 people, including five contractors from the
United Nations.

Dufka said many of the people in the Fulani community think the MLF has
been passed over in favor of the Tuareg rebel group who have recieved the
most attention from the international community since the Tuareg entered
peace talks with the central government in Bamako after the 2012 uprising.
Mali has been mired in violence for the last three years, when ethnic
Tuareg rebels overthrew the government. The ousting of President
Amadou Toumani Toure created a vacuum that allowed for the rise of
extremist rebel groups connected to al Qaeda in the Islamic Maghreb
(AQIM), a branch of the broader al Qaeda network. The government of
Mali requested international help ­­ French forces intervened, followed by
a U.N. peacekeeping mission.
Since then, the government and rebels have attempted to sign peace
agreements, but talks have repeatedly broken down. The Malian
government and a semi­moderate ethnic Tuareg rebel umbrella group
signed a peace deal in June, but it is unclear whether that pact will hold
given the country’s recent violence.
The MLF is adding to a combustible mix that is likely to change the entire
makeup of central Africa’s security situation ­­ as the group gains recruits
and weapons, Mali lurches from one rebel crisis to another, fomenting
tension in an already embattled region.


En fait, qui est cet Eric Banco?
Il semble tout confondre et ne rien comprendre. Il parle des TERRORISTE DU MNLA et allies comme rebelles Touareg ayant renverse le gouvernement au Mali?
Et en plus, son choix des expressions est fonction de l’ethnie dont il parle. Pour lui, le MNLA est un mouvement rebelle touareg tandisque que les autres sont des mouvements terroristes, extremiste, ethnicistes, islamistes, etc…
Il voit aussi la dangerosite des groupes armes selon leur appartenance ethnique ou religieuse. Les Touareg ne sont-ils pas egalement entre plusieurs pays allant de la Mauritanie jusqu’en Lybie en passant par le Maroc, l’Algerie, le Mali, le Burkina Faso et le Niger? En quoi donc des Peuls armes representeraient plus de danger que des Touareg armes?

C’est un exemple de la discrimination des autres ethnies par des pseudo-humanistes qui jouent aux pompiers-pyromanes en Afrique afin d’assurer leur propre existence. Ils voient leur interet dans la misere humaine qui leur permet de vivre.

Good day for All.
Mahamoudou Sylla


M. Sylla, vous semblez ne pas avoir bien lu l’article de Erin (et non pas Eric) Balco. La question de rébellion “touareg” ne figure que dans ses dernières phrases. Par contre ce qui préoccupe Mme (et non pas M) Balco c’est la façon dont les civils au Mali se sentent maltraités par les forces de sécurité maliennes. Ce qui semble un sujet tabou sur Malilink de plus en plus dominé par le dogmatisme nationaliste.

Bruce Whitehouse


Remarques alertes de Mahamadou Sylla bien compréhensibles au regard des diverses manipulations et attaques anti-maliennes observées dans certains médias. Le Mali ainsi que son armée sont actuellement faibles et connaissent divers problèmes, ce qui n’enlève évidemment pas l’attachement entre ceux-ci et l’essentiel de leurs populations. En dépit des campagnes ou des qualificatifs destinés à les désorienter – ou à les orienter -, la plupart des maliens gardent un réalisme à toute épreuve symbolisé concernant l’armée par le proverbe bambara qui dit que ni yi ka wulu farima faga, do ta bi kin. A méditer autour du thé à la menthe.

Diadié Alpha


“Malian Military’s Excessive Force Lures Young Recruits Into New Terrorist Group” (Erin Balco).

Ne cherche-t-on pas a noyer le poisson ici comme cela a tres souvent ete le cas dans la courverture du conflit au Mali par les media occidentaux? Erin veut mettre sur le dos de l’ AMa les frustrations qui ont amene un groupe de Peuhls du Macina a prendre les armes a l’ instar des terroristes qui sont chouchoutes par le gouvernment du Mali sous la pression de la France et ses allies. Au passage elle choisit royalement ignorer les vrais raisons de cette frustration qui sont pourtant citees dans les derniers paragraphes de son article en ces termes:

“Dufka said many of the people in the Fulani community think the MLF has been passed over in favor of the Tuareg rebel group who has received the most attention from the international community since the Tuareg entered peace talks with the Central government in Bamako after the 2012 upraising.”

Le desir affiche de certains pays occidentaux a encrer leur traitement de la crise malienne dans leur logique raciale tordue ne pouvait qu’alimenter les velleites d’auto promotion ethniques ou regionnale au Mali. Sur malilink on a souvent fait cas de cette tendance. Sidy Danioko parle de revolte des Kaysiens, d’autres parlent de Sikasso ou encore de la revolte Soninke. Macina, Gao, Menaka et Tombouctou ont deja manifeste leur ras-le bol face a l’ injustice dans le traitement du conflict. Si la tendance continue, comme on peut s’y attendre, ce serait bientot le tour a d’autres groupes ethniques ou regionnaux de s’exprimer par les armes. J’ai d’ailleurs plusieurs fois attire l’ attention sur le risque de guerre civile au Mali qui serait due au mauvais traitement de la crise que nous traversons.

On accuse a tort ou a raison l’ AMa d’avoir commis des exactions et violations de droit de l’Homme. J’ai ete de ceux qui ont constamment critique les abus et le manque de professionnalisme de notre armee qui est loin d’etre au dessus de nos critiques contrairement a ce que Bruce affirme. Le Malien defend son armee par nationalisme. Quoi de plus normale puisque le Malien ne fait rien d’unique dans ce sens. Pour preuve, tout les Americains savent qu’ils peuvent difficilement critiquer l’armee Americaine sans se faire coller l’etiquette du “manque de patriotisme.” Les politiciens n’osent rien dire de mal de l’armee americaine par peur de represailles des citoyens a travers les urnes. La grande difference est qu’aux USA l’ independance de la justice amene souvent certains militaires indeliquats a faire face aux crimes qu’ils commettent. Au Mali, nous devons nous battre inlassablement pour arriver a ce niveau.

Amadou Niang


Je partage l’ analyse de Amadou Niang dans toutes les lignes.

Personnellement je ne donne aucune chance à ce soi-disant “Front de Libération du Macina” que Hamadoun Kouffa vive ou non. Beaucoup des connaisseurs des milieux peuls le donnent pour mort. Ensuite il est connu dans ces milieux comme un vaurien, “maudit” par son propre maitre coranique. Lui – au cas où il est vivant – et ses adeptes ne s’ adonnent réellement qu’ à des actes de désespoir, même ces actes sont spectaculaires et meurtriers. Ce n’ est pas en s’ attaquand à Hamdallaye, en tuant des imams en essayant de sémer la terreur qu’ ils se rendent sympathiques dans la région dite Macina.
Bien cordialement

M. Diagayété


Mr. Bruce Whitehouse, je ne sais pas qui parmi nous a mieux lu ce torchon calomnieux et tendencieux de Mr. BALCO, mais voici une des phrases qui renforcent ma these:

“…three years, when ethnic
Tuareg rebels overthrew the government.”

Meme si je ne comprennais pas anglais, j’aurais pu utiliser Google Translator pour savoir que ce Mr. Balco se livre a du pure lavage de cerveau pour creer la haine inter-ethique au Mali.

Mr. Bruce Whitehouse, c’est beaucoup plus probable que la police de DC abatte un jeune noir barbu pres de la maison blanche, que pour l’armee malienne de tuer des Peuls tel que relate par Mr. Balco sur le balcon son White House du racisme camoufle en humanisme.

Sincerement,
Mahamoudou Sylla


Bonjour,

Par contre ce qui préoccupe Mme (et non pas M) Balco c’est la façon dont les civils au Mali se sentent maltraités par les forces de sécurité maliennes. Ce qui semble un sujet tabou sur Malilink de plus en plus dominé par le dogmatisme nationaliste._Bruce Whitehouse

Le dogmatisme est celui qui permet le moins à la renaissance du mali tirant les leçons de la crise et une entrave à la réflexion critique.
Je trouve inquiétant ce sentiment de manque de liberté d’expression et de pensée chez certains membres de malilink.

Merci Bruce pour ce constat. Celui qui est familier n’est pas forcément connu. Je ne pensais pas à un dogmatisme nationaliste sur le forum au point de sacraliser certaines thématiques. Merci du regard extérieur sur le forum.
Bien à vous.
B. Sidibé


Bjr
Ce qu’il faut reconnaître c’est que presque partout où les fama ont passe après les attaques ou passages de djihadistes ou des voyous du mnlaqmi, les civils se sont plaints des actions et comportements des militaires maliens. Souvent ce sont ces comportements brutaux, revanchards des famas qui causent les déplacements des populations et les tentatives à joindre les bandits. Les militaires maliens sont aussi craints des populations civiles du milieu rural que les bandits armés.
Je me rappelle encore de la réaction des populations de kadji se plaignant du traitement et comportement des fama après la fuite de mujoa. Certains de mes amis arabo touaregs justifient leur fuite du pays ou adhésion au mouvement armes à cause de la crainte de la réaction de l’ama.
La réticence des leaders de Kidal s’explique en partie par la peur de représailles des fama après les multiples humiliations subies dans la zone.
Un député disait que notre armée n’est pas mieux disciplinée, organisée à certains niveaux que les mouvements d’auto défense.
Cdt
Sidibé