Le Rôle des Intellectuels

Devons nous vraiment perdre le temps sur le RPM qui n’est d’autre qu’un conglomerat. Comme toute entreprise, il ne fait qu ‘obeir a la loi de l’offre et de la demande.

C’est le parti le plus NUL qui ait jamais accede au pourvoir au Mali. Regardez ses barrons pour vous rendre compte de la faiblesse ce Rien Pour le Mali ( RPM Selon le Grand Kassin) . Pensez-vous qu’ils ont la solution aux problemes de ce pays? Please!!!

CM


Chers amis du Mali bonjour!

Nous n’avons pas une classe politique saine et capable de défendre les maliens.
Au tout début des faits, il n’y avait que deux (2) partis, je cite CNID-FYT, et ADEMA-PASJ.
Tous les autres sont sortis des entrailles de ces partis parce qu’ils sont mécontents des rôles et des devoirs qui doivent être les leurs.
Donc ne cherchons pas la classe politique au Mali, car elle n’existe pas. De 1991 à nos jours combien de soit disant partis sont apparus sans même des programmes et un électorat digne du parti?
Quand des amis se retrouvent aux affaires, ils doivent aboyer pour éloiger les autres des butins des souillures obtenus par grâce du partage!!!

Cordialement!

BA


Mr Ba,

Oui les partis politiques sont incapables de defendre les maliens, mais les maliens sont aussi incapables de se defendre et de defendre leur pays

Ce pays est malade de ses fils qui sont mieux informes et mieux equipes ie de ses intellectuels.

Une fois que l’intellectuel d’ un pays echoue dans ses devoirs, missions et obligations face a son pays, la seule option qui reste a ce pays est de mourir dans la petitesse.

Le Mali souffre de ces detenteurs de doctorat, de DEA, de Master, de Maitrise,… qui accompagnent les moins informes dans la fete de la division du pays
CM


Posez clairement vos soucis dans le paragraphe 2 de votre message en
citant Doctorat, DEA, MASTER, MAITRISE, SVP?

A +

BA


Je crois qu’il faut éviter de blâmer les intellectuels à tort et à travers. D’abord c’est une généralisation trop simpliste et renforce cette culture d’ignorance.
C’est une tendance très dangereuse quand le savoir est dénigré d’une façon ou d’une autre. Le Mali souffre assez de son “mis-education”.

Le mal du Mali vient de tous. Chacun a placé sa pierre dans cet édifice, du cultivateur au docteur.

There is enough blame to go around.

Amadou O. Wane


De tort a travers ? La faculte d’analyse est la chose la mieux paratgee

Nous ne blamons personne. Nous blamons les intellectuels maliens y compris ceux qui sont du ReCAM, d’ailleurs rempli de Docteurs, de DEAS, de Masters.

Le role de l’intellectuel dans le Mali d’aujourd’hui est patent.

Certes, les responsabilites sont partagees. Mais nous parlons en terme de degree Mr Ba. C’est L’intellectuel qui s’est transforme en politicien pour arnaquer
embobines d’autres intellectuels qui ont surtout acceptes de l’etre.

C’est vraiment tres pitoyable de voir les mieux equipes critiques, les moins outilles comme responsables de ce qui se passe au Mali. Le Mali a vraiment du chemin a parcourir

CM


Le problème du Mali est un problème de société. Je dirai que la plus part des politiciens malien sont illettrées. Et un grand notre de ces “intellectuels” ont des faux diplômes.
So, go figure. La généralisation est toujours un jeu dangereux qui aboutit souvent à une conclusion erronée du problème.

Amadou O. Wane


Tout en comprennant l’inquietude de Wane concernant le risque de diabolisation de l’enseignement au Mali, je donne raison a Citoyens Maliens quant au fond du probleme. Les “intellectuels” maliens sont les plus grands opportunistes et les plus grands egoistes que j’ai vus dans le monde. Rien ne sert de continuer a jouer ce jeu de cache-cache avec la population demunie, desorientee, escroquee, expropriee, exploitee et perpetuellement trahie par les intellectuels maliens (policiers, gendarmes, militaires, hommes politiques, professionnels de la vie civile et administrative, chefs religieux, elus politiques, etc…)
C’est pas le pauvre paysan de Kolondjeba qui arnaque les usagers de nos routes. Ce n’est pas non plus le pauvre berger de Goundam qui importe les faux medicaments. Ce n’est pas le pauvre forgeron de Bougouni qui vend des faux diplomes. Ce n’est pas le pauvre nomade du desert qui vole les recettes d’or, de douane et d’autres taxations. Ce n’est pas le pauvre pecheur de Mopti qui a invite les forces nuisibles a venir occuper, diviser et martyriser notre Patrie. Ce n’est pas le pauvre cordonnier de Douentza qui vole les bourses d’etudes des fils de pauvres pour les donner frauduleusement aux fils de riches. En fin, ce ne sont pas les mendients, ni les laipreux, ni les aveugles, ni les orphelins du marche Dibida qui font le lavage de cerveaux de nos populations.
Tous ces maux, tous ces crimes, toutes ces abominations sont bel et bien commis par les intellectuels et uniquement par eux.
L’honnetete intellectuelle nous oblige a etre francs envers nous-memes, francs envers notre Patrie, francs envers les tombes de nos glorieux ancetres, francs envers l’avenir incertain de notre progeniture, et reconnaitre notre faillite totale et induscutable dans notre role d’intellectuels au Mali.
Nos diplomes n’ont servi qu’a detruire la terre de nos valeureux ancetres. Cette terre, nous l’avons vendu a nos pires ennemis, les neocolonialistes.

LA PLUS AMERE DES VERITES EST PLUS NOURRISSANTE QUE LE PLUS APPETITIF DES MENSONGES.

Sincerement,
M.S.


Moi je parle des intellectuels de façon générale sans indexé porteur de tel ou tel diplôme. La valeur du diplôme n’a rien à voir dans l’engagement politique d’un homme ou du sens civique de tout un chacun. Par contre ces grands diplômes peuvent nous aider à avancer dans la construction du pays si on les utilise selon leurs compétence.mais ils ne sont pas comptables de l’inertie dont fait preuve les maliens devant les agissements néfastes de ces politicards.

Warda Beleme


Bonjour
Ce débat sur le rôle négatif des intellectuels est intéressant, mais il reste trop général pour aller au-delà du constat d’échec. D’abord qui appelle-t-on intellectuels ? En lisant différents messages je comprends qu’il s’agit ici de tous ces gens qui ont été à l’école, qui ont eu un diplôme quelconque et qui occupent des fonctions… Ce qu’il faut comprendre c’est que la majorité de ces gens se retrouvent embarqués dans un système, qui est fait pour échouer. Ils ne font que s’adapter à la situation pour tirer leur épingle du jeu. Ceux qui ont un sens d’éthique trop élevé finissent par tomber dans le découragement. Si on reprenait les mêmes intellectuels et on les déversaient dans un système organisé avec des règles de fonctionnement claires, et un revenu compatible avec le niveau de la vie, ils produiront différemment. Alors pour moi tout est une question de système de gouvernance en place. Ce sont les leaders qui peuvent apporter les changements à ce niveau. Le reste suivra. Même dans les sociétés les plus organisées au monde, il faut surveiller constamment et lutter contre les prédateurs. Imaginez donc les pays où les leaders eux-mêmes ne donnent pas l’exemple et maintiennent des systèmes qu’ils savent vouer à l’échec pour les autres, mais pas pour eux !

Je crois que nous devons exiger plus de nos leaders pour qu’ils mettent en place une autre façon de gérer les choses. Parler de l’échec des intellectuels n’est qu’un constat général, qui ne changera rien.

Kalifa Goïta


Kalifa, je te rembourse, pour avoir bien dit ici: “Ce sont les leaders qui peuvent apporter les changements à ce niveau. Le reste suivra.”

Cette sagesse-là qui suit a déjà tranché depuis des millénaires: “Le poisson pourrit par la tête”. Sans un leadership, une tête qui fonctionne, le reste du corps ne peut fonctionner.

Les beaux exemples en sont tous ces Africains, y compris, des Maliens qui réussisent aux USA, en Europe, dès qu’ ils sont bien qualifiés et ont des ambitions et des visions, des artistes aux sportifs en passant par des chercheurs.

D’ ailleurs moi j’ adopte plus tôt, l’ attitude de l’ Allemand lambda envers “Intellectuel”: peut tout expliquer, mais ne peut rien faire.

“Intellectuel” a une annotation negative contrairement à “académicien”: peut expliquer beaucoup et pratique aussi.

Bien cordialement

M. Diagayété


Chers tous bonsoir!

J’apprecie l’analyse de Goita.
Je dis qu’au niveau de l’education combien de projets education ont
ete experimente, pour des resultats de reprises qui n’ont aucun
avantage pour nos enfants!
Mais les responsables ont partages les interets en prenants les
enfants pour cobayes.
La NEF a t elle servit?
Je viens meme aux foras de la diaspora qui est au 6eme! Qu’a tire les
leaders d’une telle opportunite pour le Mali?
Je cite le MSAS qui doit servir les intekectuels en matiere de
publications, qu’en a fait les leaders?
Intellectuels nous le sommes, mais la politique de l’executif est
mauvaise vis a vis de la valorisation de toutes ces idees et
competences. C’est ce qui gene les intellectuels et pousse a la
revolte svp!
Nos laissons nos programmes, nos revues pour faire la promotion de
l’autre, cela est politique, et non intellectuels!
Donc les politiciens qui giuvernent sont nos peines et notre retard
pour ma part.

Bonne suite!

BA


Bonjour,
Justement, je trouve qu’il n’est pas judicieux de taper dans le tas, comme cela se fait souvent: “les intellectuels”, “les politiciens”, “les Maliens”, etc….
Certains citoyens dévoués et sincèrement engagés pour la République, appartenant à ces différents ensembles, qui sortent du lot, ne trouvent aucune reconnaissance dans cette façon de qualifier tout le monde. Or, il est indéniable que beaucoup de maliens toute catégorie confondue mérite qu’on les soutienne, qu’on les encourage même. Ne serait-ce que, ceux sur Malilink, des intellectuels, des maliens, des hommes politiques, qui n’arrêtent pas de chercher des solutions à tout type de problème. La flagellation collective souffre de l’amalgame qui est injuste et tend à réconforter les médiocres soulagés d’être confondus avec les vaillants citoyens. Il faut les désigner plus clairement, ceux qui galvaudent le titre d’intellectuel, qui souillent la race du politique, qui mangent à tous les râteliers sans rien apporter au pays et au peuple. Ces gens-là doivent être dénoncés individuellement.

Pour ne pas tout confondre, il serait plus constructif de louer les mérités de nos contemporains qui se battent et résistent face à toutes les menaces et les risques qui guettent le Mali. Notre inspiration sera plus saine lorsque nous prendrons modèle sur nos proches et nos responsables vivant parmi nous aujourd’hui; distinguons nos exceptionnels personnages qui réussissent à éclairer notre lanterne ici et maintenant. En un mot aidons-nous à oser encore plus !
Car, c’est la lutte de certains d’entre nous qui évitent le pire que nous tentons de repousser chaque jour, certes difficilement et avec un espoir faiblissant, mais nous y croyons et nous y arriverons !!!
Je concède il faut encore plus, car la situation est difficile !!! Exigeant, certes peut mieux faire !

——————————–
Mahamadou Cissé, Paris


Merci Sylla,

We love you!!!!

Vous nous demontrez tous les jours que ce n’etait pas une erreur de notre part de vous avoir approche pour vous demander de joindre le ReCAM dans ses luttes constantes et continues.

Bien vrai que l’evidence soit difficile a demontrer ( ex qui peut demontrer que 1+1 = 2, 1*1 = 1) vous demontrez elegament comment l’intellectuel malien a particpe dans l’echec du developpement de notre pays. Vous demontrerz comment l’intellectuel malien a failli.

Cependant, Mr Sylla, detrompons nous afin d’admettre que nous sommes sur un forum de maliens, un echantillion de cette population de l’afrique de l’ouest ou admettre ses defauts, assumer ses responsabiltes est la chose la plus difficile, et prendre les autres commes responsables de nos miseres est le sport favori ( merci a notre soeur pour avoir dire ca depuis des mois)

En passant donc, je voudrais faire un clin d’oeil au Messieurs Belem, et Mr Koita,

Mr Belem; vous disiez dans votre dernier message que ” …. mais ils(ces diplomes) ne sont pas comptables de l’inertie dont fait preuve les maliens devant les agissements néfastes de ces politicards.” Comme votre titre le dit, je suppose que vous avez connaissance de la premiere loi du Mouvement de Newton qui dit que ” Un objet au repos reste au repos et un objet en mouvement reste en mouvement avec la même vitesse et dans le même sens à moins sollicité par une force déséquilibrée”. Si vous acceptez reellement cette loi, comme j’ose supposer ainsi, et vous donnez le courage de l’appliquer dans la societe malienne, qui doit etre cette force desequilibree? . Parmi toutes les reponses possibles, je m’attends a tout sauf a ceux la qui nous ont mis dans ces petrains, ou a l’agriculteur de sikasso ou au berger de Mopti qui ne comprend meme pas ce qui se trame sur son dos contre son existence.

Mtr Koita, dans votre dernier message, vous disiez que”…… Ce qu’il faut comprendre c’est que la majorité de ces gens se retrouvent embarqués dans un système, qui est fait pour échouer “. Je voudrais vous demander les questions suivantes :
1- Un systeme est-il deliberement et volontairement fait pour echouer?
2- qui a fait la conception de ce systeme? qui le comprend mieux? Celui la qui le comprend ne l’a pas laisse s’operer aisement? qui le cautionne?

Par ailleurs vous disiez que ” Si on reprenait les mêmes intellectuels et on les déversaient dans un système organisé avec des règles de fonctionnement claires, et un revenu compatible avec le niveau de la vie, ils produiront différemment ” . Si l’intellectuel sait que le systeme dans le quel il se trouve ne lui est tres propice pour lui en termes de regles de fonctionnement claires, …… afin de bien servir son pays. Et malgre tout, il prefere s’y accomoder car c’est le mali ou ” le poisson pourrit par la tete ( l’infatiguable cheval de Mr Diagayete pour seulement mettre la poudre aux yeux de ceux qui essayent de pointer du doigt la faillite de l’intello malien) pouvons nous ou pas voir ca comme une indifference? une fuite de responsabilite?,….

Quelque part vous disiez que “Ce sont les leaders qui peuvent apporter les changements à ce niveau. Le reste suivra. ” L’un des roles principaux de l’intellectuel n’est il pas de veiller sur la gestion de la citee? Ne doit-il pas etre l’arme des sans armes, la voix des sans voix? le bouclier des plus faibles, des plus vulnerables, de ceux la qui ne comprennent pas?

Un peu plus bas dans votre message, vous disiez que ” … Même dans les sociétés les plus organisées au monde, il faut surveiller constamment et lutter contre les prédateurs ” . Dans ces societes plus organisees, qui surveillent constamment les predateurs? Ne sont-ils pas surveilles a travers des regles, des lois? qui font ces lois? qui etablissent ces regles? Qui accompagent l’application de ces lois et regles?

Nous devons vraiment sortir de sous ce menteau d’intellectuel qui nous force a ne pas accepter la responsabilite des intellectuels maliens dans la deconfiture du Mali.

Nous devons vraiment laisser ce sentiment ” Je suis intellectuel, donc ils parlent de moi ” . Nous disons simplement qu’en terme de degre de responsabiltes, l’intellectuel malien a une grande portion dans ce qui passe dans notre pays pour avoir ete indifferent, passif; pour avoir laisse ces leaders monstres arnaquer, voler, violer, violenter ce peuple a grande majorite neo-analphabete. Et cela est une realite qui est avouee partout dans le monde.

Au lieu de jouer pleinement son vrai role de provoyeur d’idees soutenables, d’eclaireur, de fondeur de la capacite de bonne gouvernance, d’etablisseur des voix et moyens pour combattre contre les derives et les vulnerabiltes politques et sociales, .. l’intellectuel malien s’est accomode a tout en cherchant toujours a blamer quelqu’un d’autre sous pretexte que nous sommes tous des maliens, donc tous responsables.

CM


Bonjour,
Je suis d’accord avec ce que dit ici M. Ouane. Mais je preciserais en soutenant que le problème est causé par CERTAINS maliens qui n’ont jamais été inquiétés pour leurs fautes et même leurs délits. Au contraire ils poursuivent sans scrupule leur méfaits.

Cissé Paris.


Bonjour Citoyens Maliens
Mon intervention n’a pas pour but de défendre les intellectuels. Je ne suis même plus sûr du sens de l’expression dans ce débat. Votre message peut-être interprété de deux manières: 1) le pays a échoué à cause de ses intellectuels, 2) une façon indirecte d’appeler les intellectuels à s’engager de manière plus franche dans la gestion du pays. Dans le 1er cas, et je m’appuie là-dessus, le constat est là, mais il faut aller au-delà et situer les responsabilités. Pour moi vous donnez un rôle très élastique aux intellectuels, car c’est d’abord et avant tout le leadership qu’il faut mettre en cause. Vous savez, les textes qui régissent notre gouvernance sont très beaux sur papier. Mais les leaders chargés de leur mise en application ont préféré faire autrement et cela a fini par créer un système qui ne tient pas. C’est pour cela que je parle de système fait pour échouer. On peut donc passer notre temps à dire que les intellectuels ont échoué, mais il serait plus productif d’exiger des leaders qu’ils mettent le pays sur les rails en canalisant l’ensemble des forces dans la bonne direction et selon des principes plus éthiques. Un intellectuel n’est pas forcément un décideur. Pourriez-vous m’expliquer pourquoi on investit des milliards de nos francs pour organiser des élections et choisir nos leaders ? On procède ainsi depuis presque 25 ans. Est-ce que cela vaut la peine, si au finish c’est pour dire simplement que ça ne marche pas à cause des intellectuels ?
Concernant la 2e interprétation, je ne crois pas à l’intellectuel qui connait tout et qui sait tout faire. Je crois plutôt qu’il faut créer les conditions minimales pour qu’il fasse bien ce qu’il sait faire.

Kalifa Goïta