Pr. Kalilou Ouattara, le Jean-Marie Le Pen Malien?

“Un xénophobe à l’assemblée nationale : Pr. Kalilou Ouattara, le
Jean-Marie Le Pen malien”
par Alpha Mahamane Cissé, L’Indicateur du
Renouveau du 19 Août 2015.

Pr. Kalilou Ouattara est en passe de bâtir sa réputation sur la haine
des communautés du Nord. Sur son obsession à nuire, le député semble
avoir la caution de l’Assemblée nationale et du gouvernement qui n’ont
jamais réagi à ces propos xénophobes.

Samedi dernier, pendant que le Gatia affrontait la CMA aux alentours
de Kidal, pour défendre le Mali, un groupe de jeunes, une trentaine
était réunie à la Maison de la presse à l’invitation d’une association
dénommée « Equité Nord-Sud ».

Le parrain désigné pour animer cette rencontre aux allures de procès
des citoyens du Nord n’était autre que le député élu en Commune III du
district de Bamako, Pr. Kalilou Ouattara. L’homme n’est pas passé par
quatre chemins pour s’en prendre en des termes durs aux populations du
Nord qu’il a accusé de tous les péchés d’Israël.

« Les jeunes, je vous soutiens dans votre démarche qui est tout à fait
légitime. Car, au nord, les habitants n’acceptent jamais la suprématie
des gens du Sud. Ils vont toujours refuser d’être dirigés par nous les
’Sudistes’ », a-t-il lancé face à une assistance acquise à sa cause.

La démarche des jeunes de l’ »Equité Nord-Sud » est d’interpeller
l’Etat sur les avantages qu’il s’apprête à donner à des jeunes du Nord
dans le cadre de l’application de l’accord pour la paix et la
renonciation. L’idée n’aurait rien de méchant si elle ne reposait pas
sur des considérations purement xénophobes.

De l’équité, tous les Maliens en ont besoin mais de là à croire que la
misère du pays est la faute des enfants d’une seule zone géographique,
les initiateurs ne sont pas loin d’épouser les vœux pieux des
séparatistes du MNLA qui avaient prédit la fin de l’Etat-nation.
Mais, là où l’idée parait insultante, c’est lorsqu’elle est entretenue
et soutenue par un élu de la nation qui doit plutôt travailler à
défendre un Mali unifié.

Pr. Kalilou Ouattara, député et président de la commission santé de
l’Assemblée nationale, qui, lors de la rencontre était venu dans un
véhicule de l’institution n’avait rien d’un élu, il était dans une
posture insoutenable et ridicule. Le pire est que depuis qu’il a
embrassé ce langage haineux et xénophobe, il n’a jamais été inquiété
par l’hémicycle qui est pourtant le creuset de l’unité nationale.

Idem pour le gouvernement qui n’a jamais rien entrepris pour arrêter
la dérive du député. Que dire du silence assourdissant de son parti,
le Rassemblement pour le Mali (RPM) ? Ce qui a amené nombre
d’observateurs à la conclusion que le député Ouattara est sûrement en
mission visant à préparer l’opinion nationale à une éventualité.

Comme une sorte d’obsession envers les populations du Nord qu’il
appelle péjorativement « Nordistes », Pr. Ouattara projette à
l’Assemblée nationale le triste visage d’un Jean-Marie Le Pen qui, en
France, nourrit de l’aversion pour les étrangers, prônant l’avènement
d’une France raciste.

Ces déclarations arrivent ainsi que l’initiative de ces jeunes
arrivent à un moment où le monde entier travaille à parvenir à des
compromis et à un consensus pour que le Mali retrouve sa cohésion et
son unité d’antan.

Alpha Mahamane Cissé


Alpha Mahamane Cissé a absolument raison. Il faut que l’ Assemblée nationale et le gouvernement prévienne sérieusement ce Prof.

Une petite correction quand pour le terme “xénophones”: je pense que c’ est dit des gens qui sont contre les étrangers. Or les populations du Nord du Mali, ne sont pas des étrangers au Mali.

Je qualifierais l’ attitude du Pr. Ouattara de régionaliste, sectariste, haineux contre les populations du Nord, séparatiste, discriminatoire, etc. Je ne connais pas le terme exact pour quelqu’ un qui creuse le puits entre les citoyens de la même nation et établit la haine entre les citoyens, veut exclure une partie des citoyens tout juste parce qu’ ils habitent une certaine région du pays …

Bien cordialement
M. Diagayété


Bonjour,

Je suis désolé, mais dans l’article il n’y a rien de xénophobe ou de régionaliste de la part du prof Ouattara. Le journaliste profite de l’occasion pour blâmer le prof Ouattara. C’est vrai que le prof Ouattara a tenu des propos inacceptables à certains moments et nous les avons dénoncés sur Malilink.

Par ailleurs, il ne faut pas balayer d’un revers de main les propos de Ouattara. Les Anthropologues Maliens peuvent bien se pencher sur la question qui est de savoir quel est le sentiment réel du reste de la population Malienne envers la discrimination positive que l’etat Malien a institué depuis 1991 pour les ressortissants des 3 régions situées au Nord du Mali. Les gouvernants n’ont jamais pu expliquer aux populations ce favoritisme. Souvent les États créent des mesures de discrimination positive pour solidifier l’édification de leur nation. Cependant, certaines franges de la population réagissent négativement à ces mesures. Par exemple, Kalifa et Ndack pourront nous édifier davantage sur les sentiments des Québécois quant aux mesures de discrimination positive envers les autochtones au Canada.

Au Mali, malheureusement, les populations de ces trois régions aussi n’ont jamais vu concrètement les bénéfices de ce favoritisme et les autres populations du Mali pensent qu’elles sont les enfants gâtées de la république. Ce sont plus les élites à Bamako et certains leaders dans ces régions qui ont plus bénéficié de ces mesures. Ce sont les gouvernants du Mali qui sont entrain de créer le clivage entre différentes population du Mali.

Barou Sam


Bonjour,
Ce Kalilou est pire que Jean Marie le Pen car ce dernier a son idée de la France (Une France sans les étrangers) alors que ce monsieur n’en a aucune du Mali global. Pour moi il est le répondant/l’égal des voyous du MNLA au sud.
A l’AN, même si vous insultez la république et l’emblême national, je crains que les députés réagissent compte tenu du sens qu’il donne à la patrie et à l’emblême dont je doute que beaucoup députés les connaissent pour les aimer puis les dépendre.
Le jihadiste alghabass est un député à l’AN et iyad un ancien consul adjt du Mali.

c’est à la société de veuiller à ce que de tels propos soient punis par les pouvoirs publics.
Cordialement
bien à vous!!!

Balata Sidibe


Barou Sam: “Ce sont plus les élites à Bamako et certains leaders dans ces régions qui ont plus bénéficié de ces mesures.” A ceux-ci il faut ajouter les anciens rébelles intégrés avec grades, etc., ‘ ils ne sont pas déjà parmi les élites de Bamako et les leaders dans ces régions”.

Vrai !

Ce sont les derniers (les rébelles recompensés) que le Prof. Khalilou Ouattara confond avec les populations du Nord.

D’ autre part, Barou, voilà la seule citation directe attribuée au Pr. Ouattara dans l’ article:

« Les jeunes, je vous soutiens dans votre démarche qui est tout à fait légitime. Car, au nord, les habitants n’acceptent jamais la suprématie des gens du Sud. Ils vont toujours refuser d’être dirigés par nous les ’Sudistes’ ».

Alors comment faut-il qualifier ces propos et celui qui les tient. Je disais que je ne connais pas le terme en Français. En Allemand ça s’appelle “Volksverhetzer”, ce qui se traduirait par “démagogue”. Je trouve “démagogue” trop faible pour ce que propage le Prof. Ouattara.

Pour moi il continue directement dans la ligne que tu mentionnes comme ça: “C’est vrai que le Prof Ouattara a tenu des propos inacceptables à certains moments et nous les avons dénoncés sur Malilink.”.

Bien cordialement

M. Diagayété


Diagayété,

Tu as trouvé le bon mot: Démagogue. Cependant, on revient à une des plaies au Mali. Le sentiment de supériorité de certains groupes ethniques ou de couleur de peau sur d’autres au Mali. Ce que Ouattara dit n’est pas faux en totalité, mais il devait ajouter que ce sentiment de supériorité de certains groupes ethniques existe aussi dans les régions sud au Mali. Il faut bannir le système de caste au Mali. Tant que ce système continuera au Mali, certains se verront supérieurs à d’autres.
Barou Sam


Barou, absolument d’ accord avec “il devait ajouter que ce sentiment de supériorité de certains groupes ethniques existe aussi dans les régions sud au Mali. Il faut bannir le système de caste au Mali. Tant que ce système continuera au Mali, certains se verront supérieurs à d’autres.”

Le système de caste est intérieur aux groupes ethniques, il y a aussi le sentiment de gens retardataires appartenant à certains groupes ethniques qui se croient supérieurs aux membres tous confondus (castes + non-castes “nobles”) de certains groupes ethniques.

Bien cordialement

M. Diagayété


Bonjour à tous,
Je n’ai jamais accepté le sectarisme ou le régionalisme prôné, soutenu et alimenté par les uns et les autres. A la création du COREN, j’étais parmi les gens qui ont condamné cette appellation, pas pour les objectifs fixés, mais pour la connotation “Ressortissants du Nord”. Vu les réalités quotidiennes dans notre pays, il fallait s’attendre à une “association” des “Ressortissants du Sud”. C’est ce que le Pr Ouattara a fait et a profité de cette brèche pour se faire une place sur l’échequier politique malien. Même certains “ressortissants” du nord ont fait la même chose pour avoir des places politiques. On se rappelle encore des plaintes et indignations publiques de certains “ressortissants du Nord” du fait de ne pas être nommés dans le gouvernement. En clair, pour moi, les uns et les autres utilisent le malheur des maliens pour se faire des places, comme c’est le cas actuel avec les “massacres” au nord.
J’ai toujours dit de mettre le Mali en avant et de se battre derrière. D’utiliser les différences culturelles et ethniques comme diversités pour s’en servir et non pour se diviser. J’ai même souligné qu’un kayesien peut être Gouverneur de Gao ou de Mopti du simple fait qu’il est malien. Par exemple notre Soeur NDack ne peut pas être maire de Bamako sauf si elle devient totalement malienne (lol). Elle l’est déjà car Malilink l’autorise (lol). Merci pour vos contributions, N’Dack.
Bref, on s’en sort si on met le Mali au premier chef de nos préoccupations. D’ailleurs j’avais pensé que l’actuel président avait compris cela et avait mieux formulé mes pensées et convictions par son slogan “Le Mali d’abord”. Malheureusement, comme chez plus d’un malien, le Mali d’abord est à présent très mal compris. Hey je ne veux pas de polimique deh.
Par ailleurs, j’envie ce peuple russe, qui, à l’obtention d’une distinction, d’un encouragement, etc. dit instinctivement “Je sers la Russie”. Quelle reconnaissance! Je rêve voir ce jour où le malien dira “Je sers le Mali”. Ce qui est sûr, aujourd’hui les “adeptes” du professeur Ouattara diront “Je sers le Sud” et ceux du COREN diront “Je sers le Nord”. Avant que quelqu’un ne se lève pour servir le Centre, moi, Tamboura et tous ceux qui croient que notre Salut est dans l’unité du Mali, “Nous servons le Mali”

Dr Moussa TAMBOURA


Bonjour Dr Tamboura et chers tous,

Pas de polémiques.
A mon avis, il n’y a pas de problème à créer des associations, y compris du genre “association des ressortissants de Sikassa”, etc. Si cette association respecte les textes du Mali. Les respecte non seulement pour sa création mais aussi dans la vie de tout les jours. Ca veut dire que cultive pas la haine entre les maliens, ne vole pas, ne commet pas de crimes punissables par les lois maliennes et internationales, etc.

Si le COREN ou une autre association commet des écarts ou fait des déclarations du genre ethnophobiste ou instrumentalise comme vous dites la misère des gens, les services concernés de l’état doivent interdire les activités de cette organisation et punir les responsables conformément à la loi.
C’est comme cela que les choses doivent être compris à mon sens.

Dans un état organisé et soucieux du respect des lois et de la justice entre les citoyens, aucune personnes physique ou morale n’oserait s’aviser être au dessus de la loi a plus forte raison créer les les conditions de la désintégration de l’état.

Malheureusement mon cher compatriote, ce régionalisme est déjà encré dans la tête des maliens avec cette affaire de rébellion et de “notions culturelles pour ne pas dire raciales” comportées par certaines personnes.

L’accord qui vient d’être signé par le Mali a la hâte implique forcément la régionalisation et même à mon sens fait la promotion de l’ethnisation avec la reconnaissance d’autorités coutumières comme institutions. Les groupes armés ont réussi à le faire.

Je vous rejoins donc si vous voulez dire que le risque d’ethnisation (et probablement du rejet de l’autre) devient de plus en plus grand au Mali. Cependant et donc dans ce contexte exacerbé par les coups mortels pour notre nation portés par les rébellions successives, nous devons réfléchir très sérieusement aux raisons qui nous ont amené à ce niveau.

s’agit-il d’une question qui aurait toujours existé depuis la nuit des temps ?
S’agit-il d’une mauvaise définition de ce que doit être le Mali dans lequel nous avons décidé de vivre en commun ?
Qu’est ce ça pourrait dire ce commun; est-il compris par tous de la bonne façon ?

Que voulons-nous ? Il nous faut discuter entre nous maliens, sans tabou aucun et dire qu’est ce que doit être le Mali ? Sur quelles bases notre existence commune future doit être concue. Je dis commune parce que c’est cela qui existe aujourd’hui. Dans le cas contraire les destins sont séparés; il ne pourrait plus avoir de discussion du genre la répartition du revenu nationale ou le partage est mal fait.

Je vais encore une fois revenir sur mon point de vue suivant et le redire : le système de gouvernance au Mali avec ses prédateurs a atteint un niveau tel que tôt ou tard il fallait s’attendre à ce que les maliens s’insurge contre l’ordre existant. Ca a commencé malheureusement par les gens du MNA, mais c’aurait bien pu être ailleurs à Bamako.

La pauvreté extrême et le manque d’activités économiques rémunératrices pour la très très grande majorité des maliens a fait que des milliers et des milliers de maliens ont quitté le pays pour aller chercher mieux ailleurs au péril de leurs vies souvent.

Ceux qui sont restés ne pouvaient pas indéfiniment continuer à regarder s’éclore des richissimes compatriotes qui en fait volent leur pain. La rupture allait arriver tôt ou tard. Le marasme dans la pauvreté extrême et les grabuges suivis d’impunité l’aurait provoqués sans conteste.

A mon avis cette rareté des ressources pour vivre décemment sur le résultat de son labeur qui ne concernait que certaines parties du Mali, a fini par gagner l’ensemble du pays; y compris la région de Sikasso où je croirais difficilement que le nombre de pauvres n’est pas augmenté. Une situation que nous pouvons facilement imaginer comme créant une compétition entre les hommes ; chacun cherchant peut être une bonne explication à la raison de sa misère.

Quand les temps sont durs et que la pitence devient difficile à assurer décemment pour tous, pour exister certains humains sont capables du pire.

Comme vous le savez je suis de ceux qui pensent effectivement que la mise en œuvre de l’Accord d’Alger/Bamako va créer des mécontents ; pas seulement à Sikasso ou avec Bamako, mais à Kayes et ailleurs et même à Gao, à Tombouctou, Kidal, Menaka, Taoudeni.

Si on ne retient pas les propos ethnophobes de Ouattara et ses adeptes, on retient que la solution qu’il propose c’est de créer deux entités fédérales au Mali : une qui serait appelée (les noms sont de moi) “la République du Sud” et l’autre “la République du Nord”.

Pour sa supposée “république du Nord”, Sur malilink et de ce que je sais de certains milieux, il n’est pas envisageable de considérer comme une entité unique où il sera possible de créer une seule république fédérale.

Le communautarisme exacerbé par les rébellions successives, le racisme ambiant dans cette partie et l’impression de certaines communautés que l’état et les ONG n’ont d’yeux que pour ceux qui réclament les armes à la main, a fini de convaincre ces communautés que le vivre ensemble n’est possible qu’au sein du Mali actuel chacun dans sa zone majoritairement occupée par lui et les siens, historiquement et culturellement admise comme tel. Il en faudra peut être pour cette zone dite nord seule entre 7 et 10 republiquettes.

Pour le sud, nous imaginons tous facilement que cela ne puisse pas être du goût de tous que se retrouver dans une seule republiquette. Pour moi qui ne suit pas né dans cette zone ça saute a l’œil. Pas besoin de trop d’élucubrations.

Cela me ramène donc à ma thèse (qui n’est pas la mienne seule) mais bien provenant de plusieurs maliens (intellectuels et politiciens), il faut que les maliens acceptent de se parler avant qu’il ne soit trop tard. Il fait convoquer des assises nationales aucours desquelles le devenir de ce pays chers à tous va être discuté entre maliens.

Il s’agira de mettre sur la table tout ce qui préoccupe les maliens actuellement.

Nous verrons en ce moment si les propositions de Monsieur Ouattara et adeptes sont celles qui seront retenues ou pas. Chemin faisant vous vous rendrez compte que ces propositions sont exactement celles qui ont été proposées par les bandits du MNLA depuis toujours et qui sont rejetées par une bonne partie des maliens vivant au nord du pays même.

Si je me fais comprendre donc il ne s’agit pas de faire qu’uniquement des assises pour discuter de “machin” du problème “touaregs” comme le disent faussement mais intentionnellement certains milieux pro-mnla. Mais bien de poser les questions qui concernent l’ensemble de la nation malienne

Si nous ne faisons pas cette auto-évaluation et prendre la direction qui convient pour notre pays , je crains très fort que nous regrettions un jour cette nième négligence coupable.

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga