Quote of The Day

I never considered a difference of opinion in politics, in religion, in philosophy, as cause for withdrawing from a friend.
__Thomas Jefferson

Amadou Wane


Amadou et chers tous bonjour,

C’est totalement le contraire au Mali. Il suffit que vous vous rendiez compte des promotions de partisans politiques à des postes dans la fonction publique et autres responsabilités pour comprendre l’ampleur de la gravité de la question dans notre pays.

Plus récemment c’est à EDM-SA et à l’INPS.
Comment stopper tout ça et faire accepter par tous les autres maliens qui galèrent qu’il n’est pas nécessaire de tricher pour s’en sortir.

Dès que vous êtes identifiés d’un parti “non ami” ou que vous êtes reconnu être d’avis différents de monsieur un tel qui possède une parcelle de pouvoir, vous pouvez être sûre de ne pas être traité de façon égale en droit au même titre que les “proches”.

La semaine passée j’ai vu un rang extraordinairement long de jeunes maliens valides qui veulent se faire recruter dans le corps des gardes. Voir que ces jeunes acceptent d’aller mourir pour le Mali et penser que cette masse de jeunes désœuvrés ne soient pas prêts à toute sorte de combine mafieuse, y compris à faire partie des groupes criminels si l’occasion leur est offerte, me surprendrait.

Cela concerne malheureusement le pays entier du nord au Sud et de l’Est à l’Ouest.

C’est frustrant de constater que ce phénomène de corruption et de clientélisme n’est pas combattu par les hommes et femmes du pouvoir qui sont chargés de faire valoir les lois de notre pays.

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Tres très frustrant, car nous saurons quoi léguer à nos enfants comme référence….

Amadou Touré


Chouaïbou,
Faire progresser la république!
Cordialement.

Amb. Ret. Mamadou Traoré


Mon cher jeune frère Chouaibou, c’est bien dommage cet esprit partisan mais ainsi est la logique de la démocratie résultant de la rivalité des partis. Pour le bien de notre pays et des autres à qui ce modèle est proposé comme norme, il faudra surtout prier que la nomination des partisans place l’homme qu’il faut à la place qu’il faut! Concernant cette citation de Thomas Jefferson, son contexte historique rendra bien compte des multiples péripéties amicales du dirigeant américain… Je m’en vais citer trois pour en juger. D’abord, il anima avec son ami James Madison le parti Républicain-Démocrate contre le parti Fédéraliste de Alexander Hamilton au pouvoir avec le 1er président américain Washington. Il s’opposa en secret au 2è président John Adams dont il est vice-président et qui perdit les élections de 1800. Mais c’est le même Hamilton qu’il opposa jadis qui lui a donné les votes électoraux faisant de lui le 3è président américain, le même procédé ayant fait gagner Bush fils en 2000 contre Al Gore (Noter que son ami Madison le remplace comme 4è président américain suivi peu après par le fils de John Adams, John Quincy Adams, comme 6è président américain). Il est facile d’imaginer les jeux de chaises musicales ayant accompagné chacune des volte-face. En second point, le président Jefferson fut précursseur du déplacement des tribus indiennes de la Louisianne à l’ouest du fleuve Mississipi pour faire place aux colons américains, que certains appelleront plus tard génocide. Enfin, Jefferson s’est toujours déclaré contre l’esclavage – il signa en 1807 l’interdiction d’importation d’esclaves – mais possèda plusieurs esclaves dont Sally Hemings qui lui donna plusieurs enfants… La conversation autour du thé à la menthe comprend bien alors ce mot de Jefferson de ne pas laisser une différence d’opinion en politique, en religion ou en philosophie vous détourner d’un ami…! Entre deux verres de thé à la menthe (choisir feuilles ou liquide mais pas être hostile!), Mamadou Traoré pourrait déviser entre ces versions de républicanisme et fédéralisme…

Diadié Alpha


“c’est bien dommage cet esprit partisan mais ainsi est la logique de la démocratie résultant de la rivalité des partis. Pour le bien de notre pays et des autres à qui ce modèle est proposé comme norme, il faudra surtout prier que la nomination des partisans place l’homme qu’il faut à la place qu’il faut!”_Diadié

Le problème c’est que il y a des emplois que la république a soustrait de la gestion partisane notamment en instituant des concours pour y accéder. Ce sont des emplois dans la fonction publique. Quand on en fait une gestion partisane, on détruit la république. Il y a des emplois de cabinets et autres “contractualisables” qui peuvent être octroyés de façon discrétionnaire sans problème pour la gouvernabilité du pays puisqu’ils sont à durée limitée. Il faut être sans complaisance pour ceux qui préfèrent détruire la république dans la poursuite de leurs intérêts personnels (de parti).
Eviter les amalgames … Et zéro tolérance pour tout ce qui détruit la république!
Cordialement.

Amb. Ret. Mamadou Traoré


Effectivement Mr. Traoré car comme vous le disiez, le problème chez nous n’est pas la démocratie mais la république. J’avais cru, lors des manifestations à Dakar que les populations se révoltaient pour la démocratie. Mais ce n’était pas cela, c’est seulement le contexte des élections qui a mis en avant la démocratie mais le problème n’était pas là. Ils se révoltaient pour la sauvegarde de la république. Et ils ont utilisé le contexte électoral à cette fin. Le mandat de président de la république est d’ailleurs également un contrat à durée limitée. Mais si l’on met à ce poste enfants et petits-enfants jusqu’à la fin des temps, bien sûr il n’y a plus de république. C’est la royauté.

Ndack