Note de la FMI Sur le Mali-2015

L’administration du FMI conclut les consultations au titre de l’article IV avec le Mali pour 2015, achève la quatrième revue de l’accord au titre de la facilité élargie de crédit, et approuve un décaissement de 5,5 millions de dollars.
Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a conclu le 2 décembre 2015, les consultations au titre de l’article IV avec le Mali et a achevé la quatrième revue des résultats enrégistrés par le Mali dans le cadre d’un programme économique appuyé par un accord triennal au titre de la facilité élargie de crédit (FEC).

La décision du Conseil d’adminstration ouvre la voie au décaissement d’un montant de 4 millions de DST (environ 5,5 millions de dollars), ce qui porte le montant total des investissements au titre de l’accord FEC à 22 millions de DST (environ 30 millions de dollars).
En achevant la revue, le Conseil d’administration a approuvé la demande des autorités de modifier le critère de réalisation relatif à l’emprunt extérieur non concessionnel, étant donné la nouvelle politique du FMI quant aux plafonds d’endettement, qui est mise en vigueur à partir de juin 2015.
Le Conseil d’administration a approuvé l’accord au titre de la FEC en faveur du Mali le 18 décembre 2013 pour un montant de 30 millions de DTS (environ 42 millions de dollars). Les résultats du programme continuent à être bons, comme en atteste le respect de tous les critères de réalisation et de la plupart des repères structurels en fin juin 2015.
Le programme de 2016 comprend un déficit bugétaire légèrement en hausse par rapport à 2015, pour permettre une augmentation de l’investissement public et des dépenses de reconstruction. La composante structurelle du programme induit des mesures visant à soutenir la croissance continue des recettes, à renforcer la gestion des finances publiques et à promouvoir la bonne gouvernance.
La reprise économique du Mali est dans sa troisième année. Après une forte croissance de 7% en 2014, entrainée par le retour à un niveau normal de production agricole et une forte reprise du secteur manufacturier, la croissance ralentit en 2015, mais devrait demeurer robuste à court terme (au deçà de 5%).
Le solde courant de la balance de paiement devrait s’améliorer à court terme, mais se détériorer à plus long terme de l’échéance. D’importantes entrées de capitaux publics et d’investissements directs étarngers devraient permettre au Mali de financer ces déficits et même de renforcer légèrement sa position imputée de réserves internationales.
Le déficit budgétaire global devrait rester maitrisé à court terme et diminuer à moyen terme, de telle sorte que le rapport de la dette nominale au PIB resterait en dessous de 40%. Il est prévu que l’augmentation des impôts perçus se poursuive, et que l’augmentation des recettes permette davantage d’investissement public et de dépenses sociales.
Suite aux délibérations du Conseil d’administration, M. David Lipton, premier Directeur général adjoint et Président par interim, a fait la déclaration suivante: «Les autorités maliennes ont continué de prendre les mesures necessiares pour que les objectif établis leur programme appuyé par le FMI soeint atteints. Le srésultats du programme jusqu’en fin juin ont été solides, ce qui a permis aux autorités de renforcer leur programme budgétaire pour 2015.
Le programme de 2016 prévoit un déficit budgétaire légèrement plus élevé, mais encore modéré, afin de financer une augmentation des dépenses d’équipement et de satisafire les besoins de reconstruction. Cela devrait s’accompagner d’une croissance encore vigoureuse du PIB, bien que les programmes de sécurité représentent un risque pour les perspectives économiques.
Le redressement de la croissance des recettes fiscales observé en 2015 est particulièrement encourangeant, et fait suite à diverses mesures prises par le Ministère de l’économie et des finances plus tôt dans l’année. Il est essentiel d’accroitre les recettes fiscales, ainsi que d’améliorer la qualité et l’efficience des dépenses, pour céer un espace suplémentaire qui permettra d’investir dans les infrastructures et d’engager les dépenses sociales à l’appui de la croissance et de la réduction de la pauvreté.
Cependant, il sera important à l’avenir que de nouvelles augmentations de recettes proviennent d’un élargissement de l’assiette de l’impôt, notamment grâce à la réduction des exonérations considérables.
Les efforts que les autorités continuent de déployer pour améliorer la gestion des finances publiques sont encourageants aussi. Il est important de continuer d’apporter des améliorations dans ce domaine afin de contribuer à la discipline budgétaire globale et àl’usage adéquat des ressources publiques.
La décentralisation budgétaire devrait améliorer la responsabilisation en matière de dépenses publiques et accroitre l’aide accordée aux régions moins favorables du pays. Il est important que ce processus soit progressif et que des mécanismes adéquats en matière de transparence et de responsabilisation soient mis en place pour que les ressources transférées aux collectivités locales soient bien utilisées.
Il est essentiel d’engager des réformes visant à améliorer le climat des affaires, pour rehausser les perspectives économiques du Mali. Le plan d’action des autorités dans le cadre du programme appuyé par le FMI porte sur des domaines où des lacunes ont été observées. Il est crucial d’accomplir des progrès dans ces domaines, notamment dans l’amélioration de la gouvernance et l’allègement de la charge administrative des emplois, et, en fin de compte, faire reculer la pauvreté».
Evaluation par le Conseil d’administration
Les administrateurs félicitent les autorités des résultats macroéconomiques solides qui ont été enregistrés récemment, tels qu’une croissance économique robuste, une inflation faible et une position budgétaire viable. Si les perspectives économiques sont favorables, les administrateurs attirent aussi l’attention sur les risques de dégradation importants, en particulier du fait de la fragilité persistante de la situation sécuritaire au Mali.
Les administrateurs saluent l’accord de paix qui a été conclu récemment entre le gouvernement et les groupes rebelles, mais ils notent que les récents évènements tragiques à Bamako soulignent qu’il est nécessaire de continuer de chercher à renforcer la sécurité, avec l’appui de la communauté internationale.
Les administrateurs saluent la volonté des autorités de mettre en œuvre une politique économique visant à préserver la stabilité macroéconomique et à promouvoir une croissance solidaire. En particulier, ils souscrivent aux efforts déployés pour accroître les recettes fiscales et améliorer la qualité et l’efficience des dépenses sociales.
Ils reconnaissent qu’il convient d’élargir l’assiette de l’impôt et de réduire les exonérations pour accroître les recettes. Les administrateurs encouragent aussi les autorités à redoubler d’efforts pour améliorer la gestion des finances publiques. Une approche prudente en ce qui concerne de nouveaux financements non concessionnels permettra de préserver la viabilité de la dette.
Les administrateurs souscrivent aux plans des autorités visant à mettre en œuvre progressivement la décentralisation budgétaire en vue d’améliorer la responsabilisation sur le plan des dépenses tout en augmentant l’aide accordée aux régions moins favorisées du pays. Ils soulignent que ce processus doit se dérouler parallèlement à une augmentation des capacités d’administration et d’absorption des collectivités locales, et à la mise en place de mécanismes adéquats en matière de transparence et de responsabilité.
Les administrateurs soulignent que, pour accélérer et pérenniser la croissance à long terme, il conviendra de diversifier les sources de croissance et les secteurs exportateurs. Une amélioration de la réglementation, une baisse des impôts sur le travail, une augmentation du taux d’activité, en particulier des femmes, et une amélioration de la gouvernance faciliteraient l’activité et l’investissement du secteur privé.
Les administrateurs appellent les autorités à continuer de s’attaquer aux faiblesses du secteur financier afin de promouvoir l’inclusion financière, la stabilité et la croissance. Il s’agit d’assainir le bilan des banques dont les prêts improductifs sont élevés, de réduire la concentration du crédit dans un petit nombre de gros emprunteurs et de renforcer le secteur de la microfinance.
Les administrateurs notent avec satisfaction les plans de restructuration de la Banque de l’Habitat du Mali, qui devraient réduire les risques budgétaires et rendre l’établissement attrayant pour les investisseurs privés. Ils appellent aussi à continuer de renforcer le dispositif de lutte contre le blanchement de capitaux et le financement du terrorisme.
Nb: 1 Conformément aux dispositions de l’article 4 de ses Statuts, le FMI procède, habituellement chaque année, à des consultations bilatérales avec ses membres. Une mission des services du FMI se rend dans le pays, recueille des données économiques et financières, et s’entretient avec les responsables nationaux de l’évolution et des politiques économiques du pays. De retour au siège, les membres de la mission rédigent un rapport qui sert de cadre aux délibérations du Conseil d’administration.
2 A l’issue de ces délibérations, le Directeur général, en qualité de Président du Conseil d’administration, résume les opinions des administrateurs, et ce résumé est communiqué aux autorités du pays.

Source : FMI


“D’importantes entrées de capitaux publics et d’investissements directs étarngers devraient permettre au Mali de financer ces déficits et même de renforcer légèrement sa position imputée de réserves internationales.”__FMI

Trop optimiste. Ça fait des années que le Mali a déficit budgétaire chaque année.

“Il est prévu que l’augmentation des impôts perçus se poursuive, et que l’augmentation des recettes permette davantage d’investissement public et de dépenses sociales.”__FMI

Les pauvres vont payer une fois de plus les extravagances du gouvernement.

“La décentralisation budgétaire devrait améliorer la responsabilisation en matière de dépenses publiques et accroitre l’aide accordée aux régions moins favorables du pays. Il est important que ce processus soit progressif et que des mécanismes adéquats en matière de transparence et de responsabilisation soient mis en place pour que les ressources transférées aux collectivités locales soient bien utilisées.”__FMI

La décentralisation va rien améliorer. Ce sera la même mafia au volant. Same circus, different clowns.

“Les administrateurs saluent l’accord de paix qui a été conclu récemment entre le gouvernement et les groupes rebelles, mais ils notent que les récents évènements tragiques à Bamako soulignent qu’il est nécessaire de continuer de chercher à renforcer la sécurité, avec l’appui de la communauté internationale.”__FMI

En tout cas la population n’a pas encore gouter au fruit de cet accord de paix.

Amadou O. Wane