De la République de GMT à la République d’ IBK

Pardon à ceux qui ont connu les années de sanction scolaire, les mois de quatre-vingt-dix jours les tortures et déportations de GMT ; je veux parler tout simplement de ce que je connais, sorti du lycée en 87 à notre temps il suffit d’être parmi les cinq premiers de la classe pour avoir une bourse pour l’extérieur en tout cas au lycée Askia série science exacte, pas besoin d’être fils à papa, au fait les fils à papa ont d’emblée les bourses sur la France ou la Rfa, ce que je veux dire qu’ au moins il Ya un peu d’espoirs pour le commun des maliens, et je mets ça au bénéfice de la république de GMT…en dépit du parti unique, et des élections au score à la soviétique i mean gagnée à 99.99%.

De nos jours avec ce semblant de démocratie populaire, 170 partis, trois millions de carte NINA, cinq milliards pour la CENI, personne ne croit plus à la république, la preuve des qu’on parle de concours, d’élections, d’un poste à pourvoir, jusqu’ au remaniement ministériel, personne ne parle de compétence de ce que tu connais, mais qui tu connais !!!! il faut non seulement être fils de papa, mais surtout un papa qui fait partie du cercle restreint, diable de cercle dont la circonférence n’est plus Pi fois le diamètre, mais la racine carrée familiale, étendue à la surface des intérêts sordides.

Alors depuis trois jours on entend Igor est parti par ce qu il a refusé ceci, bouda est venu par ce qu’il est cela, que diable pourquoi la république est telle sensible à Koulouba, qui croit encore à la république, et si elle est utile et nécessaire, comment faire pour la sauver.. ?

Oumar Maiga (a.k.a AgMai)


Je suis d’accord avec vous. Quel que soit ce qu’on peut reprocher à GMT , il faut lui reconnaître le fait de récompenser le mérite. Sous GMT personne ne trouvait de reproche à la valeur et aux compétences des ministres civils choisis . Ils avaient tous du mérite. A l’école aussi les plus méritants étaient récompensés . Au concour d’entrée à la fonction publique les majors de promo et les excellents diplômés étaient sûrs de réussir.
Hélas tel n’est plus le cas aujourd’hui. Et c’est ce qui explique en grande partie le chaos que nous vivons aujourd’hui. il n’y a plus d’espoirs car plus de repères.
C’est pour tout cela que j’ai horreur d’écouter tous ces discours creux qui sont chantés aux populations sans aucune conviction.
L’heure est grave au Mali. La jeunesse ne sait plus à quel saint se vouer. il n’y a plus de repères.
Et quand je vois la création d’un ministère de la recherche scientifique je sais plus à quel cinéma on joue. Il faut d’abord mettre les moyens qu’il faut pour ressuscité l’école malienne. Il faut donner le minimum de considération à tous ces docteurs, tous ces chercheurs qui sortent de grandes écoles étrangères. Il faut récompenser les plus méritant.
Il faut mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut : le slogan de GMT.

Warda Belem