L’Embargo de l’Union Européenne sur les Armes au Mali

Depuis le coup d’Etat du 22 mars 2012, l’Union Européenne à l’instigation de la France a imposé un embargo total sur les armes au Mali. Conséquence, notre armée n’est pas en mesure de gagner militairement la paix sans les équipements adéquats. La France voit d’un mouvais œil une victoire des FAMAs sur les groupes rebelles de la CMA-MNLA qu’elle protège comme la prunelle de ses yeux. Même le carnage du 21 mai à Kidal ne l’a pas fait changer de cap. Ni la mort de ses deux compatriotes journalistes, Ghislaine Dupont et Claude Verlon.
On souhaiterait que le voile se lève aussi sur les notes de la DGSE et du renseignement miliaire français pour nous permettre de connaitre la vérité et les non-dits de cette défaite de l’armée malienne à Kidal. La France amie, de François Hollande nous force à accepter ce qu’elle n’aurait jamais toléré sur son sol, l’humiliation.
Le Président IBK l’a appris à ses dépens, lui qui disait à qui voulait l’entendre qu’il ne négocierait pas avec le couteau à la gorge, comme pour dire qu’on ne saurait s’asseoir à table sans un désarmement légitime préalable des rebelles. Mais sous la pression néocoloniale de la France, il a finalement ordonné la reprise sans condition des négociations et la suite on la connaît. Il n’y a aura jamais de paix définitive au Mali tant que notre armée ne gagnera pas militairement le combat sur le terrain. Et cela se fait avec les armes qu’il faut.
Le pays de Faucard a usé de son influence auprès de Bruxelles pour empêcher toute livraison d’armes, de munitions au Mali. La position de la France au Mali est teinte de racisme et de mépris pour nos têtes noires auxquelles elle préfère de loin, le turban des hommes aux yeux bleus. Rien ne justifie aujourd’hui le maintien de cet embargo sur le Mali. On a vu la levée de l’embargo qui avait été imposé à la Guinée suite au putsch militaire du capitaine Moussa Dadis Camara sitôt après le retour à l’ordre constitutionnel. On livre des armes à l’opposition syrienne pour faire la démonstration de l’appui total de la communauté internationale.
C’est le président François Hollande qui l’a dit dans un livre en se confiant au journaliste Xavier Panon. Il y révèle que la France livrait des armes lourdes aux rebelles syriens, malgré l’embargo européen dès 2012. Et qui sait, si les mêmes armes ne sont pas aussi celles livrées aux rebelles maliens, comme cette probabilité de livraison d’armes françaises à Boko Haram au Nigeria, qui circule sur Internet. Pourquoi on refuserait une telle concession à l’Etat indépendant du Mali ? Il faut lever cet embargo pour que les maliens et leur armée puissent se défendre.
Dans ce pays pour gagner la paix il faudra libérer le port d’arme comme ce fut un peu le cas en France suite aux attentats du Bataclan où on a vu une certaine ruée des français vers les armureries et les champs de tire. Seuls, le racisme feutré et l’infantilisation des noirs pourraient expliquer un tel mépris. On sait depuis 2007, selon les rapports de l’Institut universitaire des hautes études internationales de Genève, que le taux d’armement privé n’est pas synonyme de guerre civile dans un pays. On estimait déjà depuis 2007 que 650 des 850 millions de petites armes à feu à travers le monde étaient détenues par des civils.
Et les pays où la population est bien armée ne sont pas pour autant des champs de batailles. Les Etats Unis sont largement en tête du classement avec 290 millions d’armes, soit 90 petites armes à feu pour 100 habitants. Le Yémen est à 61 armes pour 100 habitants, la Finlande 56 pour 100 habitants, la Suisse 46 pour 100 habitants et l’Irak 39 pour 100 habitants. La France 32 armes pour 100 habitants. L’Inde, l’un des pays les plus armés d’Asie avec 46 millions d’armes privées, n’appartenant ni à la police ni à l’armée, mais rapporté à sa population, le taux d’armement privé y est parmi les plus bas soit 4 pour 100 habitants. Idem pour la République populaire de Chine, 3 pour 100 habitants et le Nigeria, le pays le plus peuplé d’Afrique, est à 1 arme à feu pour 100 habitants.
Quid du Mali ? Ici, seuls les bandits, les rebelles et les terroristes ont le droit d’avoir des armes mais pas des honnêtes citoyens. C’est parce qu’ils savent que les autres ne sont pas armés qu’ils s’hasardent à tant d’attaques sur des populations civiles innocentes aux mains nues. Le pire est que si l’on n’autorise pas les citoyens à le faire légalement, ils le feront sur le marché noir et l’Etat n’aura aucune statistique et ne saura même pas qui a quoi.
Vivement donc la levée de l’embargo franco-UE sur les armes au Mali.
O’BAMBA
Source: InfoSept


Bonjour chers tous

Le journal InfoSept dans sa dernière livraison se penche sur le cas de l’ambargo de l’UE sur les armes au Mali.

Je ne savais pas que cet embargo est encore en vigueur. Je trouve indignant que la France qui l’aurait requise auprès de l’union nous accuse en même temps d’être responsable de la sécurité sur le territoire malien. Quelle hypocrisie manifeste. C’est la même France, on se souvient, qui avait déjà dit que Kidal appartenait aux touaregs (les déclarations de son ministre de La Défense en 2013).

O’Bamba traite bien d’une question qui nous tient vraiment à coeur. Le fait que ceux sont les bandits qui soient surarmés et encouragés dans cela par la même France.

Pour assurer la suprématie des hommes bleus de l’imaginaire français pour l’intégration dans l’armée malienne qui avait été désertée par les mêmes avec des dizaines de véhicules et d’armes, il est exigé des maliens que chacun présente une arme pour se faire cantonner. Quelle injustice quand on sait qu’une part importante des armes détenues par les rebelles, terroristes, et certains alliés du gouvernement est issue des stocks de l’armée malienne soit volée, soit vendue, soit livrée à ces gens.

On sait que pendant la reconquête par Serval-FAMA dans tout le Gourma et la boucle, Serval a exigé que les jeunes (noirs pour la plupart) remettent les armes qu’ils détiennent.

Cela fut fait dans le Gourma sous menace. Cela fut fait à Gao surtout à Gao, à trois reprise. Ces armes avec l’implication de l’armée malienne ont été remises à la gendarmerie malienne.

Aujourd’hui on (la MINUSMA, les parties surtout les groupes armés du MAA, du GATIA, du MNLA et du HCUA mais aussi et surtout la dite communauté internationale qui cautionne tout ce qui vient de la bouge des bandits armés) exige des jeunes de présenter des armes pour accéder au cantonnement. Voici une autre manière d’exclure certaines communautés qui gênent.

Voici une manière très claire de perpétuer la suprématie par la terreur d’une certaine communauté au détriment d’autres. Et je dois dire que malheureusement cette méprise est cautionnée par notre propre gouvernement qui est inaudible sur la question, insensible et désintéressé.

Après le désamour suite à l’abandon, il est amer de constater durant ces jours de mise en œuvre de l’accord, que les rancœurs s’aiguisent par rapport au gouvernement qui je dois le dire manipule plus qu’il ne cherche à résoudre de façon adéquate le problème du nord. Il n’y a rien à faire, au rythme où vont les choses dans les mois à venir les forces du mal, les forces de la division du Mali, armées jusqu’aux dents pendront totalement le dessus sur les loyaux.

Et cela grâce à l’accord. Grâce aussi à la contribution de l’état malien et à son gouvernement. Le MNLA aura ce qu’il n’a jamais pu avoir pendant la période d’occupation. Par la faute de nos dirigeants inaptes et incapables et qui ne savent que caresser les plus forts (les bandits) dans le sens de poils et mépriser les plus faibles et les victimes.

C’est une honte à vivre ce que vivent les maliens dans ce nord du Mali.


Extrait “Quid du Mali ? Ici, seuls les bandits, les rebelles et les terroristes ont le droit d’avoir des armes mais pas des honnêtes citoyens. C’est parce qu’ils savent que les autres ne sont pas armés qu’ils s’hasardent à tant d’attaques sur des populations civiles innocentes aux mains nues. Le pire est que si l’on n’autorise pas les citoyens à le faire légalement, ils le feront sur le marché noir et l’Etat n’aura aucune statistique et ne saura même pas qui a quoi”.
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Une belle analyse de Bamba suivie de commentaires pertinents de Chouaibou. L’hypocrisie du gouvernement francais n’a d’egale que celle du pompier pyromane. Malheureusement pour le Mali,l’education rhetorique neocoloniale conduit nos autorites et beaucoup de nos journalistes au rabachage quotidien des propos du maitre. Il est evident que ce suivisme ne servira qu’a retarder la deflagration de la bombe sociale enfuie dans les sables du nord.Sans justice reelle, la paix ne sera qu’ un mirage au Mali.

Amadou Niang


Tout ceci n’est qu’un coup d’épée dans l’eau. Le Mali n’achète même pas d’armes avec les pays de l’UE. Un tel embargo serait tout simplement sans effet. L’essentiel de l’armement de l’AMA vient des pays de l’ex-URSS ou la Chine. Pour le matériel roulant il y a aussi des véhicules coréens.

Je suis persuadé que cet article est instigué par ceux là même qui ont été incapable de réorganiser et réarmer l’AMA.

______________________
A. Karim Sylla


Very good point Karim.
Cet article est peut-être un divertissement du gouvernement. Le réflexe malien est de toujours blâmer l’extérieur pour nos lacunes.

Amadou O. Wane


Bonsoir Amadou et AKS,

Vous pensez comme l’auteur de l’article ci-dessous qu’en disant ceci “On a tout fait pour m’empêcher de vous équiper mais vous serez équipés inchallah” le Chef de l’Etat trompe les maliens et ses soldats à qui ils s’adressaient à Sikasso ?

Comment peut-on être si certains que la France qui a des intérêts au Mali ne soit pas capables d’interdire une importation d’armes qui puissent nuire à ses plans ?

Il y a des faits dont la France s’est rendue capable au Mali que nous connaissons parfaitement :

1. L’entrée de Serval à Kidal sans les FAMAs et l’autorisation du MNLA à prendre possession de Kidal. Une hostilité envers les FAMAs à dépasser la ligne de Anefiss que Dioncounda a pris à son compte;

2. La conquête de tout le tout l’espace de Kidal sans les FAMAs ; et avec le MNLA;

3. Le désarmement de certains jeunes du Gourma et des régions de la zone du fleuve demandé avec insistance par Serval (bien sure avec la caution du Mali); alors que les groupes MNLA eux ont été armés par elle la France; aucune arme ne leur a été enlevée;

4. Le forcing du général français de la MINUSMA à vouloir signer un pacte avec la CMA au détriment des autres communautés sans en aviser même le gouvernement malien quitte à se morfondre après en excuses déguisées ;

Pourquoi ne serait-elle (la France) pas capable de faire pire puisque le Mali est si faible devant elle ?

De tout ca je pense que c’est le PR et son gouvernement qui sont interpellés pour avoir insinué des choses non vérifiées concernant l’armement des militaires maliens.

Ci-dessous un article de Monsieur Hubert Ledoux qui pense la même chose que vous deux. Mais lui aussi (comme l’article de O’Bamba, comme vous deux) se base sur sa propre réflexion et non des faits.

La roublardise de cette France et sa collusion avérée avec le MNLA et les options qu’elle a dû envisagée en conséquence, me laisse peut de doute que cette France entravera tout ce qu’elle pourra concernant le Mali pour que son projet MNLA puisse voir le jour.


Hier une femme qui a perdu son enfant dans les orpaillages du Sud m’a dit que ce que l’ embête surtout c’ est que les malfrats ne sont pas punis et se promènent librement. Lorsque je lui ai dit c’ est cette manière de faire de l’ État qui a détruit le Nord. Elle me dit qu’ elle s’ attend à ce que le gouvernement fasse pire que amnestier les criminels de rébelles. Je n’ aurais pas pensé entendre un tel jugement de la part de cette femme au fond du sud malien.

C’ est dire combien les Maliens du Nord au Sud, de l’ Ouest à l’Est, sont déçu de la manière dont IBK et le gouvernement veulent régler la crise.

Autrement dit: Réconciliation sur la base de “pardon” pour les criminels et l’ injustice ne peut pas marcher.

Extraordinaire que ça soit seulement IBK qui ne puisse pas voir cette évidence.

Je pense que la seule correction possible c’est de tenir la “Conférence Nationale d’ Entente” – inclusive sans exception aucune. Elle doit totalement souveraine. C’ est à dire elle pourra décider du pardon si contreversé si la majorité le décide ainsi.

Cette conférence est aussi dans l’ intérêt de la sous-région et de la communauté internationale, sans quoi ses efforts principaux, à savoir l’ Accord d’ alger, seront vains. BARKHANE aussi a intérêt, car son combat aura succès seulement si celui qu’ il aide, s’ aide lui-même.

Sans une telle volonté affichée de correction, l’ Accord d’ Alger est appelé à échouer. Tous les scénarios seront alors possibles.

Un espoir est que les FAMas, ayant retrouvé à peu près leur stature, force en douce la main à IBK. La MINUSMA fera mieux de s’ inscrire aussi dans cette logique. Elle est aussi responsable de l’application de l’ Accord qui contient cette conférence en une place de choix.

Espérons le meilleur pour notre Mali !
M. Diagayété


Bonjour,
Si l’État ne l’autorise pas, les jeunes de Gao et autres victimes de la promotion des bandits armes se sont accordes. Le kalach se vend mieux le pain dans les zones rurales de la region de Gao et j’imagine Kidal pire. L’une des raisons de cet engouement vers l’achat de kalach serait l’integration future issue des accords nuisibles d’Alger. Les vendeurs et fournisseurs sont principalement les groupes armes et principalement le MNLAQMI et voir nos FAMAS ne sont pas dans ce reseau de vente d’armes. Des amis m’ont dit qu’un Kalach coute environ 250 000 CFA auprès des représentants de la cma dans le gourma (commune de Ntillit et Tessit en particulier).

Le MNLA serait aussi entrain de mettre des cellules dans les villages de la vallée en leur promettant qu’ils seront intégrés, idem pour certains groupes sédentaires qui restent convaincus d’être marginalises au profit de la CMA. Le CMA chante partout a ces jeunes desoeuvres et sans perspectives d’emploi qu’elle leur donnera du boulot grâce l’intégration. Et l’accord d’Alger est le fruit de leur lutte qu’elle a apportée aux populations du nord.

Si ce gouvernement continue sa somnolence, une congolisation du Mali n’est pas evitee avec le mecontement des groupes d’autodefense sedentaire et la proliferation des armes de guerre aux mains de jeunes sans perspectives d’emploi.

Salutations meilleures

Ahamadou SAMBEL


Je partage à 100% l’analyse de Monsieur Diawara. Dans l’impossibilité de désarmer les rebelles, les djihadistes et autres bandits désarmer les populations c’est faire le jeu des premiers. J’ai toujours dit que la politique du Gouvernement consistant à promouvoir le désarmement à sens unique dans les faits est dangereuse pour la sécurité et la défense du pays. Dire que sans se soucier de ce nécessaire équilibre, nos Gouvernements successifs ont mené une politique financée par l’extérieur pour désarmer dans les faits uniquement les gens honnêtes.
Il ne faut pas interdire le port d’arme, mais il faut l’organiser pour que cela soit un complément nécessaire aux FAMAs.

Harouna


Bomjour Chouaibou,
Je comprends tes points — mais mon propos est simple; si on t’interdit de manger de la viande d’éléphant alors que tu n’en as jamais mangé et que tu n’a aucune intention d’en manger, ça n’a simplement aucun effet sur le reste de ta vie. On n’achète rien en UE, et on a jamais rien acheté en UE.

Dans ce monde, il y a des pays qui sont sous embargo des pays occidentaux depuis plus de 50 ans. Et pourtant ils comptent parmi les mieux armés. Un embargo de l’UE sur le Mali est simplement nul et sans effet. Et puis si avant 2012′ il n’y avait pas d’embargo, en quoi ça a aidé le Mali?

La responsabilité des dirigeants maliens est posée; ce n’est pas Bruxelles ni Paros qui sont les coupables. C’est Koulouba le fautif quand tous les soldats Maliens n’ont pas de fusils.

______________________
A. Karim Sylla


Bonsoir

Amadou Wane a dit “Les solutions faciles sont entrain de miner la paix entre les communautés. Une fois que l’idée d’un Mali pour tous a été détruite, les gens se tournerons vers leurs appartenances ethniques, régionales, et religieux. Et c’est en ce moment là que all bets are off.
La descente en enfer commencera”.

Je souscris parfaitement à son raisonnement. Nous courrons un très grave danger pour le Mali et aussi pour la sous region.

Je crains que le processus ne soit irréversible si nous ne nous saisissons pas très vite en nous réorganisant mieux.
En faisant la promotion de l’acceptation des uns par les autres. En respectant et faisant respecter les lois du pays.

L’accord d’Alger/Bamako a en fait réellement jeté les bases de la fragilisation de notre Mali que nous avons connu. Ce ne sera plus l’ensemble stable ou quasi-stable dans lequel nous avons vécu. Il faut vite accepter de refaire, d’inventer une autre entité stable.
J’ai l’espoir que si nous acceptons de parler entre nous, refaire le pays ne sera pas si difficile qu’on le pense : pour commencer on doit juste nous baser sur ce qui ne nous a pas marché. Et avancer.

Mais il faut que nous décidions quelque chose. Que nous nous accordions sur quelque chose de plus solide que ce qui existe présentement. Le temps presse réellement.

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga