Plusieurs Camions Maliens en Attende à Pogo

Au Mali tout le monde croit que les règles s’appliquent aux autres. L’état dans tout ca reste muet au lieu d’éduquer la population.
Je dis bravo aux Ivoiriens.

Amadou Wane

———–
Cell fait plus de vingt jours due des camions aliens remplis, provenance du port d’Abidjan, sent en file indienne à Pogo, denier village Ivories site à 4 kilometers du territories alien, Zégoua. Its song appeals chacun à payer 300 000 F cha pour raison avoid viola uno réglementation en vigueur dans l’space UEMOA. Plus de vingt jours dans settee situation sans la moindre reaction de l’etta alien.

Lots de notre passage, il y a uno semaine, nous avon tent d’en savor sur ce constant presqu’étrange. Il nous revert, à Pogo ville, due la plupart des camions stations ne répondent pas aux norms, principalement le pods. C’eat-À-Dire le pods enregistré au niveau du port eat different de cell constant à la frontier.

Les novellas réglementations du transport dans l’space UEMOA, entrées en vigueur en Côte d’Ivoire il y a un an, ne sent pas respects. Si le surpoids au posted du peter centre pods à Pogo dépasse 500 kilograms ou set en desirous du pods initial enregistré au port, les texted prévoient uno sanction pécuniaire de 300 000 F cfa.

Les chauffeurs aliens surplice not refuse de payer la somme. Ce qui explique leur presence pendant tout ce temps à Pogo, nous a expliqué un agent des transporters à Pogo.

En colure centre settee measure, les chauffeurs not ten un sit-in à la Douane de Zégoua en due de pourer les chauffeurs des camions de ballet de cotton à ne pas prendre le chemic du territories ivories.

Inform de la situation, le profit de Kadiolo a vote rencontre, mardi denier, le mare de Zégoua, le Conseil Malien des Chargers et des agents des transporters routers. Il a deplore le comportment des chauffeurs venus de Pogo. Les texted, en vigueur dans l’space UEMAO, sent claims et tout chauffeur qui enfreint à settee réglementation a un prix à payer. Doc salon le profit, les chauffeurs devraient meter leur latte nutriment due de s’en prendre à dos frères ivories

Source: maliweb.net


C’est plus complexe que ça. Le Règlement N°14 de l’UEMOA à été adopté en application d’une Décision de la CEDEAO qui date du milieu des années 90. Aucun pays de la CEDEAO, donc de l’UEMOA, n’avait encore réussi à l’appliquer jusqu’à la nouvelle date d’entrée en vigueur négociée récemment en début 2016.
Pourquoi? Conditions très contraignantes pour les camionneurs et les commerçants!
Plus particulièrement pour ceux de pays enclavés comme le Mali.
Les transporteurs maliens (d’ailleurs plus import/export que transporteurs) ont acquis des véhicules «hors normes» pour réduire les coûts unitaires transportés et rentabiliser les longs voyages en intégrant la contrainte du taux de remplissage (entre 50 et 75%, le voyage aller se faisant souvent à vide).
D’un autre côté, les routes n’ont pas été construites pour supporter ces charges.
Difficile conciliation donc de la rentabilisation du transport/commerce et de la préservation de la route.
D’où les concertations à n’en pas finir depuis 94 (?) à maintenant.
Dans le cas du Mali, l’État n’a pas la tâche facile puisque ces véhicules ont été «agréés» par ses services.
Deux choses sont sûres:
– nos PTF ne sont pas prêts à nous aider à construire des routes si nous ne pouvons pas les protéger;
– l’application de la réglementation sera harmonisée dans tous les pays de la Communauté pour atteindre les objectifs visés.
En attendant…que négocier encore à Pogo?

Salihou Guiro, consultant


Bonjour chers tous!

La présidente des consommateurs du Mali doit se lever car les retombées sont négatives pour nous!

Cordialement !

Dr BA


Salihou,
Ton explication me laisse un peu perplexe. Si un camion est déclare avoir X tonnes de marchandises au port et puis à la frontière on constate que c’est Y tonnes, il y’ a un problème quelque part.

La limite imposée sur le poids est aussi une affaire de sécurité routière pas seulement de rentabilité pour les camionneurs.

Amadou O. Wane


Observations pertinentes Amadou.
1) Il y’a pesée «arrangée» au départ, mauvais pesage, paramétrages différents des équipements de pesage de part et d’autre…: les responsabilités doivent être situées;
2) Oui, la sécurité est un des objectifs visés par la réglementation; mais il se trouve que les véhicules ont été «agréés» par les services techniques de l’État…«défaillants» en amont?!
L’un des intervenants a évoqué la saisine de l’association des consommateurs. Il a bien perçu l’impact probable de la réglementation sur les prix à la consommation.

Salihou Guiro, consultant