Communiqué Final:49ème Sommet Ordinaire de la CEDEAO

Quelques points du Communiqué:

SUR LA SITUATION AU MALI

53. La Conférence rappelle son attachement au respect de l’unité, de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de l’Etat Malien. Elle exprime sa vive préoccupation, face à la détérioration de la situation sécuritaire au Mali, marqué par la recrudescence des attaques terroristes qui ont visé les forces de défense et de sécurité du Mali, les forces des Nations Unies, la force française Barkhane et les populations civiles. Cette situation constitue une menace pour l’ensemble de la sous-région.
….

55. La Conférence exprime son indignation face à la situation à Kidal où, un an après la
signature de l’Accord, le Gouvernement et les Forces de Défense et de Sécurité du Mali n’ont toujours pas accès pour une sécurisation complète du territoire national et exige que cette situation prenne fin. Elle demande aux mouvements signataires de s’engager de bonne foi pour une application diligente, intégrale et effective de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

56. La Conférence réitère sa décision adoptée lors de sa 47ème session tenue à Accra le 19
mai 2015 selon laquelle toutes les forces de défense et de sécurité du Mali disposent du droit et de la légitimité d’occuper toute localité du territoire national, dans le cadre de leur mission régalienne de protection des frontières, des personnes et de leurs biens et que toute occupation par des forces irrégulières non-étatiques est illégale et doit prendre fin. Elle demande, conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité des Nations Unies, de l’Union Africaine et de la CEDEAO, que les Forces de Défenses et de Sécurité du Mali soient redéployées le plus immédiatement possible sur tout le territoire de l’Etat malien pour face aux ennemis de la paix et protéger les populations aux frontières.

Doumbia


Merci MLD! C est un message fort de la CEDEAO. J’espère que les actes vont suivre la parole. Je souhaite que régime profite de ce message fort de la CEDEAO pour un faire un forcing diplomatique en vue de la libération totale du pays. Si cette libération doit passer par une guerre, le régime doit y se préparer. Nous sommes déjà en guerre contre les terroristes. L’incapacité du régime d’assurer la libération entrainerait à une guerre civile. Les communautés agressées depuis des décennies n’auront d’autres choix que de s’armer.

Barou Sam


Des occasions pareilles ont tjrs été offertes à IBK et ses gouvernements – même de la part de l’ ONU et de son Conseil de Sécurité.

Mais il n’ y a pas de kounkolo pour les exploiter. Cette fois-.ci serait l’ exception qui ferait la règle.

Quant à la guerre civile, elle constitue un danger très réel, donc un grand danger pour toute la CEDEAO vues les parentés communautaires. Se taire sur ce danger serait de la poudre aux yeux.

Bien cordialement

M. Diagayété


Félicitations à la diplomatie malienne. Tous les points relatifs à la situation au Mali sont des propositions de la délégation malienne. Ce communiqué accorde une base juridique pour le Mali et une légitimité régionale pour plaider en faveur de l’adaptation du mandat de la MINUSMA au contexte sécuritaire actuel du pays.
Cordialement.

NIMAGA


Oui en effet. Mais les elements refletent en grande partie les points soulevés par le PR dans son intervention. J’ai essayé de mieux presenter en objectifs politiques.
Merci en tout cas pour cette appreciation.

Cordialement,
Ministre Abdoulaye Diop