Création d’un Mouvement Politico-armé pour Défendre les Peuls

Et voila…l’inévitable est maintenant enclenché. C’est vraiment triste qu’on doit en arriver là.
Amadou Wane

—————

AFP | 19 Juin 2016

Un mouvement politico-armé de défense des Peuls au Mali, « non jihadiste et non indépendantiste », a été créé, a annoncé samedi à l’AFP un responsable de cette organisation visant, selon lui, à protéger cette communauté contre « l’armée et des milices ».

« J’annonce la création d’un mouvement politico-militaire dénommé Alliance nationale pour la sauvegarde de l’identité peule et la restauration de la justice (ANSIPRJ) pour poursuivre la défense des Peuls », a déclaré à l’AFP Oumar Aldjana se présentant comme « secrétaire général » de l’organisation.

« Notre premier ennemi sur le terrain est l’armée malienne qui arme des milices contre les pauvres civils peuls », a ajouté M. Aldjana, également président de l’association malienne « Kawral Poulakou » (Union des Peuls dans cette langue) qui revendique plusieurs milliers de membres.

Cette association avait récemment dénoncé le meurtre au Mali de Peuls pris injustement par l’armée et des milices, selon elle, pour des jihadistes.

« Nous ne sommes ni jihadistes, ni indépendantistes. Nous sommes des Maliens qui n’acceptent plus d’être tués par des milices armées par le gouvernement malien », a ajouté M. Aldjana qui évalue l’effectif de son mouvement « à 700 combattants ».

L’Alliance a « des soutiens » d’hommes politiques maliens mais aussi à « l’étranger, dans la diaspora peule », a-t-il ajouté.

M. Aldjana avait récemment dénoncé, au nom de « Kawral Poulakou », « le massacre » de « plusieurs dizaines de civils peuls par une milice », qui n’avait pas été précisée, après des affrontements entre des éleveurs peuls et des cultivateurs bambara dans le centre du Mali.

Il avait ensuite déclaré à l’AFP réclamer une enquête internationale indépendante sur ces événements et « si le gouvernement malien ne faisait rien, il allait prendre ses responsabilités ».

Un groupe basé dans le centre du Mali, le Front de libération du Macina (FLM), apparu début 2015, est dirigé par le prédicateur radical malien Amadou Koufa, un Peul.

Le FLM recrute essentiellement dans la communauté peule, selon des spécialistes. Il est allié au groupe jihadiste malien du nord du pays Ansar Dine. Ces deux groupes revendiquent régulièrement des attaques dans le Nord et le Centre.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Les jihadistes ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale, lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France, et qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères. Longtemps concentrées dans le nord, les attaques jihadistes se sont étendues à partir de 2015 vers le centre, puis vers le sud du pays.


Wane,

N’ont ils pas raison? Doivent-ils rester des eternelles betes a abattre par leurs predateurs? Doivent-ils continuer a vivre impunement avec leurs bourreaux?

Une a une, l’une apres l’autre, toutes les communautes feront recours aux armes. Nos verons et saurons le gagnat et le perdant.

Aparremment, tout le monde a bien appris des racistes et terroristes de la cMachin.

CM


Bonjour à tous,
ça devient de l’anarchie totale au Mali, cela montre que le gouvernement n’arrive plus à protéger les Maliens, donc chaque ethnie se forge à se défendre contre l’autre, surtout si on voit qu’au Mali il faut prendre des armes pour avoir quelques choses, il est temps que le gouvernement prenne les choses en main, si non c’est la dégringolade progressive.

Lassana Touré


C’était prévisible, le contraire m’aurait étonné.

Un chercheur français avait prédit le morcellement du pays en au moins cinq entités régionalistes .
Comme le pouvoir central esperant faible, donc l’état faible , alors les citoyens se tournent vers les milices.
Dommage que mis dirigeants n’ont jamais vu venir ce danger avec l’entrée de la France dans la guerre au mali. Les plus cyniques ou prophètes de malheur diront que la France a finalement eu ce qu’elle cherchait déplacer la guerre au centre et au sud pour oublier le nord ingérable
Hélas comme nous le disions avec un pincement au cœur en 2013, lè Mali que nous avons connu n’existe plus.

Yachim Maiga


Je ne vois pas le sens de ce mvmt au Mali.
Je ne pense pas que les Peulhs soient tous pour cette idée ! Les premières rebellions ont été plus nuisibles aux Peulhs que ce nous vivons dans l’angle djihadiste actuel!
Mon choix est que les Peulhs ne se mêlent pas à cette crise ethno raciste couplée à la drogue et au djihad mal fonde!
Mon choix est la cohésion Nationale avec les Peulhs bons connaisseurs des différentes zones !
Le cas du RD-Congo doit être la belle leçon pour nous au Mali! Les ethnies ont été mises dos a dos et les conséquences continuent!!!
De grâce chers amis frères parents et amis sachons raison gardée en évitant pour le moment cette aventure!

Cordiales salutations !

Dr BA Mamadou PhD


Bonsoir Dr Ba et chers tous

Tout dépendra de la réaction du gouvernement malien.

Comme il est difficile pour un peul d’accepter qu’une tierce personne fusse t elle armée vienne se servir dans son bétail impunément, bastonner sa femme et ses enfants, lui interdire de séjour dans le pays de ses ancêtres, le tuer parce qu’il proteste, alors il ne faut s’attendre qu’à l’escalade de la haine entre communautés voisines.

Surtout lorsque le gouvernement arme certaines communautés et les entretient et dans le même laisse à leur triste sort les autres victimes sans leur porter le secourt et l’assistance qu’il doit à ces citoyens.

Les événements récents dans le Gourma et le seno ont marqué profondément la vie des victimes de ces zones. La tension est à son comble et une explosion n’est pas à exclure à tout moment.

Le gouvernement en sous traitant la sécurité dans des zones fortement convoitées par les communautés voisines a abdiqué et responsable de l’escalade qui prévaut actuellement dans cette partie du pays.

A Tabancort et Anefiss, avec “l’aide vocale de la communauté internationale”, il a facilement imposé au GATIA de se retirer de ses localités. A Menaka de même, il a participé à trouver une solution pour satisfaire la CMA trop fâchée contre le GATIA et le gouvernement.

Dans le Gourma et le centre du Mali, il ne réagit pas. Là, l’attitude frise l’image suivante “ce n’est pas si grave, si ca crève. C’est moins de problème. La communauté internationale à moins d’exigence donc on peut traîner les pieds ou fermer les yeux”. C’est ca que cette attitude de mutisme du gouvernement donne comme sentiment.

Des paisibles populations qui sont spoliées de leur biens, fouettées par le GATIA bras armé du gouvernement qui le nourrit et le blanchit ne peuvent pas rentrer en possession de leurs biens même quand le gouvernement sait exactement où se trouvent ces biens.

Je suis très amer par rapport à la capacité de ce gouvernement de pouvoir faire quelque chose pour les victimes. Il se débine à tous les coups. À croire qu’il a concédé le monopole de la violence au GATIA et autres groupes armés même dans la partie qui lui a été laissée sous contrôle.

Je ne suis cependant absolument pas d’accord avec ces messieurs que l’ennemi doivent être les FAMAs. Non ! Ne nous trompons pas ! L’armée nationale c’est notre armée. D’ailleurs je ne comprends pas que les intéressés revendiquent d’être non indépendantiste et qu’ils déclarent les FAMAs comme ennemis numéro 1.

Il faut faire attention à ne pas nous tromper de cible. L’armée nous appartient à nous tous; ce n’est pas une milice armée.

De plus les FAMAs sont autant victimes de la mauvaise gestion de la crise et de la mauvaise gouvernance que les autres citoyens maliens. Il aurait fallu leur donner les ordres requis et ils s’exécuteront.

Du côté de l’état, je dis que c’est au gouvernement de ce pays que la branche politique du groupe doit s’y prendre.

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Je mets dès au début que ce n’ est pas la solution du tout !!!

J’ appuie tous les propos de Chouaibou !

Il faut que le Gouvernement, IBK en tête, apprenne que seule la justice contre les malfrats et l’ inclusivité de toutes les communautés à part entière qui peuvent calmer les esprits. Rien qu’ en procédant par la proportionalité des différentes communautés le gouvernement et IBK auriat pu effectuer l’ inclusivité juste.

Il faut que le gouvernement et IBK en tête, virent sur cette trajectoire et ceci immédiatement ! Il faut arrêter ce se réconcilier avec ces dirigeants du MNLA, CMA et consorts. Il faut réconcilier les communautés à la base, en impliquant ceux et celles qui ne prennent pas des armes contre l’ État, qui n’ ont pas les mains souillées de sang !

Ce qu’ il faut savoir c’ est une certaine observation chez la communauté peule. Elle se dit nos gens ont un patrimoine économique et socio-culturel diversifié et solide, de l’ agriculture jusqu’ à l’ industrie; du planton jusqu’ au président; de l’ école coranique jusqu’ au professeur d’ université de toute matière; nous sommes “partout” en Afrique”; nos gens sont capables de vivre sans l’ État et ne veulent de l’ État en fait rien. Nous voulons seulement la paix et la sécurité. Comment se fait-il que la base même de notre identité – “la Femme, la Vache, la Foi ” (Alpha Ibrahim Sow) – soit à chaque fois attaquée de la manière la plus brutale et ceci impunément ?

Après mes appels au gouvernement et à IBK, j’ en appelle à Kawral Pulaaku, de réfléchir sur leur “stratégie” et de plûtôt s’ allier poliquement aux autres communautés y compris les Tamachèques et les Arabes pour infléchir le gouvernement et IBK à rectifier le tir – en commençant par l’ inclusivité immédiate et juste des communautés majoritaires dans le CSA et ses sub-structures.

Il faut obliger à Hamadoun Konaté et Harouna Toureh de changer de perception et de manière de faire ou bien marcher sur leur “têtes” s’ ils ne veulent pas changer de perception et de manière de faire.

Que Dieu sauve notre Mali !

Bien cordialement

M. Diagayété