Groupes Armés au Mali: Au-delà des Étiquettes


Le document de Monsieur est incomplet.
Il lui a manqué de citer deux autres catégories de groupes :

1. Les groupes nées de la scission de la CMFPR2 après la décision non concertée des délégués à Alger de soutenir les revendications du MNLA et de la CMA. Après cette trahison, plusieurs groupes armés ont quitté la CMFPR2 pour créer la CMFPR3. Il s’agit principalement de : CCA Gandakoye, FLN, Bouctou Protection.

2. Les groupes nés de la scission de la CMFPR1 (encore) après la signature de l’accord par suite d’un manque d’inclusivité entretenu par les ténors de la CMFPR1. Ces groupes sont pourtant membres fondateurs de la Plateforme ; pour certains rédacteurs mêmes du texte créateur. Il s’agit de la scission GandaIzo dirigé par Mohamed Attaib Sidibé, de la scission GandaLassalizo dirigée par l’ex-ministre Hamany Touré.

Il y a une troisième catégorie de groupes armés, le MPSA et celui de Jimmy le Rebel qui ne sont pas cités également.

J’ai comme l’impression que l’auteur bien qu’ayant fait un bon travail de mémoire, s’est peut être volontairement abstenu de citer ces groupes.

Or c’est la mise à l’écart de ces groupes en plus de la scission CPA de Mohamed Ousmane (pourtant cité lui) qui est à la base même de la très grande difficulté d’adoption normale de l’article 10 du règlement intérieur du Comité de Suivi de l’Accord et des difficultés de la mise en œuvre de l’accord.

L’auteur a “zappé” l’opportunité d’expliquer correctement l’une des raisons du blocage de la mise en œuvre de l’accord.

Je voudrai que celles et ceux qui le connaissent transmettent mes observations sur son document.

Cordialement
____________________
Chouaibou
Twitter : @chbmaiga


Oui essayer de suivre la migration de ces groupes est un vrai casse-tête.

Amadou O. Wane